La nature est un bon prof, mais il faut être attentif

Publié le par Annick Boidron

J'adore la salade radicchio. Je ne sais pas si les miennes peuvent encore porter ce nom car elles sont le résultat probable de multiples hybridations.

Quoiqu'il en soit, j'en récolte les graines régulièrement et elles me donnent des salades de toutes les couleurs tous les ans. Elles poussent bien mais ont tendance à pourrir puis à disparaître en fin d'été.

Cet hiver, j'ai perdu une partie de ma réserve de graines: un phénomène de condensation s'est produit dans la boite métallique où je les gardais et, le temps que je m'en rendre compte, beaucoup avaient déjà germé et étaient devenues inutilisables.

La nature est un bon prof, mais il faut être attentif

Je croyais cette population disparue à tout jamais. Et puis hier, j'ai découvert sous le banc, deux jolies petites salades toutes fraîches poussant entre deux pavés. C'est sur ce banc  que je m'assieds lorsque je récolte mes graines. Une belle surprise et aussi une leçon : ces deux petites salades poussées dans le ciment fissuré du pavage sont en pleine forme alors que les radicchios du potager ont toutes disparu.

La nature est un bon prof, mais il faut être attentif

Je vais les laisser là où elles sont en espérant qu'elles me donneront des graines.Si c'est le cas, l'année prochaine, je les sèmerai entre de gros cailloux, un peu surélevés par rapport au sol.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elise 10/12/2017 11:59

Superbe, cette salade mouchetée ! :-) Je veux la même !
Cela dit, je ne crois pas qu'elle finirait dans mon assiette, elle est trop jolie.
Remarquez ici il y a peu de légumes qui finissent dans l'assiette. Je les cultive avec amour et les pauvres finissent de mourir de leur belle mort sans avoir été ennuyés car on ne les récolte même pas, c'est triste !
Hier encore mon compagnon a acheté du chou et des carottes alors qu'on en a dans le jardin. Ca m'énerve !
Bon, je ne vais pas vous raconter ma vie à chaque commentaire, je m'arrête là.