Pourquoi je sème des tomates en février

Publié le par Annick Boidron

Juste comme ça, dans le salon, sans mini-serre et à la lumière naturelle

Depuis que je cultive des tomates, je les sème vers le 15 mars, voire plus tard. C'est ce que préconisent bon nombre de jardiniers comme le bien connu (et excellent) Damien Dekartz ou le (tout aussi excellent) "jardinier paresseux".

Et ça marchait pas mal...

Alors, pourquoi changer une méthode qui marche ?

Hé bien parce qu'une petite tomate bleue, particulièrement pédagogue, m'a enseigné une autre façon de procéder.

Je vous raconte l'histoire en images :

En février 2017, j'ai semé des poireaux à l'intérieur. Mais parmi les poireaux est apparu un petit plant de tomate. Je ne savais pas encore qu'il s'agissait d'une tomate bleue et plus particulièrement de "dancing with smurfs".

En février 2017, j'ai semé des poireaux à l'intérieur. Mais parmi les poireaux est apparu un petit plant de tomate. Je ne savais pas encore qu'il s'agissait d'une tomate bleue et plus particulièrement de "dancing with smurfs".

Deux semaines plus tard, elle avait bien grandi. Je l'ai repiquée dans un petit pot en terre et placée tout contre la fenêtre.

Deux semaines plus tard, elle avait bien grandi. Je l'ai repiquée dans un petit pot en terre et placée tout contre la fenêtre.

Elle a poussé super-vite.!  Début mai, je l'ai placée en serre avec son pot. En cas de gel, je pouvais facilement la rentrer dans la maison. Mais ça n'a pas été nécessaire.

Elle a poussé super-vite.! Début mai, je l'ai placée en serre avec son pot. En cas de gel, je pouvais facilement la rentrer dans la maison. Mais ça n'a pas été nécessaire.

A la même date, les autres tomates étaient bien plus gringalettes. Elles se sont refait une santé par la suite mais n'ont jamais rattrapé ma petite "dancing with smurfs" devenue grande.

A la même date, les autres tomates étaient bien plus gringalettes. Elles se sont refait une santé par la suite mais n'ont jamais rattrapé ma petite "dancing with smurfs" devenue grande.

Nous avons mangé les premières tomates "dancing with smurfs" en juin. Chez moi, c'est exceptionnel !Nous avons mangé les premières tomates "dancing with smurfs" en juin. Chez moi, c'est exceptionnel !

Nous avons mangé les premières tomates "dancing with smurfs" en juin. Chez moi, c'est exceptionnel !

Les cinq enseignements de la tomate bleue

Les tomates bleues ne savent pas parler. Mais elles savent très bien se faire comprendre. J'ai décidé d'oublier un peu les conseils des jardiniers avisés et de faire confiance à une plante. Voici donc les cinq enseignements de la tomate bleue sur la culture des... tomates :

Sème-nous en février

C'est fait !

Donne-nous de l'espace

J'ai choisi des pots assez grands : ils font entre 10 et 15 cm de diamètre. C'est beaucoup plus grand que les alvéoles du plateau employé l'an passé. J'ai semé trois graines par pot, mais je ne garderai qu'un seul plant.

Donne-nous beaucoup à manger

J'ai utilisé un mélange très riche par rapport à celui qui est préconisé d'habitude : 1/3 terreau, 1/3 compost maison et 1/3 sable pour la légèreté et le drainage. C'est dans ce mélange, prévu pour le semis de poireaux, que ma petite tomate bleue s'était si bien développée au printemps dernier.

Donne-nous de la lumière

J'ai posé mes pots tout contre la fenêtre, c'est pourquoi je n'en ai fait que 12 : il y a peu de fenêtres au Sud chez moi et elles sont petites.

Ne nous dérange pas trop

En semant dans des pots assez grands, j'espère éviter au moins un repiquage intermédiaire avant la mise en place définitive dans la serre.

En haut dans le salon, en bas dans la cuisine : mes premiers semis de tomates 2017
En haut dans le salon, en bas dans la cuisine : mes premiers semis de tomates 2017

En haut dans le salon, en bas dans la cuisine : mes premiers semis de tomates 2017

Les variétés semées

Ce sont, bien-sûr, mes préférées :

  • Au salon : Une inconnue surnommée "grosse vero",  Cornue des Andes, Coeur de boeuf blanc, Raisin vert, Sanka, Thaï pink egg,
  • A la cuisine : Charnue de Huy (une nouvelle), Matt's wild cherry, Black cherry, Dancing with smurfs (plusieurs graines pour sélectionner le plant le plus foncé), Aunt ruby et Arbuznyi.

Le mot de la fin

Je ne me contente pas de ces 12 pots : je vais aussi semer plus classiquement dans un plateau alvéolé placé sous lumière artificielle. Par ailleurs, cela fait partie de mes bonnes résolutions 2017, je ne ferai pousser que le nombre de plantes dont j'ai besoin pour ma serre, cela me permettra de leur assurer à toutes une quantité de lumière suffisante et d'empêcher qu'elles ne filent.

Je vous tiens au courant... (et surtout, dites-moi ce que vous en pensez)

Publié dans Serre, Semis, Légumes

Commenter cet article

Feliers 20/02/2017 23:38

Scusi...plein de fautes de frappe/ .pour éviter / comment arrosez vous/

Feliers 20/02/2017 23:36

Bonjour,
Beaucoup d'interet pour vos semis de.hiver, bien envie de vous suivre....Une question difficile : pour le virer fonte et pourrissement, comment arroser vous ? Substrat bien mouillé au départ? En remplissant les soucoupes puis en les vidant des le substrat humecte?
Merci de votre reponse éclairée et mille mercis pour votre blog en général que je lis avec bien du plaisir régulièrement. Francine.

Annick Boidron 21/02/2017 17:39

Bonjour Francine,
en général, je fais les semis dans des plateaux alvéolés. Ceux-ci sont posés sur des plateaux de support en plastique avec un feutre qu retient l'eau. Et, donc j'arrose pas le bas. Pour les quelques tomates que j'ai semées à l'avance dans des pots en terre tout contre la fenêter, j'arrose par au-dessus, tout doucement, en essayant de ne pas déranger la terre. Ce n'est pas l'idéal, sans doute, mais c'est plus rapide que de faire tremper les pots dans l'eau. Cela dit, je n'ai jamais de problèmes de fonte du semis ni de pourriture et cela alors que j'utilise du compost "maison", non stérile. Je pense que c'est parce que je veille à ce la terre reste légèrement humide mais ne soit jamais détrempée. Je n'utilise pas de "couvercle" transparent non plus car ça favorise la condensation. Bon, je touche du bois, j'ai peut-être simplement eu de la chance jusqu'ici. merci pour votre intérêt pour mon blog; Bonne soirée.

Nonette 18/02/2017 11:44

C'est parti! Je viens de semer des tomates, des cyclanteres et des graines de goji que tu m'as si gentiment envoyé cet hiver.tout cela va rester sous surveillance dans la buanderie.cet après-midi je vais planter de l'ail autour des pieds de mes arbres fruitiers, mirabelles, pommes,poires, pêches,cassis,kiwi pour éloigner les vermines qui les épuisent...voilà je jardine et je pense à toi....qui jardine aussi n'est ce pas?bon week-end. À bientôt.

Annick Boidron 22/02/2017 22:27

Oui j'ai jardiné tout le week-end , comme toi; Et si chez toi le temps est comme ici, nous avons eu raison car depuis lundi, c'est la drache ! Bon, on va espérer un autre beau week-end.

Ivette 17/02/2017 15:38

ok c'est bien! je ferais bien ça.Envie.Mais c'est par après que ça se corse,les mettre à l'extérieur,c'est presqu'à coup sûr,les exposer au mildiou.(et les perdre!.
A propos,une graine de choclat doux,je crois que j'ai déjà demandé.J'ajoute une graine de maïs noir.J'ai une amie à qui j'ai conseillé ton blog et qui le suit qui propose des graines de courgettes de Milan.Tu connais?Tu voudrais?

Annick Boidron 17/02/2017 16:45

Coucou Ivettes. il y en a qui mettent des parapluies au dessus (it's true)

Nonette 17/02/2017 07:22

Elle est fabuleuse cette tomate qui t'apprend à jardiner. Je vais en semer ce week-end, la météo s'y prête et les doigts me démangent..les oiseaux font concours de chants tous les matins ça sent le printemps c'est magnifique. Bon week-end.

Annick Boidron 17/02/2017 18:52

Je vais faire comme toi ce week-end, je pense. Peut-être des salades et des fèves à l'abri. Quel plaisir. C'est magnifique comme tu dis. Et il reste tout le bon devant nous !