Poivrons : méthode sopalin vs semis en godets, déjà des résultats

Publié le par Annick Boidron

Il y a une bonne semaine, je débutais mes semis de poivrons à la fois sur du papier essuie-tout (sopalin ou scottex, ou...) et dans des godets (rouleaux de papier hygiénique remplis de substrat). Mon but : comparer les deux méthodes.

Allez voir ici pour en savoir plus sur ces modes de semis

Je vous le dis tout de suite, le semis en godets est plus simple et efficace. Étonnant, n'est-ce pas car la méthode sopalin fait de plus en plus d'émules (et j'avoue que j'ai sans doute, modestement, contribué à son succès). Dans la suite de l'article, je vous propose de comparer les deux méthodes un peu plus d'une semaine après les semis. On y va point par point :

La rapidité des premiers résultats visibles

La palme revient à la méthode sopalin : après deux jours (!) seulement, je pouvais déjà observer de petits germes :

J'adore regarder les graines germer

J'adore regarder les graines germer

Dans les godets, après si peu de temps, il n'y avait rien à voir !

La facilité de semis

Sur ce point aussi, c'est la méthode sopalin qui est la plus facile : il suffit de déposer les graines sur du papier essuie-tout humide et voilà. Pour les semis en godets... il faut les remplir de substrat, faire un petit trou et semer. Ce n'est pas bien compliqué quand on s'y prend bien. J'ai fait une petite vidéo, c'est plus facile à expliquer qu'en photos. Et puis comme ça, vous entendrez ma douce voix !

La rapidité de développement

Les résultats sont plus ou moins similaires. Voyez par exemple ces deux photos prises le 05 mars soit une semaine après le semis :

Certains pots manquent : ils sont déjà placés sous la lampe horticole

Certains pots manquent : ils sont déjà placés sous la lampe horticole

Le taux de germination est plutôt bon. Toutefois, la plupart des plantules ne sont pas assez développées pour pouvoir être manipulées et repiquées.

Le taux de germination est plutôt bon. Toutefois, la plupart des plantules ne sont pas assez développées pour pouvoir être manipulées et repiquées.

La conformation des plantules

C'est à partir d'ici que la balance commence à pencher fortement du côté des semis en godets. En effet si, à ce stade, les pourcentages de germinations sont à peu près similaires, on ne peut pas en dire autant de l'aspect des plantules. Comparez, par exemple ces bébés Alpina sur sopalin et dans la terre aujourd'hui même :

Bien que je les aie soigneusement espacés, les petits plants d'Alpina se mélangent et sont tout biscornus. Ils sont en bonne santé mais un peu moins développés que ceux qui poussent dans le substrat.Bien que je les aie soigneusement espacés, les petits plants d'Alpina se mélangent et sont tout biscornus. Ils sont en bonne santé mais un peu moins développés que ceux qui poussent dans le substrat.

Bien que je les aie soigneusement espacés, les petits plants d'Alpina se mélangent et sont tout biscornus. Ils sont en bonne santé mais un peu moins développés que ceux qui poussent dans le substrat.

La facilité

C'est ce dernier point qui fait la différence. En effet, la méthode sopalin impose de réaliser un repiquage à un stade extrèmement précoce. Ce n'est pas la mer à boire mais ça prend du temps et les petits plants minuscules ne sont pas faciles à manipuler.

Il ne faut pas attendre pour repiquer les plantules et les mettre à la lumière. Sinon, elles meurent rapidement.Il ne faut pas attendre pour repiquer les plantules et les mettre à la lumière. Sinon, elles meurent rapidement.

Il ne faut pas attendre pour repiquer les plantules et les mettre à la lumière. Sinon, elles meurent rapidement.

Conséquence du point précédent : la forme biscornue des racines ne facilite pas la transplantation. Mais bon, on y arrive !

Avec la méthode de semis direct dans des rouleaux de papier hygiénique remplis de substrat, on s'épargne cette étape et on peut laisser les plants sans y toucher jusqu'au repiquage en grand pot.

Je vous montre ci-dessus mon plateau de poivrons repiqués sous la lampe horticole. Il va se compléter petit-à-petit.

Poivrons : méthode sopalin vs semis en godets, déjà des résultats

Vous avez peut-être remarqué sur la photo précédente la petite marque au sommet des étiquettes : c'est un code ! Tout noir = graines semées dans le terreau, sans marque = graines semées sur le sopalin et hachuré = graines germées dans le terreau puis... repiquées !

Hé oui ! Je m'étais pourtant bien jurée de ne garder qu'un plant par godet et d'éliminer les autres. Mais encore une fois, mon cœur a fondu à l'idée d'arracher ces petits bébés plantes... "on ne sait jamais, ça pourrait fait plaisir à quelqu'un", etc... Je me suis donc employée à les transférer dans d'autres godets... ce qui est encore plus délicat que le repiquage des plants sopalin.

Conclusion (temporaire)

Dans l'état actuel des choses, je crois pouvoir affirmer sans trop de risques que la méthode sopalin n'offre pas vraiment d’intérêt. La "rapidité" de germination semble être plus une illusion qu'une réalité car, en fin de compte, le taux de germination et la vitesse de croissance aux premiers stades ne sont pas plus élevés sur le sopalin que dans la terre.

Il faut bien se rendre à l'évidence : l'étape "sopalin" qui me semblait si efficace est en réalité une perte de temps tout à fait inutile. En tout cas pour les semis "normaux".

La méthode sopalin peut toutefois être bien utile parfois

Quand on n'est pas certain de la capacité germinative de ses graines, par exemple parce qu'elles sont très vieilles, on peut alors déposer toutes les graines sur le sopalin et récupérer celles qui germent... quand il y en a. 

La méthode permet aussi de gagner de la place pendant la période de germination car une toute petite surface suffit pour produire de nombreux plants... en tout cas, jusqu'au repiquage. C'est parfois bien utile quand on sème des graines comme les poivrons qui demandent une température élevée pour germer.

Enseignements pour l'année prochaine

A moins d'un revirement complet de situation, je compte laisser tomber la méthode sopalin et ne plus semer que dans des godets individuels remplis de substrat. Avec un petit changement par rapport à cette année, toutefois : je ne mettrai qu'une seule graine par godet et tant pis si certaines ne germent pas.

Pour les gens "normaux" (je n'ose pas dire "sans cœur"), semer environ cinq graines par godet est l'idéal puisqu'on peut choisir le plus beau plant et zigouiller les autres !

Ne sont-ils pas mignons ces petits "piri piri" nouveau-nés ? Qui aurait le coeur de choisir entre les deux ?

Ne sont-ils pas mignons ces petits "piri piri" nouveau-nés ? Qui aurait le coeur de choisir entre les deux ?

C'est quoi ta lampe ?

Comme je sais qu'on va me poser la question, je vous montre mon installation :

Poivrons : méthode sopalin vs semis en godets, déjà des résultats

Je sais, c'est moche et ça ne fait pas pro. Mais je l'utilise depuis des années et ça marche ! Cela dit je suis en pleine réflexion pour trouver une solution à la fois moins encombrante, plus esthétique et qui me permettrait de cultiver plus de plants à la fois. Je pense que les leds constituent la meilleure solution mais le choix est extrêmement vaste. Bon, j'ai un an pour trouver.

Et peut-être que vous allez m'aider, qui sait ?

Publié dans Poivrons, Semis, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie POLY 10/07/2020 07:44

Bonjour, juste un petit truc pour éviter toute cette manip pour les graines sur sopalin. Pourquoi ne pas couper le papier avec la graine et mettre le tout sur et recouvert de terre? Je dis cela, mais...Bonne journée.

jp combaud 30/04/2020 22:11

Je vois des cotylédons qui sortent des graines, c'est déjà trop tard. La racine sort avant et c'est à ce stade de la toute petite racine que je mets en pot, avec un bon résultat. Mais si cela ne vous convient pas, peu importe.
Pas grave si vous perdez patience, vous devriez apprendre à accepter la critique, qui n'en était même pas une.
A ne plus vous lire.

Annick Boidron 01/05/2020 11:05

Bonjour,

Eh Eh ! Vous me lisez encore.

Ce qui m'énerve, voyez-vous, ce sont les phrases commençant pas "la bonne méthode pour" et les "il faut". Surtout dans le domaine du jardinage où rien n'est jamais acquis.
Puisque vous êtes jardinier, vous avez certainement remarqué que de nombreuses méthodes étaient efficaces et qu'il y avait différentes façons de faire, chacune très valables. C'est pour ça que je passe mon temps à tester toutes sortes de méthodes qui, parfois, foirent complètement et parfois réussissent.
Avez-vous essayé d'attendre jusqu'à la sortie des cotylédons ? Chez moi, ça fonctionne bien mieux qu'en repiquant dès la sortie de la racine : dans ce dernier cas, la graine reste souvent coincée sur les cotylédons ce qui empêche ceux-ci de se déployer. En fait, en testant différentes façons de faire, je me suis rendu compte que les graines de poivrons, à condition d'être fraîches, de disposer d'humidité et de se trouver à la bonne température, germaient avec une grande facilité.
Et non, ce "n'est pas déjà trop tard" de repiquer quand les cotylédons sont sortis comme sur les photos ci-dessus : toutes les graines germées que j'ai repiquées ont repris ! Par contre, cela prend du temps et, contrairement à ce que j'ai pensé à une époque, cela n'accélère ni la germination, ni la croissance ultérieure des poivrons. Aussi, pourquoi perdre son temps et se compliquer la vie en passant par une étape inutile alors qu'il suffit de semer directement en godet ?
Après avoir fait différents essais, il ressort que le seul intérêt, selon moi, de cette méthode est de trier des graines qui ont perdu de leur pouvoir de germination. Sinon, c'est une perte de temps et une complication inutile... mais c'est amusant !

Vous voyez que j'ai retrouvé ma patience et pris le temps de vous faire une longue réponse.

jp combaud 30/04/2020 16:18

La bonne méthode avec le papier essuie-tout consiste à planter dès que la racine est sortie (de quelques millimètres à 1ou 2cm grand maximum. Il ne faut surtout pas laisser la plantule se développer comme dans l'essai ci-dessus.

Annick Boidron 30/04/2020 16:22

Parfois je perds patience : où voyez vous des racines qui mesurent plus de 2 cm et des plantules développées dans l'essai ci-dessus ? Si vous avez déjà pratiqué cette façon de faire, vous aurez remarqué que les cotylédons émergent quasiment en même temps que la racine.

Patrick Seeuws 14/04/2020 10:28

Bonjour,
Je crois également que des led conviendront mieux. Il en existe spécialement prévues pour le jardinage, mais il faut chercher un peu. Elles ne diffusent pas beaucoup de chaleur, donc il faut prévoir un cable chauffant ou un autre système d'apport de chaleur. Un radiateur réglé sur une faible température me semble pratique, et apport de la chaleur à la maison.
Personellement, je sème une petite quantité de graines dans un petit pot, je recouvre avec du sable fin et je pose l'ensemble dans un bac en plastic. J'arrose avec un pulvérisateur puis je remplis le bac avec de l'eau. L'arrosage se fait ensuite par capillarité.
Quand les plants ont 2 vraies feuilles, je repique.
Pour les poivrons, concombres, courgettes et potimarrons, je mets tout simplement 1 à 2 graines par pot.
Je n'utilise que des pots carrés, ils contiennent plus de terreau et les mottes se dépotent plus facilement lors de la mise en place.
Voilà, beaucoup de plaisir à tous et surtout, de belles récoltes!
Patrick

Rouiller 05/04/2020 12:15

Bonjour, je tombe sur votre site en cherchant des astuces pour tester mes graines de poivrons de l'an passé. Je vais donc les tester au sopalin. Je vous redis dans quelques jours.
Pas mal les godets de rouleau de carton, a tester aussi.
Par contre, votre méthode comparative manque un point essentielle, la lumière car vos germe sur sopalin semble en être privé donc...
Ensuite, pourquoi utiliser une lampe, la lumière extérieur ne suffit pas ? ça prend peut être plus de temps, mais ça marche non ? Personnellement pour des raisons écologiques, j'éviterais de chauffer ou d'éclairer artificiellement des semis.

Annick Boidron 06/04/2020 09:28

Bonjour,

Oui, c'est cela, dans la serre il fait trop froid pour semer des poivrons. C'est une serre non-chauffée et il peut y geler jusqu'à la fin du mois de mai. Même si, depuis deux ans ça n'a plus été le cas. Concernant les semis de poivrons, je mets tous mes semis sur le radiateur, sopalin et autres, le temps de la germination. Une fois que la germination a lieu, je déplace immédiatement la plantules près d'une source de lumière sinon, elle s'étiole. Bonne journée dans votre appartement-jardin.

Rouiller 05/04/2020 18:10

Bonjour, merci pour votre réponse rapide. En fait c'est la lecture de l'article sopalin qui m'a laissé imaginer que vous n'aviez pas mis les godets au même endroit (car dans l'article sopalin vous vous réjouissiez de pouvoir garder de la place pour les godets sous la fenêtre en mettant les sopalins sur le radiateur)
Ensuite, c'est possible que la lampe ça pourrait être une bonne option. Mais pour moi qui suis en appartement, j'ai pas vraiment envie que mon salon devienne un laboratoire avec lampe et autre dispositif pendant 2 mois de l'année. Déjà que d'avoir des caisses empilées pour monter au plus près de la fenêtre mes semis, je trouve moyen...enfin je réfléchirais à l'occasion.

Mais si vous êtes en maison, pourquoi ne pas les mettre à l'extérieur dans une serre ? ça ne marche pas ? il fait trop froid la nuit c'est ça ?

Annick Boidron 05/04/2020 12:25

Bonjour,

Si si, les graines "sur sopalin" et les autres étaient dans les mêmes conditions de luminosité. Je les ai peut-être déplacés pour prendre la photo.

Par ailleurs, pourquoi une lampe ? Tout simplement parce que j'habite une vieille maison aux murs très épais et aux petites fenêtres. Celles-ci sont rapidement saturées par les tomates et autres plantes à débuter à l'intérieur. De plus, nous fermons le chauffage la nuit ce qui provoque une forte baisse des températures, surtout en mars. Par ailleurs, j'utilise une lampe économique;
Mais oui, vous avez raison, quand on dispose d'assez de place derrière une fenêtre bien éclairée, c'est suffisant. Chacun s'adapte du mieux qu'il peut en fonction de ses conditions...

Pascale Rahir 07/03/2020 21:07

Et oui comment se faciliter la vie ! C'est un de mes objectifs. Mais comme toi je suis à la recherche de la source lumineuse idéale. J'ai trouvé une info intéressante. Les bandes Led peuvent être utiles à condition d'avoir un certain pourcentage de Lumen. Ceux que l'on trouve dans les grandes surfaces ne suffisent pas. Il faut aussi savoir les "raccorder" entre elles. J'essaie de collecter des infos plus précises mais j'ai pas envie d'être associée à ceux qui cultivent certaines plantes dont je ne citerai pas le nom. Mais eux sont en fait très à la pointe en ce qui concerne la culture sous lumière artificielle. Il me faudra certainement commander via le net. On verra. En tout cas je suis aussi tentée par trouver une solution de ce type. Bises

Annick Boidron 05/04/2020 12:46

@ "Rouiller" : Même si "le pourcentage de lumens" ne veut rien dire en soit, on comprend l'idée. Par ailleurs, il existe des lampes LED adaptées à un usage horticole dont la lumière est adaptée à la croissance des plantes mais le choix est très vaste. Il y a de nombreux critères à prendre en compte comme l'encombrement, la surface éclairée, la consommation, le prix, la facilité d'utilisation... et le sérieux du vendeur !

Rouiller 05/04/2020 12:10

Le pourcentage de lumen, cela ne veut rien dire. Les lumens exprime la quantité de lumière. Par ailleurs, il faudrait vérifier que les LED apportent bien la qualité de lumière attendu par un être vivant.

catherine 06/03/2020 22:46

je ne suis jamais passée par la stade sopalin, mais toujours en godet (plastique) et les graines (les tiennes pour la plupart) des poivrons et aubergines ont presque toutes germées (au chaud près de la nourrice du chauffage au sol à l'eau), et maintenant, les pots sont dans la cuisine, à température ambiante, cad 22°C environ (plus quand je cuisine!)
Mais je me rappelle avoir essayer les tubes de PQ il y a quelques années, j'avais raté les semis, peut être parce que le carton absorbait trop l'eau d'arrosage des petits plants.
Pas de question cette fois ci, juste mon expérience!
bonne soirée et bon WE à bientôt des bises Annick

Annick Boidron 07/03/2020 08:02

Bonjour Catherine et merci de partager ton expérience. Je me sers des rouleaux de pq pour certains semis depuis deux ans, d'abord pour avancer un peu les haricots et, l'année passée, pour les tomates. Je trouve que c'est plus pratique que les godets en plastique car on peut les mettre directement en terre où ils se décomposent très vite. Bien sûr, j'évite le pq parfumé ou dont l'intérieur du rouleau est coloré. Cela dit, n'est-ce pas, et comme toujours en jardinage, il existe de multiples façons de faire et il n'y a pas de recette. Mais tu me connais : j'aime bien essayer et tester. Bisous et bon week end à toi aussi (aujourd'hui petite gelée et grand soleil à Bouillon).

grenouille 06/03/2020 21:40

Ah ah ! J'aime voir que je ne suis pas la seule à supporter difficilement "d'éliminer" des plantes que l'on a semées avec amour!
Une fois qu'on a mis le nez dans la magie de la vie, on se sent tellement misérables et irrespectueux avec nos grosses papattes d'être humains destructeurs !

Annick Boidron 07/03/2020 08:04

Bonjour "grenouille", ce que vous décrivez si bien, c'est exactement ce que je ressens. Pas toujours facile ! Merci pour votre message et bon week-end.

christine 06/03/2020 21:40

coucou Annick
Pourquoi tu ne mets pas des néons spécifiques pour plantes et tu peux utiliser un fil chauffant à glisser dans le bac, c'est pratique, j'ai acheté les miens chez L.Merlin, le montage est super simple et il suffit juste de mettre un fil avec un bouton, je peux te garantir que moi qui suit une brêle j'ai réussi à faire de l'électricité et que mon système marche du tonnerre
J'ai moi aussi mis en germination mes deux seules graines de poivron petit marseillais encore disponibles, elles ont levé en à peine une semaine, je les aient transféré dans des petits pots en tourbe que j'ai fait gonfler dans de l'eau chaude (ça marche mieux que dans l'eau froide) et mis tout ce petit monde dans une boite fermée, c'est fou ce qu'ils poussent super bien avec ce système
Mes trois plants de l'année dernière sont dans la serre, ils tiennent toujours le coups, dès que possible je récupérerais d'autres graines pour assurer la reproduction
Tes articles et tes retours sont toujours passionnants, c'est un vrai plaisir de te lire
Belle soirée
bises

Annick Boidron 07/03/2020 08:16

Bonjour Christine,
Merci pour ton message et tes idées. Mon éclairage actuel est une ampoule CFL (Compact Fluorescent Light) conçue pour les cultures "indoor" donc très efficace et il y a un câble chauffant dans le bac enterré dans le sable. C'est très efficace en effet mais tout de même encombrant. J'ai déjà pensé aussi à installer plusieurs néons spécifiques mais je pense que ça consomme plus d'électricité que les leds. Je réfléchis à un système plus pratique et, également, à l'abri du chat qui vient de me manger un petit tomatillo ! Bises et bon week-end.

delphine 06/03/2020 21:10

J'ai surtout des questions sur tes semis dans les rouleaux de papier toilette : le rouleau ne finit pas par moisir ? J'avais eu ce problème quand j'ai testé ce mode de semis. Pour ce qui est de l'essuie tout, j'ai fait un test pour voir si mes graines de radis étaient encore bonnes car semées en pleine terre, rien ne sortait. Et encore une question, quand tu sèmes des graines de piment, transplantes-tu les graines une par godet ensuite ou bien tu laisses plusieurs plantules dans un godet ? J'en ai fini de mes questions