Mon top 5 des tomates : extravagante Rouffiange

Publié le par Annick Boidron

Quel casse-tête, cette tomate ! Tout a commencé "à cause" d'un sympathique jardinier, appelé Nicolas. Il est arrivé un jour à la maison, les bras chargés de toutes sortes de choses passionnantes, comme le Grand Saint. Parmi ces cadeaux, il y avait ceci :

Mon top 5 des tomates : extravagante Rouffiange

Vous l'avez repérée ? Oui, c'est la toute poilue à la tige foncée ! Cet hirsutisme (beau mot) la rend déjà originale mais quand on voit le fruit, il est encore plus... extravagant.

Rayée et de toutes les couleurs, c'est une tomate comme il y en a peu !
Rayée et de toutes les couleurs, c'est une tomate comme il y en a peu !

Rayée et de toutes les couleurs, c'est une tomate comme il y en a peu !

Elle est aussi plutôt bonne : sa petite taille en fait une tomate "cocktail", à la chair parfumée.  Je ne m'y attendais pas : pour moi, une tomate aussi jolie devait forcément être fadasse. On a ses petits préjugés, n'est-ce pas ?

Mon top 5 des tomates : extravagante Rouffiange
Mon top 5 des tomates : extravagante Rouffiange

Un mot sur le bleu

Le "bleu" est présent sous l'épiderme mais comme j'ai reçu l'extravagante Rouffiange alors que toutes mes autres tomates étaient déjà plantées, j'avoue que je l'ai calée dans le dernier petit trou qui restait libre. Poussant plutôt à mi-ombre, elle n'a pas reçu assez de soleil pour que les anthocyanes (responsables de la couleur "bleue") se développent en quantité. (Pour en savoir plus sur "le bleu", c'est par ici).

Ces taches noires sur les fruits encore verts indiquent la présence d'anthocyanes.

Ces taches noires sur les fruits encore verts indiquent la présence d'anthocyanes.

Est-ce que vous repérez l'extravagante ? C'est la tomate au feuillage gris qui s'insinue entre les autres plantes au fond de la serre.

Est-ce que vous repérez l'extravagante ? C'est la tomate au feuillage gris qui s'insinue entre les autres plantes au fond de la serre.

D'où vient-elle ?

C'est une Belge, mais ses ancêtres sont américains.

Son "grand-père" est célèbre dans le petit monde de la tomatophilie : c'est Tom Wagner. Celui-ci s'amuse à croiser les tomates (et pas que) dans tous les sens : des jaunes, des bleues, des rayées... des laineuses.

Il est possible d'acheter des graines à Tom Wagner... C'est ce qu'a fait un certain Jean-Michel Rouffiange (en 2011?). Il en a donné quelques-unes à Pascal Moreau. Parmi celles-ci, une variété plutôt spéciale : Seattle's Woolly Blue Mammoth.

Tomates Seattle's blue wooly mammoth sur le site de Tomatotifou
Tomates Seattle's woolly blue mammoth sur le site de Tomatotifou (cliquez sur l'image pour accéder à la fiche et à d'autres photos sur le site)

Seattle's Woolly Blue Mammoth était une variété instable dont sont issues plusieurs lignées (1) . Un petit coup-d'œil sur la photo suffit pour s'en rendre compte : il y en a de toutes sortes. Si vous êtes allés voir la fiche, vous aurez constaté que la belle était poilue !

Dans son semis de Seattle's Woolly Blue Mammoth, Pascal Moreau, qui a l'oeil, a repéré une variation qui lui a bien plu et qu'il a appelée Extravagante Rouffiange. Ça devait se passer aux alentours de 2012. En 2017, Nicolas en a acheté un pied à Ortie-culture. Il a récolté ses graines, les a semées et ... il m'en a apporté un petit plant en 2018. Bien-entendu, j'en ai récolté des graines pour l'année prochaine. Et voilà !

Mon top 5 des tomates : extravagante Rouffiange

Et là, vous vous dites : fin de l'histoire ! En réalité, elle ne fait que commencer car je me suis un peu lâchée sur ce coup-là et j’ai écrit un looooooooooooong article mais vous n'êtes pas obligés de tout lire car il est bien possible que ça ne passionne que moi !

Si ça ne vous dit rien de vous plonger dans l'univers des allèles et des homozygotes, vous pouvez cliquer directement ici

Le caractère laineux et ses conséquences embêtantes

Une tomate comme Extravagante Rouffiange est un problème de génétique pour professeurs de sciences sadiques. Que ce soient les gènes "bleus" et leur tendance à se répandre alentours, les rayures, la taille du plant... tout est spécial chez elle.

Mais bon, je vais me limiter au caractère "laineux" dont j'ignorais jusqu'à l’existence il y a quelques mois à peine. C'est un peu ce qui a causé ma perte... et justifié le grand nombre de soirées passées en compagnie de Google ces derniers temps.

Un coup d'oeil sur une feuille d'extravagante Rouffiange permet de comprendre immédiatement en quoi consiste le caractère laineux.

Un coup d'oeil sur une feuille d'extravagante Rouffiange permet de comprendre immédiatement en quoi consiste le caractère laineux.

Le caractère laineux et son histoire

Un jour, des chercheurs un peu fous, se sont amusés à transplanter un gène de mammouth dans une tomate ! Qu'est-ce qu'on ne fait pas, hein ?

En fait : pas du tout. C'est ce qu'on appelle une mutation "spontanée". Pour la petite histoire, un plant de tomate plus poilu que les autres aurait été repéré dans un champ cultivé par la Campbell Soup Company of Camden, New Jersey (3)

Je ne sais pas quand ça se passait, mais c'était il y a longtemps puisque la première description "officielle" d'une tomate laineuse descendante de celle-ci date de 1947 (2) !

Le caractère "laineux" affecte la totalité de la plante, y compris les fruits.Le caractère "laineux" affecte la totalité de la plante, y compris les fruits.

Le caractère "laineux" affecte la totalité de la plante, y compris les fruits.

La génétique du caractère laineux

Déjà en 1947, les scientifiques avaient compris (2) que le caractère "laineux" dépendait de la présence d'un gène muté auquel ils ont donné le joli nom de Wo (Woolly = laineux en anglais). La version "normale" de ce gène, présente dans les tomates "normales" s'appelle wo (en minuscules), du coup.

Les variétés "normale" de tomates portent certes de petits poils mais ne présentent pas ce caractère laineux. (Ici, brin de muguet)

Les variétés "normale" de tomates portent certes de petits poils mais ne présentent pas ce caractère laineux. (Ici, brin de muguet)

Quand le Wo domine le wo

Bon, vous savez bien que nous avons tous deux exemplaires de chaque gène : un qui vient du père, un qui vient de la mère.

Chez les tomates, c'est exactement pareil. Concernant le gène Wo-wo, on aura donc plusieurs combinaisons possibles...

1. wo/wo : le plant de tomates porte deux versions normales du gène, il a un feuillage non-laineux, c'est le cas chez presque toutes les variétés.

2. Wo/wo : le plant possède une version normale du gène mais celle-ci est dominée par la version mutée Wo : le feuillage de ce plant sera laineux.

3. Et la dernière combinaison possible : Wo/Wo. Le plant possède deux versions du gène muté. Alors quoi, va-t-il être doublement laineux ? Hé bien... c'est compliqué !

Mon petit plant d'extravagante n'est certainement pas wo/wo vu ses nombreux poils. Mais est-elle Wo/wo ou Wo/Wo ? That is the question !?

Mon petit plant d'extravagante n'est certainement pas wo/wo vu ses nombreux poils. Mais est-elle Wo/wo ou Wo/Wo ? That is the question !?

Un Wo, ça va, deux Wo, bonjour les dégâts !

Très rapidement, les scientifiques qui étudiaient le caactère laineux comprirent que les embryons Wo/Wo, ne se développaient pas (2).

Attention, petit test. Si je vous pose la question suivante : "Mon plant d'Extravagante Rouffiange est-il wo/wo, Wo/wo ou Wo/Wo ? ". Vous me répondez sans hésitation : il est forcément Wo/wo ! S'il était wo/wo il serait lisse et s'il était Wo/Wo il serait ... mort ! Bravo !

En fait... pas forcément...angry

Il y a Wo et Wo...

Histoire de nous embrouiller un peu, on a découvert quelque temps plus tard, qu'il existait plusieurs versions du gène wo muté (ça s'appelle des allèles). On en connait au moins quatre. Voici leurs petits noms :

  • Wo (tout court)
  • Wov
  • Wom
  • Womx

Ils ont des effets à peu près similaires sur le caractère laineux (4,5). Mais leur impact sur la mortalité des graines est différent. C'est ainsi qu'on ne trouvera jamais de tomates Wo/Wo ni Wov/Wov : les graines qui possèdent cette combinaison meurent avant d'avoir pu se développer. Par contre on peut trouver des Wom/Wom tout à fait viables.

Et là, vous bouillez d'impatience : qu'en est-il de la dernière version de la liste : Womx/Womx ? Comme je vous comprends !

Hé bien, selon certaines sources, Womx/Womx peut donner des graines viables (5) et selon d'autres... non(4) ! Vous vous arrachez les cheveux...crying  croyez bien que moi aussi car...

L'extravagante Rouffiange porte l'allèle Womx

Comment je le sais ? Par Tom Wagner lui-même. Sa passion des tomates s'exprime sur plusieurs forums et il n'est pas avare d'explications, heureusement. J'ai dû chercher un peu et j'ai trouvé ceci :

Message de tom wagner à propos du gene Wo^mx sur le forum de TaterMaterSeeds.com
Cliquez sur l'image pour lire le message original sur le forum de Tom Wagner (TaterMaterSeeds.com)

J'ai mis une copie d'écran comme ça, vous avez une belle photo de Tom Wagner et de son message. Je pense qu'on peut en déduire sans trop de risques que le l'allèle qui détermine le caractère laineux de l'extravagante Rouffiange est Womx ... ce qui ne va pas simplifier les choses !

Quelques mots "savants" avant de continuer

Si vous êtes arrivés jusqu'ici, c'est tout même que ces histoires de génétique vous intéressent. Alors, pour me simplifier la vie, je vais désormais utiliser quelques termes que vous connaissez sans doute déjà.

Un individu qui possède les deux mêmes allèles d'un gène, est homozygote pour ce gène (Womx/ Womx est donc homozygote).

Le contraire, c'est hétérozygote (Womx/wo, par exemple).

Par convention, les noms des caractères dominants commencent par une majuscule (ex : Wo), ceux des récessifs, sont écrits en minuscule (ex : wo). Quand un caractère dominant coexiste avec un caractère récessif, c'est le dominant qui s'exprime et le récessif est, en quelque sorte "caché".

Un caractère létal provoque la mort de l'individu.

Cela dit, nous ne savons toujours pas si l'homozygote Womx/Womx est viable ou non. Une petite plongée dans les forums à la recherche de la réponse de Tom Wagner permet d'avancer un peu :

Message de Tom Wagner à propos du caractère Wolly sur tomatoville
Cliquez sur l'image pour lire le message original sur le forum Tomatoville

Et voilà : les homozygotes Womx/Womx sont certes viables mais par contre, si on en croit Tom Wagner, leur production est moins intéressante que celle des hétérozygotes Womx/wo. Et il ajoute qu'il s'arrange toujours pour garder ses tomates laineuses hétérozygotes.

Je veux des hétérozygotes !

J'ai écrit à Tom Wagner pour comprendre comment il s'y prenait pour conserver ses tomates "hétérozygotes". J'espère qu'il me répondra mais c'est un homme très occupé. Cependant, j'ai tout de même une petite idée de la manière dont on peut procéder... c'est d'ailleurs ce que je compte faire avec les graines d'extravagante Rouffiange que j'ai récoltées en 2018.

Ici on fait une pause pour se rappeler que chez les tomates, du moins en temps normal ou si elles sont protégées, les fleurs sont autogames, c'est à dire qu'elles se fécondent elles-mêmes. Le papa et la maman sont... la même plante (pratique, non ?)

Comme l'unique plant d'extravagante Rouffiange repiqué dans ma serre a donné une assez bonne récolte et a bien poussé malgré des conditions difficiles, je suppose qu'il s'agit d'un plant hétérozygote donc : Womx/ wo.

Si je sème les graines que j'ai récoltées, je devrais donc voir apparaître :

  • Des plants homozygote wo/wo d'apparence normale, non-laineux ;
  • Des plants hétérozygotes Womx/ wo, laineux ;
  • Des plants homozygotes Womx/Womx, très laineux.

Notez qu'il s'agit ici d'une hypothèse : je ne suis pas certaine que les homozygotes Womx/Womx soient plus laineux que les autres. Mais c'est vraisemblable.

Et ça, ce serait chouette ! parce que le caractère laineux ou non-laineux, on le remarque quasiment dès la levée des graines. Il suffirait alors d'éliminer les plants non-laineux et (si mon hypothèse est bonne), les "très laineux", pour ne conserver que lesbons petits hétérozygotes !

Stabilisée ou non-stabilisée ?

Bon, pas besoin de faire un dessin : si c'est mieux de "garder les tomates laineuses hétéorzygote", ce n'est pas possible de stabiliser ce caractère (un hétérozygote est par nature instable, faut-il le préciser). Il faut sélectionner les "bons pieds" chaque année ! Et pourtant, voyez un peu ce que je trouve sur le site de tomatotifou :

Description de l'extravagante rouffiange sur le site de Tomatotifou
Cliquez sur l'image pour accéder à la fiche complète.

Vous avez vu ? QUOI ! Vous n'avez pas vu ? ça crève les yeux pourtant : pratiquement stabilisée en 2016.

Nooooooooooon ! Ce n'est pas possiiiiiiiiiiiiible ! (ou alors, il y a un truc qui m'échappe)

------------------------------------------------

Conclusion hypothétique et temporaire

On (enfin, je...) ne sait pas trop s'il est possible de stabiliser le caractère laineux de l'extravagante Rouffiange, c'est-à-dire d'obtenir 100% d'extravagante Rouffiange laineuses en semant des graines récoltées sur une extravagante Rouffiange laineuse (en dehors de toute fécondation croisée). A priori, ça me semble impossible, à moins d'accepter de ne faire pousser que des tomatiers malingres et peu productifs. Mais peut-être quelqu'un va-t-il m'éclairer ?

Vous vous demandez pourquoi ?  remontez là-haut...cheeky

Et pour terminer (il faut bien terminer un jour), peut-être vous demandez-vous pourquoi je veux des tomates laineuses ? Je pourrais vous répondre que c'est parce que (peut-être) les tomates laineuses résistent mieux à certains prédateurs. Mais en fait, ma raison est bien plus sérieuse : c'est pour le fun et c'est tout !

Avouez qu'elles sont chouettes, ces extravagantes Rouffiange ! Merci Nicolas.

Sources et infos complémentaires :

1.Fiche de la tomate extravagante Rouffiange sur info-tomates, très bon site d'information en Français sur les tomates. URL : http://www.infos-tomates.com/images/catalogue/pdf/extravagante-rouffiange.pdf

2. Young, P. A. and J. W. McArthur. 1947. Horticultural characters of tomatoes. Texas Agr.Exp. Sta. Bull. 698. Pdf : https://core.ac.uk/download/pdf/4274323.pdf

3. Paul R. Shilling, Hereditary character, Woolly, In theTomato, Department of horticul ure, the Ohio State university, columbus ,1959.  http://hdl.handle.net/1811/4639

4. fiche du gène woolly avec ses 4 allèles sur solgenomic. URL : https://solgenomics.net/locus/1575/view

5. Fiche du gène Woolly sur tgrc (Tomato Genetics Resource Center), Url : https://tgrc.ucdavis.edu/Data/Acc/GenDetail.aspx?Gene=Wo

6. Yang C, Li H, Zhang J, et al. A regulatory gene induces trichome formation and embryo lethality in tomato. Proc Natl Acad Sci U S A. 2011;108(29):11836-41. URL : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3141934/

7. Tatermater, Forum de tom wagner : http://tatermater.proboards.com

8. Tomatoville : un des meilleurs sites sur les tomates (en anglais) : http://www.tomatoville.com

Publié dans tomates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariejoclaude 28/01/2019 10:13

Bel article mais trop scientifique pour moi , je cultive une quarantaines de variétés de tomates anciennes fixées depuis des générations j, je n'ai pas de poilue comme la tienne mais j'ai une "pêche blanche" qui duveteuse comme la pèche ,,,, bonne semaine Annick

Michel 28/01/2019 09:34

Très intéressant cet article sur cette tomate poilue qui n'arrête pas de zygoter ! Certains gènes sont très proches chez la tomate, ce qui favorise les cross over lors de la méiose et donc l'échange de gènes avec l'apparition de nouveaux caractères imprévisibles ! Euh, je viens de le lire, je ne le savais pas !

Naniland89 28/01/2019 07:29

j'ai beaucoup appris en te lisant
cela m'a beaucoup intéressé
je t'en remercie beaucoup
bonne continuation

catherine 27/01/2019 18:18

bon, j'ai tout suivi, la génétique, ça me connait, mais pour que la variété soit stabilisée, il faudrait que la tomate soit homozygotes Womx/Womx; sinon effectivement, 1/4 sera sans poils..du moins si je me rappelle bien mes cours en fac.
Nonobstant, tu ra

Annick Boidron 27/01/2019 18:31

Je ne me souviens plus Catherine ! A part les ditmasher parce que j'ai perdu les miennes. C'est comme pour toi... je me souviens des poivrons de Porto mais je suis certaine qu'il avait été question d'autres graines aussi. Peux-tu me rafraichir la mémoire ? Je vais écumer les commentaires pour trouver.

Mais si c'est pour le fun, je t'assure ! Enfin, ça m'énerve quand même un peu...

Annick Boidron 27/01/2019 18:22

Coucou Catherine,

Je ra..le ? Je ra..dotte ? Je ra...vaude ? Je crois qu'il va y avoir un suite

catherine 27/01/2019 18:21

nonobstant, tu racontes bien, et on reste scotché jusqu'à la fin de l'article, mais en fait, c'est juste pour le fun? alors là cela me fait bien sourire! LOL
bonne soirée Annick, à bientôt
PS je t'envoie des graines de candy sweet icicle, et de ditmascher. Dans la semaine! dis moi vite si je t'ai promis d'autres graines?