Vivre avec une serre quand il fait chaud

Publié le par Annick Boidron

Ma serre, je l'aime, n'en doutez pas. Mais comme dans les couples qui durent, nous traversons des crises et la vie en commun n'est pas toujours facile. En particulier quand il fait chaud : elle n'aime pas ça.

Tout a commencé en été 2019 :

2019 : Cladiosporose, fleurs qui avortent ... ce premier été très chaud depuis longtemps a été catastrophique dans la serre.2019 : Cladiosporose, fleurs qui avortent ... ce premier été très chaud depuis longtemps a été catastrophique dans la serre.

2019 : Cladiosporose, fleurs qui avortent ... ce premier été très chaud depuis longtemps a été catastrophique dans la serre.

Si vous voulez en savoir plus sur ces calamités, c'est ici et ici.
Comme le dit mon beau-frère : la vie en couple est une suite de compromis. C'est vrai aussi quand on vit avec une serre. Après la crise de 2019, il a bien fallu que chacun fasse un effort. Enfin, surtout moi.
Je dois avouer que j’avais été très maladroite : pour rafraichir l’atmosphère, j’avais pris l’habitude d'arroser le sol. Résultat : quelques degrés de moins mais un taux d'humidité record : elle n'aime pas ça non plus.
Bon, ça peut arriver, j'ai pardonné.

2020 : instruite par mes mésaventures, je lui ai ajouté un beau voile d'ombrage et j'ai réduit les arrosages "rafraichissants".

2020 : instruite par mes mésaventures, je lui ai ajouté un beau voile d'ombrage et j'ai réduit les arrosages "rafraichissants".

Cette année-là, il a fait tout aussi chaud, mais dans la serre, ça allait déjà mieux.
Seulement voilà : j'avais repiqué quelques plants à l'extérieur. Sans soins particuliers, aucune taille et presque pas d'arrosage, ceux-ci ont été tout aussi productifs que les chouchoutés de la serre, si pas plus.

En 2020, les tomates plantées à l'extérieur on super-bien donné. A tel point que, moi qui n'aime pas les conserves, j'en ai fait des bocaux lactofermentés.

En 2020, les tomates plantées à l'extérieur on super-bien donné. A tel point que, moi qui n'aime pas les conserves, j'en ai fait des bocaux lactofermentés.

Qu'aurez-vous fait à ma place ? Je me suis dit que, finalement, une serre n'est pas indispensable et que je ferais mieux de planter mes "légumes de soleil" à l'extérieur au lieu de m'esquinter dans une atmosphère tropicale à plus de 40°.
En 2021, l'été passé, j'ai tenté le coup et repiqué beaucoup plus de pieds de tomates dans le potager.
Cependant, on ne change pas comme ça 10 ans d'habitudes et j'ai tout de même encore planté la serre de tomates, poivrons et aubergines... mais la confiance et la fougue des premières années n'y étaient plus.
Il n'a pas fallu longtemps pour que la réalité me rattrape :

Le mildiou (2 aout 2021)

Le mildiou (2 aout 2021)

Alors qu'on ne s'y attendait plus, l'été 2021 fut un des plus froids et pluvieux jamais vus depuis belle-lurette. Tous les plants de tomates à l’extérieur ont succombé rapidement. Quant aux poivrons et aubergines, leur rendement fut médiocre.
Dans la serre, pendant ce temps-là, tout poussait avec vigueur (un peu trop, mais je ne voudrais pas être mesquine).

Le 4 août 2021

Le 4 août 2021

Tout ça pour en arriver à 2022, ses chaleurs excessives et sa sécheresse inhabituelle. Les tomates poussent et mûrissent aussi vite dehors que dans la serre mais qui sait de quoi l'avenir sera fait ? Un refroidissement en août, épisode pluvieux typiquement belge ? et c'est est fait de mes tomates extérieures. D'un autre côté, les températures élevées de ces derniers jours ont fait avorter pas mal de fleurs dans la serre, ce qui compromet également la récolte de fin de saison.
On verra....

Poivrons "Sivrija", tomates "Extravagantes Rouffiange" dans la serre, aubergines "Little finger" et tomate "de Bérao" à l'extérieur : la production est à peu près la même dans la serre et dans le potager.Poivrons "Sivrija", tomates "Extravagantes Rouffiange" dans la serre, aubergines "Little finger" et tomate "de Bérao" à l'extérieur : la production est à peu près la même dans la serre et dans le potager.

Poivrons "Sivrija", tomates "Extravagantes Rouffiange" dans la serre, aubergines "Little finger" et tomate "de Bérao" à l'extérieur : la production est à peu près la même dans la serre et dans le potager.

Le mot de la fin

A moins d'investissement démesurés, je ne contrôlerai jamais tout, je dois me faire une raison. Certes, les nombreuses photos de récoltes faramineuses qui inondent les réseaux sociaux me rendent parfois jalouse. Dans ces moments pénibles, je me rappelle que je jardine pour le plaisir et non la rentabilité. Est-ce que j'aurais envie de passer mon été à faire des pots de coulis ? certainement pas.  Mon plaisir consiste à faire pousser toute une variété des légumes aux couleurs et aux saveurs variées, de les déguster entre amis, tout frais et encore chauds du jardin.

Avez-vous déjà dégusté une salade d'Ananas bleues hyper-mûres et sucrées qui viennent tout juste d'être cueillies ?

Avez-vous déjà dégusté une salade d'Ananas bleues hyper-mûres et sucrées qui viennent tout juste d'être cueillies ?

Cela dit, je ne suis pas restée passive, j'ai tout de même mis en place quelques astuces pour faire face à ces sautes de climat... rien de bien révolutionnaire mais je vous ferai tout de même une petite liste dans les prochains jours.

Avant de vous quitter, je tenais à vous rassurer : mes relations avec ma serre se sont apaisées. Je reconnais mes torts et j’apprécie ses qualités. Malgré quelques années difficiles, je recommence à bien m'amuser avec elle. Nous avons signé pour 10 nouvelles années de vie commune... moyennant quelques aménagements.

Publié dans Serre, tomates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
un article intéressant, car il reflète exactement ce qui se passe chez nous! cet été, au vu des températures horribles pour la Bretagne (38°5), mon mari a amélioré la serre en plastique qu'il a conçue et montée l'an dernier (où j'ai 16 pieds de tomates), il a ouvert le toit comme des ailes de paillon, et la chaleur est plus supportable! et pour la serre en verre, je mets des stores lamelles en bambou sur le toit, ça aide😉<br /> cette année, les pieds dans le potager donnent à foison! et je viens de repiquer les poireaux de Saint Victor que j'ai semés en mars (merci à toi pour la variété)<br /> je lis toujours tes posts avec "avidité",n j'apprends tellement de tes expériences! merci Annick<br /> bonne semaine et des bises<br /> @catherinecoteterres
Répondre
R
J'adore ton phrasé ! Comme d'habitude : une dose d'humour, d'auto-dérision mais toujours un apprentissage à la clé. Moi aussi je suis dans la mouise avec les tomates. Mis à part quelques type cerises qui débutent, le reste n'évolue pas beaucoup.
Répondre
A
Bonjour Annick,<br /> j'ai oublié dans ma frénésie de lecture de saluer votre retour. J'avoue avoir mis votre blog dans mes favoris et je parcours avec intérêt vos articles dès qu'ils paraissent. Je vous souhaite de continuer à prendre beaucoup de plaisir à nous faire partager vos réussites et vos déboires.
Répondre
B
Dans l’école d’horticulture où je travaille on "chaule" l’extérieur des fenêtres des serres pour protéger du soleil cela permet de diminuer la temperature de qlq degrés
Répondre
A
Ou, je sas bien, Papa faisait ça aussi mas je trouve que c'est moche dès qu'il pleut et il faudrait pouvoir l'enlever les jours où il n'y a pas de soleil
C
Où jardinage et philosophie font toujours bon ménage.... Merci, très jolie réflexion..... Belle journée
Répondre
A
Merci à vous aussi
B
c'est compréhensible d'avoir une serre dans le nord pour les légumes méditerranéens .mais a mon avis les cultures sous serre ne développent pas les antioxydants générés en protection du flux solaire celui ci sous serre est modifié et atténué, ça pousse meme trop bien mais avec peux de vitamines ,etc..
Répondre
A
Bonjour la compagnie. J'ai l'impression que c'est à nouveau une histoire de compromis. J'habite en Normandie et je ne mange des tomates suffisamment mures en quantité que depuis que j'ai une serre. Peut être ont elle perdu quelques vitamines au passage, à cause de cette fichue serre, mais ce n'est rien comparé aux bienfaits qu'elles nous procurent grâce à elle. De mon côté il n'y a pas débat.
A
Bah, je ne sas pas trop. C'est peut-être vrai pour les tomates cultivées hors saison dans des serres chauffées, hors sol, arrosées en continu et coupée avant mûrissement complet. Cependant , l ne me semble pas que le verre ait une telle influence sur la nature des rayons du soleil. il permet de conserver la chaleur à l'intérieur (effet de serre) et, à ma connaissance c'est son seul effet. Mais c'est une réflexion intéressante et à creuser. Bonne journée.
J
Merci pour cet article. Pour la serre, pas de miracle: il faut empêcher parfois la chaleur de rentrer (disons plutôt, barrer la route aux rayons du soleil), et pour cela l'idéal est de mettre un obstacle à l'extérieur de la serre. De là l'habitude ancienne de chauler les vitres. Pour ma part j'ai comme vous mis un voile, mais bien plus baraki que chez vous: je l'attache comme je peux à l'extérieur sur les vitres, avec pinces à linge, épingle à nourrice et ficelle pour faire tenir le tout. Comme un emballage de monument, côté sud et ouest uniquement...
Répondre
A
Poussé à ce niveau, votre baraquisme est presque une œuvre d'art. Aller jusqu'à utiliser des épingles à nourrice, c'est fort . Cela dit vous avez parfaitement raison, ombrager par l'extérieur, c'est bien plus efficace... mais je n'ai pas trouvé le moyen de faire ça avec élégance..
V
2 articles en peu de temps...Bravo Annick ! Celui-ci m a régalé, vu le ton employé... Bonne soirée 😉
Répondre
A
En une semaine... il suffisait peut-être de relancer la machine. Bonne journée, Valérie
D
joli humour !...merci de cet article !
Répondre
A
Merci aussi de l'avoir lu et commenté.