Cardons et frisées: la sélection naturelle des porte-graines

Publié le par Annick Boidron

L'année passée, j'ai reçu 6 graines de cardon. Je n'en connais pas la variété mais ce sont des cardons sans épines. Je les ai semées en deux poquets au mois de mai. Voici le résultat:

Cardons et frisées: la sélection naturelle des porte-graines

Je n'ai pas fait blanchir les pieds, mais j'ai récolté quelques feuilles extérieures de temps à autre pour les cuisiner. Avec un très bon résultat.

Ils ont tenu le coup jusqu'aux gelées de décembre mais se sont effondrés sous la neige et sans doute aussi sous l'effet du gel.

Aujourd'hui, voilà à quoi ils ressemblent :

Cardons et frisées: la sélection naturelle des porte-graines

A gauche, un cardon un peu diminué physiquement mais encore vaillant et bien vert. A droite, un moignon de cardon bien difficile à distinguer.

J'avais l'intention de les laisser monter pour récolter des graines à l'automne prochain mais j'ai l'impression qu'un seul des deux arrivera à terminer son cycle à temps. Sans doute celui-ci est-il  plus résistant au gel.

C'est un avantage de reproduire ses graines soi-même: on sélectionne progressivement des plantes plus résistantes et mieux adaptées à ses conditions de culture.

Même principe pour les salades: parmi toutes les frisées à repiquer données par une copine à l'automne dernier, une seule a encore belle allure et les autres ont trépassé. Ce sera mon porte-graines de cette année, en espérant qu'elle transmettra ce caractère à ses descendants.

Cardons et frisées: la sélection naturelle des porte-graines
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article