Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

Publié le par Annick Boidron

On peut dire qu'il m'en aura fait voir, celui-là. Et cela depuis plus de trente ans. Parce que, bien-sûr, comme toute jardinière débutante j'ai commencé par l'endroit le plus difficile ! Le voici hier, en plein soleil, à deux heures de l'après-midi : il fait plus de 30°.

Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.
Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.
Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.
Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.
Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.

Cliquez sur les flèches pour vous déplacer vers la gauche ou vers la droite dans le talus.

Vous voyez, ça cogne dur ! La terre caillouteuse sèche vite, même en profondeur. Mais il ne faut pas s'y fier ! Si certains étés sont étouffants, d'autres sont frisquets et pluvieux. Ces étés-là, la terre, même si elle est bien drainée, reste constamment humide. En hiver aussi, les conditions sont très variables : des températures inférieures à -15° ne sont pas exceptionnelles mais on peut aussi connaître des hivers relativement doux et, c'est plus embêtant, très humides. Conclusion : il faut trouver des plantes warriors, qui s'adaptent à toutes les conditions. J'ai beaucoup tâtonné, arraché, déplacé mais maintenant, même s'il reste des choses à améliorer, je suis assez satisfaite.

Il est 8h du matin : le talus plein Sud reçoit l'ombre de la maison mais ça ne va pas durer et bientôt, il sera en plein soleil sans un moment de répit jusqu'au soir.

Il est 8h du matin : le talus plein Sud reçoit l'ombre de la maison mais ça ne va pas durer et bientôt, il sera en plein soleil sans un moment de répit jusqu'au soir.

La terre est retenue par un petit muret de pierres sèches, caché sous la végétation. Il offre un refuge à une multitude d'animaux.

La terre est retenue par un petit muret de pierres sèches, caché sous la végétation. Il offre un refuge à une multitude d'animaux.

Les plantes les plus présentes pour le moment, sont les digitales jaunes (Digitalis lutea). Elles sont là depuis mes premiers aménagements, c'est dire si elles sont costaudes. Elles reviennent chaque année, un peu plus vigoureuses, et se ressèment généreusement. Elles supportent TOUT et gardent bonne mine quoi qu'il arrive ! Je les adore.

Les digitales jaunes sont encore dans l'ombre pour quelques minutes, mais bientôt elles devront affronter la chaleur du soleil ! Pas de problème : elles resteront pimpantes tout au long de la journée.

Les digitales jaunes sont encore dans l'ombre pour quelques minutes, mais bientôt elles devront affronter la chaleur du soleil ! Pas de problème : elles resteront pimpantes tout au long de la journée.

Une autre descendante d'un semis réalisé à mes débuts de jardinière, apprécie la vie dans mon talus plein Sud : c'est la rue (Ruta graveolens). Elle est bien moins spectaculaire que la digitale jaune mais j'aime ses petites feuilles bleutées et le couleur de ses fleurs. Par contre elle pue et peut provoquer des brûlures sur la peau si on s'expose au soleil après l'avoir manipulée.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?
Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

Et que pensez-vous de l'association de ses fleurs vert-chartreuse avec les oeillets... des chartreux ?

J'aime encore bien ce genre de contraste... à condition de ne pas en abuser.

J'aime encore bien ce genre de contraste... à condition de ne pas en abuser.

En parlant d’œillets des chartreux, ceux-ci sont arrivés dans le talus assez récemment. Tous descendent d'un seul plant acheté au jardin Plume il y a quatre ou cinq ans. Ils se bouturent et se sèment très facilement, ce qui m'a permis de le multiplier. Il faut du temps pour les apprivoiser, ces œillets ! Les petites fleurs roses juchées sur de longues tiges ne résistaient pas à la pesanteur et s'affaissaient en cours de saison. Mais en les mélangeant avec d'autres plantes qui les soutiennent, le problème est résolu.

Coincés derrière une touffe de Stipa tenuissima et entre les érygiums, les œillets des chartreux se tiennent bien droits.

Coincés derrière une touffe de Stipa tenuissima et entre les érygiums, les œillets des chartreux se tiennent bien droits.

Les Stipas tenuissima ont été semés pour la première fois il y a une dizaine d'années. Depuis-lors, j'en retrouve un peu partout dans le jardin. Ce n'est pas grave, ils sont tellement gracieux. Ils aiment la chaleur et cet emplacement leur convient bien.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

Quant aux éryngiums, ils ont mis un peu de temps pour s'installer mais à présent ils explosent. Je les aime pour leur beauté mais aussi parce qu'ils constituent des tuteurs naturels qui soutiennent les autres plantes.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

Une autre habitante des lieux, qui me pose un peu plus de problèmes, c'est l'Allium sphaerocephalon. Cet ail décoratif très commun se plait bien dans mon talus mais elle a deux défauts : elle n'arrive pas à se tenir droite et, surtout, elle se ressème "comme du chiendent' au point d'étouffer toute la végétation alentours. Au printemps, je l'arrache par poignées. Heureusement, comme tous les ails, elle est comestible. N'empêche que ça laisse de grandes zones vides, comme cet espace juste au-dessus de la fontaine des grenouilles.

Il faut absolument que je pense à couper les inflorescences fanées de ces alliums cette année.

Il faut absolument que je pense à couper les inflorescences fanées de ces alliums cette année.

Cela dit, malgré ces défauts, je la trouve très jolie, même quand elle n'est pas encore en fleur.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?
Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

Vous avez peut-être remarqué aussi la star du talus plein Sud 2019 : le Lychnis coronaria alba et (un tout petit peu) oculata. Ce sont des graines reçues lors du SOL 2018. J'en parlerai plus en détail quand je les connaîtrai mieux mais, jusqu'à présent, elles m'enchantent : toujours nettes et très rafraichissantes avec leurs fleurs d'un blanc éblouissant et leur feuillage gris. Merci à Edith le Quenti et à Danièlle pour les graines.

En arrière-plan, un des nombreux rosiers "ressuscités" de cette année.

En arrière-plan, un des nombreux rosiers "ressuscités" de cette année.

Voilà pour les plantes les plus présentes en ce moment. Mais il y en a encore d'autres, plus discrètes ou qui fleurissent à une autre période. Vous aurez certainement  repéré un érodium de Manescau, une plante "coca-cola", les feuilles d'une hellébore, des heuchères Amethyst Mist, dont je fais grand usage, le feuillage bleuté d'un petit œillet blanc, de l'origan et un petit rosier blanc. Oui, c'est ça, tout en bas de l'image, de gauche à droite. Tout en haut, derrière les digitales jaunes, vous remarquerez sans doute quelques touffes d'absinthe dont le feuillage bleuté sent si bon.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

A propos de petit rosier blanc, comment trouvez-vous celui-ci ? Il est en compagnie d'une plante "coca-cola" ( Artemisia abrogatum var. maritima ). Si mes souvenirs sont bons, il s'agit de White fairy. Je l'ai bouturé à qui-mieux-mieux car je la trouve parfaite pour ce genre de situation : résistante à tous les temps et produisant des fleurs jusqu'à l'hiver.

Qu'est-ce qui pousse dans mon talus plein Sud ?

J'ai changé beaucoup de choses dans ce talus en automne 2018 : je trouvais qu'il était beau au printemps, mais il n'était pas assez fleuri pendant l'été. Les géraniums vivaces et les hémérocalles jaunes avaient une période de floraison trop courte. J'en ai laissé quelques-uns et j'ai planté notamment les lychnis blancs.

Avant/après : en juin 2017 dans la fraîcheur du matin et en 2019 à 14 h sous 30°.
Avant/après : en juin 2017 dans la fraîcheur du matin et en 2019 à 14 h sous 30°.

Avant/après : en juin 2017 dans la fraîcheur du matin et en 2019 à 14 h sous 30°.

Pour la suite, j'ai en réserve des scabieuses de toutes les couleurs, des giroflées, des gypsophiles roses, des sauges et encore bien d'autres petits plants issus des graines du SOL. Elles combleront les vides qui restent encore ou qui apparaîtront en cours de saison.

Un plateau de Savia Amplexicaulis dont j'ai reçu les graines de Catherine (d'Alsace). Je les mettrai en place en septembre. Je trouve que quelques verticales mauve foncé seraient du meilleur effet.

Un plateau de Savia Amplexicaulis dont j'ai reçu les graines de Catherine (d'Alsace). Je les mettrai en place en septembre. Je trouve que quelques verticales mauve foncé seraient du meilleur effet.

Finalement, je me rends compte tout en écrivant que, dans ce talus, il y a très peu de plantes achetées. Celles qui se comportent le mieux sont des semis "maison" ou spontanés ou alors des boutures. Heureusement ! Je ne pourrais pas me permettre d'acheter autant de petits pots de plantes.

Oui, je sais bien, je devais vous parler de la serre et du potager. Ça viendra mais aujourd'hui, j'avais envie de parler de fleurs.

Publié dans Fleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe D 30/06/2019 21:24

Tout cela me semble bien conçu et bien joli ! Bravo !
Bonne semaine.

Florence 28/06/2019 21:23

Un bel article très intéressant. Cependant tu dis qu'"il reste toujours de l'humidité dans ton talus, je ne peux donc pas retenir toutes tes "vedettes". Nous passons les 40) en plein soleil ici ces jours-ci et je vois sécher les tiges de mes lychnis blancs que j'aime énormément. J'espère qu'ils me laisseront des semis. Les semis naturels sont une manne pour nous et je laisse toujours en place les plantules, surtout quand je ne sais pas les identifier. Chez moi, les lychnis disparaissent au bout de deux ou trois ans mais se ressèment. Ils vagabondent donc dans le jardin mais dans un périmètre assez restreint. Les stipes sont aussi bien présentes dans le jardin et se sèment toujours à propos. Grâce à toi, je suis fan des œillets des chartreux. Tes eryngiums sont très beaux. J'espère que cette version de ton talus va répondre à tes attentes. Bises

Annick Boidron 29/06/2019 07:39

Bonjour Florence, je me suis mal exprimée : le sol reste humide pendant certains étés, ceux qui sont pluvieux mais quand il fait chaud comme l'été dernier ou cette année jusqu'à présent, la terre sèche vite et c'est ça qui pose problème . Il me faut des plantes qui résistent à ces conditions très variables. J'ai lu que les lychnis étaient bisannuels (Jardin à Welekete). Sur d'autres sites, souvent de vente, on les qualifie de vivaces. Je sais donc maintenant que je ne dois pas compter sur eux pendant de longues années et que je dois veiller à les laisser se ressemer si je veux les garder. J'attends cependant de voir comment ils se comportent pour décider si je leur laisse beaucoup de place ou non. Bon week-end

PS : j'ai modifié le texte

Rahir Pascale 28/06/2019 08:09

Il est splendide ce coin de ton jardin. Des vivaces fortes et résistantes c'est toujours intéressant de partager ces infos. Bon plant l'idée chardon-œillets. J'ai fait pareil avec les agrostemma githago. Une fois entre les autres tout se passe bien. Et oui je suis bien d'accord, les échanges les boutures et les semis nous permettent d'avoir un beau résultat sans casser les cordons de la bourse. Et les lychnis sont juste sublimes en répétitions dans ce massif. J'adore

Annick Boidron 29/06/2019 07:48

Bonjour Pascale, j'ai lu plusieurs fois l'article que tu consacres aux lychnis sur ton blog (qui, comme je l'ai déjà dit, est une mine d'informations). Je suis curieuse de voir comment ils vont se comporter sur le long terme car c'est la première fois que cette plante entre dans le jardin.

Babou 27/06/2019 22:16

Vous pouvez l'être (satisfaite), il est beau ce massif. Je retiens les digitales jaunes et l'érodium !!!

Annick Boidron 29/06/2019 07:50

Bonjour Babou, l'érodium et les digitales jaunes produisent beaucoup de graines et leur semis est facile. Je peux t'en envoyer des graines à l'automne, si tu veux.

Pantoufle 27/06/2019 19:00

Les fleurs c'est très bien aussi :) Et je suis entièrement d'accord avec toi sur le "fait maison", ici aussi les plantes qui se comportent le mieux sont toujours des bébés élevés sur place ! Et je galère même souvent avec les rares plantes que je m'autorise à acheter... alors voila, encore plus de boutures et de semis à prévoir dans le futur, et quand je vois le résultat chez toi, je me dis que j'ai encore du boulot, mais que ça vaut le coup pour avoir un si beau jardin que le tien !

Annick Boidron 29/06/2019 07:52

Ben oui, j'ai mis 30 ans pour obtenir un massif sans trop de trous dedans ! Cela dit, c'est sans doute parce que j'ai commencé en essayant du "trop compliqué". Bon week-end.

Elise 27/06/2019 17:16

Pfff, 30°C ? Seulement ? Petite joueuse ! :-D (ici il fait presque 40, c'est vraiment trop)
Sympa ce massif, ça fait très champêtre.
Et en effet, vu son look et ses caractéristiques tu dois avoir un The Fairy blanc. :-)
Bises
Elise

Annick Boidron 29/06/2019 07:54

Oui, il parait que la canicule s'est arrêtée à la frontière belge. 14° cette nuit, ça rafraichit bien l'atmosphère mais il fait quand même très chaud et sec la journée même si nous n'atteignons pas les records de la France (ouf !). Merci pour la confirmation du fairy blanc. Bisous et bon week-end.

christine 27/06/2019 15:00

Surprenant de voir que le massif à tendance bleu à viré au blanc et vert, tu en avais marre ??
Je n'ai pas encore testé l'odeur de la rue mais je te crois sur parole, j'en ai mis au milieu de mes carrés potager et ça a l'air de faire fuir les rats taupiers, si seulement eux aussi pouvaient aimer cette herbe si particulière véritable attraction des papillons
J'ai testé un jour les semis d'éryngiums mais force est de constater que mes attentes ont été vite déçues, je n'en ai pas vu la tige d'un seul spécimen, je me rattraperais lorsque j'aurais ma serre
Vivement ton prochain article, j'adore te lire
bises

Annick Boidron 29/06/2019 07:56

Je n'en avais pas vraiment marre mais les fleurs que tu vois sur la photo étaient vraiment trop éphémères et n'étaient pas vraiment remplacées par la suite. J'ai essayer une solution pour avoir un talus fleuri plus longtemps...on va voir. Bisous et merci ^pour le commentaire.

catherine 27/06/2019 14:57

et bien tu as eu raison de parler fleur en ce jour de canicule, pour nous permettre de rêver de fraicheur, même si chez toi aussi il fait chauuuud!
ici aussi, dans certains massifs les semis spontanés remplissent les trous, je sème et bouture beaucoup, c'est plus intéressant et gratifiant que d'acheter plein de petites plantes qui ne repoussent parfois pas..;-)
ton talus est bien généreux, j'aime beaucoup! je en connaissais pas ce joli The Fairy blanc, j'ai des roses et des rouges, ils se bouturent extrêmement bien..
bon après midi Annick, bises

Annick Boidron 29/06/2019 07:58

Bonjour Catherine, je ne savais pas qu'il existait des "the fairy" rouges. Vu comment les roses et les blancs poussent bien (et se bouturent facilement, comme tu dis), j'ajouterais bien des rouges ! Bises et bon week-end.