Retour de vacances : surtout, rester calme !

Publié le par Annick Boidron

Une toute petite semaine d'absence et c'est la catastrophe au jardin : tout s'est affaissé, les chemins sont quasi impraticables, les limaces ont pris le pouvoir et le mildiou en a profité pour s'en donner à cœur joie, ratiboisant toutes les pommes de terre.

Bien sûr, la pelouse a poussé comme jamais et les mauvaises herbes semblent atteintes de gigantisme. Pour couronner le tout, il pleut : tout est mouillé et on est trempé après quelques minutes.

Dans ces cas-là, une seule solution : garder son calme, attendre le retour du beau temps (on peut rêver) et préparer son plan d'action.

Voici quelques photos de l'étendue des dégâts :

Le jardin après une semaine de vacancesLe jardin après une semaine de vacances
Le jardin après une semaine de vacancesLe jardin après une semaine de vacancesLe jardin après une semaine de vacances
Le jardin après une semaine de vacancesLe jardin après une semaine de vacances
Le jardin après une semaine de vacancesLe jardin après une semaine de vacances

Le jardin après une semaine de vacances

Pas encore le moindre haricot à se mettre sous la dent

Certains n'ont même pas germé malgré plusieurs tentatives : ce sont les haricots "soleil". Les autres variétés par contre, poussent et fleurissent mais nous n'avons pas encore mangé une seule fois des haricots verts cette année. Ci-dessous, une photo du seul haricot d'Espagne observé à ce jour. Sans un doute un problème de pollinisation.

Haricot d'Espagne

Haricot d'Espagne

Haricots Orteils de Prêcheurs en fleurs

Haricots Orteils de Prêcheurs en fleurs

Quelques bonnes surprises

Malgré ce temps froid et pluvieux, les cucurbitacées tirent leur épingle du jeu. La production de courgettes dépasse nos besoins et les concombres, pâtissons et autres courges promettent de belles récoltes dans un avenir que j'espère proche.

 

Retour de vacances : surtout, rester calme !
Retour de vacances : surtout, rester calme !Retour de vacances : surtout, rester calme !
Retour de vacances : surtout, rester calme !

Le plant de courgette Blanche d'Egypte s'est bien développé. J'espère qu'il va bientôt fleurir et me gratifier d'au moins un fruit cette année. Je le laisserai grandir pour récolter des graines. Il faudra que je sois vigilante au niveau de sa pollinisation mais j'ai vu une technique avec des pinces à linge qui me paraît assez pratique. Je vais d'ailleurs l'essayer sur mes autres variétés.

Retour de vacances : surtout, rester calme !

Si la plupart des variétés de tomates plantées à l'extérieur sont atteintes du mildiou à des degrés divers, les petites "Matt's Wild Cherries" sont en pleine forme et offrent déjà quelques petits fruits bien rouges.

Tomate mini-blanche atteinte du mildiou (à gauche)  et tomate Maat's Wild Cherry indemneTomate mini-blanche atteinte du mildiou (à gauche)  et tomate Maat's Wild Cherry indemne

Tomate mini-blanche atteinte du mildiou (à gauche) et tomate Maat's Wild Cherry indemne

Dans la serre cette année, je ne taille pas les tomates : je me contente d'attacher les tiges au fur-et-à mesure pour libérer le passage. Jusqu'à présent, malgré une humidité presque constante et une fraîcheur persistante, pas de trace de mildiou et déjà quelques petites récoltes de tomates-cerises (ditmarsher, dancing with smurfs etc..).

Dans la serre : une allure de jungle inextricable mais une belle production de tomates en préparation... si tout va bien.
Dans la serre : une allure de jungle inextricable mais une belle production de tomates en préparation... si tout va bien.
Dans la serre : une allure de jungle inextricable mais une belle production de tomates en préparation... si tout va bien.

Dans la serre : une allure de jungle inextricable mais une belle production de tomates en préparation... si tout va bien.

Remarquez les maïs morada du Pérou. Ils sont immenses. Les trois mètres de haut de la serre ne leur suffisent pas. Ils ont déjà des étamines mais pas encore de fleurs femelles... il serait temps !

Retour de vacances : surtout, rester calme !

Les légumes andins, eux aussi, ne semblent pas affectés par les conditions météorologiques. A l'exception des Ullucos qui n'ont pas l'air de beaucoup se développer. Comme c'est la première année que j'en cultive, je n'ai pas vraiment de point de comparaison.

Les poires de terre deviennent imposantes

Les poires de terre deviennent imposantes

On y va petit à petit

Au jardin comme ailleurs, quand je me trouve devant une tâche apparemment insurmontable, je l'attaque petit morceau par petit morceau. Je m'impose une discipline et je passe sans un regard devant les laiterons arborescents ou les rosiers couverts de fleurs fanées : je me consacre uniquement à la tâche que je me suis fixée. C'est héroïque, mais ça marche et, finalement, même si mon jardin n'est jamais parfaitement nickel, il finit toujours par redevenir agréable et praticable. Sans énervement ni découragement.

Pas besoin d'arroser

Au moins avec toute cette pluie, je jardin n'a pas souffert de la sécheresse. C'est une consolation... assez maigre, cependant !

Les en zinc, disposées sous les gouttières se remplissent et débordent constamment

Les en zinc, disposées sous les gouttières se remplissent et débordent constamment

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article