Mon premier essai d'hivernage des piments à l'intérieur : ça semble bien parti

Publié le par Annick Boidron

Jusqu'à cet hiver, je n'avais jamais fait beaucoup d'efforts pour conserver des plants de piments ou de poivrons à l'abri du gel. Mais un tout petit piment malgache m'a donné l'envie d'essayer... je vous raconte son histoire et tout ce qu'il m'a appris :

Plant de piment malgache au mois de mai 2017

Mai 2017 : Alors que ses cousins plus vigoureux étaient déjà en fleurs et en fruits, mon "piment malgache", malgré mes encouragements et une cloche rien que pour lui, refusait obstinément de grandir. Le Peter Pan des piments, en quelque sorte.

Sur la photo, c'est la toute petite chose verte que l'on devine sous la cloche.

Ce piment "malgache" n'est pas n'importe qui : j'ai reçu ses graines de Michel. Je dois vous avouer que je déteste rater des semis, mais encore plus lorsqu'il s'agit de graines que l'on m'a données. Donc, je me suis acharnée. 

Mais la saison avançait. Tous mes autres piments et poivrons commençaient à porter des fruits, et toujours pas le moindre piment malgache à l'horizon. Ni même une fleur, d'ailleurs !

en juin....

en juin....

en août : il a grandi... un tout petit peu

en août : il a grandi... un tout petit peu

Et en octobre, quand les premiers froids sont arrivés, j'ai senti que je ne pouvais pas le laisser mourir là tout seul dans son petit pot : je l'ai rentré près de moi, dans la maison, bien au chaud.

Voilà la taille du plant de piment malgache lorsque je l'ai rentré : pas plus de 20 cm !

Voilà la taille du plant de piment malgache lorsque je l'ai rentré : pas plus de 20 cm !

A partir de ce moment, il s'est mis à pousser...  puis à fleurir. Malheureusement, je n'ai pas eu la présence d'esprit de photographier ses fleurs.

Le poivron malgache est à droite : il a bien poussé depuis que je l'ai rentré

Le poivron malgache est à droite : il a bien poussé depuis que je l'ai rentré

Début novembre, les premiers petits piments verts sont apparus.

Début novembre, les premiers petits piments verts sont apparus.

Et voilà que depuis quelques jours, l'un d'entre eux est devenu tout rouge. N'est-il pas mignon ? Il mesure à peine plus d'un centimètre !

Et voilà que depuis quelques jours, l'un d'entre eux est devenu tout rouge. N'est-il pas mignon ? Il mesure à peine plus d'un centimètre !

Aussi les mini-poivrons

Encouragée par ce succès, et comme il n'avait toujours pas gelé,  j'ai décidé un peu plus tard de tenter le sauvetage de mon "mini-poivron" acheté à "Ortie Culture". Mais il poussait en pleine terre dans la serre. En conséquence, j'ai dû l'arracher et le repiquer dans un pot. Finalement, ça s'est pas mal passé.

Les mini-poivrons sont décoratifs, doux, et excellents farcis de chèvre frais. Le plant n'est pas volumineux, c'est un candidat idéal pour passer l'hiver sur l'appui de fenêtre.
Les mini-poivrons sont décoratifs, doux, et excellents farcis de chèvre frais. Le plant n'est pas volumineux, c'est un candidat idéal pour passer l'hiver sur l'appui de fenêtre.Les mini-poivrons sont décoratifs, doux, et excellents farcis de chèvre frais. Le plant n'est pas volumineux, c'est un candidat idéal pour passer l'hiver sur l'appui de fenêtre.

Les mini-poivrons sont décoratifs, doux, et excellents farcis de chèvre frais. Le plant n'est pas volumineux, c'est un candidat idéal pour passer l'hiver sur l'appui de fenêtre.

Une fois encore, l'expression "c'est en forgeant qu'on devient forgeron" s'est vérifiée : ça peut paraître dérisoire mais cette première expérience avec des piments/poivrons à l'intérieur m'a permis de me poser des questions et de rechercher des solutions. Grâce aux réponses reçues et à mes observations, j'ai progressé un peu dans ma pratique du jardinage.

Et j'ai appris...

  • Qu'il existait plusieurs méthodes pour faire passer l'hiver aux piments/poivrons :

Pour conserver un plant de piment en hiver il faut soit le mettre en repos entre 12 et 15 °C + le tailler de moitié au dessus des fourches et limiter les arrosages à leur plus simple expression (à peine humide).

OU poursuivre sa culture à t° ambiante en intérieur en poursuivant des arrosages moyens. Dans ce cas il faut surtout surveiller la prolifération éventuelle mais fréquente d'araignées rouges ou de pucerons

Jardins du Nord : citation d'Eveliotis dans le sujet "Jardin d'Epimedium"

  • Que les poivrons et les piments buvaient beaucoup

C'est assez impressionnant : la terre de mes pots sèche à tout vitesse. Au début, leur croissance se poursuivant, je devais les arroser tous les deux ou trois jours. Maintenant, la croissance se ralentit, sans doute à cause de la baisse de luminosité. J'ai espacé les arrosages, sans toutefois les supprimer. Je garde la terre humide tout en faisant bien attention de ne pas laisser stagner l'eau dans la soucoupe.

  • Qu'il valait mieux abandonner l'idée de produire beaucoup de fruits
plant de piment malgache de 03 janvier 2018

Peut-être qu'une source de lumière artificielle le permettrait et j'essayerais bien une prochaine fois. Mais pour le moment, tout ce que je souhaite, c'est permettre à ces deux plants de passer l'hiver avant de les remettre dans la serre l'été prochain. (Et peut-être, qui sait, récolter quelques graines de piment malgache)

  • Que le piment malgache aimait la chaleur

S'il passe l'hiver, et j'y compte bien, je le placerai directement derrière la vitre dans la serre, en plein soleil.  C'est une exposition qui fait peur car il peut y faire très très chaud mais les piments padron cultivés ainsi cet été ont donné de très bons résultats. Alors, pourquoi ne pas tenter le coup avec le piment malgache ?

Bien au chaud, en plein soleil du côté Sud de la serre : les piments padron ne souffrent pas du tout l'insolation directe.

Bien au chaud, en plein soleil du côté Sud de la serre : les piments padron ne souffrent pas du tout l'insolation directe.

  • Qu'il fallait parfois accepter de vivre dans le doute

Ne cherchez pas cette variété chez vos grainetiers préférés, le terme "malgache" dans ce cas-ci ne désigne que le pays d'origine des graines.

Sur JDN, j'ai appris que... je ne saurais jamais ! Les différentes variétés ou espèces s'hybrident joyeusement entre elles et, d'après ce que j'ai lu ailleurs, les botanistes eux-mêmes ne sont pas bien d'accord sur la classification.

J'ai appris aussi qu'on pouvait distinguer les piments annuum des frutescens d'après leur fleur... alors j'attends...le prochaines fleurs. (merci Eveliotis/John, pour toutes ces informations)

Conclusion de l'histoire : si j'arrive à le sauver, le piment malgache d'épimédium ira rejoindre la tomate grosse véro de Véronique au rang des variétés inconnues mais conservées avec amour.

Et comme toujours, si vous avez des conseils ou des retours d'expérience sur l'hivernation des poivrons, ça m'intéresse.

Bonne soirée, pas trop venteuse, j'espère.

Publié dans Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe Heremans 23/11/2019 01:01

Très bon article. Moi auss je me suis acharné sur des piments retors. Et, en cette fin d'automne, je surveille des piments "purple" qui n'ont pas fleuri. Mais je raconte l'expérience : j'avais des graines de Carolina reaper, et j'ai tenté l'expérience de les mettre en terreau...mi-janvier. Chaleur et une lampe : une seule graine a germé et, en mars, il montrait des débuts de fleurs. A la srprise des copains, en avril, des fruits sont apparus et, en juin, les fruits étaient bien rouges et conformes... sauf qu'ils n'avaient pas le moindre goût! Qu'importe, j'ai continué à le "soigner" et là, en septembre, d'autres fleurs sont apparues puis d'autres fruits, et ceux-là, tout les goûteurs ont confirmé que c'était du "vrai" carolina.

Nabil 21/06/2019 09:31

j'ai lu ton article et j'ai fait la même chose, j'ai fait rentrer mon piment a l’intérieur prés de la fenêtre, il fait chaud quand même a l'appartement, a mon retour le soir j'ai été surpris de voir 4 petites fleurs bien joyeuses sur ma plante, alors que la veille elle était on dirait entrain d'agoniser a la terrasse,
Merci beaucoup pour le partage de ton expérience et bon courage pour la suite , Keep it up !

Rahir 06/01/2018 14:58

Je pense que as un véritable talent pédagogique. Je n'ai jamais semé de poivrons ni de piment et franchement, j'ai l'impression qu'avec tes explications tout ira bien. Tout est clair précis, sans fioritures inutiles. Merci pour toutes tes infos données avec passion

michel 05/01/2018 09:21

Meilleurs voeux à tout le monde, je pense que notre ami Eveliotis, grand spécialiste des piments, a fait le tour de la question sur le sujet.
Juste pour ajouter qu'à Madagascar, ce piment pousse de manière subspontanée et que les fruits sont prélevés sont prélevés sur des plants de minimum 2 ans, adultes ce sont des buissons de 2 mètres et les fruits sont beaucoup plus gros que chez nous (2 cm) tout en restant évidemment de taille modeste, mais la plante est alors couverte de centaines de piments, .
Merci à Annick pour cet article à propos de "mon" piment !
Une dernière info culinaire : Les malgaches le consomment en purée après les avoir quelque peu fait dégorger avec du sel, ils ajoutent de l'ail, du poivre voatsiperifery (poivre sauvage malgache qu'on trouve dans les épiceries de luxe), du gingembre, éventuellement de l'huile et plus rarement du vinaigre, le tout est mixé au pilon ou au mixeur ! Attention, cela arrache !

John 04/01/2018 12:14

Perso l'année prochaine au menu des Piments il y aura des Habanero Chocolate Brown C’est une variété très savoureuse et fruitée. Les fruits de 5 cm de long en forme de lanterne fripée mûrissent de vert à chocolat-brun. Les fruits sont souvent consommés crus afin de ne pas perdre leur saveur délicieuse. Le niveau de capsaïcine est d’environ 10+ et se situe aux environs de 500.000 unités sur l’échelle de Scoville. Croissance: 100 jours.

Et des Piments de Cayenne.

On adore la poudre de piments faite maison avec un déshydrateur pour en mettre dans nos plats.

https://www.youtube.com/watch?v=Op6gDPW_QPg

Annick Boidron 04/01/2018 18:14

Coucou John (de Gaïa, je suppose ?), je découvre le plaisir de cultiver des piments (très modestement) mais je crois qu'on qu'on vite devenir accro vu la diversité des formes e des saveurs. Nous nous sommes plutôt adeptes de huiles piquantes mais je dois dire que j'aime aussi les piments genre "Padron" à griller et à croquer. Je regarde ton lien tout de suite

John 04/01/2018 12:07

Un grand merci pour cet article une fois de plus hyper intéressant.

Eveliotis 04/01/2018 11:38

Salut Annick et les jardinautes ! Je présume au vu de ton article que tu as opté pour un hivernage à t° ambiante. Sous les 15 °C les Capsicums rentrent en dormance c'est pour cela qu'il n'est plus nécessaire d'arroser plus que pour la survie du plant. La taille permet au plant de ne pas s'étioler à la reprise de végétation, facilite le stockage et réduit aussi le risque d'invasion de pucerons etc. A ce titre, un paillage minéral (graviers, pouzzolane) réduit aussi la résurgence des mouchettes et autres indésirables ui attendaient un réchauffement pour ressortir du substrat. Cela fait quelques années que je collectionne les piments et donc que j'en hiverne. Vous avez raison, d'une part cela n'est pas très concluant avec les plants à gros fruits (poivrons par ex) et surtout, chez les plants assez grands on remarque au printemps un retard au démarrage par rapport aux semis de l'année. C'est par contre intéressant pour des plants de taille réduite et à Petits fruits. Les plants vont même se lignifier et former de Petits arbustes. On peu les tr

Annick Boidron 04/01/2018 18:44

Coucou Eveliotis, j'ai "opté" pour l'hivernage à température ambiante, oui... et tout à fait par hasard. Merci pour tes précieuses informations et tes conseils. Et bonne soirée, bien-sûr

Eveliotis 04/01/2018 11:45

Oups, fausse manip ... je termine mon laïus ;) On peut donc les mener façon bonsaïs. Ton piment malgache ressemble très fort à ce que l'on appelle un Bird's eye c'est-à-dire l'appellation vernaculaire d'un des nombreux piments oiseaux (nommé ainsi par la méthode de dissamination de ses graines en milieu sauvage). Vraisemblablement du niveau 8 sur l'échelle de Scoville donc attention ! Longue vie à ton plant et ton blog.

mariejoclaude 04/01/2018 10:00

Bonjour
Jai encore des piments d’Espelette en pleine terre , mème pas protégés , il n'a fait que - 2° chez nous , une dizaine de piments à récolter prochainement par pied , c'est la 1ère année que ça arrive !!!
belle journée

annette 04/01/2018 08:07

bonjour
cela fait plusieurs années que je garde les piments d'une année à l'autre.
j'ai constaté qu'ils étaient très sensibles aux pucerons en fin d'hivers et début du printemps.
pendant 3ans je les ai gardés en pot mais en vieillissant cela posait problème.
maintenant je les installe en terre dans la serre quand les températures le permettent et je les remets en pot en automne. il produisent moins mais toujours assez et vu le temps qu'il faut à certains piments pour produire !
voilà pour mes essais.
p.s. je possède des graines d' Agapanthus 'Hemelrijk' .à feuilles caducs cultivée en pleine terre depuis quelques années.
bien à vous et encore merci pour le plaisir que j"ai à vous lire.
Annette

Francoise N 03/01/2018 18:50

Je continue: donc Sur la terre et dans la soucoupe!! Je pense que le mettre au sud dans la serre est une exellente idée.
J allais oublié: très belle année 2018 avec plein de belles curiosités.
Francoise N

Annick Boidron 04/01/2018 09:48

Bonjour Françoise et bonne année à toi aussi. Merci pour ce retour d'expérience et les conseils. J'aimerais bien un peu de soleil pour les miens car depuis plusieurs semaines il fait très très sombre par ici. Je me demande même comment ils tiennent le coup, même en étant placés contre la fenêtre. Bonne journée