Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?

Publié le par Annick Boidron

C'est l'année des limaces ! Ce temps chaud et humide leur donne des ailes... enfin presque ! Je les poursuis avec rage et détermination mais elles semblent accourir de toutes parts pour se jeter goulument sur mes pauvres petits légumes sans défenses.

Sans défenses, vraiment ? Il parait pourtant que, face à un stress, les plantes sont capables de réagir et de se protéger. Alors, pourquoi ça ne marche pas avec mes laitues ?

Manifestement, cette jeune laitue, réduite à un trognon en une nuit, n'a pas développé les défenses adéquates contre les limaces.

Manifestement, cette jeune laitue, réduite à un trognon en une nuit, n'a pas développé les défenses adéquates contre les limaces.

A en croire certains, si les laitues (et les autres plantes fragiles) fraichement repiquées sont victimes des attaques des limaces, c'est parce qu'elles ont été trop chouchoutées dans leur enfance. L'idée serait alors de les élever "à la dure" afin qu'elles soient prêtes à affronter les dangers de la vraie vie une fois repiquées dans le potager. Damien Dekarz explique cela dans la vidéo ci-dessous :

Le passage sur les limaces commence à la minute 9 mais l'ensemble de la vidéo vaut la peine d'être visionnée.

Simuler une attaque pour rendre ses laitues résistantes aux limaces

Voici, un petit peu synthétisé, ce que dit Damien Dekarz :

Quand une laitue s'est déjà fait grignoter plusieurs fois par des limaces, si elle survit, elle change la composition de sa sève et devient résistante. Il est donc intéressant de simuler de petites attaques avant de les repiquer !

C'est vrai, ça ?

En tout cas, ça paraît plausible. Mais j'ai voulu vérifier : si c'était aussi facile, le truc serait appliqué depuis longtemps. J'ai bien cherché mais je n'ai trouvé aucune étude ou témoignage indiquant que des laitues "grignotées par l'homme" deviendraient plus résistantes aux attaques de limaces. L'idée n'est pourtant pas à jeter car vous allez voir qu'il existe des pistes intéressantes.

Un agresseur... et non des moindres !

Un agresseur... et non des moindres !

Quand une plante est blessée, elle se modifie et devient plus résistante

Bon, ça dépend un peu des plantes : certaines vont secréter des substances toxiques (de la nicotine, par exemple), d'autres deviennent plus coriaces ou plus épineuse. Les stratégies sont nombreuses. Ces défenses se mettent en place en quelques minutes ou quelques jours (1).

Et les laitues ?

Je n'ai trouvé qu'une seule étude sur les laitues stressées (4). Des chercheurs leur ont fait subir toutes sortes d'horreurs (froid, sécheresse, blessure, etc.). Ils ont trouvé, dans les salades ainsi torturées, une plus forte concentration en composés phénoliques.

En plus d'être des anti-oxydants, bons pour la santé et arguments de vente, ces composés sont souvent amers : les limaces ne les aiment pas. Mais est-ce que ça suffit pour les dégoûter et laisser nos salades tranquilles ? C'est une autre histoire...

Cette belle laitue Saint Antoine a résisté aux limaces (en 2017) ... pourquoi elle ?

Cette belle laitue Saint Antoine a résisté aux limaces (en 2017) ... pourquoi elle ?

Par contre, il existe beaucoup d'études portant sur la réaction des végétaux face aux agressions des limaces et des autres prédateurs. On comprend facilement l’intérêt économique que cela représente. Le principe : les chercheurs tentent d'identifier les molécules qui interviennent dans ces processus de défense et en aspergent les plantes à protéger. Ils espèrent ainsi trouver LA substance qui marche et augmente la résistance aux agressions. (7)

Comment distinguer le bon insecte qui vient vous polliniser de la méchante limace qui vient vous manger quand on est une plante et qu'on n'a pas d'yeux ?Comment distinguer le bon insecte qui vient vous polliniser de la méchante limace qui vient vous manger quand on est une plante et qu'on n'a pas d'yeux ?

Comment distinguer le bon insecte qui vient vous polliniser de la méchante limace qui vient vous manger quand on est une plante et qu'on n'a pas d'yeux ?

Tout est encore bien loin d'être compris sur ces mécanismes de défense. Mais ce que j'ai pu trouver sur le sujet est passionnant. Savez-vous que la plupart des plantes sont capables d'identifier leur agresseur ? Des recherches menées sur différents végétaux (mais pas les laitues, hélas !) ont montré que ceux-ci reconnaissaient les limaces grâce à leur mucus... Il suffirait même d'en déposer un peu sur le sol pour déclencher le processus. (5,6)

Les limaces seraient trahies par leur mucus.

Les limaces seraient trahies par leur mucus.

Il y a encore beaucoup de choses à raconter sur le sujet, mais ce serait vraiment beaucoup trop long. Si vous voulez en savoir (beaucoup) plus, je vous conseille la lecture passionnante du livre de Jean-Pierre Jost : stratégie de défense des plantes contre les maladies et les parasites. Il coûte 16€ en version papier mais on peut le trouver en pdf pour 4,99 €. Par exemple ici.

Et en pratique, alors ?

Tout ça, c'est de la théorie. Moi, je voudrais savoir si je peux rendre mes laitues plus résistantes. J'ai tenté un petit essai perso...

J'ai donc semé trois pots de laitues :

Ce sont des laitues lednikY... j'étais un peu distraite en faisant les étiquettes !

Ce sont des laitues lednikY... j'étais un peu distraite en faisant les étiquettes !

J'ai entaillé avec des ciseaux les feuilles des laitues du premier pot

Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?

J'ai déposé de grosses limaces (dégoûtantes) sur celles du second pot et je les ai laissé baver pendant toute une nuit.

Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?

Je n'ai pas touché aux laitues du troisième.

J'ai identifié les pots par un petit bâton muni d'un symbole. Blessées : hachuré, exposées aux limaces et à leur bave : noir uni et indemnes : rien □.

Voici mon code.Voici mon code.Voici mon code.

Voici mon code.

Deux jours plus tard, les ai repiquées ici : un endroit bien humide où, déjà, les limaces guettent...

C'était le 24 maiC'était le 24 mai

C'était le 24 mai

J'ai identifié chaque petite laitue par son symbole et j'ai permuté leurs places dans les lignes. Il y avait 10 salades de chaque pot soit 30 petits plants.

Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?

Les résultats

  • Le 24 mai : plantation de 30 petites laitues (10 blessées : , 10 "embavées" : et 10 indemnes : □)
  • Le 25 mai : il reste 10 petites laitues (4 blessées  , 4 "embavées" et 1 indemne □)
  • Le 28 mai : rien n'a changé...
  • Le 29 mai, c'est la razzia : seules trois vaillantes ont échappé aux prédateurs (2et 1□)
  • Hier (le 06 juin), deux laitues survivaient encore vaillamment : toutes les deux étaient des laitues "blessées" . Je les ai immortalisées :
Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?Laitues : peut-on stimuler leurs défenses anti-limaces ?
  • Et aujourd'hui, le 7 juin : PLUS RIEN DU TOUT ! Les deux survivantes ont succombé, elles aussi.

Que peut-on en conclure ?

Rien, évidemment... Mais la résistance des deux dernières laitues blessées est peut-être une indication. Auraient-elles développé une forme de défense anti-limaces ?  Ce résultat est peut-être tout simplement le fruit du hasard. Quoi qu'il en soit, aucune n'en est sortie vivante ! Il faut dire qu'elles n'ont pas été aidées : repiquées toutes petites, à portée de radula, dans un coin adoré des limaces. C'est déjà étonnant que certaines aient survécu deux semaines dans ces conditions.

Vous aurez remarqué qu'aucune des laitues exposées aux limaces et à leur bave avant repiquage n'a survécu plus de cinq jours. Ce n'est pas significatif, bien sûr. Mais, clairement, ce traitement ne les a pas immunisées.

Et voilà : retour à la case départ ! Il ne reste plus rien.

Et voilà : retour à la case départ ! Il ne reste plus rien.

Et maintenant ?

Eh bien, je vais recommencer... Avec des salades plus grosses, blessées à plusieurs reprises, que je comparerai avec d'autres, plus chouchoutées. On verra bien qui résistera le mieux ! A bientôt.

Sources et ressources

(1) Jean-Pierre Jost, Yan-Chim Jost-Tse, Stratégie de défense des plantes contre les maladies et les parasites (et: quelques applications) prat. Editions Publibook, 2016 - 209 pages

(2) Kimberly L. Falk,#1 Julia Kästner,#2 Natacha Bodenhausen,3,4 Katharina Schramm,1 Christian Paetz,5 Daniel Giddings Vassão,1 Michael Reichelt,1 Dietrich von Knorre,6 Joy Bergelson,7 Matthias Erb,8 Jonathan Gershenzon,1 and Stefan Meldau#2The role of glucosinolates and the jasmonic acid pathway in resistance of Arabidopsis thaliana against molluskan herbivores, Mol Ecol. 2014 March; 23(5): 1188–1203. Published online 2014 January 22. doi:  10.1111/mec.12610 URL : http://europepmc.org/articles/pmc5147714

(3) T. R. Green,C. A. Ryan, Wound-Induced Proteinase Inhibitor in Plant Leaves: A Possible Defense Mechanism against Insects, Science  18 Feb 1972:Vol. 175, Issue 4023, pp. 776-777, DOI: 10.1126/science.175.4023.776. URL : http://science.sciencemag.org/content/175/4023/776

(4) Carey EE, Rajashekar CB., Environmental stresses induce health-promoting phytochemicals in lettuce.Plant Physiol Biochem. 2009 Jul;47(7):578-83. doi: 10.1016/j.plaphy.2009.02.008. Epub 2009 Feb 28. URL du résumé : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19297184

(5) Stefan Meldau, Julia Kästner, Dietrich von Knorre & Ian T Baldwin (2014) Salicylic acid-dependent gene expression is activated by locomotion mucus of different molluscan herbivores, Communicative & Integrative Biology, 7:3, DOI: 10.4161/cib.28728. consulté le 18-03-2018- URL : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.4161/cib.28728?scroll=top&needAccess=true

(6) Julia Kästner,1 Dietrich von Knorre,2 Himanshu Himanshu,1 Matthias Erb,3 Ian T. Baldwin,1 and Stefan Meldau1,*¤Salicylic Acid, a Plant Defense Hormone, Is Specifically Secreted by a Molluscan Herbivore, Jeffrey Graham Williams, Editor, Published online 2014 Jan 22. doi:  10.1371/journal.pone.0086500
PMCID: PMC3899270 URL : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3899270/
 
(7) Nicole Benhamou et Patrice Rey, Stimulateurs des défenses naturelles des plantes : une nouvelle stratégie phytosanitaire dans un contexte d’écoproduction durable.I. Principes de la résistance induite, revue Phytoprotection, Volume 92, Numéro 1, 2012, p. 1–23, La société de protection des plantes du Québec, 2012. URL : http://id.erudit.org/iderudit/1012399ar

Heil M, Ibarra-Laclette E, Adame-Álvarez RM, Martínez O, Ramirez-Chávez E, Molina-Torres J, et al. (2012) How Plants Sense Wounds: Damaged-Self Recognition Is Based on Plant-Derived Elicitors and Induces Octadecanoid Signaling. URL : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0030537

Guillaume Legrand , Contribution à la caractérisation du métabolisme des acides chlorogéniques chez la chicorée : approches biochimique et moléculaire.Thèse pour l’obtention du grade de Docteur en Sciences de l’Université de Lille 1 Ingénierie des Fonctions Biologiques, Université de Lille 1.p.96 URL : https://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupversions/976273c5-85d1-4552-ab6c-63f622f53a63

Pakarinen, E.; Niemelä, P.; Tuomi, J.,  Effect of fertilization, seaweed extracts and leaf-damage on palatability of lettuce to Deroceras-slugs, Acta Oecologica 1990 Vol.11 No.1 pp.113-119 ref.20, Department of Biology, University of Turku, 20500 Turku, Finland. URL (abstract) : https://www.cabdirect.org/cabdirect/abstract/19901150578

John L. Orrock, Exposure of Unwounded Plants to Chemical Cues Associated with Herbivores URL : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3676838/

Publié dans Légumes, Ravageurs, Potager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Coco 18/05/2019 01:09

Bonjour / bonsoir moi habitant le pas de Calais j'avais aussi pas mal de dégâts causer par les limace et/ou escargots et la solution la plus efficace/naturelle et pas cher bah c'est les coquilles d'œufs grossièrement concassées mise tout au tour du pied de la plante voilà j'espère pouvoir aider quelqu'un

Pascale 29/07/2018 07:02

Quel sujet passionnant. Je transporte mes limaces et escargots tous les matins dans un bocal et les dépose à 3 km sur le chemin du travail. Je ne veux pas les tuer, les oiseaux en ont besoin. Cette année nous avons eu de belles salades dans le système d.aquaponie, la nouvelle marotte de MR. Les escargots ne vont pas encore explorer le système, cela viendra peut être.

Annick Boidron 30/07/2018 19:50

Tu as encore des limaces par cette chaleur (je suppose qu'il fait chaud aussi en Bretagne) ? Aquaponie ? ça marche bien ? Avec des poissons ? Ah lala ! le monde du jardin est inépuisable...

Isa maquinay 11/06/2018 08:25

Nous, on a mis des rouges a l'exterieur. Les seuls trous dans les feuilles ce sont les grelons ...

Annick Boidron 11/06/2018 08:31

Bonjour Isabelle,
Effectivement, j'ai lu que les rouges étaient plus résistantes car contenant des substances que les limaces n'aiment pas... Je me disais bien qu'il devait y avoir eu de la grêle... mais quand je dors, je dors... Bonne journée

Michel 08/06/2018 09:50

Bonjour,
Je viens juste de dire sur un forum que d'après une estimation de rendement, j'ai découpé approximativement 12.000 limaces hier soir !
Ton expérience est intéressante dommage que les résultats ne soient pas au rdv !
Concernant les stratégies de défense, présumant que toutes les plantes n'en sont pas dotées, il est aussi plus que probable que les sélections obtenues pour l'agriculture et le jardinage (incluant également les plantes d'ornement) n'ont pas "retenu" ces caractères, en privilégiant d'autres !
Car, il faut quand même se rendre à l'évidence que ce sont surtout les plantes cultivées qui sont la proie des limaces, alors que notre pissenlit sauvage, par exemple, est préservé ! Et donc, plus on introduit des plantes cultivées, je parle de chez moi, plus j'ai des limaces !
Enfin, car le sujet est trop vaste, il faut savoir que dans la bave de limace, il y a des phéromones et donc je remarque l'acharnement des limaces à se concentrer sur les mêmes plantes jusqu'à disparition totale, je pense que la cause en est les messages chimiques présents dans la bave !

Annick Boidron 11/06/2018 08:43

IL y a encore beaucoup de choses à découvrir sur le comportement des limaces. Finalement ces bestioles sont passionnantes. Bien d'accord pour les variétés sélectionnées qui sont plus appétissantes pour les limaces. Remarque que chez nous, il y en a partout y compris dans les zones laissées "naturelles"... je me demande bien ce qu'elles mangent, il faut pourtant qu'elles se nourrissent ! Cela dit, Damien Dekarz n'a pas l'air du gars qui affirme sans savoir et je suppose que sa pratique de "simuler une petite attaque" repose sur quelque chose (mais quoi ?) Je lui ai posé la question via sa chaine youtube, mais je n'ai pas eu de réponses. Il faut dire qu'il doit être très occupé. MAis dommage car j'aimerais bien en savoir plus. Bonne journée, Michel

Véro 08/06/2018 07:17

Hier j'ai ramassé 264 limaces et escargots....avant d'être découragée et de m'arrêter de compter. Et le "pot à limaces" est rempli tous les jours au même niveau....
Bonne journée quand même :-), Véro.

Annick Boidron 11/06/2018 08:55

Héhé ! Il y a bien longtemps que je ne les compte plus ! Et pourtant, je ne suis pas l'une des plus touchées ! Mais je fais quand même mon petit tour tous les soirs et je les coupe en deux avec des ciseaux. ça peut paraitre cruel mais ce n'est pas pire que d'être mangées par des poules. Bonne journée à toi aussi

Philippe 07/06/2018 23:05

Bonsoir,
Il y a quelques années, j'ai semé des laitue romaines ‘Integra Red’, une création de l’hybrideur Frank Morton de ‘Wild Garden Seeds’ dans l’Oregon. C'est une variété pour le jardin sauvage qui se ressème spontanément dans le jardin durant l’automne. Elle est résistante au grands froids. Les plants se ressèment spontanément me semble être beaucoup moins attaqués (voir pas du tout) que ceux que je replante après les avoir semés dans un bac.
Peut-être une piste à creuser ?

Annick Boidron 14/06/2018 20:53

Merci, je ne manquerai pas d'en commander

Annick Boidron 13/06/2018 14:36

Merci

Philippe 13/06/2018 13:50

Pour info, la variété 'Integrata Red' est en vente chez Kokopelli.

Annick Boidron 11/06/2018 08:57

Oui, effectivement, choisir des variétés plus résistantes est certainement un piste intéressante. Merci beaucoup pour l'information, je vais essayer de me procurer des graines de cette laitue. En plus, si elle se ressème toute seule, c'est doublement intéressant. Bonne journée

Pascale Rahir 07/06/2018 21:13

Annick et ses folles expériences ! Tu m'épates chère amie ! Merci de nous faire profiter de tes expérimentations. Je me régale (pas de salade malheureusement, chez moi ce sont également les fourmis qui rongent les plants)

Annick Boidron 11/06/2018 08:58

Note bien que je ne suis pas fan de salades (ni de crudités, intestin défectueux oblige). Mais j'aime bien les "folles expériences"....

Breulet Veronique 07/06/2018 20:54

Bonsoir,
Moi je ramasse soir et matin les mollusques gluants. J'ai fait des collerettes en mini grillage avec le dessus replié, ça fonctionne à 70%, J'ai sauvé ainsi mes pois gourmands. J'ai aussi acheté quelques collerettes pour salades, ça fonctionne à 95%, il ne faut pas que la collerette soit trop penchée. Sinon j'ai sauvé mes plants de bettes. Maintenant que les plants ont atteint 30cms je vais enlever les collerettes et les mettre pour mes salades. J'ai acheté des seaux en plastique transparent chez A..TION, très bon marché et je m'en sers comme cloches. Des bouteilles coupées en deux comme cloche ça fonctionne très bien aussi, comme chez Manu.Sinon, j'ai mis une planche avec un profilé en aluminium comme Catherine, devant l'entrée de ma serre tonneau, ça fonctionne pas mal aussi. Je songe aussi à entourer tous mes carrés de potager de profilés en aluminium. Et j'ai fini par mettre un petit ruban de granulés bio devant certains carrés et ça va très bien aussi. Mais je n'ai pas envie d'en abuser même si ils sont bio. J'ai un plant de salade de l'an dernier qui s'est ressemé tout seul et il n'a pas été attaqué. J'ai vu je ne sais plus où que quand on fait ses graines soi même d'année en année les plants deviennent plus résistants aux prédateurs et maladies. J'ai ramassé environ 1200 limaces depuis le début de la saison.
Bonne soirée

Annick Boidron 20/06/2018 09:52

Ah, c'est chouette ! Alpina est vraiment une bonne variété de poivron. Mais il faut dire aussi que la saison a été particulièrement clémente cette année (je parle des températures, pas des inondations...).

Véronique Breulet 18/06/2018 08:57

Je pense pareil que toi Annick concernant les limaces. Je tiens à te signaler que grâce à toi, j'ai pour l'instant un mini poivron Alpina( qui va bien sûr grandir). C'est la première fois que j'ai un poivron au mois de juin Encore merci. Bonne journée également. Véronique

Annick Boidron 11/06/2018 09:02

Je vois que tu as trouvé par mal de solutions, même partielles. Je me demande tout de même pourquoi il y a autant de limaces. Leur nombre a-t-il augmenté depuis quelques années ? Même dans mon jardin qui grouille de vie sauvage, on pourrait penser que leur population devrait diminuer, mais ça ne semble pas être le cas. réchauffement climatique, autre explication ou simple impression ? Je me demande... Bonne journée Véronique

catherine 07/06/2018 18:55

eh ben dis donc, tu dois torturer des salades pour avoir des infos potables! je souris!
la seule chose qui sauve mes salades, ce sont les petits granulés bleus, et encore..
mon mari a posé sur le rebord de mes carrés du potager des profilés en aluminium (pour plaques de plâtre) mais ça n'a pas l'air d'être sûr à 100% ... quoique j'ai beaucoup moins de déboires que sans :-P
A suivre dans le temps..
bonnes manip! bonne soirée Annick bises

Annick Boidron 11/06/2018 09:03

Bonjour Catherine, A force de chercher, on va finir par trouver des solutions ! Celle-ci (les profilés) semble intéressante. Tu nous tiendras au courant ? Bonne journée à toi

Manu 07/06/2018 18:30

Bonjour, Je suis ravi (?!) de n'etre pas le seul victime de ces monstres gluants. j'ai réussi à sauver des haricots avec des bouteilles plastiques dont le fond a été coupé ET avec le capuchon maintenu sur place. une fois le plant suffisamment grand, j'ouvre l'opercule et il sort, sauvé des carnassiers! Pour protéger les cucurbitacées, un grand pot (diam 10à 20 cm) dont la base a été coupée; il semble que le rebord net et assez tranchant soit dissuasif. quand aux laitues, j'ai abandonné...
Manu

Annick Boidron 11/06/2018 09:08

Je pense aussi que l'une des solutions consiste à "sauver" les plantes dans leur jeunesse afin qu'elles soient plus résistantes quand elles sont accessibles aux limaces. MAis ça représente tout de même beaucoup plus de travail. POur ma part, je commence de plus en plus souvent la culture dans des pots, des planteaux alvéolés etc... avant de les repiquer quand ils ont grandis. MAis j'ai quand même parfois des déboires. Merci pour l'astuce et bonne journée.

Annick Boidron 11/06/2018 08:50

Oui, biee-sûr. Je me demande même comment il est possible que certains puissent encore utiliser ce genre de granulés alors que leur toxicité est bien connue. Merci pour votre rappel

Gilot 08/06/2018 09:39

Pour l'utilisation de 'petits granulés bleus', il faut bien veiller à ce que ce soit du phosphate de fer qui est non toxique pour les oiseaux et les petits mammifères et éviter d'utiliser du métaldéhyde qui lui est toxique pour ces autres animaux.