Dernières boutures à rameau dormant : hormones ou pas hormones ?

Publié le par Annick Boidron

Tant que les bourgeons ne sont pas réveillés, on peut réaliser ces boutures ultra-faciles qu'on appelle à "bois sec" ou, c'est plus joli, à "rameau dormant".

J'avais le projet de faire un "grand test" avec des dizaines de boutures de la même plante. Mais voilà, on ne peut pas TOUT faire, ce sera pour l'année prochaine. Cela dit, comme j'ai fait l'acquisition d'un pot d'hormones de bouturage, j'ai tout de même risqué quelques essais en vitesse.

Hormones, eau de saule ou ... rien ?

Hormones de bouturage

En général, quand je fais des boutures, c'est... rien. Mais à force de lire des conseils du genre : "trempez l'extrémité dans l'hormone de bouturage" j'ai voulu essayer.

Le choix est vaste. Celle-ci m'a plu car il est écrit "naturel" sur l'étiquette. Le greenwashing, ça marche.

L'étiquette en question est assez laconique : ce produit contient des extraits d'algues qui stimulent l'enracinement "dramaticaly". On verra.

Tant qu'à faire, j'ai aussi fabriqué une "eau de saule" en laissant tremper des bouts de saule une quinzaine de jours dans l'eau. Le liquide obtenu est sensé avoir le même effet que les hormones en poudre. Je doute un peu de sa qualité : quand je fais de l'eau de saule en été, j'obtiens un liquide gélatineux et transparent. Cette fois, mon eau était gluante, certes, mais aussi brunâtre. Enfin soit, je m'en suis servi quand même.

Eau, poudre d'hormone et "eau de saule" : c'est prêt, on y va.

Eau, poudre d'hormone et "eau de saule" : c'est prêt, on y va.

Des boutures de goji

Ce n'est pas toujours facile de trouver un grand nombre de boutures sur un seul buisson. La notion de "grand nombre" est ici toute relative : pour faire un vrai essai, scientifique et tout, il faudrait des dizaines de boutures au moins. C'est sur un plant de goji échevelé que j'ai pu en prélever le plus.

Le plant de goji, tout devant, pousse un peu dans tous les sens et possède de nombreuses branches formées cet été : c'est ce qu'il me faut.

Le plant de goji, tout devant, pousse un peu dans tous les sens et possède de nombreuses branches formées cet été : c'est ce qu'il me faut.

Je sais bien que la plupart des gens qui lisent ce blog savent parfaitement réaliser des boutures. Je vous montre pourtant comment j'ai fait... histoire de ne pas oublier... et puis ça peut toujours servir.

Le choix des boutures de rameau dormant

Pour ce genre de boutures, on utilise des rameaux formés la saison précédente. Ce sont des branchettes dont les yeux sont au repos (donc tout petits) et qui ne sont plus vertes. En résumé : c'est du bois.

Comment s'y retrouver dans un tel bazar ? J'ai indiqué par des flèches les rameaux qui conviennent et par de petites lignes, les endroit où on peut couper pour les prélever.

Comment s'y retrouver dans un tel bazar ? J'ai indiqué par des flèches les rameaux qui conviennent et par de petites lignes, les endroit où on peut couper pour les prélever.

Comme ça, c'est déjà plus clair : les boutures mesurent une vingtaine de cm et ont, selon l'expression consacrée, "l'épaisseur d'un crayon".

Comme ça, c'est déjà plus clair : les boutures mesurent une vingtaine de cm et ont, selon l'expression consacrée, "l'épaisseur d'un crayon".

Je prépare toujours les boutures de la même façon : couper sous un œil (bourgeon) à la base et juste au-dessus d'un œil à l'extrémité. Ensuite, j'enlève une petite bandelette d'écorce.Je prépare toujours les boutures de la même façon : couper sous un œil (bourgeon) à la base et juste au-dessus d'un œil à l'extrémité. Ensuite, j'enlève une petite bandelette d'écorce.
Je prépare toujours les boutures de la même façon : couper sous un œil (bourgeon) à la base et juste au-dessus d'un œil à l'extrémité. Ensuite, j'enlève une petite bandelette d'écorce.

Je prépare toujours les boutures de la même façon : couper sous un œil (bourgeon) à la base et juste au-dessus d'un œil à l'extrémité. Ensuite, j'enlève une petite bandelette d'écorce.

Heu... en principe on travaille avec des sécateurs bien tranchants et propres... je dois bien convenir que ce n'est pas tout à fait le cas ici. Ça devrait aller quand même : la terre n'est pas aseptisée non plus !

Les hormones

J'en ai utilisé il y a longtemps... avant d'abandonner leur emploi qui me semblait inutile Je suis donc allée voir comment il fallait faire... et je l'ai fait !

Tremper la base de la bouture dans l'eau, puis dans la poudre et enfin, bien secouer pour éliminer l'excédent.Tremper la base de la bouture dans l'eau, puis dans la poudre et enfin, bien secouer pour éliminer l'excédent.
Tremper la base de la bouture dans l'eau, puis dans la poudre et enfin, bien secouer pour éliminer l'excédent.

Tremper la base de la bouture dans l'eau, puis dans la poudre et enfin, bien secouer pour éliminer l'excédent.

D'habitude, je me contente d'enfoncer les boutures dans le pot mais j'ai fait l'effort de former un trou plus large afin que l'hormone reste en place à la base.

D'habitude, je me contente d'enfoncer les boutures dans le pot mais j'ai fait l'effort de former un trou plus large afin que l'hormone reste en place à la base.

L'eau "de saule"

J'ai déjà dit que j'avais des doutes sur sa qualité. Pendant que je réalisais mes boutures "avec hormones", d'autres trempaient dans l'eau de saule.

Drôle de couleur cette "eau de saule".

Drôle de couleur cette "eau de saule".

Et voilà mes trois essais : cinq boutures toutes simples, cinq ont reçu de l'hormone en poudre et les cinq autres ont trempé dans l'eau de saule.

Et voilà mes trois essais : cinq boutures toutes simples, cinq ont reçu de l'hormone en poudre et les cinq autres ont trempé dans l'eau de saule.

Des marcottes naturelles

Ah oui, vous avez remarqué le quatrième pot ? Il s'agit de marcottes qui se sont formées naturellement là où les branches arquées touchaient le sol. Manifestement, le goji s'enracine facilement !

Une marcotte naturelle de goji déjà bien développée.

Une marcotte naturelle de goji déjà bien développée.

D'autres boutures

Comme j'étais "en train", j'en ai profité pour bouturer quelques autres plantes.

Boutures d'hydrangea Mega Mindy et de rosier Henry Martin.Boutures d'hydrangea Mega Mindy et de rosier Henry Martin.

Boutures d'hydrangea Mega Mindy et de rosier Henry Martin.

Quant à mon chèvrefeuille, je l'ai bouturé aussi, mais on ne peut plus parler de "rameau dormant" en ce qui le concerne. Si je rate mon coup cette fois-ci, j'en serai quitte pour refaire des boutures un peu plus tard, herbacées cette fois.

Trop tard : les chèvrefeuilles sont réveillés. J'ai tout de même essayé.

Trop tard : les chèvrefeuilles sont réveillés. J'ai tout de même essayé.

Les boutures à rameaux dormants se réalisent pendant tout l'hiver quand les arbustes sont au repos. Le principe consistant à prendre "du bois", on comprend bien que cette technique n'est pas possible sur les plantes herbacées.

Une fois les boutures réalisées, il suffit de placer le pot un peu à l'abri par exemple au pied d'un mur au Nord. Elles s'enracineront (si tout va bien) au printemps. On peut aussi les planter directement en terre (et risquer de les y oublier comme cela m'arrive souvent, avec les conséquences que vous pouvez facilement imaginer).

Et voilà ! Elles vont subir le gel, la pluie, les variations de température : c'est très bien.

Et voilà ! Elles vont subir le gel, la pluie, les variations de température : c'est très bien.

Tant de facteurs entrent en jeu dans la réussite d'une bouture que ce n'est pas avec mes quelques petits essais que je pourrai déterminer si la poudre d'hormones est utile ou non. Cependant, si j'observe des différences significatives selon la méthode employée, je ne manquerai pas de vous le raconter... et de refaire quelques essais.

Je suis assez dubitative quant à l’intérêt des hormones pour ce genre de bouturage. Les racines ne commencent à se former que lorsque les températures deviennent douces, c'est à dire dans plusieurs semaines. Que deviennent les hormones pendant cette période ? Ne sont-elles pas purement et simplement dégradées dans le sol ? Quoi qu'il en soit, lorsque je ferai des boutures herbacées plus tard dans la saison, je referai quelques essais avec ou sans hormones.

Bien-sûr, si vous avez déjà essayé les hormones de bouturage, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

Je vous laisse sur cette photo des premiers crocus de l'année. Je file vite en profiter.

Dernières boutures à rameau dormant : hormones ou pas hormones ?

Publié dans Boutures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fatima 24/02/2019 15:54

Merci Annick pour cet article ! Je pense qu'il est tard maintenant surtout avec ce beau temps, la nature démarre trop vite à mon sens ; Aïe en mars !! Bref, je n'ai jamais utilisé l'eau de saule, je ne trouve jamais le temps pour la faire sinon en ce qui concerne la poudre d'hormone, j'ai toujours utilisé et c'est vrai qu'elle protège la bouture et l'aide dans son racinement. Par contre, je ne sais pas si dans le commerce on trouve la poudre selon la bouture à faire (les pourcentages d'hormones étant différents et réservés aux spécialistes). En attendant, la nature fait souvent bien les choses ! A bientôt, bon dimanche !

Naniland89 15/02/2019 06:35

merci pour cet expérience
je vais essayer pour voir un peu ce que cela donne de mon côté

Florence 14/02/2019 19:51

Encore une expérience à suivre ! J'utilise parfois la poudre d'hormones pour des tiges de rosiers qui ont voyagé, notamment. Sinon quand je me retrouve avec une tige coupée dans la main qui "m'inspire", je la colle telle quelle au pied d'un arbuste, ou dans un grand pot qui commence à être assez plein, pour éviter de l'écrabouiller par mégarde. J'essaie de ne pas laisser sécher complètement. Sinon, je suis fervente adepte de la marcotte. Une branche qui traine un peu à terre, zou, elle y a droit. Par contre le risque de "déchaussement" est plus important. Je me fais des pense-bête avec des cailloux ou des petits pots en terre. Bonne fin de semaine. Bises

Rahir Pascale 14/02/2019 17:56

J'aime tes articles de fond, ils sont utiles à tous ceux qui te lisent néophytes ou confirmés. On est tout le temps en train d'apprendre. J'ai souvent pratiquer les boutures mais je n'ai jamais entendu parler des boutures à rameaux dormants (j'ai faillis écrire bouture aux bois dormants). J'ai aussi testé avec et sans hormones. J'ai constaté que l'hormone était une aide précieuse. Mais certaines plantes n'en ont pas besoin car cela réussit facilement tout seul. Mais pour les plus délicates, l’hormone est un atout sérieux voir indispensable. Bises

Dominique 14/02/2019 17:09

Bonjour Annick
Je bouture beaucoup, en toute saison ,en pot, en pleine terre et je n'ai jamais utilisé d'hormone de bouturage ni d'eau de saule d'ailleurs.Les rosiers se bouturent très bien en pleine terre contrairement à ce que l'on dit souvent .Je bouture aussi beaucoup les plantes d’intérieur dans l'eau ,dans du terreau ...
Il y a parfois des échecs mais il faut toujours essayer avec les chutes de taille par exemple sans trop se poser de questions .
On nous pousse à acheter un maximum des produits pas vraiment indispensable je trouve !
Bonne soirée ,j'ai bien profité du jardin aussi !

Franćoise 14/02/2019 14:32

Bonjour Annick,
Suis curieuse et très intéressée par vos constatations futures quant à ces 3 techniques. Je bouture parfois, je n'utilise ni eau de saule ni hormone, à l'arrache j'allais dire, avec un succès très moyen parce que je manque de rigueur mais mes quelques succès m'encouragent à continuer.
Merci pour votre blog intéressant et au ton libre et sympathique.

lulu 14/02/2019 14:27

Je n'ai jamais testé l'hormone de bouturage. Je suis curieuse de découvrir le résultat de ton expérience. Patience donc. Bonne journée !

catherine 14/02/2019 13:51

Ici, le chéri a souvent replanté des tiges issues de coupes de rosiers un peu partout au jardin, et ça pousse, sans souci, et souvent le rosier est plus fort et plus beau que l'original! bien sûr, je ne connais le nom du rosier que quand apparaissent les fleurs, LOL, car le chéri ne marque rien!
tu nous diras ce que tu en pense plus tard..j'ai beaucoup bouturé avec les hormones, mais maintenant je ne le fais plus..l'eau de saule (on en fait aussi ici) est bien meilleure (à mon avis)
Je t'ai envoyé un mail, pourrais tu le lire, STP? je te pose une question, merci
bon après midi, bon jardinage!
je file au jardin aussi! il fait trop beau..