Fleurs : des promesses, encore des promesses

Publié le par Annick Boidron

Petit tour du jardin: encore peu de fleurs épanouies mais beaucoup de promesses

Pulmonaires : des précoces

Dans les coins les plus abrités, il suffit parfois d'un petit rayon de soleil pour que quelques fleurs de pulmonaires s'épanouissent. Celles-ci sont assez discrètes mais apportent une petite touche de couleur non dédaignable au printemps. Plus tard dans la saison, c'est plutôt leur feuillage (pas encore visible pour le moment), qui sera intéressant. Comme c'est une plante qui se ressème un peu partout et qui présente une grande variabilité dans le dessin des taches caractéristiques de leur feuillage, je ne conserve que les variétés les plus décoratives et j'enlève les autres.

Fleurs de pulmonaires en mars 2016 Quatre moineaux Bouillon

Les chèvrefeuilles comestibles ou Haskaps ou encore camerisiers

Leurs feurs sont déjà presque épanouies: il fleurissent tôt en saison ce qui les rend sensibles aux gelées tardives. Heureusement, tant que celles-ci ne sont pas trop importantes, ils résistent (jusqu'à -7°). Nous les avons achetés sur le stand de Wallogreen dans une foire aux plantes il y a deux ans. Jusqu'à présent, la récolte est plutôt maigre, d'autant plus que les oiseaux apprécient beaucoup.

Peut-être  sera-t-elle plus conséquente cette année ? En tout cas, ça a l'air bien parti.

Fleurs de chèvrefeuille ou haskaps en mars 2016 Quatre moineaux Bouillon

La fausse giroflée ou erisynum linifolium ' Constant cheer '

Elle a l'allure d'un petit arbuste et se laisse volontiers tailler. Je la maintiens à 20-30 cm de hauteur. elle est persistante et reste jolie tout l'hiver. Sa particularité: ses fleurs changent de couleur. Ici pourpre foncé, elles sont parfois orange ou violet plus clair.

C'est une plante qui se bouture facilement et se ressème allègrement.

Fleurs de fausse giroflée ou erisynum linifolium en mars 2016 Quatre moineaux Bouillon

Une jacynthe jaune pâle

Elle fait partie d'un groupe de cinq bulbes plantés là il y a cinq ou six ans. La première année, chaque bulbe a donné une grosse fleur un peu lourdaute mais très parfumée...ce qui l'a sauvée. A présent, les fleurs sont plus petites et plus lâches mais elles embaument toujours autant. Certains diraient qu'elles sont "dégénérées". Mais moi, je les préfère comme ça.

Boutons de jacinthe mars 2016 Bouillon quatre moineaux

Des petites primevères de chez ma grand-mère ...

Ce sont des petites primevères des plus banales. Elles poussaient déjà chez ma grand-mère à Andenne, puis chez mon père et aujourd'hui, c'est chez moi qu'elles se ressèment un peu partout. Je les laisse faire mais je les préfère comme celle-ci: toutes jeunes et fragiles. J'enlève les plus grosses touffes qui laissent des trous dans les massifs quand leurs feuilles disparaissent en été.

Fleur de primevère de jardin bouillon quatre moineaux mars 2016

... et des primevères denticulées achetées en jardinerie

Je suis atteinte d'une forme de snobisme qui me fait éviter les jardineries et leurs plantes cultivées industriellement. Mais j'ai craqué pour ces primevères à l'allure un peu sauvage, très simples et qui font de l'effet au printemps. En plus, elles coutaient trois fois rien. Elles sont là depuis trois ans et leurs touffes s'agrandissent chaque année.

Boutons de primevère denticulée Bouillon quatre moineaux mars 2016

Un muscari "mystère"

Hé oui, c'est une chose qui m'arrive fréquemment : j'oublie les noms des variétés. Dans le fond, ce n'est pas bien grave... sauf quand on me les demande ! J'espère y remédier en partie gràce à ce blog. Ce petit là me plait bien, tout tendre et délicat. Vivement qu'il fleurisse, je pourrai alors (peut-être) l'identifier.

Fleurs de muscari Bouilon quatre moineaux mars 2016

L'Erythronium : ma plante d'ombre préférée

Souvent attaquée par les limaces, il est rare que son feuillage reste indemne. Heureusement, cette année, la sécheresse et le gel semblent avoir tenu ceux-ci à l'écart. On commence à apercevoir les boutons floraux. J'ai hâte de les voir s'épanouir mais je les trouve déjà très décoratives.

Jeune trillium Bouillon quatre moineaux mars 2016

Et enfin, les hellébores

Cette année, toutes les hellébores étaient en fleur dès l'automne et elles ont décoré le jardin pendant tout l'hiver. Et puis, avec les gelées de fin février et mars, la plupart ont été détruites. Seules quelques-unes, poussant dans des endroits bien protégés, on tenu le coup:

Fleur d'hellébore double quatre moineaux Bouillon mars 2016

J'ai coupé toutes les feuilles et les tiges de celles qui n'avaient pas résisté et, comme je l'espérais, de nouvelles tiges et de nouveux boutons floraux sont apparus assez rapidement.

Bouton d'hellébore Bouillon Belgique quatre moineaux

Première feuilles d'Akebia Kinata

D'accord, ce n'est pas une fleur, ni même une "promesse de fleur", mais je le trouvais si beau en transparence, dans le soleil couchant. C'est une liane qui porte de jolies petites fleurs violettes en fin de printemps. Elle est réputée peu rustique mais elle a déjà survécu à deux hivers, assez doux il est vrai. Je l'ai plantée dans un coin du jardin bien protégé, abritée du vent et je lui mets une grosse couche de déchets organiques à peine décomposés au pied à l'automne. Cette plante se plait particulièrement bien à l'ombre.

Bourgeon akebia kinata en mars 2016 quatre moineaux bouillon

Publié dans Fleurs, jardin d'agrément

Commenter cet article