Créer ses propres variétés de pulmonaires

Publié le par Annick Boidron

Lorsque nous sommes arrivés aux quatre moineaux, des pulmonaires y poussaient déjà dans l’indifférence générale.

Créer ses propres variétés de pulmonaires

Ce sont elles toutes seules qui ont choisi de pousser au pied des boules de buis. Elles les mettent bien en valeur mais il faut  avouer que leur feuillage n'est pas très décoratif. On peut toutefois distinguer les taches caractéristiques qui leur ont valu leur nom (les feuilles ressembleraient à des poumons avec leur alvéoles). Selon la théorie des signatures, ce serait un signe de leur capacité à soigner les problèmes respiratoires. Voici un article intéressant sur cette théorie. Pour faire court disons que, selon celle-ci, les plantes  nous offriraient des indices (similitudes avec des organes,etc.) dont on pourrait déduire leurs effets thérapeutiques. On n'est pas obligé d'y croire...

Repérer les variations

C'est une caractéristique de la plante : dans ses touffes, assez souvent, apparaissent quelques feuilles différentes.

Il est très facile de les prélever avec un petit morceau de racine en utilisant un couteau pointu. Ensuite, les petits plants se développent très bien dans un godet à mi ombre, si on prend la peine de garder la terre toujours humide.

En procédant de cette manière, j'ai maintenant dans mon jardin des pulmonaires à taches très marquées :

Touffe de pulmonaire apparue spontanément aux quatre moineaux : elle pousse dans une ombre dense et humide et ne reçoit jamais le soleil

Touffe de pulmonaire apparue spontanément aux quatre moineaux : elle pousse dans une ombre dense et humide et ne reçoit jamais le soleil

Et d'autres dont les taches se touchent au point que les feuilles paraissent presque blanches

Touffe de pulmonaire apparue spontanément aux quatre moineaux : très belle à l'ombre.

Touffe de pulmonaire apparue spontanément aux quatre moineaux : très belle à l'ombre.

Bon, ça ne me vaudra pas un RHS Award Merit mais c'est vraiment amusant.

On peut trouver dans le commerce de nombreuses variétés de pulmonaires, toutes plus décoratives les unes que les autres. Mais je n'en achèterai pas : je préfère m'amuser à examiner mes plantes de temps en temps pour découvrir LA feuille différente des autres.

En deux temps trois mouvements

1 . Chercher un petit bout de plante qui nous plait bien : j'ai choisi celle-ci pour le vert plus clair de sa feuille.

1 . Chercher un petit bout de plante qui nous plait bien : j'ai choisi celle-ci pour le vert plus clair de sa feuille.

2. Prélever la rosette avec un petit morceau de tige et quelques racines si possible (mais pas indispensable)

2. Prélever la rosette avec un petit morceau de tige et quelques racines si possible (mais pas indispensable)

3. Enlever les feuilles abimées, planter dans un godet, bien fixer.

3. Enlever les feuilles abimées, planter dans un godet, bien fixer.

A faire de préférence par temps humide et couvert et bien laisser le godet à l'ombre. S'il fait plus chaud, on peut couper les feuilles à ras. Bon, aujourd'hui, pas besoin !

J'utilise de la terre mélangée à un peu de compost.

De jolies petites fleurs au printemps

Cette petite plante discrète a un autre atout : ses petites fleurs apparaissent très tôt en saison. Elles offrent une première récolte aux bourdons et aux abeilles.

Fleurs de pulmonaire début mars 2016

Fleurs de pulmonaire début mars 2016

Une caractéristique amusante de ces fleurs : elles changent de couleur en fonction de leur âge. D'abord roses, elles deviennent ensuite mauves puis carrément bleues.

Changement de couleur de la fleur de pulmonaireChangement de couleur de la fleur de pulmonaire

Changement de couleur de la fleur de pulmonaire

C'est une histoire d'anthocyanes et d'acidité, j'aurai l'occasion d'en reparler.

Publié dans jardin d'agrément, Fleurs

Commenter cet article

Ivette 01/07/2016 16:28

Ho!!!!!tellement intéressant.Franchement très plaisant,style simple,explications claires,modestie de la jardinière.... :-)