Cuisiner les fèves sans s'énerver et sans gaspillage

Publié le par Annick Boidron

Pendant longtemps, je n'ai (presque) pas cuisiné les fèves. Franchement, est-ce que ça vaut la peine de consacrer tant d'efforts à décortiquer les gousses puis à éplucher les fèves une par une pour, en fin de compte, ne déguster qu'une toute petite poignée de graines, certes délicieuses. Sans parler du temps et de l'espace consacrés à leur culture.

Mais c'était une erreur ! Il est possible, assez rapidement, d'ouvrir les gousses, d'en faire un bon petit plat et d'enlever la peau des fèves. Et cela dans la joie et la bonne humeur !

Pour commencer, avec une paire de ciseaux, on coupe les deux extrémités des gousses.

Pour commencer, avec une paire de ciseaux, on coupe les deux extrémités des gousses.

Vive le couteau économe (pêleu en Belge)

Au lieu de s'énerver à ouvrir les gousses avec les ongles, il est bien plus simple d'enlever les sutures avec le pêleu. Les sutures, ce sont ces côtes où les deux parties de la gousse semblent soudées l'une à l'autre. C'est aussi là que se trouvent les "fils".

Avec le couteau économe, on enlève les fils des deux côtés, ce qui ouvre la gousse

Avec le couteau économe, on enlève les fils des deux côtés, ce qui ouvre la gousse

On fait ainsi d'une pierre trois coups : on ouvre la gousse, on récupère les fèves facilement et on enlève les fils. Alors, qu'est-ce que vous en dites ?

Ces fèves sont des "red epicure" aux grains...rouges.Ces fèves sont des "red epicure" aux grains...rouges.

Ces fèves sont des "red epicure" aux grains...rouges.

Les fèves s'épluchent deux fois

Il est vrai qu'après, ce n'est pas fini : il faut encore les éplucher une deuxième fois, c'est-à-dire enlever la peau qui enveloppe chaque fève. Il paraît qu'on peut manger cette cuticule si les fèves sont très jeunes. Je n'aime ni sa consistance ni son goût, alors je l'enlève toujours. Ce n'est pas bien compliqué mais ça demande un tout petit peu de patience.

Plutôt que d'enlever la peau au couteau, il est plus simple de faire une petite échancrure du côté de la "couture". Attention, cette échancrure doit être perpendiculaire à ladite "couture". Si si, ça fait une grosse différence. Si vous ne me croyez pas, essayez de faire autrement...

Une petite échancrure de 3-4 mm pependiculairement à la "couture". La "couture" est la cicatrice très visible à l'endroit où la fève était attachée dans la gousse.Une petite échancrure de 3-4 mm pependiculairement à la "couture". La "couture" est la cicatrice très visible à l'endroit où la fève était attachée dans la gousse.

Une petite échancrure de 3-4 mm pependiculairement à la "couture". La "couture" est la cicatrice très visible à l'endroit où la fève était attachée dans la gousse.

Il suffit ensuite de plonger les fèves ainsi traitées dans l'eau bouillante. 15 secondes suffisent si on veut les garder crues mais on peut les laisser jusqu'à 5 minutes si on veut les cuire. Je préfère les garder crues.

15 seconde dans l'eau bouillante et la peau s'enlève facilement.

15 seconde dans l'eau bouillante et la peau s'enlève facilement.

Ensuite, on égoutte et on rince à l'eau froide. Il suffit alors d'appuyer sur la peau pour faire sortir la fève. C'est très jubilatoire (enfin, moi j'aime bien, chacun son truc).

La fève sort toute seule quand on appuie sur la peau

La fève sort toute seule quand on appuie sur la peau

C'est une méthode qui permet d'obtenir de belles fèves bien vertes et bien fermes. On peut les manger telles qu'elles, avec une petite vinaigrette à la sarriette par exemple ou juste croquées à l'apéritif. C'est ainsi qu'on profite le mieux de leur saveur subtile.

Elles sont pas belles, mes fèves épluchées ?

Elles sont pas belles, mes fèves épluchées ?

Et avec les cosses ?

Celles-ci sont débarrassées de leurs fils et peuvent se cuisiner un peu comme des pois mange-tout. Il vaut quand même mieux les cuire pendant une quinzaine de minutes à l'eau bouillante salée avant de les cuisiner.

Les cosses débarrassées de leurs fils se cuisinent comme des pois mange-tout ou des haricots verts.Les cosses débarrassées de leurs fils se cuisinent comme des pois mange-tout ou des haricots verts.

Les cosses débarrassées de leurs fils se cuisinent comme des pois mange-tout ou des haricots verts.

Dimanche, j'ai fait un velouté de cosses de lentilles parfumé à la menthe qui n'était pas mauvais du tout. Aujourd'hui, je les ai ajoutées à des dés de pintade, des oignons, des poivrons et des tomates séchées confites pour en faire une sauce à spaghetti. Avec un peu de crème fraîche, du curcuma et de l'ail, c'était très réussi. Pour terminer, j'ai ajouté les fèves crues épluchées.

Une bonne poêlée de légumes pour ajouter à des pâtes : c'était le repas de ce soir et c'était bien bon.

Une bonne poêlée de légumes pour ajouter à des pâtes : c'était le repas de ce soir et c'était bien bon.

Finalement, il reste très peu de déchets : seulement les fils des cosses et les peaux des fèves. Les poules s'en régaleront.

 

Il reste très peu de déchets, les poules vont râler.

Il reste très peu de déchets, les poules vont râler.

Je deviens de plus en plus fan de fèves ! Il faut dire qu'elles ont beaucoup de qualités et puis, ce sont des légumes qui ont une histoire, et j'aime ça !

Bonne journée au jardin. Avec la pluie, ça pousse !

Publié dans Légumes, Potager, Cuisine

Commenter cet article

annette 30/06/2017 16:41

bonjour,
merci pour votre blog c'est un vrai plaisir.
Cela fait 2 ans que je rate les fèves, l'an passé les limaces se sont régalées , cette année pas une n'a germé et je n'en achète pas au magasin car pas assez fraîche. Aussi régalez vous pour moi aussi.
Au plaisir de vous lire bientôt.
Annette

Annick Boidron 01/07/2017 11:12

Bonjour Annette, j'ai cru aussi pendant plusieurs années que mes fèves ne germaient pas. En fait, ce sont les rongeurs qui viennent en profiter ! Au début du printemps, ils sont trop contents de trouver ces bonnes grosses graines. Maintenant, je fais tous mes semis de printemps dans des plateaux alvéolés et je mets un grillage dessus. Une seule nuit sans grillage et c'est le bazar. Je me suis encore fait avoir cette année : ils ont mangé une partie de mes graines de cucurbitacées. C'est peut-être ce qui est arrivé aux vôtres aussi. Je me régalerai donc en ayant une pensée pour vous, à moins que vous n'habitiez pas trop loin pour venir en chercher quelques gousses. Bon week-end

Heikel de Jardiner Futé 30/06/2017 12:50

Bonjour,

Super article, et super blog. C'est une belle découverte. :)

J'adore cuisiner les fèves. On a récolté celle du jardin cette année. On en avait pas énormément, mais les fèves crues et sautées sont vachement bonnes !

Annick Boidron 01/07/2017 11:14

Merci pour votre commentaire, ça fait plaisir ! Les fèves ne sont pas assez connues et c'est dommage car c'est quand même un des premiers légumes de la saison. Je les adore aussi même si les quantités récoltées ne sont pas toujours astronomiques, elles apportent un + à bien des plats. Bonne journée et bon jardinage. Ici il pleut trop fort pour jardiner, j'espère que ça va passer.

mariejoclaude 30/06/2017 08:40

merci pour les astuces ! cette année aussi nous avons bataillées une à une , après ses fèves ! et je n'oublie pas le pêleu !
bonne journée

Annick Boidron 01/07/2017 11:16

ON gagne beaucoup de temps avec le pêleux ! C'est vrai qu'il faut les mériter mais ça vaut la peine. Bonne journée aussi

Agnès 29/06/2017 14:14

C'est appétissant, c'est certain! Mais, non, je ne suis pas convaincue...les fèves ne sont pas encore pour moi.

Annick Boidron 01/07/2017 11:18

Ah ah ! J'ai dit ça aussi, à une époque... on change ! Mais cela dit, ce n'est pas les variétés de légumes qui manquent ! Bon week-end Agnes

Ivette 29/06/2017 08:56

Jardinière à cuisinière.......amusant!!!!!

Annick Boidron 29/06/2017 09:20

Hello Ivette. Ben l'un ne va pas sans l'autre, hein. Bisous

Ivette 29/06/2017 08:57

je voulais écrire ....DE jardinière................!