La claytone de Cuba, la plante la plus facile du monde...et quelques histoires qui s'y rapportent

Publié le par Annick Boidron

Elle n'a l'air de rien, mais la claytone de Cuba ou claytonia Perfoliata est une petite plante parfaite : elle est bonne, elle pousse en hiver, elle est hyper-facile et ce ne sont pas les anecdotes qui manquent à son sujet.

Je vais laisser à Louisette, du jardin de LY, le soin de vous la présenter. Pour ma part, je vais me contenterai de vous montrer comment je procède pour la cultiver sans effort dans la serre... et je vous raconterai une ou deux anecdotes à son sujet.

Un jour Véronique (pour ceux qui suivent : oui, cette Véronique-là! ) m'en a donné un petit plant. Ses instructions étaient simples : tu mets le pot dans la serre et tu laisses faire (c'était il y a quelques années et je ne me souviens plus exactement de ses mots, mais l'idée est là). Depuis, j'en récolte tous les ans, de l'hiver au printemps.

Dans la serre, j'ai toujours un pot (c'est le même depuis des années) dans lequel poussent des claytones. Je ne m'en occupe JAMAIS. Il vit sa vie pépère, profitant de l'arrosage des tomates et, sans doute, de leur ombrage en été. Voici le pot en question aujourd'hui.

La claytone de Cuba, la plante la plus facile du monde...et quelques histoires qui s'y rapportent

Grâce à ce pot, je ne dois même pas récolter les graines, ni les conserver, ni les semer. Les claytones y fleurissent, y font leurs graines, y meurent puis... y germent et y repoussent en automne. Pas besoin d'éclaircir, elles gèrent ça elles-mêmes.

Mai : les claytones en fin de floraison produisent des graines...que les fourmis emporteront un peu partout.

Mai : les claytones en fin de floraison produisent des graines...que les fourmis emporteront un peu partout.

Juillet : elles sont mortes. Le pot reste à l'abri sous les tomates : je ne m'en occupe pas

Juillet : elles sont mortes. Le pot reste à l'abri sous les tomates : je ne m'en occupe pas

En automne, les graines contenues dans le pot germent...ainsi que toutes celles que les fourmis ont disséminées dans la serre.En automne, les graines contenues dans le pot germent...ainsi que toutes celles que les fourmis ont disséminées dans la serre.

En automne, les graines contenues dans le pot germent...ainsi que toutes celles que les fourmis ont disséminées dans la serre.

Et voilà : Il suffit de récolter les jolies feuilles fraîches et croquantes pour obtenir une belle petite salade, même en hiverEt voilà : Il suffit de récolter les jolies feuilles fraîches et croquantes pour obtenir une belle petite salade, même en hiver

Et voilà : Il suffit de récolter les jolies feuilles fraîches et croquantes pour obtenir une belle petite salade, même en hiver

A la fin du printemps, quand je prépare la serre pour la plantation des tomates, les claytones sont recouvertes de compost puis de tontes de gazon. Mais ce n'est pas grave. Car même si elles n'ont pas eu le temps de grainer, celles qui poussent dans le pot suffisent pour renouveler la population...et me fournir en petites salades pour l'hiver prochain.

La claytone de Cuba, la plante la plus facile du monde...et quelques histoires qui s'y rapportent

Avant de passer aux anecdotes, j'ajouterai vite-fait que la claytone a été introduite chez nous au 18e siècle et qu'elle s'y est naturalisée. Elle est particulièrement abondante près de la mer du Nord. Certains la considèrent parfois comme une plante envahissante, mais elle est très facile à arracher... puis à manger. Ah oui ! On l'appelle aussi "pourpier d'hiver". (1)(2)

Allez, maintenant, on traverse l'Atlantique.

Une plante du Far West

La claytone de Cuba n'est pas originaire de Cuba mais de l'ouest des États Unis et du Mexique...je vais donc vous raconter des histoires d'Indiens et de ruée vers l'or.

En vert : régions d'origine de la claytone perfoliée (3)
En vert : régions d'origine de la claytone perfoliée (3)

La ruée vers l'or... et la claytone

Vous vous souvenez de ces films dans lesquels des pionniers traversent la prairie américaine et les Montagnes Rocheuses dans l'espoir une vie meilleure en Californie. Certains d'entre eux, vers 1849, espéraient trouver de l'or ! Quel long voyage, n'est-ce pas ? Et semé d'embûches. Avant le chemin de fer, il durait de cinq à six mois... quand tout allait bien.

Vous imaginez la vie dans ces carioles pendant des mois : les illusions qui s'envolent une à une, la maladie, la mort...

Vous imaginez la vie dans ces carioles pendant des mois : les illusions qui s'envolent une à une, la maladie, la mort...

Ces pionniers avaient d'autres préoccupations que de se nourrir sainement (C'était une erreur). Ils emportaient avec eux du lard, du bacon, de la farine, des biscuits, du café et du thé. Et aussi quelques fruits secs (4). Pas beaucoup de vitamine C dans tout ça ! Résultat, à la fin du voyage ou après leur arrivée, leurs dents commençaient à tomber, leurs articulations à se bloquer : ils étaient atteints du scorbut ! (5)

Les pionniers qui traversaient l'Amérique de part en part, n'avaient pas vraiment le temps, ni sans doute l'occasion, de récolter et de cuisiner des légumes frais.

Les pionniers qui traversaient l'Amérique de part en part, n'avaient pas vraiment le temps, ni sans doute l'occasion, de récolter et de cuisiner des légumes frais.

A cette époque, on savait déjà que le scorbut pouvait être évité en mangeant des fruits et des légumes frais. Mais vous savez ce que c'est, la fièvre de l'or. Les mineurs, obsédés par leurs rêves de richesses, mais très pauvres pour la plupart, et loin de toute source d'approvisionnement en légumes, finissaient presque tous par être atteints : s'ils n'en mouraient pas, la plupart restaient estropiés. On estime à 10.000 le nombre de twenty-niners morts du scorbut (5) .

Charlie Chaplin dans "la ruée vers l'or". Le film porte sur une autre ruée vers l'or (vers le Klondike en Alaska en 1896) mais on comprend l'idée : les mineurs crevaient de faim, ils tombaient malades ou perdaient la raison et souvent, ils en mouraient.

Charlie Chaplin dans "la ruée vers l'or". Le film porte sur une autre ruée vers l'or (vers le Klondike en Alaska en 1896) mais on comprend l'idée : les mineurs crevaient de faim, ils tombaient malades ou perdaient la raison et souvent, ils en mouraient.

La salade des mineurs

Mais les Indiens qui vivaient (encore) dans ces régions étaient en bonne santé. Et si jamais les premiers signes du scorbut apparaissaient, hop ! ils faisaient une petite cure de Claytone perfoliée et ça repartait. Est-ce eux qui, sans rancune, ont informé les pionniers de ses vertus antiscorbutiques ? On le dit, mais rien n'est certain. La claytone est une plante pionnière, elle poussait abondamment dans les montagnes ravagées par les chercheurs d'or : ceux-ci n'avaient qu'à se baisser pour la ramasser. Comment la préparaient-ils ? Mystère ! Mais voilà comment, aux États-Unis, Claytonia perfoliata et devenue la miner's lettuce. (6)

En Californie, sous ces chênes pousse un tapis de "miners lettuces". Il y a là de quoi éviter le scrobut à bon nombre de mineurs. J'ai emprunté la photo au blog d'un hicker (7).

En Californie, sous ces chênes pousse un tapis de "miners lettuces". Il y a là de quoi éviter le scrobut à bon nombre de mineurs. J'ai emprunté la photo au blog d'un hicker (7).

Une étude de 1980 (11) a confirmé que la claytone était riche en vitamines C : une tasse remplie de feuilles de claytonia perfoliata (crues) suffit pour satisfaire 33% de nos Apports Journaliers Recommandés (AJR) en vitamine C. Le citron, c'est 66% ==> deux tasses de claytone = un citron !

Deux tasses de claytone égalent un citron... tout dépend de la taille des tasses... et du citron.

Deux tasses de claytone égalent un citron... tout dépend de la taille des tasses... et du citron.

La laitue des Indiens

Aux États-Unis, dans l'esprit "rendons à César ce qui est à César", la claytone est aussi appelée Indian's lettuce. D'après les témoignages recueillis auprès de membres de différentes tribus indiennes de la région, cette petite plante était employée à de multiples usages (8) :

Alimentaires

Simplement crue ou cuite, la claytone constitue un plat plutôt fade. Pour ajouter un peu de peps, les indiens avaient une astuce : recouvrir les orifices d'une fourmilière avec les feuilles. Les fourmis, énervées par ces obstacles, les aspergeaient alors d'acide formique... ce qui donnait à la salade un petit goût acidulé (10). C'est à essayer. Attention, il faut choisir des fourmis qui projettent l'acide formique, pas celles qui piquent. Les grosses fourmilières qu'on trouve dans les forêts de résineux conviennent fort bien. Un peu plus loin, vous trouverez une autre recette...plus classique (voir)

Une fourmilière comme celle-ci devrait convenir.

Une fourmilière comme celle-ci devrait convenir.

Médicinaux

Outre son efficacité avérée contre le scorbut, la claytone, sous forme de cataplasme, pourrait soulager les douleurs dues aux rhumatismes. Elle était également utilisée pour apaiser les irritations des yeux. Certains consommaient son jus pour s'ouvrir l'appétit. Je vous répète ce que disent les Indiens(8)(9). Moi, je ne sais pas si ça marche. Mais pourquoi pas ?

Magiques

Enfin, de la magie toute douce et sans risques : en plus de calmer les irritations des yeux, les indiens pensaient que la claytone permettait de "voir ce qui est juste" ! Ah, si ça pouvait marcher !

Une autre utilisation, un peu magique aussi, consiste pour les femmes enceintes, à consommer tout un plant de claytone (ce qui n'est pas énorme). Grâce à ce petit effort, son bébé sera tout doux à la naissance. Hazel Heckman(10)(12), qui raconte cette anecdote, ne précise pas si elle parle de la peau ou du caractère.

Ludiques

On ne joue pas qu'avec les cloportes ! Les petits indiens s'amusaient avec des tiges de claytone (9). Je vous résume ci-dessous les règles (assez simples !) du jeu :

Nombre de joueurs : 2

  1. Chaque joueur se munit d'une tige de claytone en fleur
  2. Préparation : enlever la couche extérieure des tiges pour ne garder que la partie centrale, flexible. Conserver la feuille terminale et la fleur.
  3. En la tenant par son extrémité, essayer d'enrouler sa tige autour de celle de son adversaire
  4. Tirer d'un coup sec

Le gagnant est celui qui arrive à arracher la feuille supérieure et la fleur de la tige de son adversaire.

Je vous promets une démonstration avec photos à l'appui dès que les claytones seront en fleurs.

Allez, une petite recette

Voici le lien vers la recette originale. La traduction en Français est en dessous.

 

Voici la traduction, le lien vers la recette originale est en dessous.

Boulettes d'aubergines, de pois chiches et de miner's lettuce à l'huile de romarin et à l'ail

Pour quatre personnes

  • 4 rameaux de romarin, feuilles retirées des tiges et hachées finement
  • 2 gousses d'ail, hachées finement
  • 5 cuillères à soupe d'huile d'olive
  • 2 cuillères à soupe de vinaigre de myrtille (ou autre vinaigre)
  • Sel aux herbes
  • 2 aubergines
  • 1 tasse de pois chiches, cuits
  • 1 cuillère à café de graines de coriandre moulues
  • 1 cuillère à soupe de paprika
  • 1 pincée de poudre de chili
  • Poivre
  • 3/4 tasse de feuilles de laitue minérale

Huile de romarin et d'ail

Dans une petite casserole, faire revenir le romarin et l'ail doucement dans 1 cuillère à soupe d'huile d'olive pendant environ 5 minutes. Laisser refroidir. Mettez le vinaigre et l'huile d'olive restante dans un petit bol. Ajoutez le romarin et l'ail. Assaisonner.

Boulettes de pois chiches et aubergines

Préchauffez le four à 400 ° F. Piquer les aubergines tout autour avec une fourchette et cuire au four à 400 ° F pendant 1 heure ou jusqu'à ce que la peau soit complètement recroquevillée. Mettez les pois chiches dans un grand bol. Peler la peau de l'aubergine et ajouter la chair aux pois chiches et bien écraser avec une fourchette. Assaisonnez avec la coriandre, le paprika, la poudre de chili, le sel et le poivre. Étaler uniformément la miners lettuce sur une assiette ou sur une surface plane. Faire de petites boules (environ la taille d'une balle de golf) et les rouler dans les feuilles de miner's lettuce. Disposer les boulettes sur un plat et servir avec l'huile de romarin et d'ail.

J'arrête : je crois que je n'arriverai jamais au bout de tout ce qu'on peut découvrir sur la claytone et son histoire. Chaque fois que je reprends cet article pour le terminer, je me perds dans les méandres du Net en suivant de nouvelles pistes qui me semblent toujours plus intéressantes. L'ethnobotanique est une science extraordinaire et je me réjouis souvent de vivre au 21e siècle pour pouvoir explorer toutes ces connaissances.

Allez, à bientôt.

(1) Charles François Antoine Morren, PHYSIOLOGIE HORTICOLE DU GOUT. SUR LE CLAYTONIA PERFOLIATA , ÉPINARD, OSEILLE . POURPIER ET SALADE D'HIVER., Annales de la société royale d'agriculture et de botanique de Gand: Volume 3, p16/714, 1 janvier 1847. Consultable gratuitement sur Google Play

(2) M. Bory de Saint-Vincent (Jean Baptiste Geneviève Marcellin)DictionnaireM. Audoin, Dictionnaire classique d'histoire naturelle, Rey et Gravier, libraires-éditeurs, quai des Augustins, no 55, 1 janvier 1823 page 200/638. Consultable gratuitement sur google play

(3) USDA National Plant Data Center, Claytonia perfoliata Donn ex Willd.
miner's lettuce
URL https://plants.usda.gov/core/profile?symbol=CLPE

(4) Marc Rumminger, What they ate on the way to the California gold fields. Octobre 2008. Site : http://civileats.com URL : http://civileats.com/2008/07/10/what-they-ate-on-the-way-to-the-california-gold-fields/

(5) Shala Howell, Why didn’t miners during the California Gold Rush realize eating potatoes could prevent scurvy?” 2016. Site : caterpickles.com URL : https://caterpickles.com/2016/11/07/why-didnt-miners-during-the-california-gold-rush-realize-eating-potatoes-could-prevent-scurvy/

(6) Wolf D. Storl, A Curious History of VegetablesAphrodisiacal and Healing P roperties, Folk Tales, Garden Tips, and Recipes, North Atlantic Books (14. Juni 2016)

(7) NorCal Hiker – PCT 2016, Thru-Hiking the Pacific Crest Trail. URL :  http://pct.norcalhiker.com/2016/04/30/days-27-to-30-miles-455-to-530/

(8) Native American Ethnobotany, A Database of Foods, Drugs, Dyes and Fibers of Native American Peoples, Derived from Plants. Recherche "claytonia perfoliata" : http://naeb.brit.org/uses/search/?string=claytonia+perfoliata

(9) Marc Andre Baker, The Ethnobotany of the yurok,tolowa,and karok Indians of northwest california , A Thesis Presented to The Faculty of Humboldt State University , 1981. téléchargeable sur research gate URL

(10) Hazel Heckman, Island Year University of Washington Press, 15 avr. 2014 - p 105/269. URL:

(11) Schelstraete, Marc Kennedy, Barbara M. Composition of miner's lettuce (Montia perfoliata)  [1980]. Information Systems Division, National Agricultural Library url (résumé) http://agris.fao.org/agris-search/search.do?recordID=US8101381.

(12) PALSINGILI, Tradition chez les Tongva URL : http://runajambi.org/tongva/minerslettuce.htm

Publié dans Serre, Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lau 05/05/2019 20:55

Bonjour,
Je vous découvre.
J'en ai mangé dans un chouette resto et depuis je cherche où en trouver pour en planter dans mon jardin.
Eux m'ont dit que ça s'appelle du pourpier st hubert mais mes recherches avec ce nom là restent infructeuses.
Savez-vous où je peux en trouver ?
A très bientôt

Annick Boidron 05/05/2019 21:01

Bonjour. Je suis en voyage pour le moment mais si vous voulez je peux vous envoyer des graines a mon retour. Ici en Belgique , on parle souvent de pourpier d'hiver a propos de la claytone.

Caroline 21/01/2018 18:52

Super intéressant, je suis super intéressée, je vais me mette às sa recherche. Bise

Rahir Pascale 18/01/2018 12:19

Ma chère, ton article me laisse sans voix encore une fois ! J'ai au jardin la jolie Claytonia Sibrica et de là à imaginer que je puisse la manger ... dingue ! Tu es une véritable encyclopédie ! Merci pour ce partage. Je crois que je vais aller en prendre au jardin dès aujourd'hui ! Bisous fleuris

Anne TJ 18/01/2018 10:26

Encore un article passionnant! Merci Annick ! Passe une bonne journée :)

michel 18/01/2018 08:28

Magnifique article pour un légume qui s'obstine à ne pas vouloir pousser chez moi !

mariejoclaude 17/01/2018 10:33

A un moment j'ai cru que ta claytone était le "nombril de vénus " qui ressemble bien et a les même caractéristiques et même utilisation mais le nombril de vénus appartient à la famille des crassulacées ,
bonne journée , sous le soleil aujourd'hui chez nous !

Isabelle 16/01/2018 20:39

Je suis ravie d'apprendre que le Claytonia (sibirica), issu de graine du SOL 2017 que j'ai semé en nombre au printemps pour la Roseraie, est comestible ! (je suis allée voir sur le net, il l'est aussi apparemment) et comme je l'ai planté sous les saules têtard, tout près du coin d'herbes aromatiques, on va croire que je l'ai fait exprès !

Annick Boidron 16/01/2018 20:45

Non, ça, c'est l'instinct de la jardinière ! ça doit être magnifique un tapis de claytonia sibirica (un peu rose, c'est ça ?) sous des saules tétards. Bonne soirée, Isabelle

Anne 16/01/2018 18:25

Bonjour Annick,
Merci beaucoup pour cet article intéressant, j aime bien l histoire sur le claytone.
Je pense que je connais cette Véronique j ai reçu aussi des graines de cette plante. Dans ma serre ça n’a pas poussé, j’essayerai aussi comme toi de semer dans un pot (j ´ ai encore des graines).
À plus, anne

Annick Boidron 16/01/2018 20:45

Héhé, oui, c'est bien cette Véronique-là. Mais chuuut ! elle ne le sait pas...

catherine 16/01/2018 18:16

que je suis inculte en matière de botanique potagère, de plus en plus!
je connais le pourpier, mais je ne savais pas que c'était de la claytone de Cuba..ah pauvre de moi!
merci pour la recette, avec ou sans pourpier, les boulettes doivent être délicieuses.
bonne soirée Annick, bises

Annick Boidron 16/01/2018 20:50

Une "inculte" ! Mais enfin ! Ce n'est pas la plante de potager la plus courante, hein ! Heu... au fait : il y a le pourpier ET la claytone de Cuba qu'on appelle "pourpier d'hiver". Ce sont deux plantes différentes...
En lisant ton message je me suis fait un réflexion : les aubergines et les claytones sont des plantes qu'on récolte à des périodes différentes... ce n'est pas vraiment pratique (à moins d'acheter des auberges qui viennent du bout du monde). Mais comme tu dis, on peut faire la recette sans claytone. Gros bisous Catherine

Elise 16/01/2018 18:04

Ahah, j'attends la vidéo au moment de la floraison ! ;-)
Je trépigne en attendant de vos nouvelles, mais rien, alors je m'inquiète...
Je me disais que vous étiez peut-être partie en vadrouille, mais vous semblez être là puisque vous postez.
Alors... Avez-vous reçu mon petit paquet gourmand ?
Bonne fin de journée.
Elise, bien tentée maintenant par la claytone (et qui ne trouve nulle part en vente, même plus tard en saison, de yacon morado... Mais a dégusté hier un très bon yacon du magasin bio, avec du goût, du sucre et tout et tout !)

Annick Boidron 16/01/2018 18:12

Coucou Elise : votre commentaire et mon mail se sont croisés. Merciiiiiiiiiiii ! J'ai eu du mal à récupérer votre colis. Il était au bureau de poste...qui n'ouvre qu'à certaines heures. Mais enfin, je l'ai et je m'en pourlèche encore les babines... mais fallait pas ! Bisous