Quelle place j'accorde à la nature ?

Publié le par Annick Boidron

Ceci est un article un peu spécial puisqu'il répond à la demande de Heikel du blog " jardiner futé" qui a imaginé un carnaval d'articles sur le thème Quelle place j'accorde à la nature dans ma pratique du (jardinage) ? Et il ajoute : en présentant les avantages que vous en retirez…
(toutes les infos sur le blog de ce jardinier très futé...)
Bon sang, ce n'est pas si facile que ça ! Mais allez, j'ai dis que je le ferais, je le fais !

Avant de répondre, il faut comprendre la question. Mais quand j'essaye, c'est toujours la même image qui me vient à l'esprit : je me revois sur le siège arrière de la voiture quand j'étais enfant, ma sœur m'accusant de prendre "toute la place". La solution n'était pas difficile à trouver : il suffisait de mesurer pour accorder à chacune l'espace qui lui revenait.

Dans un jardin, ça ne va pas comme ça ! Vous m'imaginez en train d'en mesurer la moitié puis de dire à la nature : "Voilà la place que je t'accorde (dis merci)" ?

Vue aérienne du jardin copiée sur google maps.

Vue aérienne du jardin copiée sur google maps.

Ridicule, n'est-ce pas ?

Autre problème : c'est quoi, la nature ? Le piéris que j'aperçois par la fenêtre, est-ce que c'est la "nature" ? Ben oui, il est "naturel" ... mais c'est moi qui l'ai planté et qui le taille. Et les oiseaux qui viennent aux mangeoires : ils appartiennent à la nature, non ? Mais seraient-ils là si je ne les nourrissais pas ?

Les petits oiseaux, c'est la nature. Mais qu'en est-il des graines qu'on leur donne en hiver ?

Les petits oiseaux, c'est la nature. Mais qu'en est-il des graines qu'on leur donne en hiver ?

Dans mon jardin, la nature est partout...et moi aussi. Tout dépend de moi...et d'elle. Nous sommes imbriquées l'une dans l'autre...inséparables.

Mais voilà que je commence à parler de la nature comme d'une personne ! Ça devait arriver !  D'ici à ce que j'évoque "Mère Nature", il n'y a qu'un pas. Bon tant pis, je n'arrive pas à faire  autrement. Pour que ce soit bien clair, j'écrirai désormais Nature avec un "N" majuscule.

Ne sont-elles pas judicieusement disposées ces touffes de molène (jaune pâle). Je n'y suis pour rien : c'est la Nature qui les a installées là.

Ne sont-elles pas judicieusement disposées ces touffes de molène (jaune pâle). Je n'y suis pour rien : c'est la Nature qui les a installées là.

Quelle place j'accorde à la Nature ?

Oh, je lui en accorde une bien grande, je crois...

Et même, je l'encourage à entrer dans le jardin : je nourris les petits oiseaux, j'entretiens une mare pour les grenouilles, je fauche l'herbe une fois par an pour permettre aux fleurs spontanées de pousser. (OK, c'est plutôt Alain qui s'occupe de ces trois dernières tâches... mais je le soutiens moralement !)

La mare semble si naturelle... pourtant sans la bâche en EPDM qui en recouvre le fond, elle n'existerait même pas !

La mare semble si naturelle... pourtant sans la bâche en EPDM qui en recouvre le fond, elle n'existerait même pas !

Je ne lui fais pas de mal, à la Nature. Enfin, le moins possible : pas de pesticides, pas de bêchage intempestif, pas de "nettoyages" forcenés. Je la laisse s'étendre, se ressemer, s'étaler, et même, parfois, se vautrer.

Boutons d'or et bugles rampants : c'est pas beau, la Nature ?

Boutons d'or et bugles rampants : c'est pas beau, la Nature ?

J'aime et je protège la Nature

La Nature est tellement jolie, n'est-ce pas ? Les papillons rendent mes fleurs encore plus belles... à tel point que je laisse des touffes d'orties et des ronces pour eux. Ce n'est pas que je trouve ça très décoratif, mais ça en vaut la peine !

La chenille du tabac d'Espagne se nourrit de violettes. Celle du paon du jour préfère les orties. Tout cela est disponible dans notre jardin.La chenille du tabac d'Espagne se nourrit de violettes. Celle du paon du jour préfère les orties. Tout cela est disponible dans notre jardin.
La chenille du tabac d'Espagne se nourrit de violettes. Celle du paon du jour préfère les orties. Tout cela est disponible dans notre jardin.

La chenille du tabac d'Espagne se nourrit de violettes. Celle du paon du jour préfère les orties. Tout cela est disponible dans notre jardin.

Plus on la connaît, plus on se rend compte que la nature est généreuse : quand on la laisse un peu faire, elle nous fournit toutes sortes de bonnes plantes, comestibles pour ceux qui savent les reconnaître.

L'ail des ours, "un merveilleux cadeau de la Nature", forme de grandes touffes sous la haie de charmes libres.

L'ail des ours, "un merveilleux cadeau de la Nature", forme de grandes touffes sous la haie de charmes libres.

Quand même, parfois, elle exagère

Les limaces : c'est elle ! Les chenilles de piérides, les moustiques, c'est elle aussi. Pourtant, ce ne sont pas les prédateurs qui manquent : grives, mésanges, batraciens, carabes... Mais ils ont beau faire : il reste toujours des limaces. Des chenilles et des moustiques aussi (un peu).

Oui, je sais, chaque être vivant joue un rôle dans la nature. Mais quand je vois les limaces dévorer mes salades, je suis tout à coup beaucoup moins convaincue de leur utilité.

Oui, je sais, chaque être vivant joue un rôle dans la nature. Mais quand je vois les limaces dévorer mes salades, je suis tout à coup beaucoup moins convaincue de leur utilité.

La Nature que je choie tant serait-elle une ingrate ? Mais non, voyons !

En accordant une large place à la Nature, je me simplifie la vie

Car c'est aussi la Nature qui régule tout ça. S'il n'y avait pas de grenouilles, nous serions envahis de moustiques. S'il n'y avait pas de mésanges, les chenilles seraient encore plus nombreuses sur les choux. Je pourrais écrire tout un livre sur ce que ça m'apporte de laisser une large place à la Nature. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Je suis à peu près sûre qu'on va retrouver les mêmes exemples sous de multiples formes dans tous les articles de ton carnaval, Heikel !

Armée de grenouilles guettant le moindre moustique

Armée de grenouilles guettant le moindre moustique

Jardiner, c'est composer avec la nature

Bien-sûr, on peut être plus ou moins interventionniste, mais on intervient toujours. Sinon, ce n'est plus un jardin. Chaque jardinier a une représentation de la nature idéale et essaye de la reproduire chez lui. Certains rêvent d'une Nature bien propre et  "tout en netteté" comme dirait Luc Noël. Ce n'est pas mon genre : pour moi, la Nature idéale est exubérante, joyeuse, inattendue.

Mon jardin correspond à l'idée que je me fais de la Nature idéale. (Certains diront que c'est un sacré bordel)

Mon jardin correspond à l'idée que je me fais de la Nature idéale. (Certains diront que c'est un sacré bordel)

Quand je vais au jardin, je veux avoir de tas de choses à regarder, à écouter, à sentir, à caresser...à goûter. Et ça, je ne peux l'obtenir qu'en jouant gentiment avec la Nature, en ne la brusquant pas trop... mais en la guidant juste un petit peu, avec beaucoup de précautions.

Un peu de moi, un peu de Nature : j'aime le résultat.

Un peu de moi, un peu de Nature : j'aime le résultat.

Une responsabilité

Cela dit, en tant que propriétaire d'un petit bout de terrain, j'ai une responsabilité : selon l'importance de mes interventions, je peux laisser vivre ou tout tuer à grands coups d'herbicides et de tracteur-tondeuse.  J'ai le pouvoir de polluer l'air, l'eau, la terre. Je peux, en coupant les haies, enlever tout refuge aux oiseaux. Et qui m'empêcherait de détruire les nids des hirondelles qui "salissent tout" ? Vous l'avez compris : je ne veux pas être cette jardinière-là. Mais jusqu'où puis-je aller dans mes petits arrangements avec "Dame Nature" ? ça restera sans doute une question sans réponse.

Car enfin, qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout.

Blaise Pascal au 17e siècle (quand même !)

Publié dans Reflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

catherine 20/12/2017 16:52

un peu vaste ce sujet pour répondre en quelques lignes, en te lisant je m'aperçois que je ne laisse pas assez de place à la nature, qui se venge (LOL) en envahissant d'autant plus les coins non jardinés , le sous bois et le bois!!!

Annick Boidron 20/12/2017 17:27

Oh oui ! C'est un sujet tellement vaste que j'ai bien failli laisser tomber plusieurs fois ! Je ne suis d'ailleurs pas trop contente de moi sur ce coup-là. La nature, c'est quand même un concept pas évident à définir. Bonne soirée Catherine et bisous

Heikel de Jardiner Futé 18/12/2017 22:00

Merci pour cette magnifique participation au carnaval !

Je trouve ton article très beau, poétique et responsable. Ton approche du jardinage me plaît beaucoup. Quelle chance d'avoir une mare avec des grenouilles pour l'habiter ! ;)

Merci encore !

Annick Boidron 20/12/2017 17:35

Merci pour le commentaire. Il suffit de peu d'eau pour attirer les grenouilles. Un tout petit bassin de rien du tout leur suffit parfois pour pondre (on trouve souvent des pontes dans les flaques ui se forment dans les chemins forestiers). Bon succès pour ton carnaval

Le Jardin de Darius 10/12/2017 11:59

C'est ce que j'aime le plus dans ton jardin: la part belle laissée à la nature.
Ce que certains appelleraient "un sacré bordel" comme tu dis ;-)
Bon dimanche,
Aude.

Agnès 09/12/2017 17:58

Je n'ai pas lu ton article. Sinon tu vas m'influencer dans l'écriture du mien. Bisous. Bon Week End

Annick Boidron 09/12/2017 20:15

Héhé, je croyais que c'était pour le 10, alors je me suis dépêchée. MAIS C'EST POUR LE 31 ! Si j'avais su... Je me réjouis de lire ton article. (Heu, par contre, ça peut être intéressant de lire ceux des autres car avec un sujet pareil, j'ai bien peur que l'on se répète tous un peu)
Bisous Agnes

Elise 09/12/2017 17:30

C'est tellement vrai !
Et en laissant la Nature arranger les choses à sa guise, on a souvent de jolies surprises. :-)
Avez-vous reçu mon message envoyé via "contact" ? Je ne sais pas s'il est bien passé...
ELise, qui vient d'aller prêter main-forte à la Nature en paillant un peu pour permettre aux frileuses de mieux passer l'hiver.

Annick Boidron 09/12/2017 17:40

Oh oui ! malheur de malheur ! J'ai lu votre message hier soir et il m'a bien fait sourire. J'aime beaucoup votre style ! Et devinez quoi ? MOI AUSSI, je connais Dom-le Mesnil. Si si ! Je vous réponds tout de suite