Du temps à faire ses chicons

Publié le par Annick Boidron

Il pleut tellement fort que je n'envisage même pas de mettre le bout du nez dehors. Pas grave, il y a des tas de choses à faire à l'intérieur. Comme, par exemple, préparer ses bacs de chicons*. Rien n'est plus simple, vous allez voir :

Une partie de nos chicons l'hiver passé : ils poussent à partir des racines enfoncées dans du terreau.

Une partie de nos chicons l'hiver passé : ils poussent à partir des racines enfoncées dans du terreau.

Les racines sont vendues en vrac ou en sacs de 25 ou 50 pièces. Voilà à quoi elles ressemblent :

Souvent, les feuilles périphériques (ou ce qu'il en reste) sont pourries : il vaut mieux les enlever.

Souvent, les feuilles périphériques (ou ce qu'il en reste) sont pourries : il vaut mieux les enlever.

Éviter la pourriture.

La pourriture est le principal danger qui guette les chicons. Mais il suffit de prendre quelques précautions pour l'éviter. Je recoupe la verdure au ras du collet (environ 0,5 cm) et, surtout, j'enlève les feuilles du pourtour qui sont souvent abîmées. L'important est de ne pas toucher au centre de la rosette. Comme les racines achetées étaient humides, je les ai laissé sécher (un peu) avant de les utiliser.

Un beau collet bien propre, des feuilles recoupées nettement et des racines pas trop humides : on est bien partis pour éviter la pourriture.
Un beau collet bien propre, des feuilles recoupées nettement et des racines pas trop humides : on est bien partis pour éviter la pourriture.

Un beau collet bien propre, des feuilles recoupées nettement et des racines pas trop humides : on est bien partis pour éviter la pourriture.

Le matériel est basique : des contenants en plastique d'au moins 20-25 cm de profondeur, du terreau et un couvercle opaque. Pour ma part j'utilise des boites en plastique noir, non percées au fond et un terreau du commerce, toujours pour éviter la pourriture. .

Les boites rectangulaires de 30 centimètres sur 40 et 25 cm de haut sont bien pratiques. Mais on peut utiliser n'importe quel récipient pourvu qu'il soit assez profond.

Les boites rectangulaires de 30 centimètres sur 40 et 25 cm de haut sont bien pratiques. Mais on peut utiliser n'importe quel récipient pourvu qu'il soit assez profond.

Pour faciliter le "rangement" des chicons, je pose ma boite sur un côté et je dépose une couche de 3-4 cm de terreau dans le bas.

Une petite calle improvisée permet de pencher légèrement la boite vers l'arrière

Une petite calle improvisée permet de pencher légèrement la boite vers l'arrière

J'y range ensuite mes chicons étage après étage. Certains les serrent plus que moi, ce qui permet d'en mettre plus par bac mais je préfère qu'ils ne se touchent pas.

Une couche de terreau, une couche de chicons, une couche de terreau, une couche de chicons... et ainsi de suite jusqu'en haut. (Terminer par une couche de terreau)..Une couche de terreau, une couche de chicons, une couche de terreau, une couche de chicons... et ainsi de suite jusqu'en haut. (Terminer par une couche de terreau)..
Une couche de terreau, une couche de chicons, une couche de terreau, une couche de chicons... et ainsi de suite jusqu'en haut. (Terminer par une couche de terreau)..Une couche de terreau, une couche de chicons, une couche de terreau, une couche de chicons... et ainsi de suite jusqu'en haut. (Terminer par une couche de terreau)..

Une couche de terreau, une couche de chicons, une couche de terreau, une couche de chicons... et ainsi de suite jusqu'en haut. (Terminer par une couche de terreau)..

Et puis je continue, couche par couche, en veillant toujours bien à ce que les chicons ne touchent pas la paroi et arrivent tous à la même hauteur. Quand c'est terminé, on peut redresser la boite et combler les vides. Si le dessus des "carottes" dépasse un peu, ce n'est pas grave du tout.

Je mets 25 chicons par boite.

Je mets 25 chicons par boite.

Voilà, c'est déjà fini ! Il faut arroser mais pas trop (j'ai utilisé 3 litres d'eau environ par bac. Chaque bac a une capacité de 30 litres). Ensuite, on recouvre le tout avec un couvercle opaque. Ça peut être une autre boite opaque ou un sac poubelle noir. Dans ce cas, utilisez quelques branchettes pour le surélever afin qu'il ne touche pas les chicons. Pensez aussi qu'ils doivent respirer et que la condensation éventuelle doit pouvoir s'évacuer : ne fermez pas vos bacs hermétiquement !

En utilisant une deuxième boite juste posée sur la première comme couvercle, j'ai facilement accès à mes chicons pour la récolte et ceux-ci ont assez de place pour grandir à leur aise.

En utilisant une deuxième boite juste posée sur la première comme couvercle, j'ai facilement accès à mes chicons pour la récolte et ceux-ci ont assez de place pour grandir à leur aise.

Toujours dans le noir

Si on veut des chicons tout de suite, on peut mettre le bac à une température comprise entre 10 et 15 degrés (chez moi, c'est à la cave). Mais il est aussi possible d'en stocker à plus basse température (même dehors) et de les rentrer au fur et à mesure des besoins. Notez que s'ils sont cultivés un température plus élevée, on obtiendra quand même des chicons. Ce sera plus rapidement mais leur forme ne sera pas aussi belle. Quoi qu'il en soit, ils doivent toujours rester dans l'obscurité : s'ils sont à la lumière, ils deviennent verts et...très amers.

A l'obscurité, les chicons restent bien blancs. Ils ne font pas de photosynthèse et puisent donc toutes leur énergie dans les racines qui s'épuisent peu à peu. Les petites racines qui se développent sur les "carottes" absorbent l'eau et les sels minéraux du terreau.

A l'obscurité, les chicons restent bien blancs. Ils ne font pas de photosynthèse et puisent donc toutes leur énergie dans les racines qui s'épuisent peu à peu. Les petites racines qui se développent sur les "carottes" absorbent l'eau et les sels minéraux du terreau.

Plusieurs récoltes successives

Si on ne "casse" pas les chicons et qu'on les récolte en les coupant un peu au-dessus du collet, le même bac peut nous offrir jusqu'à trois récoltes : les premiers chicons ont une belle forme de ... chicons, les suivants un peu moins. La dernière n'a pas belle allure : les feuilles sont fines et partent dans tous les sens. Mais elle est la bienvenue au printemps, quand les légumes frais ne sont pas encore disponibles. Un petit truc : en remontant les bacs quelques jours à la lumière, on obtient des feuilles plus vertes (et amères) qui vont bien pour faire des "patates au lard".

Ça, c'est vraiment la fin des chicons. Mais on peut encore en manger !

Ça, c'est vraiment la fin des chicons. Mais on peut encore en manger !

Quand arroser en cours de culture ?

Un chicon, c'est 95% d'eau. Il faut bien qu'il aille la chercher quelque part. Mais il ne faut pas trop arroser non plus pour éviter... la pourriture (Vous aviez bien deviné !). En général, j'arrose après la première récolte et après la seconde. Ce n'est pas une certitude mais je pense que moins on les arrose, meilleurs sont les chicons (Il y a quand même un minimum !).

Les chicons industriels, cultivés hors sols, baignent dans de l'eau contenant des nutriments. Ils sont nettement moins bons que les chicons cultivés en terre.

Les chicons industriels, cultivés hors sols, baignent dans de l'eau contenant des nutriments. Ils sont nettement moins bons que les chicons cultivés en terre.

On peut aussi les semer

Avant, je semais les endives au jardin mais je ne le fais plus car elles occupent beaucoup de place pendant toute la saison (et ne sont pas particulièrement décoratives). En plus, l'arrachage et le nettoyage des racines est un travail fastidieux. Au mois de novembre, ce n'est pas très agréable ! Enfin, ça, c'est quand les campagnols nous en laissent car ils aiment beaucoup ces bonnes racines bien charnues. Cela dit, l'année prochaine, j'envisage de semer de la chicorée rouge de Trevise pour la forcer en cave de la même façon que les chicons.

Où trouver des racines ?

En Belgique, dès novembre, on en trouve partout : au marché, dans les jardineries (chez AVEVE, elles ne sont pas chères mais pas bio non plus) et chez les producteurs locaux. Je n'ai trouvé qu'un seul marchand qui en vend par correspondance : c'est la Ferme de Sainte Marthe ... mais à 9,95 euros la dizaine de racines, ça fait cher le chicon ! 

Notez qu'il est aussi possible de forcer les chicons à l'extérieur ou en serre mais c'est plus compliqué. Pour ma part, je préfère la technique des bacs, toute simple à réaliser et qui permet de récolter facilement en hiver.

Voilà donc une façon simple d'avoir des légumes frais pendant tout l'hiver. Bien-sûr, tout le monde n'aime pas les chicons. Personnellement, je ne les mange jamais crus mais je les adore cuits, très classiquement en roulade de jambon avec une bonne béchamel ! Mais pour cela, il faudra attendre encore un mois ou deux.

* : tous les Belges appellent les chicons "chicons". Mais en France, excepté dans le Nord, on parle plus souvent d'endives. Mais on les trouve aussi sous leur nom flamand "witloof", ce qui veut dire "feuille blanche". Les "chicorées de Bruxelles", c'est encore la même chose.

Publié dans Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vandenberghe 25/09/2019 08:30

Bonjour
Pouvez vous m'indiquer où je peut acheter des racines de chicons. Ou bio
Merci d'avance

Gilles 09/07/2019 21:49

Bien d'accord avec Guylaine, c'est clair et détaillé. Je fais un essai cette année et je n'aurai pas d'excuses si çà loupe !

Guylaine 09/12/2018 19:17

Je dis juste bravo !+ j ai jamais vu des explications aussi claires. Bravo et merci !!

Annick Boidron 12/12/2018 16:35

Merci Guylaine. J'imagine que vous vous êtes aussi lancée dans la production de chicons "maison". Les miens, commencent à avoir une bonne taille pour être mangés. Je crois que je vais refaire une caisse pour en avoir pendant toute la saison. Bonne soirée et bonne dégustation des chicons !

dufour 12/06/2018 07:25

Bonjour jai mis des endive a repiquer et je vient de voir quil son monter comment sa ce fait merci

Annick Boidron 12/06/2018 10:03

Bonjour,

Quand vous dites que vous avez mis des endives à repiquer, vous voulez dire à l'intérieur comme je montre dans l'article ? En principe on fait cela en hiver c'est peut-être pour cela que les vôtres ont monté. Si vous parlez d'endives cultivées au potager afin de récolter les racines à l'automne, il peut y avoir plusieurs raisons au fait qu'elles montent : trop chaud, pas assez d'eau, etc... les légumes "montent" prématurément quand leurs conditions de vie sont difficiles. Désolée de ne pas pouvoir vous renseigner davantage.

Babeth 12/11/2017 12:33

Bonjour Annick, un bel article que voilà !!, ça donne envie d' essayer, mais pour cela il faut que je le fasse chez ma sœur!! il faut trop chaud chez moi et dans le garage il peut geler!!

Annick Boidron 12/11/2017 14:39

Bah, peut-être que ta sœur aussi aime les chicons ! Je pense que les chicons supportent une petite gelée car l'année passée j'ai laissé une caisse dans la serre. Evidemment comme la température y est basse, ils ne se sont développés qu'au printemps ! Bons essais !

Nonette 12/11/2017 07:47

Bonjour Annick, merci pour cette belle leçon de chicon, je ne savais pas qu'il est possible de faire plusieurs récoltes, c'est économique. La Trevisse est superbe et appétissante, je la tenterai bien. Merci encore et bon week-end.

Annick Boidron 12/11/2017 14:41

Bonjour Nonette. En fait dans les grandes cultures, ils "cassent" le chicon et jettent les racines. MAis si on se contente de les couper proprement à quelques millimètres de collet en laissant les racines en place, les chicons repoussent. Bonne après-midi.

Babou 11/11/2017 18:47

Comment comptez-vous procéder pour le semis de la Trévise ? semis à l'intérieur puis repiquage au potager avant arrachage (quand?) et forçage ? merci de votre réponse

Annick Boidron 12/11/2017 14:44

Ben il faut encore que je me renseigne mais je pense semer dans le potager vers le mois de mai pour avoir de belles racines vers novembre. Ensuite, si tout s'est bien déroulé jusque là, je les arracherai puis je ferai comme pour les chicons. Tout ça, c'est théorique bien-sûr... on verra ce que ça va donner en pratique.

Babou 11/11/2017 18:32

Merci de nous donner vos trucs et astuces - j'ai bien envie de tenter l'expérience - pour ma part je les aime cuits ou crus

mariejoclaude 11/11/2017 16:52

Nous les semons fin juin , c'est une culture facile , je vais copié ton astuce "mettre ton bac de coté " prochainement je vais faire la 1ère série ,,,
bises

Annick Boidron 12/11/2017 14:50

Fin juin ! Alors c'est bien car tu as le temps de faire une culture avant les chicons. Quand je les semais, c'était début mai pour qu'ils aient le temps de faire de belles racines et je trouve que ça bloque toute une partie du potager. Cela dit, ça me fait mal d'acheter les racines et je préférerais les produire moi-même. Tu fais tes chicons en bac à l'intérieur aussi ou bien dehors ? Bon dimanche

catherine 11/11/2017 16:00

je ne savais pas qu'on pouvait forcer les endives chez soi aussi facilement!!
merci du tuto, je vais peut être en commander à la ferme St Marthe, même si c'est un peu cher, c'est une expérience que je tenterais bien!!!
il n'y en a pas en ce moment, j'ai laissé une alerte , j'espère qu'il y en aura bientôt..
par contre je les mange crues, avec une bonne sauce crémeuse, je les trouve cra(o)quants!!
bon WE Annick, et bon jardinage (s'il fait bon)
bises du sud

Annick Boidron 12/11/2017 14:53

Je ne peux que t'encourager, ça fait plaisir de servir des chicons "maison" pendant l'hiver et puis ce légume qui pousse dans le noir a un petit côté magique. Cela dit, avec tout ce qu'on lit pour le moment sur les plantes qui communiquent entre elles et qui sont sensibles, je me demande si ce n'est pas une forme de torture... Il ne fait VRAIMENT pas bon : je jardine en chambre. A bientôt et bises gelées