J'en ai appris de belles sur les épimediums

Publié le par Annick Boidron

En cette période sirupeuse pré-Saint-Valentin, j'ai voulu m'associer à la vague de romantisme ambiant en écrivant un article sur l'épimédium ou "fleur des elfes". Avec un nom pareil, j'espérais trouver quelques histoires d'amours innocentes dans un décor de sous-bois ensoleillé...

Pensez-vous !

Mais avant d'explorer son côté obscur, je vous livre l'essentiel sur cette plante belle et...bien pratique.

Douces, légères, délicates fleurs des elfes... (photos prises en avril 2017).Douces, légères, délicates fleurs des elfes... (photos prises en avril 2017).

Douces, légères, délicates fleurs des elfes... (photos prises en avril 2017).

Elle pousse là où rien ne pousse

Comme souvent, j'ai commencé par un tout petit plant, plutôt moche, planté sans conviction près de la porte de la cuisine. Souvent piétiné, toujours à l'ombre : on n'aurait pas parié un kopeck sur sa survie. Mais voilà qu'il s'est mis à s'étendre et à former un joli tapis vert, fleuri au printemps.

Depuis, j'ai pris l'habitude d'en prélever de petits éclats et de les repiquer là ou rien d'autre ne pousse : à l'ombre ou à mi-ombre, dans des coins ultra-secs en été ou aux expositions les plus froides. J'ai l'impression que cette plante est capable de pousser partout.

Sur la photo, prise au flash hier soir , j'avoue que ce n'est pas très joli...mais c'est vert !

Sur la photo, prise au flash hier soir , j'avoue que ce n'est pas très joli...mais c'est vert !

Un abri pour les oiseaux

Nourrir les oiseaux, c'est bien, leur offrir des endroits pour nicher, c'est bien aussi. Mais ils ont aussi besoin de pouvoir se cacher pour dormir et... manger les graines qu'ils sont allés chercher à la mangeoire. Le lierre remplit ce rôle à merveille mais j'ai remarqué il y a peu que beaucoup de passereaux s'installaient sous les feuilles d'épimédium pour déguster tranquillement leurs graines de tournesol.

Vous n'imaginez pas le nombre de mésanges, de pinsons ou de moineaux en train de déguster leurs petites graines, bien cachés sous les feuilles d'épimédiums.

Vous n'imaginez pas le nombre de mésanges, de pinsons ou de moineaux en train de déguster leurs petites graines, bien cachés sous les feuilles d'épimédiums.

La plante "poubelle"

J'ai appris récemment, que, lorsqu'ils étaient petits, mes enfants appelaient le tapis d'épimédiums près de la porte de la cuisine la "plante poubelle". Explication : on peut y jeter tout ce qu'on veut, ça ne se voit pas ! Les feuilles se referment immédiatement sur l'objet du délit et le cachent aux yeux de la mère la plus soupçonneuse : je pense qu'une bonne partie de la nourriture saine que je leur préparais avec amour a fini comme engrais pour épimédiums.

Ouvert - fermé : c'est fou tout ce qu'on peut dissimuler sous les épimédiums. Ouvert - fermé : c'est fou tout ce qu'on peut dissimuler sous les épimédiums.

Ouvert - fermé : c'est fou tout ce qu'on peut dissimuler sous les épimédiums.

Un entretien ultrasimple

Je ne m'occupe des épimédiums qu'une seule fois par an : je coupe les feuilles vers le mois de mars avant que les fleurs ne commencent à pousser. A ce moment, le feuillage est devenu tout sec et moche mais il renait rapidement pour accompagner les premières fleurs. Notez qu'il existe aujourd'hui de nouvelles variétés qui fleurissent au-dessus du feuillage pour lesquelles cette opération n'est même plus nécessaire.

Bien à l'abri sous les feuilles, les premières hampes florales commencent à apparaître : heureusement que je n'ai pas fait le ménage trop tôt.

Bien à l'abri sous les feuilles, les premières hampes florales commencent à apparaître : heureusement que je n'ai pas fait le ménage trop tôt.

Et voici ce que ça donne lorsqu'on a négligé de couper les feuilles : les fleurs sont quasi-invisibles sous les vieilles feuilles

Et voici ce que ça donne lorsqu'on a négligé de couper les feuilles : les fleurs sont quasi-invisibles sous les vieilles feuilles

De nombreuses variétés et espèces

Je l'ignorais totalement : dans mon jardin, j'en ai des jaunes et des roses. A l'automne dernier, j'ai ajouté une espèce rose pâle (Epimedium pauciflorum). Et c'est tout ! Mais voilà que dernièrement, à l'occasion d'une question posée sur mon forum favori (jardins du Nord), j'ai découvert qu'il en existait une multitude de variétés...et d'espèces différentes. Je me permets de partager avec vous le lien que m'a envoyé Epimédium (c'est son pseudo, ce qui en dit long.). Vous allez voir, il y a des choses qui font rêver.

Un "désherbant" naturel

L'épimédium à fleurs jaunes qui pousse dans mon jardin est celui qui était disponible avant l'apparition de toutes les nouvelles variétés. Il peut sembler banal aujourd'hui mais il possède une sacrée qualité : là où il pousse, les mauvaises herbes disparaissent ! ça prend un moment, mais il suffit d'en planter quelques éclats à une dizaine de centimètres d'écartement pour obtenir un tapis brillant qui fleurit au printemps. C'est ultra-pratique pour les zones difficiles d'accès.

Coincé entre le laurier-cerise, le nichoir à insecte et un tas de branches mortes-refuge, ces quelques boutures d'épimédium plantées l'année passée, commencent à former un tapis qui m'évitera les désherbages difficiles à l'avenir.

Coincé entre le laurier-cerise, le nichoir à insecte et un tas de branches mortes-refuge, ces quelques boutures d'épimédium plantées l'année passée, commencent à former un tapis qui m'évitera les désherbages difficiles à l'avenir.

Et pour terminer la partie "botanique", je vous propose de visionner ce reportage de Jardins et Loisirs, tourné en 2014 aux pépinières Delabroye. On y apprend énormément de choses.

Et maintenant, passons du côté obscur de l'épimédium

Horny goat weed

C'est le nom que prend la fleur des elfes quand elle est vendue en gouttes, en poudre ou en gélules. Cette fausse ingénue a en effet une double vie. Tout commence, parait-il, par une légende chinoise :

Horny goat weed

Vous savez comment sont les bergers : isolés dans leurs montagnes une bonne partie de l'année, ils n'ont rien d'autre faire qu'à observer la nature et leur troupeau. En l’occurrence, celui dont il est question ici, s'occupait d'un troupeau de chèvres. Et il remarqua un phénomène étrange : lorsqu'elles avaient pâturé dans un champ d'épimédiums, ses biquettes devenaient toutes romantiques et rêveuses en regardant le bouc. Peut-être même qu'elles lorgnaient un endroit précis... Celui-ci en galant...bouc, répondait vaillamment à leurs nombreuses sollicitations... (j'ai même trouvé sur un site le nombre affolant de 100 accouplements par chèvre...et par jour). Le berger a vite fait la relation entre la consommation d'épimédium et le comportement libidineux de son troupeau. (En anglais, Horny ne veut pas dire que cornu). Et voilà comment les Chinois, il y a des millénaires, auraient découvert les vertus de l'épimédium.

Voilà en résumé, l'histoire qu'on trouve sur tous les sites qui vendent ce produit. La photo de chèvre ci-dessus, provient d'ailleurs de l'un d'entre eux. Ça donne un petit côté   "médecine chinoise traditionnelle " qui inspire confiance. Quoi que l'épimède fasse bien partie de la pharmacopée traditionnelle chinoise(1), je soupçonne cette "légende", évidemment invérifiable, d'être inventée de toutes pièces et de constituer plutôt un argument de vente.

Car c'est un sacré commerce. Tapez un peu "horny goat weed" dans n'importe quel moteur de recherche et vous allez en trouver des résultats !

<-- Un des nombreux "packagings" de la poudre d'épimédium. Charmant, non ?
 

horny goat weed en distributeur utomatique aux USA

En vente libre ou pas ?

En Belgique, l'épimédium ne figure pas dans la liste des plantes autorisées à la vente pour la consommation. Les "petites gélules bleues" n'y sont donc pas vendues...en principe. (2).

<-- Mais dans d'autres régions, comme aux USA, on en trouve même dans les distributeurs automatiques des toilettes des stations-services(3).

Au fait, rien ne vous étonne sur l'illustration ? Il manque un truc au bouc, non ?

Vous n'allez pas avaler ça ?

Les vendeurs mettent le paquet pour nous en convaincre d'acheter leur produit en misant sur une image "santé" et "nature". Je trouve que c'est un peu raté et même marrant (un peu triste aussi, car ça se vend, ces trucs-là !).

Petit tour des pires arguments commerciaux

<-- Super horny weed pour végétariens (sans gélatine)

<-- Selon ses convictions religieuses, on peut trouver la version "kasher"... mais qui contient de la gélatine.

 

<-- Non-OGM, c'est rassurant !

 

 

<-- Ou alors, "sans caféine", mais c'est l'un ou l'autre !

Je n'ai pas trouvé "sans gluten" ni "sans lactose" mais je suis sûre que ça va arriver.

<-- Et pour terminer, voici une version plus classe, et bio. à 24$ les 100 grammes, quand même !

 

Pour ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain...

A côté de ces marchands de poudre de perlimpinpin, des études sérieuses sont menées sur les possibilités thérapeutiques de la plante et il existe des pistes intéressantes (1)(4). De là à avaler une gélule "miracle" sur le net, moi, j'éviterais. Niveau effets secondaires, on rapporte des maux de têtes, une augmentation de l'agressivité,  des chutes de tension (4)(5). Et même si certains appellent l'épimédium "viagra végétal", je rappelle que "végétal" n'implique pas "sans danger" : la cigüe aussi, est végétale.

Et puis, vraiment, est-ce que ça vaut la peine ? On se méprend souvent sur les aspirations des femmes. Il y en a à qui un petit plateau d'épimédiums variés à repiquer au jardin ferait tout autant plaisir que des performances sexuelles débridées. Il n'y en a pas beaucoup ? Qui sait...

Les sources

Je me suis bien documentée avant d'écrire cet article mais je n'ai pas accès à tous les résultats de recherche. Par ailleurs, je n'indique aucun site de vente de ces produits, je pense qu'il n'est pas utile de leur faire de la pub.

(1) Shindel AW, Xin Z-C, Lin G, et al. Erectogenic and Neurotrophic Effects of Icariin, a Purified Extract of Horny Goat Weed (Epimedium spp.) In Vitro and In Vivo. The journal of sexual medicine. 2010;7(4 Pt 1):1518-1528. doi:10.1111/j.1743-6109.2009.01699.x. URL : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3551978/, consulté en ligne le 05 février 2018

(2) Version consolidée de l'ARRETE ROYAL du 29 AOUT 1997 relatif à la fabrication et au commerce de denrées alimentaires composées ou contenant des plantes ou préparations de plantes , Août 2017, URL : https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/consolidated_version_rd_29_august_1997_v10-02-2017_fr.pdf. Consultée le 05 février 2018

(3)Keith Veronese, Is horny goat weed extract really a sexual stimulant? Site : https://gizmodo.com/,  URL de l'article : https://io9.gizmodo.com/5959201/is-horny-goat-weed-extract-really-a-sexual-stimulant, Rédigé en 2012, Consulté le 05 février 2018

(4) Corazza O, Martinotti G, Santacroce R, et al. Sexual Enhancement Products for Sale Online: Raising Awareness of the Psychoactive Effects of Yohimbine, Maca, Horny Goat Weed, and Ginkgo biloba . BioMed Research International. 2014;2014:841798. doi:10.1155/2014/841798. URL : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4082836/. Consulté en ligne le 05 février 2018

(5) passeportsante.net, Epimède, URL de l'article : https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=epimede_ps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

angélique 23/02/2018 11:24

voilà un bel article intéressant et plein d'humour! je regarderai cette plante différemment à présent et surtout je vais en planter une dans mon massif "où rien de pousse"

Annick Boidron 24/02/2018 16:25

Bonjour Angélique. depuis que j'ai écris l'article, j'ai appris que les nouveaux cultivars, certes très jolis, étaient aussi plus fragiles. POur un coin où rien ne pousse, je suppose qu'il vaut mieux choisir des bonne vieilles variétés bien costaudes à l'ancienne.

naniland 89 07/02/2018 07:02

c'est vraiment très intéressant j'ai appris beaucoup
je t'en remercie !!!
bonne journée

Capucyne 06/02/2018 17:30

Oh mais c'est qu'elle me plait ta plante-poubelle (pour son côté jardin , cela va sans dire !) Il faut que je m'en trouve un pied pour les coins improbables !!!

Michel 06/02/2018 14:31

Effectivement, l'epimedium est ma plante préférée, elle me rappelle par ses éperons plus modestes les ancolies (un juste mélange de délicatesse et d'agressivité) , elles ont en commun leur facilité de culture et conviennent donc très bien au jardinier paresseux ! A noter que certains cultivars sont caduques et sont souvent un peu plus exigeants !
Les hybridations multiplient les formes, les tailles, les couleurs des feuilles et des fleurs, la floribondité mais parfois aussi au détriment de la robustesse et de la qualité des plantes, un peu comme les heuchères ou les echinaceas !

Annick Boidron 06/02/2018 20:10

Je me doutais bien que tu réagirais ! C'est vrai que quand on voit toutes les variétés qui existent, ça donne envie d'en essayer de nouvelles. Surtout celles avec des feuillages colorés qui sont vraiment magnifiques. Bonne soirée Michel

Agnès - Esprit Laïta 06/02/2018 13:16

C'est toujours un plaisir de lire tes articles, on apprend plein de choses...je n'ai pas d'épidium dans mon jardin mais en même temps je n'ai pas vraiment d'emplacement où rien ne pousse.

Annick Boidron 07/02/2018 10:22

Bonjour Agnes. Je n'ai sans doute pas assez insisté sur les qualités décoratives des l'épimédiums mais elles sont bien réelles et je pense qu'elles auraient aussi leur place là où "quelque chose pousse". Je m'en excuse auprès d'elles et de ses leurs fans. Bisous

Rahir Pascale 06/02/2018 12:44

Décidément, j'adore tes articles ! Je suis une grande fan des epidediums. J'en ai plusieurs variétés : des ptits jaunes (Sulfureum) et des grands de chez les Delabroye et d'autres encore. Ils ont pleins de qualités, mais l'une qui me sert à tout bout de champ c'est la qualité du feuillage en bouquet. Je pense que j'en mets dans chaque montage que je fais tant ils me plaisent. Bises fleuries

Annick Boidron 07/02/2018 09:06

Je n'y ai jamais pensé, mais il est vrai que je ne fais pas souvent de bouquets. MAis j'imagine bien que ces feuilles doivent faire de l'effet et, surtout, durer longtemps. Bonne journée Pascale

mariejoclaude 06/02/2018 10:23

Je ne connaissais pas cette plante magique , bonne à tout faire , tu trouves toujours des histoire marante à leur sujet !!! je vois que vous avez eu de la neige , chez nous pas un flocon , il nous en avait annoncé
pour aujourd’hui ! bonne journée

Annick Boidron 07/02/2018 10:24

C'est vrai que, question neige, on est bien servis en ce mois de février. C'est souvent le cas mais comme il y avait déjà des petits airs de printemps, je n'y croyais plus. FAut en profiter, c'est tellement beau. Bonne journée

nonette 06/02/2018 08:55

Passionnant !! quelle plante, et quelle histoire ; en tout cas, il faut que je m'en procure pour faire pousser dans le carré "vert" de mon entreprise, où rien ne pousse, meme pas les budleias, seulement un peu de menthe et de la valériane. Merci Annick pour toutes ces informations, et bravo pour les recherches effectuées. biz et bonne journée

Annick Boidron 07/02/2018 10:30

Hé bien bonnes plantations, alors, Nonette. bisous

Mademoizellezou 06/02/2018 08:55

J'en ai un pied jaune donné par une amie et planté l'année dernière. Des semis avec des graines gagnées au SOL, sont prévus pour cette année...Le jardin va s'enrichir!
Bonne journée, Véro.

Marie-Claude 06/02/2018 07:46

C'est pour cela que tes épimedium poussaient bien, ils étaient nourris au compost culinaire !!! ;-))
Trêve de plaisanterie, j'en ai a plusieurs endroits du jardin, dans différentes sortes de terre, ces plantes poussent partout...
Mais je trouve que les nouvelles variétés asiatiques sont plus délicates.