Parler de la pluie et du beau temps

Publié le par Annick Boidron

Si vous aimez prendre des risques, vous pouvez tenter la petite expérience suivante : dans le bus, ou dans la file à la caisse, dites à une dame qui a l'air de s'ennuyer : "Oh là là, vous avez vu comment on traite les migrants ? " (C'est un exemple, il existe des variantes). Notez vos observations: expressions faciales de la dame, réponse éventuelle, durée de la conversation.

La neige en mars 2016 au jardin des quatre moineaux à Bouillon, Belgique

Un autre jour ou dans un autre lieu, recommencez l'expérience avec une autre dame. Mais cette fois, dites lui "Oh là là, quel temps! Est-ce que ça va bientôt s'arrêter?" ou "Aaaah, un petit rayon! Dommage que ça ne va pas durer, ils annoncent de la pluie pour jeudi". Bien sûr, adaptez-vous aux circonstances. Notez vos observations: expressions faciales de la dame, réponse éventuelle, durée de la conversation.

Variante: vous pouvez essayer avec un monsieur. Au plus vous répéterez l'expérience, au plus les résultats seront fiables.

Tirez-en les conclusions qui s'imposent. Je ne dis rien, je ne voudrais pas vous influencer.

Ou je veux en venir ? A ceci : j'en ai marre de ce foutu temps de m......! Je veux du soleil, je veux des petites fleurs, je veux des apéritifs sur la terrasse ! Et je veux pouvoir parler du temps qu'il fait même si c'est banal, même si ça fait mémère. Ok ce n'est pas vital. Ok, c'est honteux de se plaindre pour un peu de pluie quand certains pays souffrent de la sécheresse. Et puis, que voulez-vous, c'est comme ça, il faut prendre son mal en patience et après la pluie vient le bon temps...

Mais moi, je dis que c'est thérapeutique de se plaindre du temps parce qu'un temps comme celui-là, hein, en mars en plus ! ça donne envie de se tirer un balle dans la tête. Non allez, je vais encore attendre un peu, on ne sait jamais, ils annoncent du soleil pour samedi.

Publié dans Saisons, Jardin philo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article