Les couleurs de la volucelle zonée

Publié le par Annick Boidron

Petite parenthèse entre les articles consacrés au potager mais promis, on y retourne vendredi

Alors que je photographiais une jolie rose de mon jardin, une grosse bête bourdonnante est venue se poser en plein dessus ! Elle était tellement typique que je n'ai pas dû chercher longtemps pour la déterminer : il s'agit d'une volucelle zonée alias... syrphe frelon. C'est un syrphe, donc une mouche. Et elle est parfaitement inoffensive.

Je me demande qui va reconnaître cette rose en premier ?

Je me demande qui va reconnaître cette rose en premier ?

La volucelle ressemble au frelon... mais c'est une mouche

Syrphe frelon, tiens, tiens ! Mwouais, la taille et les couleurs c'est un peu ça. Je vous invite à vous faire une idée par vous-même à partir des deux photos ci-dessous : est-ce que vous vous laisseriez piéger ?

En haut un frelon européen qui a eu la mauvaise idée de replier ses antennes (chez ma tante Nelly), à droite une volucelle zonée.
En haut un frelon européen qui a eu la mauvaise idée de replier ses antennes (chez ma tante Nelly), à droite une volucelle zonée.

En haut un frelon européen qui a eu la mauvaise idée de replier ses antennes (chez ma tante Nelly), à droite une volucelle zonée.

Gros yeux globuleux de mouche, petites antennes riquiqui de mouche : c'est une (grosse) mouche, pas un frelon !

Gros yeux globuleux de mouche, petites antennes riquiqui de mouche : c'est une (grosse) mouche, pas un frelon !

Confusion entre volucella zonaria et frelon
Page facebook "quel est cet insecte ?"

 

Avouez que la différence est assez superficielle. Pourtant, en tout cas chez les humains, la confusion n'est pas rare (6). Parfois, comme l'a fait cette personne sur un groupe Facebook dédié à la détermination des insectes, on se renseigne... mais parfois, on les zigouille en pensant qu'il s'agit d'un frelon. Ce n'est pas toujours intéressant de ressembler à un frelon !

A toutes fins utiles, sachez que cette grosse bête n'est pas du tout carnivore comme c'est parfois écrit, mais qu'elle butine les fleurs et se nourrit de leur pollen et/ou de leur nectar.

La volucelle n'a pas les mâchoires agressives des frelons carnivores mais une longue langue qui lui sert à butiner les fleurs.

La volucelle n'a pas les mâchoires agressives des frelons carnivores mais une longue langue qui lui sert à butiner les fleurs.

Mimétisme, certes, mais mimétisme imparfait

Nous connaissons tous le principe de cette forme de mimétisme, dit batésien : une bestiole tout à fait comestible (la mimique) ressemble à une autre bestiole dont les prédateurs préfèrent éviter la consommation (le modèle). Par exemple parce qu'elle pique, qu'elle est toxique ou qu'elle a un goût dégueulasse).

La volucelle ne pique pas. Mais sommes-nous certains qu'elle n'a pas mauvais goût ? Qui veut goûter ?

La volucelle ne pique pas. Mais sommes-nous certains qu'elle n'a pas mauvais goût ? Qui veut goûter ?

Cette question du mimétisme imparfait et, d'ailleurs, du mimétisme tout court, intéresse les scientifiques : les ressemblances entre être vivants appartenant à des familles parfois très éloignées soulèvent pas mal de questions portant notamment sur l'évolution des espèces, mais aussi sur l'apprentissage et la mémoire des animaux. Autant vous dire que tout le monde n'est pas d'accord (1,4,12,13). Mais j'en parlerai une autre fois, revenons à la volucelle.

Des asticots éboueurs...

La vie dans les fleurs, c'est pour l'adulte. Le cadre de vie des larves est bien moins plaisant, en tout cas selon nos critères humains. Les volucelles déposent leurs œufs dans les nids de guêpes sociales. Les larves, quant à elles, se nourrissent dans les poubelles, dans le cimetière et même dans les cabinets de ces hyménoptères. Je vous propose d'ailleurs de les découvrir dans cette vidéo bien dégoûtante mais, aussi, bien intéressante.

Dans les commentaires de la vidéo, l'asticot muni d'appendices est bien identifié comme une larve de volucelle zonée.

 ...ou des prédateurs ?

Hé oui, toutes les larves de syrphes ne se nourrissent pas de pucerons ! Il est même bien possible que les charmants asticots de la volucelle zonée ajoutent un peu de viande fraîche à leur menu, sous forme de quelques larves de guêpes bien vivantes (10). C'est l'espoir de Bob Brown, un chercheur Néo-zélandais. Il essaye de trouver une solution a l'invasion de guêpes sociales originaires d'Europe : elles sont devenues une véritable calamité dans son pays. Il a notamment importé d'Angleterre environ 800 pupes de Volucella zonaria qu'il tente d'élever pour, un jour peut-être, les relâcher dans la nature (2,3). C'est à lui que nous devons cette vidéo :

Les larves de Volucella zonaria sont celles qui ont de petites "épines" sur le côté.

J'espère pour lui que ce sera efficace.

N'importe quoi ...

Cependant, certains, et ils sont nombreux, ne s'embêtent pas à étudier un peu la question avant d'écrire n'importe quoi. Comme ce journaliste de Ouest-France Bretagne qui n'y va pas avec le dos de la cuillère pour relayer et enjoliver les déclarations d'une certaine Raymonde :

C'est aussi cette ressemblance avec le frelon qui permet à la volucelle zonée de pondre ses œufs dans les nids des frelons. Et leurs larves sont des ectoparasites. C'est-à-dire qu'elles vivent à la surface corporelle d'un autre, et elles peuvent engendrer une maladie de l'hôte.

La volucelle zonée vole au secours des abeilles - Ouest France Bretagne, août 2017.

La terreur des frelon asiatiques ?

Que la volucelle zonée parasite les nids de frelons jusqu'à les détruire et sauver ainsi les abeilles, c'est sans doute prendre ses rêves pour la réalité. A part des affirmations péremptoires, je n'ai pas trouvé une seule information fiable selon laquelle les volucelles zonées pondraient dans les nids de frelons, qu'ils soient asiatiques ou européens (7). Mais ça ne veut pas dire charrette (expression belge qui signifie "ça ne prouve rien").

Montrer patte blanche

On trouve, dans cet article de Ouest-France, une autre "information" très discutable : les volucelles zonées profiteraient de leur ressemblance avec les frelons pour s'introduire subrepticement dans leur nid et y pondre, ni vu ni connu. Il en sait des choses cet homme (ou cette femme). Toutes les études que j'ai pu trouver à ce sujet, rejettent l'hypothèse selon laquelle la ressemblance entre les volucelles et leurs hôtes hyménoptères leur permettraient d'entrer incognito (11,). Mais bon, ça parait vraisemblable, alors on continue de le répéter encore et encore, sans réfléchir !

Le loup se déguise en chèvre pour manger les sept biquets (dessin animé)
L'idée de se déguiser pour s'introduire là où on n'est pas désiré ne date pas d'aujourd'hui (Le loup et les 7 chevreaux, on peut visionner le dessin animé sur Youtube en cliquant sur l'image.)

Jean-Henry Fabre (5), grand naturaliste français du 19e siècle,  mettait déjà en doute l'idée que les guêpes pourraient confondre une volucelle zonée avec l'une d'entre elles.

Si vous avez deux minutes, je vous invite à lire ce qu'il en dit, c'était un fameux observateur :

Bon, il y a encore bien des choses à dire à propos du mimétisme. IL y a aussi quelques points que je n'ai pas relevés concernant la Volucelle zonée, par exemple la relation entre le réchauffement climatique et l'extension de son aire de répartition (7). Si vous restez sur votre faim, voici la liste des tous les documents que j'ai consultés pour écrire cet article.

A vendredi pour de nouvelles aventures potagères

Sources et informations complémentaires

(1)Bain, R. S., Rashed, A., Cowper, V. J., Gilbert, F. S., & Sherratt, T. N. (2007). The key mimetic features of hoverflies through avian eyes. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 274(1621), 1949–1954. doi:10.1098/rspb.2007.0458 

(2)Brown, Bob, (2017), Wasp biocontrol update 12,  Manaaki Whenua - Landcare ResearchPublished: 15 December 2017. URL : https://www.landcareresearch.co.nz/science/plants-animals-fungi/animals/invertebrates/invasive-invertebrates/wasps/wasp-biocontrol-updates/wasp-biocontrol-update-12

(3)Brown, Bob, (2018), Wasp biocontrol update 13,  Manaaki Whenua - Landcare Research. URL : https://www.landcareresearch.co.nz/science/plants-animals-fungi/animals/invertebrates/invasive-invertebrates/wasps/wasp-biocontrol-updates/wasp-biocontrol-update-13

(4)Dittrich, W., Gilbert, F., Green, P., Mcgregor, P., & Grewcock, D. (1993). Imperfect Mimicry: A Pigeon’s Perspective. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 251(1332), 195–200. doi:10.1098/rspb.1993.0029 

(5) Fabre,J.H. souvenirs entomologiques, série VIII chapitre 21, la volucelle. En ligne. URL : https://www.e-fabre.com/e-texts/souvenirs_entomologiques/volucelle.htm

(6)Golding, Y., Ennos, R., Sullivan, M., & Edmunds, M. (2005). Hoverfly mimicry deceives humans. Journal of Zoology, 266(4), 395–399. doi:10.1017/s0952836905007089

(7) Morris, R.K.A. and Ball, S. G., (2004). Sixty Year of Volucella zonaria in Britain. British Journal of Entomology and Natural History, 17, pp. 217-227. URL : http://www.bacoastal.co.uk/Entomology/2004-Volucella-zonaria.pdf

(8)Nickol, M. (1994), Volucella zonaria (Diptera: Syrphidae) in Rheinland-Pfalz: distribution, flower visiting, behaviour, coloration, ecology and remarks on related species - Mitteilungen der Polichia, 1994 - ecology.nottingham.ac.uk. En ligne : http://ecology.nottingham.ac.uk/~plzfg/syrphweb/Nickol1994.doc

(9) La volucelle zonée vole au secours des abeilles,

(10) ROTHERAY, G., & GILBERT, F. (1999). Phylogeny of Palaearctic Syrphidae (Diptera): evidence from larval stages. Zoological Journal of the Linnean Society, 127(1), 1–112. doi:10.1111/j.1096-3642.1999.tb01305.x

Rupp, L. (1989), The central European species of the genus Volucella (Diptera, Syrphidae) as commensals and parasitoids in the nests of bees and social wasps: studies on host-finding, larval biology and mimicry . URL : http://ecology.nottingham.ac.uk/~plzfg/syrphweb/Rupp1989.doc (Point 10)

(12)Taylor, C. H., Reader, T., & Gilbert, F. (2016). Hoverflies are imperfect mimics of wasp colouration. Evolutionary Ecology, 30(3), 567–581. doi:10.1007/s10682-016-9824-9

(13)Taylor, C. H., Reader, T., & Gilbert, F. (2017) Why many Batesian mimics are inaccurate: evidence from hoverfly colour patterns, 283Proc. R. Soc. B http://doi.org/10.1098/rspb.2016.1585

 

Publié dans Animaux du jardin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

catherine 10/10/2019 10:23

et cette volucelle n'est pas le seul insecte inoffensif qui ressemble à d'autres bestioles pas si gentilles que ça..et c'est vrai que le premier geste est de tuer l'insecte alors qu'on devrait vraiment tous les laisser vivre!
oui même les frelons.. hélas, je n'ai pas de noms à te proposer, car la mémoire me quitte..
je n'ai pas commenté tes deux derniers articles sur le potager, mais sache que je suis très admirative de tous tes efforts , et de toutes tes plantes potagères..et j'aimerais avoir ton enthousiasme..mais quand tu dois tout arroser parce que la sécheresse est là, ton entrain diminue très vite..
bonne journée Annick, bises

Elise 10/10/2019 09:57

Blush noisette ? Quoique un peu fort rose peut-être...
Tu m'as fait repenser à mon bac. Pour mon TP de biologie, je devais disséquer un syrphe pour déterminer son sexe ! :-)
(j'ai eu 19/20 hehe)
Bises
Elise