Un sport dans mes Grootendorsts

Publié le par Annick Boidron

 

J'avoue que c'est un titre un peu abscons et pourtant, je n'invente rien

 

Le rosier "Pink grootendorst"

C'est un beau rosier, un "Rosa Rugosa". Vous savez, ces rosiers increvables, parfumés, qui poussent souvent sur les talus le long des autoroutes. Leur seul défaut : ils sont très épineux.

Pink Grootendorst ne déroge pas à la règle : il vaut mieux mettre des gants quand on s'en occupe. Par contre il forme un buisson dense et vigoureux, au feuillage toujours sain et aux jolies fleurs roses qui font penser à des œillets.

Le buisson de "Pink Grootendorst" où est apparu le "sport"

Le buisson de "Pink Grootendorst" où est apparu le "sport"

Celui-ci est une bouture de bouture de mon premier "Pink Grootendorst" acheté chez André Eve il y a bien longtemps.

Les fleurs de "Pink Grootendorst", version normale

Les fleurs de "Pink Grootendorst", version normale

Où l'on parle de sport

C'est assez fréquent chez les rosiers : il arrive parfois qu'une cellule mute. Un gène, sans qu'on sache trop pourquoi, se modifie un peu. Le plus souvent, cela ne se voit pas. Mais quelquefois, une partie de la plante est un peu différente des autres : rameaux plus longs, feuilles plus petites... ou alors, comme sur mon "Pink Grootendorst", les fleurs prennent une nouvelle couleur.

Sur ce bouquet, on retrouve une fleur rose, une plus foncée et deux bicolores. On peut affirmer sans trop de risques que toutes les fleurs rose foncé sont formées de cellules qui descendent de celle qui a muté.

Dans les tiges et les feuilles, qui portent ces fleurs plus foncées, on peut certainement retrouver ce gène muté, même si ça ne se voit pas.

Un sport à bouturer

Un sport à bouturer

Récupérer le sport

Cette variation est génétique. En conséquence, toutes les cellules qui descendent de celle qui a muté portent ce caractère. Pour récupérer le rosier "nouvelle version" il suffit, en théorie, de bouturer la tige porteuse de la mutation. C'est ce que je vais faire, évidemment, dès qu'elle sera assez développée.

Pourquoi "en théorie" ? Hé bien parce que, en pratique, une mutation n'est pas forcément stable et que le plant issu de bouture peut parfaitement retourner au type de départ. C'est d'ailleurs ce qui s'est passé avec ce rosier "Pink Grootendorst" : il est issu d'une bouture de Grootendorst pourpre apparue sur un ancien "Pink Grootendorst". Vous ne suivez plus ? Je comprends : moi aussi, je m'embrouille !

Les deux fleurs bicolores

Les deux fleurs bicolores

Observer ses rosiers

N'empêche, c'est amusant. C'est ainsi que pas mal de rosiers célèbres sont nés, comme par exemple de nombreux "sports" de la fameuse Zéphyrine Drouhin.

Notez bien que mon sport, s'il est intéressant, n'a rien d'original car des variétés de "Grootendorsts" aux fleurs pourpres sont commercialisées depuis le début du XXe siècle. Bon, je ne désespère pas et chaque petite fleur qui naît est scrutée à la loupe, ou presque. Qui sait, peut-être qu'un jour, une nouvelle variété de roses s'appellera "quatre moineaux". On peut rêver...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annick Boidron 18/10/2016 22:39

Oui, je me demande qui a trouvé ce nom (sport). Ils sont quand même très beaux, ces rosiers et j'ai l'impression que plus on les coupe, plus ils s'épanouissent. J'ai fais une bouture du "sport" en question. Je me réjouis de voir ce que ça va donner.

catherine 15/10/2016 22:56

j'ai en effet deux pink qui entoure un red..ils forment un massif épais, impénétrable, et majestueux, de 2,5 mètres de haut..d'ailleurs je vais tailler court l'an prochain..
par contre je n'ai jamais rencontré de sport, et pardon, je ne savais pas que les mutations de rosiers s'appelaient ainsi..
merci du renseignement

Ivette 12/09/2016 08:51

Et le nom veut dire grande soif :-) si je ne me trompe........

Annick Boidron 12/09/2016 19:43

Je te fais confiance pour la traduction... et comme c'est le nom du gars qui a découvert la variété, je me dis qu'il avait un nom difficile à porter...