Hé ben, j'en ai appris des choses sur le platycodon !

Publié le par Annick Boidron

Le platycodon est beau et facile, ça je le savais. Mais il est aussi comestible et... chargé d'histoire et de tradition. Ça, je l'ignorais complètement.

Tout est parti d'une remarque de Capucyne du blog "la nature et la plume"

Platycodon !!! Je la découvre cette fleur !

Commentaire de Capucyne du blog "la nature et la plume

Le platycodon : de grandes fleurs bleues qui ressemblent à des campanules

Le platycodon : de grandes fleurs bleues qui ressemblent à des campanules

C'est vrai que je ne lui ai jamais accordé beaucoup d'attention à ce platycodon qui pousse au jardin depuis des années. J'aime ses boutons en forme de ballon et je veille à couper les fleurs fanées régulièrement...et voilà ! Mais le platycodon, c'est encore bien autre chose. Je vous raconte ça bientôt mais avant, je vais quand même vous le présenter un peu !

Des fleurs-ballons

Ce sont ces "ballons" que l'on remarque en premier. Les Anglais l'appelle balloon flower.

D'abord un petit ballon vert, la fleur prend peu à peu de la couleur puis éclate en une étoile parfaite.
D'abord un petit ballon vert, la fleur prend peu à peu de la couleur puis éclate en une étoile parfaite.
D'abord un petit ballon vert, la fleur prend peu à peu de la couleur puis éclate en une étoile parfaite.

D'abord un petit ballon vert, la fleur prend peu à peu de la couleur puis éclate en une étoile parfaite.

Une jolie couleur

Il existe des platycodons blancs, roses, simples ou doubles. Les miens sont les plus courants : simples et d'un bleu tirant sur le mauve qui les rendent faciles à associer.

En compagnie des héléniums oranges : ça pète !

En compagnie des héléniums oranges : ça pète !

Très rustiques et (quasi) sans entretien.

Pour une raison mystérieuse, celle plante vivace est souvent proposée à "prix discount" dans les grandes-surfaces au rayon des plantes d'intérieur. Mais elle se porte bien mieux dehors où elle supporte des températures de -20° sans problème. Elle revient fidèlement chaque printemps. Un peu plus tard que les autres vivaces, toutefois : il faut être attentive à ne pas la détruire en désherbant.

Elle n'est pas difficile sur la qualité du sol ni sur l'exposition Mais elle n'aime pas la sécheresse.

A la mi-ombre dans mon coin repos sous le pommier, le platycodon est encore en boutons. Les fleurs s'épanouiront un peu plus tard.

A la mi-ombre dans mon coin repos sous le pommier, le platycodon est encore en boutons. Les fleurs s'épanouiront un peu plus tard.

Une "obligation" : enlever les fleurs fanées

Quand elle fane, la fleur perd toute son élégance. Si on veut conserver une belle plante, qui continue à fleurir, il faut enlever les fleurs fanées chaque jour. C'est assez surprenant, un latex blanc s'échappe des tiges coupées. Mais il sèche rapidement.

Pas belles les fleurs fanées. Et encore plus horribles quand il pleut !

Pas belles les fleurs fanées. Et encore plus horribles quand il pleut !

Voilà pour la présentation "horticole". Mais le platycodon, qui pousse à l'état sauvage en Chine, en Corée et au Japon à bien d'autres atouts :

C'est un légume !

Je savais que les fleurs étaient comestibles, comme beaucoup d'autres. Par contre j'ignorais que ses pousses du printemps se mangeaient en salade "croquante" ou avec du poulet. C'est du moins un plat servi dans un restaurant chinois réputé de Paris.

Mais, d'après les informations que j'ai pu trouver, ce sont surtout ses racines qui sont consommées. Principalement en Corée où sont servies en accompagnement de plats de viande.

Dans l'article ci-dessous, on explique que ce plat est consommé lors d'une cérémonie d'hommage aux ancêtres. Mais attention : il ne faut pas l'épicer car les épices font fuir les ancêtres ! (J'adore ce genre d'anecdote !)

Mais bon, rien n'interdit d'en manger en d'autres circonstances !

La recette est ci-dessous.

En Corée, un chant traditionnel, très populaire si on en juge par le nombre de versions différentes sur youtube est consacré au platycodon (Doraji) et à sa récolte par des jeunes filles. A priori, les platycodons sauvages qui poussent dans les montagnes Coréennes seraient blancs. Je vous propose une version tout à fait charmante, même si la synchronisation des jeunes danseuses n'est pas parfaite !

Enfin, avant de quitter la Corée, voici (en résumé) un conte qui vous explique l'origine du nom coréen du platycodon : le doraji1.

Doraji était le nom d'une jeune-fille, forcément très belle, et adorée de ses parents. Mais voilà que vers l'âge de 16 ans, la demoiselle devint tendre et rêveuse. Et en allant récolter des herbes comestibles dans la montagne, qui rencontra-t-elle (par hasard) ? Un berger très très beau mais aussi, bien-sûr, très très pauvre !

Bien élevée et donc, bien consciente de ce qui se fait et de ce qui ne se fait pas, la jeune fille compris tout de suite qu'elle ne pourrait jamais épouser un jeune-homme aussi pauvre. Cela ne l'empêcha pas de continuer à l'aimer en secret avec comme conséquence directe qu'elle tomba malade de langueur. Ses parents, croyant bien faire, lui cherchèrent donc mari. En Corée aussi, on pense que les filles qui ne vont pas bien ont besoin d'un mari.

Ils venaient tout juste de trouver le candidat idéal lorsque la jeune Doraji rendit son dernier soupir ! Mais auparavant, elle avait eu le temps de demander à ses parents de l'enterrer sur le chemin de la montagne ... où, depuis-lors pousse une fleur magnifique, aux formes simples et parfaites que l'on appelle... Doraji !

C'est un symbole

Le Kamon de la famille Kamashiki
Kamon Kikyo

Au Japon, cette fois, la fleur de platycodon (appelée kikyo), est souvent représentée sous une forme stylisée dans les armoiries des familles. On appelle ces armoiries kamon. Cette tradition date de l'époque des samouraïs3 mais la tradition perdure encore aujourd'hui et chaque famille, qu'elle soit puissante ou non, a son kamon.

Katsushika Hokusai (Japanese, Tokyo (Edo) 1760–1849 Tokyo (Edo))
Estampe du 19e siècle

Dans le Hanakotoba, le langage des fleurs japonais qui attribue à chaque fleur une signification, le platycodon/kikyo symbolise l'amour éternel, l'honnêteté, le retour d'une amitié et l'obéissance2. Je vous laisse trouver le rapport entre les quatre. On retrouve ce motif brodé sur les kimonos, dans les estampes japonaises ou même sur la vaisselle.

Le platycodon fait aussi partie des sept fleurs d'automne, célébrées par les Japonais pour leur beauté.5

Friandise Japonaise en forme de kikyo - platycodon

Avant de quitter le Japon, je vous laisse apprécier cette friandise en forme de platycodon4.

C'est une plante médicinale

Je n'aime pas trop m'aventurer sur le terrain miné. Je vous signale simplement qu'on attribue à la racine de platycodon toutes sortes de vertus thérapeutiques. Il fait partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise, mais aussi japonaise et Coréenne et plusieurs études sont en cours sur ses propriétés.

Des platycodons au menu l'année prochaine

Je n'ai pas envie de déterrer mes trois plants de platycodons pour goûter leurs racines. Par contre, je vais récolter des graines et les semer car j'aimerais bien en planter quelques-uns au potager pour les utiliser comme légumes.

1.Maurice Coyaud, Jin-Mieung Li, Aux origines du monde, ,Contes et légendes de Corée Primento, 30 avr. 2015 - 190 pages

2.http://hananokotoba.com/the-language-of-flowers/

3.https://doyouknowjapan.com/symbols/

4. https://doyouknowjapan.com/sweet/

5. http://www.sophieleberre.fr/index.php/plantes-du-japon/articles-sur-le-monde-vegetal-japonais-blog/369-les-7-plantes-d-automne-du-japon

 

6. Zhang, Yingli,Chunhong, Na,Li, Liu, Platycodon grandiflorus – An Ethnopharmacological, phytochemical and pharmacological review, Journal of Ethnopharmacology, Volume 164, 22 April 2015, Pages 147-161

Publié dans Fleurs, Plantes originales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Des Pensées au Jardin 12/08/2017 10:12

Article tres intéressant , moi qui adore ces petites étoiles très faciles à vivre !! De jolies histoires s'en degagent !! Merci et belle journée .

La-colline-aux-lapins 01/08/2017 16:21

Grâce vous , je découvre le nom de cette plante qui s'est installée toute seule chez moi depuis 3 ans et que je prenais pour une variété de campanule ( ce qu'elle est si j'en crois le commentaire de mariejoclaude). Elle pousse à côté d'un pied de lavande et les 2 bleus rivalisent d'éclat. Je vais maintenant m'employer à récolter des graines et à essayer d'en faire pousser d'autres! Merci pour cet article passionnant .

Capucyne 30/07/2017 10:54

Et bien dis donc ! je la découvre de plus en plus et elle me charme de plus en plus !!!

Nikki 27/07/2017 10:39

Il semble qu'il ait pourtant chez moi tout ce qu'il lui faut : bonne terre, sol humide mais drainé ... Je l'ai planté 3x mais au printemps, je ne le revois jamais !...

Annick Boidron 31/07/2017 19:50

Bonjour Nikki, désolée pour tes platycodons. A moins que... sais-tu qu'ils redémarrent bien après les autres plantes et sont très discrets les premières années. Peut-être qu'ils se cachent !!! A priori nous avons le même genre de terre (schisteuse et acide chez moi). Si un jour j'ai des petits, je partagerai !

mariejoclaude 24/07/2017 21:38

nous en avons deux pieds au jardin , mais je le connaissais que sous le nom de campanule , et en effet c'est bien une campanulacée et je ne savais pas comestible , nous avons goutés les fleurs c'est pas terrible !!! sinon c'est une bien joli fleur originale quand elle est en forme de coussin , mais les fleurs fanées sont moches , à chaque instant il faut les enlever ,,, bon maintenant , il faut que je m'habitue à la nommer " platycodon"