Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Publié le par Annick Boidron

Après des années de tâtonnements, je crois avoir enfin trouvé la méthode qui me convient pour cultiver les poivrons dans la serre. J'ai fait beaucoup d'erreurs mais cette fois je suis contente : j'ai de beaux plants bien développés et déjà quelques fruits.

C'est vrai que l'année dernière, ça allait déjà mieux. Grâce aux poivrons Chocolat doux, une variété adaptée aux étés courts, j'avais pu faire une récolte satisfaisante. Je les avais semés comme les tomates : à l'intérieur derrière la fenêtre. La germination avait été très difficile et les plants étaient encore bien petits au moment de les mettre en serre.

Forte de ce succès, j'ai eu envie d'essayer d'autres variétés. Mais j'ai voulu mettre toutes les chances de mon côté et ... j'ai investi.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Voici mon installation. Question esthétique, c'est vrai qu'il y a des choses à dire. Heureusement, c'était dans un coin de la cuisine, à l'abri des regards. J'ai acheté chez Hydroplanette l'éclairage (environ 50€) et le câble chauffant (environ 20€). Pour le reste, c'est de la récup'.

Je mets en lien le site d'Hydroplanète car j'ai beaucoup apprécié leur sérieux : la lampe était cassée quand elle est arrivée et ils m'en ont envoyé une nouvelle très rapidement. Par contre, niveau matériel, je ne suis pas certaine d'avoir fait le meilleur choix. C'est encombrant, pas vraiment esthétique et d'une manipulation difficile. Le réflecteur est un peu "léger" et l'ampoule, très lourde, suffit à le déformer (un peu). Bon, l'important, c'est que ça marche !

Si vous vous demandez pourquoi j'ai choisi une lampe "floraison" et non "croissance", hé bien c'est tout simplement parce que je me suis trompée. La différence n'est pas flagrante et ce n'est pas ça qui a empêché mes plants de pousser.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Les étapes dans l'ordre

Allez, un peu d'ordre, je vous raconte ça depuis le début :

Le 15 février, j'ai fait mes semis. Je suis restée raisonnable. Des Chocolat doux, bien-sûr. Mais aussi deux variétés ramenées de mes vacances en Slovénie : les poivrons Alpina, de forme classique, jaune pâle et des poivrons Sivrija, allongés en forme de piments, mais non-piquants.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

J'ai aussi semé des "vieilles graines" ... pour voir. Notamment des King of the North dont le nom évoque ma série préférée. Ainsi que des aubergines : Slim Jim, Little finger (!) et Apple green. J'en reparlerai.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Les premiers à germer ont été les Alpina, les poivrons Slovènes. Ils ont mis 13 jours. Mais malgré le câble chauffant, la température descendait jusqu'à 16° la nuit : c'est bien insuffisant pour des poivrons ou des aubergines. Afin de conserver une température suffisante, j'ai recouvert mon installation d'une couverture : c'était encore plus moche mais ça a marché !

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

La plupart des graines ont enfin germé... sauf les vraiment très vieilles ! Un mois après le semis, les plants avaient bien poussé dans leur plateau alvéolé et je les ai repiqués en godets. J'ai pu enlever la couverture.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Et enfin, deux mois plus tard, soit quatre mois après le semis, le 15 mai, les risques de fortes gelées étant passés, j'ai pu les sortir dans la serre et commencer à les installer.

Dans la serre : ça y est, je sais comment cultiver les poivrons !

Dans la serre, c'est aussi un enseignement de l'année passée, je leur ai donné à chacun une bonne poignée de fumier bien décomposé et je compte encore en apporter un peu en cours de saison. Quand on dit, dans les livres de jardinage, que les poivrons sont gourmands, c'est tout à fait vrai ! Ils ont déjà eu droit aussi à un premier arrosage au purin de consoude.

Quatre variétés forment déjà des fruits. Je vous propose de les découvrir dans le mini-diaporama ci-dessous :

Les poivrons slovènes sont particulièrement précoces : Alpina et Sivrija sont déjà bons à être récoltés alors que Chocolat doux et King of the North ont déjà des fruits de belle taille qui grandissent à vue d'œil.
Les poivrons slovènes sont particulièrement précoces : Alpina et Sivrija sont déjà bons à être récoltés alors que Chocolat doux et King of the North ont déjà des fruits de belle taille qui grandissent à vue d'œil.
Les poivrons slovènes sont particulièrement précoces : Alpina et Sivrija sont déjà bons à être récoltés alors que Chocolat doux et King of the North ont déjà des fruits de belle taille qui grandissent à vue d'œil.
Les poivrons slovènes sont particulièrement précoces : Alpina et Sivrija sont déjà bons à être récoltés alors que Chocolat doux et King of the North ont déjà des fruits de belle taille qui grandissent à vue d'œil.

Les poivrons slovènes sont particulièrement précoces : Alpina et Sivrija sont déjà bons à être récoltés alors que Chocolat doux et King of the North ont déjà des fruits de belle taille qui grandissent à vue d'œil.

J'ai aussi semé, avec un peu de retard des piments Padron et Malgaches. Le premier commence à fleurir : il est en pot pour le moment. Ses graines m'ont été envoyées par Sylviane.

Deux plants de piment Padron en pot. On commence à distinguer les premières fleurs (ok, pas sur la photo)

Deux plants de piment Padron en pot. On commence à distinguer les premières fleurs (ok, pas sur la photo)

Le piment Malgache, dont j'ai reçu les graines de Michel, reste tout petit petit... Mais depuis deux ou trois jours, il a l'air de se décider à pousser. J'en prends bien soin et j'espère...

Petit piment Malgache deviendra grand ? On croise les doigts !

Petit piment Malgache deviendra grand ? On croise les doigts !

Jusqu'ici, niveau poivrons, tout va bien. Il faut dire que le temps nous a gâtés mais je crois malgré tout que j'ai trouvé la méthode et les variétés qui me conviennent... a force d'essais et erreurs.

Cela dit, on verra en fin de saison si j'avais raison d'être aussi optimiste : il n'y a aucune certitude en jardinage !

Publié dans Serre, Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annick Boidron 07/06/2017 14:24

Merci beaucoup pour vos commentaires. J'espère que le temps plus couvert et pluvieux de ces derniers jours ne va pas ruiner mes rêves de récoltes faramineuses ! En même temps, ça fait du bien au potager. En fait, je ne sais pas si c'est "la" méthode pour cultiver les poivrons, c'est juste celle qui marche le mieux chez moi dans mes conditions particulières : l'intérieur de la maison est plutôt sombre et froid la nuit et la saison est courte. J'imagine qu'on pourrait très bien procéder autrement dans une maison lumineuse où il fait toujours 20°. Bonne journée à tous et bon jardinage entre les averses !

Michel 07/06/2017 12:42

Merci pour ces informations à propos d'une culture pas toujours aisée à mener à son terme sous nos latitudes !

Agnès 06/06/2017 13:54

Aaaah! c'est donc comme cela qu'il faut faire! merci.

catherine 06/06/2017 07:48

héhé, tu aimes les miko :-) !
les poivrons que j'ai semés ne m'ont gratifié que d'un plant, tout chétif, pas encore planté..j'ai du en acheter un,
mais je mets ton article en note, parce que je vais essayer l'an prochain ta méthode, puisque tu la partages gentiment!
superbe article, comme dab avec des détails à retenir..
bonne journée et à bientôt

Annick Boidron 07/06/2017 17:47

Non Catherine, je ne mange pas de miko ! J'achète ça en gros dans un magasin de bricolage, ça coûte trois fois rien, alors que les étiquettes en bois de jardinerie coûtent super-cher. Et en écrivant dessus à l'indélébile "spécial extérieur", ça ne s'efface pas. Quand on est du genre "sans mémoire" comme moi, c'est bien pratique ! Bonne soirée à toi et à bientôt aussi