Mon compost à la six-quatre-deux

Publié le par Annick Boidron

Rien que l'idée de composter ses "déchets" de jardinage selon les règles de l'Art a de quoi en décourager plus d'un. En tout cas, moi, ça me décourage. Alors, je fais à ma façon et ça ne "marche" pas si mal que ça.

Mon coin à compost : peu de matériel, peu de travail... mais tout de même un résultat

Mon coin à compost : peu de matériel, peu de travail... mais tout de même un résultat

Est-ce vraiment utile de faire un compost ?

Pour moi, oui. Mon coin à compost sert à me débarrasser de tous les éléments végétaux dont je n'ai pas un usage immédiat. Pour le moment, par exemple, je dois faire un peu le ménage dans mes massifs : les vivaces vigoureuses ont profité de ma gentillesse (et de ma paresse) pour agrandir discrètement leur territoire. Conséquence : je me trouve devant des brouettes et des brouettes de racines, de tiges, de fleurs fanées. Les racines trop entreprenantes iront au parc à containers (alias "déchetterie" en France) mais toutes les parties aériennes finiront sur mon tas de compost, version Quatre Moineaux.

Avant/après : Les lysimaques clethroides sont bien jolies mais si je n'interviens pas, elles vont occuper tout mon talus.Avant/après : Les lysimaques clethroides sont bien jolies mais si je n'interviens pas, elles vont occuper tout mon talus.
Avant/après : Les lysimaques clethroides sont bien jolies mais si je n'interviens pas, elles vont occuper tout mon talus.

Avant/après : Les lysimaques clethroides sont bien jolies mais si je n'interviens pas, elles vont occuper tout mon talus.

Pas de composteur, même pas de construction en palettes : je me suis contentée de planter 4 piquets et de les réunir par une ganivelle. Chaque carré fait à peu près 1m²... et il n'y en a que deux !

Le principe de fermeture est rudimentaire : une simple ficelle maintient les deux extrémités de la ganivelle. On peut ouvrir en grand : c'est très pratique pour récupérer le compost.
Le principe de fermeture est rudimentaire : une simple ficelle maintient les deux extrémités de la ganivelle. On peut ouvrir en grand : c'est très pratique pour récupérer le compost.Le principe de fermeture est rudimentaire : une simple ficelle maintient les deux extrémités de la ganivelle. On peut ouvrir en grand : c'est très pratique pour récupérer le compost.

Le principe de fermeture est rudimentaire : une simple ficelle maintient les deux extrémités de la ganivelle. On peut ouvrir en grand : c'est très pratique pour récupérer le compost.

La "technique"

On ne rit pas, c'est une technique, même si elle est simplissime.

Au printemps, en été et en automne, je remplis un des deux carrés avec les déchets du jardin dont je ne sais que faire. Même si le tas est impressionnant, ça ne représente pas grand-chose : je préfère broyer les tiges et les déposer directement sur le sol, je mets les tontes de gazon directement sur le potager ou dans les massifs, les poules se chargent des déchets de cuisine... Et le reste va au compost.

Fin d'automne, ça déborde !

Fin d'automne, ça déborde !

Pendant ce temps, dans le deuxième carré, les "déchets" de l'année passée se décomposent tout doucement... Je n'aère pas, je n'arrose pas, je ne retourne pas... rien !

Et à l'automne, voilà ce que ça donne :

Ce "compost" ressemble à du compost, non ?Ce "compost" ressemble à du compost, non ?

Ce "compost" ressemble à du compost, non ?

Ce que j'obtiens n'a probablement pas une composition aussi équilibrée que s'il était réalisé selon l'enseignement des "Maîtres Composteurs" (comme c'est très bien expliqué ici, par exemple). Mais il est tout de même bien beau et il sent bon l'humus.

Je l'étends sur les planches du potager quand une zone se vide. Je sème un engrais vert dessus. J'en mets aussi un peu aux rosiers, aux hydangeas. Au printemps j'en ajouterai une petite couche dans la serre.

Mon potager n'est jamais totalement vide. Je ne retourne jamais la terre mais je veille à ce qu'elle ne soit jamais nue. Une couche de compost et un engrais vert la protègeront jusqu'au printemps.Mon potager n'est jamais totalement vide. Je ne retourne jamais la terre mais je veille à ce qu'elle ne soit jamais nue. Une couche de compost et un engrais vert la protègeront jusqu'au printemps.

Mon potager n'est jamais totalement vide. Je ne retourne jamais la terre mais je veille à ce qu'elle ne soit jamais nue. Une couche de compost et un engrais vert la protègeront jusqu'au printemps.

Les petits bouts de branches et d'herbes non-décomposés qui restent auront disparu à la fin de l'hiver.

Mon compost à la six-quatre-deux

Quand j'aurai utilisé tout mon compost, je m'attèlerai au plus gros boulot : transférer le tas terminé (et débordant) dans le carré vide. Ainsi, les couches les plus fraîches seront en bas et les plus anciennes, qui ont déjà commencé à se décomposer seront en surface.

Mon compost à la six-quatre-deux

Au printemps, je pourrai alors y faire pousser des courgettes ou, peut-être des tomates comme cette année : il s'agit d'un semis spontané.

Dans le compost : semis spontané de tomates et de verveine de Buenos-Aires (que j'ai récupéré).

Dans le compost : semis spontané de tomates et de verveine de Buenos-Aires (que j'ai récupéré).

Cette façon de faire a deux gros avantages à mes yeux : il demande peu d'efforts et d'investissements. J'ai ainsi à ma disposition environ un demi mètre³ de compost chaque année. Cela représente plus de brouettes qu'on ne croit !

Encore un petit détail qui a son importance : mon coin "compost" est situé à la mi-ombre, près de ma "mini-pépinière"

Le coin à compost se cache derrière la haute palissade en girondines. A la mi-ombre, le tas ne sèche jamais complètement. Le coin à compost se cache derrière la haute palissade en girondines. A la mi-ombre, le tas ne sèche jamais complètement.

Le coin à compost se cache derrière la haute palissade en girondines. A la mi-ombre, le tas ne sèche jamais complètement.

Bon, vous allez me dire, la ganivelle, c'est tout de même cher ! Oui, mais j'ai utilisé des chutes. On pourrait tout aussi bien utiliser un grillage à poules, par exemple. C'est ce que je ferai quand les ganivelles seront pourries. Mais elles sont solides : voilà au moins cinq ans qu'elles remplissent vaillamment leur office.

Allez, après cette petite pause "blog" je vais encore un peu profiter du bon temps.

Publié dans Bricolage, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nanie 03/11/2018 07:32

on a fait comme toi !! pas très joli quouque !!
mais tellement utile !!
voilà de quoi donner du bonheur dans nos jardins

Capucyne 26/10/2018 19:53

Il est génial ton compost ! moi non plus, je n'ai pas le courage du compost "selon toutes les règles de l'art" et en plus, ton installation me plaît !

Le Jardin de Darius 25/10/2018 12:45

Simple et efficace !
Je note qu'il est nécessaire d'avoir 2 tas de composts (je n'en avais qu'un) et de le placer plutôt à mi-ombre (le mien était en plein soleil et entouré de hautes haies qui devaient gêner la pluie).
Je ferai mieux dans un prochain jardin !
Aude.

Annick Boidron 26/10/2018 08:50

Bonjour Aude,
je ne sais pas si c'est vraiment nécessaire d'avoir deux tas. Je fais comme ça parce que c'est plus pratique pour moi et que ça me permet de retourner le tas au moins une fois. Mais d'autres (comme Catherine dans les commentaires ci-dessous) ne font qu'un seul tas et récoltent le compost par en-dessous. Par contre, c'est vrai que l'emplacement est important, j'ai déplacé mon "coin à compost" plusieurs fois avant de trouver l'endroit idéal : à la mi-ombre et recevant la pluie. Au jardin, on n’arrête pas de progresser (ou de régresser mais alors, on apprend de ses erreurs). A bientôt.

Michel 22/10/2018 09:37

Il n'est pas facile de réaliser un bon compost dans les règles de l'art, la cause en est la disponibilité saisonnière des matières sèches et humides sauf en automne où je réalise la seule fois de l'année un compost plus équilibré; Néanmoins, je composte de moins en moins car je répands de plus en plus mes déchets organiques à même le sol sauf si c'est trop vilain au regard ! Bonne journée !
Les racines de mes plantes sont compostées car c'est l'organe de la plante le plus riche en nutriments.

Annick Boidron 23/10/2018 09:09

Bonjour Michel, je fais comme toi : je composte le moins possible mais c'est vrai qu'en disposant les "déchets" directement sur le sol, j'obtiens parfois un effet (visuel) "poubelle". Je couvre alors de paille ou d'herbe tondue. Le broyage bien aussi mais bruyant et contraignant. Bref ! Je n'ai pas encore trouvé la solution idéale : esthétique, efficace et pas fatigante du tout ! Peut-être bien qu'elle n'existe pas !

catherine 22/10/2018 09:05

comme nous n'avons pas de poules, nous mettons tous nos déchets de cuisine en plus de l'herbe, des feuilles, des branchettes, etc..cela fait en un an un compost du tonnerre!
nous faisons encore plus simple que toi, car mon chéri ne déplace pas le tas de compost, il retire, par le bas de la compostière, le bon humus
par ailleurs, il a un autre compost, en tas (plus grosses branches, "mauvaises" herbes, etc..(comme chez toi) qui fait aussi un compost, que j'utilise dans les massifs,
beau billet encore une fois
bises
bonne semaine!

Annick Boidron 23/10/2018 09:10

Oui, il faudrait faire une analyse pour savoir si noter compost est équilibré ou non ! S'il joue son rôle et ne sent pas mauvais, c'est tout de même que la méthode "simple" est relativement efficace. L'important, c'est le résultat, pas la manière ! Bonne journée Catherine.

Véro 22/10/2018 07:45

Les miens sont juste adossés contre les murs du jardin et encadrés sur un côté par de vieilles barrières. Deux fois par an je prends ma fourche pour le déplacer de deux mètres une fois dans un sens, une fois dans l'autre et récupérer le compost (me faire une jolie tendinite au passage aussi!).
Comme toi, je ne saurais pas m'en passer!
Bonne semaine, Véro.

Annick Boidron 23/10/2018 09:12

Ce n'est pas le travail le plus agréable, en effet. J'essayerais bien de faire comme Catherine (commentaire ci-dessus) en me contentant de prélever le compost dans le bas du tas. A tester ! Bonne journée et à bientôt .

Florence 21/10/2018 20:17

Simple et efficace ! Merci pour cet éclairage. Belle semaine. Bises

Annick Boidron 23/10/2018 09:13

Belle semaine (déjà un peu entamée) à toi aussi Florence. Bisous