Une nouvelle zone de culture

Publié le par Annick Boidron

Hier, malgré une température de trois petits degrés, il faisait beau...et j'étais libre l'après-midi. J'en ai profité pour passer enfin quelques heures au jardin. Mais que ça fait du bien !

Parmi les nombreux projets longtemps remis à plus tard pour cause de mauvais temps, il y avait celui de relier les arbres fruitiers qui poussent au dessus de la mare par une zone de culture/haie/plante bande ... je ne sais pas encore vraiment.

Voici l'endroit, on aperçoit les cartons déjà posés au sol:

La méthode des cartons : simple, rapide, efficace

J'ai tout simplement étalé une couche de carton entre les arbres. Ici, on voit deux cerisiers dont nous n'avons JAMAIS goûté les cerises, les oiseaux sont toujours plus rapides que nous.

Cartons entre les cerisiers au dessus de la mare pour réaliser une nouvelle zone de culture

Voici, ci-dessous,  le "travail" terminé. Les branches servent à maintenir les cartons en place. Au premier plan, ce sont deux petits pommiers "reinette grise du Canada".

Petit à petit, les cartons seront recouverts par des matériaux organiques: herbes coupées, petites branches, etc... Cet été, je ferai de petites incisions dans lesquelles je placerai des pommes de terre. Je profiterai aussi de cet espace pour faire pousser des potirons et des courgettes.

A l'automne ou au printemps prochains, l'herbe sera morte et les cartons décomposés. Je pourrai commencer des plantations: peut-être des rosiers "botaniques", des petits fruits (pour les oiseaux !), des plantes sauvages comestibles. Ce ne sont pas les idées qui manquent !

Cette méthode est bien connue et donne d'excellents résultats avec un minimum de travail.

Un exemple : la zone des chèvrefeuilles à fruits

Nous l'avons créée il y a deux ans. Aux pieds des chèvrefeuilles poussent des fraisiers que viendront bientôt rejoindre des légumes de saison. Cet espace a été créé en quelques minutes: le temps de poser les cartons sur le sol. Nous avons tout simplement planté les chèvrefeuilles au travers. Niveau entretien il suffit de quelques heures d'attention par an pour enlever et repiquer ailleurs les "gourmands" des fraisiers. Côté couverture du sol, on y dépose les tontes d'herbe, les feuilles tombées sur la terrasse toute proche et tous les "déchets" organiques produits dans les alentours: c'est un gain de temps puisqu'il ne faut pas les apporter sur le tas de compost qui se trouve de l'autre côté de la maison.Chevrefeuille comestible dans une zone de culture préparée avec des cartons

Publié dans Les coins du jardin

Commenter cet article

Annick Boidron 04/10/2016 21:05

Merci Catherine. Je trouve en effet qu'il y a pas mal de points communs entre nos jardins et notre façon de voir les choses. Je suis heureuse de savoir que tu aimes ce que je raconte. Moi aussi j'apprends beaucoup sur ton blog et j'attends le week end pour avoir le temps de m'y plonger. D'une façon plus générale, ces blogs consacrés au jardin sont d'une richesse extraordinaire, on y apprend beaucoup de choses. Chacun, avec sa sensibilité et ses centres d’intérêts, apporte énormément d'informations

catherine 04/10/2016 18:03

tiens regarde ce billet, nous avons la même "culture" jardinière!
http://côtéterres.com/blog/cote-potager-6/
je me régale de tes billets, je devrais écrire un commentaire sous chacun, tellement ça m'intéresse!
bonne soirée!