Pas terrible, la récolte de glycine tubéreuse. Mais la plante est si belle

Publié le par Annick Boidron

Cette fois, j'étais bien décidée : j'allais récolter les tubercules d'Apios americana (alias glycine tubéreuse) et m'en faire une petite fricassée. Je me voyais déjà écrire un article du genre " la glycine tubéreuse : un légume méconnu, mais délicieux". Le tout agrémenté de quelques photos appétissante.

Ben non !

Je vous présente ma récolte de glycine tubéreuse, version 2016 :

Récolte 2016 de glycine tubéreuse

Récolte 2016 de glycine tubéreuse

Hé oui, juste deux petits tubercules de rien du tout ! Un moment, j'ai bien eu envie d'en sacrifier au moins un pour le goûter. Mais non : j'ai d'autres projets pour eux.

Avant d'en parler, peut-être qu'une petite présentation ne serait pas superflue. Voici donc ma glycine tubéreuse :

Photo de glycine tubéreuse prise en septembre

Photo de glycine tubéreuse prise en septembre

La glycine tubéreuse n'est pas une glycine

Avouons qu'elle lui ressemble : elles sont toutes les deux des plantes grimpantes avec des feuilles découpées et des fleurs qui font penser à celles des petits pois. Mais celle-ci, contrairement à sa cousine plus connue, est entièrement comestible. Pour la petite histoire, signalons qu'elles font partie de la même famille (les fabacées) mais pas du même genre (wisteria pour la glycine classique et apios pour la tubéreuse)

Un petit air de glycine, mais les fleurs font plus penser aux petits pois.

Un petit air de glycine, mais les fleurs font plus penser aux petits pois.

Elle n'en fait qu'à sa tête

Elle a un caractère particulier : je l'ai achetée il y a plus de dix ans et, chaque année, je me dis "c'est fini, elle ne reviendra pas". Et puis un jour, parfois pas avant le mois de juin, je découvre une petite tige à bonne distance de l'endroit où elle poussait l'année précédente.

Hé oui, la glycine tubéreuse se promène. Et c'est à moi de la repérer à temps au printemps avant de commettre l'irréparable.

Elle aime tellement sa liberté, qu'elle a réussi à passer sous le chemin de pierres et à s'installer dans le massif de vivaces de l'autre côté.

C'est aussi pour cette raison que ma récolte est aussi minable : j'ai l'impression que la plupart des tubercules sont sous le chemin et, bien sûr, il n'est pas question que je le détruise pour les récupérer !

La glycine tubéreuse est passée sous le chemin (malgré la surveillance du chat ? )

La glycine tubéreuse est passée sous le chemin (malgré la surveillance du chat ? )

Envahissante ?

Certains la qualifient d'envahissante. Certes, elle aime bien se promener. Mais, à moins d'être psychorigide, genre "quand je plante une plante ici, elle reste ici", on peut parfaitement tolérer son petit caractère vagabond. Ses lianes se faufilent entre les vivaces, elles n'étouffent pas les autres plantes et la couleur de leurs inflorescences s'harmonise avec la plupart des fleurs.

Fleurs de glycine tubéreuse en compagnie des fuchsias rustiques

Fleurs de glycine tubéreuse en compagnie des fuchsias rustiques

Je n'aime pas son odeur

J'ai lu, sur certains sites, qu'elle avait une odeur "suave". Selon moi, elle sent mauvais (et je suis gentille). C'est sans doute une affaire de goût. Mais moi, en tout cas, je n'aime pas.

La jolie de fleur de glycine tubéreuse fait oublier son odeur fétide

La jolie de fleur de glycine tubéreuse fait oublier son odeur fétide

Des tubercules nourrissants et riches en protéines

L'Apios americana pousse en Europe depuis son introduction au XVIIe siècle mais ne connait pas un grand succès. Pourtant, il parait que dans sa région d'origine (l'Est du Canada et des Etats Unis), elle constituait une part importante du régime des "peuples premiers". Comprenez : "les Indiens" Sans vraiment les cultiver, ceux-ci les plantaient autour de leurs lieux de campement où on les retrouve encore aujourd'hui. Les premiers colons européens auraient suivi leur exemple.

A l'état sauvage, ces plantes poussent le long des rivières. En terrain humide, donc. Il semblerait aussi qu'elles supportent bien l'ombre. Je vais donc planter ma "récolte" au pied d'une haie libre afin qu'elle pousse dans les arbres et j'espère une récole un peu plus conséquente en 2017 !

Je reparlerai certainement de l'Apios americana qui, d'après ce que j'ai lu, a plus d'un tour dans son sac.

Et si vous voulez en savoir plus, voici un lien intéressant : Plants for a futur. Il s'agit d'un site qui recense toutes les plantes comestibles et médicinales connues. Une vraie mine d'informations !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annick Boidron 28/10/2016 18:24

Voilà des commentaires qui me font bien plaisir, j'adore ces plantes originales et j'aime bien faire partager ces découvertes. Certaines sont vraiment très intéressantes et mériteraient d'être plus connues. J'ai déjà planté une patate douce dans la serre, j'ai obtenu une petite liane (jolie) et deux ou trois tubercules. Je m'étais dis que je recommencerais l'expérience en arrosant plus car je pense qu'elle a souffert de la sécheresse... mais je n'y ai plus pensé ! Il faut dire que ça prend pas mal de place. Bon week-end à toutes

jardinenvalois 28/10/2016 09:12

Je ne connaissais pas non plus. Bien jolie, même si elle sent mauvais. La sauge sclarée n'est pas mal non plus dans le genre ! Bisous à ton adorable minou. Bonne journée Annick

isa64 23/10/2016 22:07

Encore une belle histoire de plante inconnue pour moi, la fleur est originale dommage pour l'odeur et pour la maigre récolte. Bonne soirée.

catherine 23/10/2016 08:12

encore une plante que je ne connaissais pas, toi aussi tu es une mine de découvertes..cette année j'ai essayé les patates douces, sensées faire des lianes aussi, mes plants sont resté minables, je vais bien voir à la récolte..
bon dimanche