Journal du 26 juillet : dans la serre

Publié le par Annick Boidron

Je vis en Ardenne (Belgique) : une région où le temps est en général humide et frais. Mais les étés 2018 et 2019 ont été très très chauds. Dans ma serre (d'amateur, rappelons-le), la température était trop élevée et les plantes en ont souffert. Mais voilà que notre région semble revenir à ses anciennes habitudes : ciel gris, pluies fines et nuits froides ! Dans ces circonstances, la serre redevient précieuse pour éviter l'ennemi N°1 : le mildiou.

Chaque jour (ou presque), j'y fais un petit tour. C'est l'occasion de récolter quelques légumes de mettre au point deux ou trois petites choses pour éviter l'anarchie. 

Premier petit travail du matin : ouvrir la porte

Journal du 26 juillet : dans la serre

Quand les nuits sont fraîches (6 à 8 degrés pour le moment), je ferme la porte le soir. Je n'aime pas ça : ma serre n'est pas bien ventilée et l'humidité stagne trop. Mais bon, j'essaye aussi de conserver un peu de chaleur. J'ouvre la porte dès le matin, c'est l'occasion de faire un premier petit tour au jardin.

Ombrager ... ou pas

Le voile d'ombrage vendu avec la serre n'était vraiment pas pratique : il coulissait dans un rail et se bloquait tout le temps. C'était très énervant ! Résultat : je l'ai enlevé. Mais je l'ai regretté amèrement par la suite ! Pour cet été, j'ai imaginé un autre système : il coulisse sur des fils d'acier. Ce n'est tout de même pas l'idéal : un voile extérieur serait bien plus efficace. Ou alors, un coup de blanc sur les vitres. Oui, mais on fait comment lorsque, comme aujourd'hui, les plantes auraient bien besoin d'un peu de lumière ? Enfin, pour le moment ça "marche" comme ça.

Journal du 26 juillet : dans la serre

Et puis, je m'occupe un peu des plantes

Cette année-ci, peut-être parce que j'ai cultivé intensivement la serre en hiver, les plants de tomates sont moins vigoureux. Ce n'est pas forcément une mauvaise chose : ils sont moins hauts mais portent autant de fruits que d'habitude.

Journal du 26 juillet : dans la serre

Les premières tomates commencent seulement à mûrir. C'est tard, même pour la région. Enfin soit, une fois que ça commence, ça n'arrête plus !

Quelques photos de tomates tout de même : glacier (très précoces, merci Dominique), ananas bleu, extravagante Rouffiange et "grosse vero".Quelques photos de tomates tout de même : glacier (très précoces, merci Dominique), ananas bleu, extravagante Rouffiange et "grosse vero".
Quelques photos de tomates tout de même : glacier (très précoces, merci Dominique), ananas bleu, extravagante Rouffiange et "grosse vero".Quelques photos de tomates tout de même : glacier (très précoces, merci Dominique), ananas bleu, extravagante Rouffiange et "grosse vero".

Quelques photos de tomates tout de même : glacier (très précoces, merci Dominique), ananas bleu, extravagante Rouffiange et "grosse vero".

Je n'interviens pas beaucoup sur les tomates mais j'enlève tout de même les branches secondaires (souvent appelées "gourmands) dès qu'elles apparaissent à l'aisselle des feuilles pour ne pas me retrouver devant des buissons ingérables (j'ai essayé une année).

Cette année-ci, pourtant, j'ai espacé un peu plus les plants et j'ai choisi de laisser pousser deux ou trois de ces branches secondaires par plant.  J'espère ainsi obtenir des plantes plus buissonnantes et moins hautes. Jusqu'à présent, je suis plutôt satisfaite du résultat... mais la saison n'est pas terminée ! Mon seul travail consiste à attacher ces branches aux ficelles verticales (voir ici la méthode que j'utilise pour tuteurer les tomates dans la serre).

J'ai laissé se développer (sous haute surveillance) quelques branches secondaires.

J'ai laissé se développer (sous haute surveillance) quelques branches secondaires.

Bien-sûr, je parle ici des pieds de tomates "indéterminés". Je ne taille aucunement les plants de variétés déterminées comme celles qui sont en pot ici (sanka et salad vert-lime).

Les variétés de tomates "déterminées" arrêtent de pousser à un moment donné et forment de petits buissons qu'il ne faut pas tailler : c'est très pratique.

Les variétés de tomates "déterminées" arrêtent de pousser à un moment donné et forment de petits buissons qu'il ne faut pas tailler : c'est très pratique.

Arroser

C'est la grande question : a quelle fréquence faut-il arroser ? Pas tous les jours, en tout cas, ce serait plutôt une fois par semaine mais il n'y a pas vraiment de règle. J'arrose seulement quelques pieds à la fois, à tour de rôle et selon les besoins. Comme je vais chercher l'eau avec l'arrosoir dans la réserve qui se trouve derrière la serre, je ménage mes efforts.

Journal du 26 juillet : dans la serre

Je vous ai souvent montré ma "petite pépinière" derrière la serre. Mais vous ne savez peut-être pas qu'il s'agit en fait de la réserve d'eau de pluie. Elle récolte l'eau qui tombe sur le toit de la serre. Il suffit d'enlever deux planches et hop ! Je peux me servir directement en plongeant l'arrosoir dedans. En même temps, je me fais des biceps en béton... au bras droit !

Mieux encore : quand j'arrose mes petits semis, l'eau excédentaire s'écoule dans le réservoir en dessous : rien n'est perdu ! (Mais j'avoue que nous n'avions pas pensé à ça lors de la construction).

Mieux encore : quand j'arrose mes petits semis, l'eau excédentaire s'écoule dans le réservoir en dessous : rien n'est perdu ! (Mais j'avoue que nous n'avions pas pensé à ça lors de la construction).

Parmi les plantes qui poussent dans la serre, certaines sont arrosées tous les jours comme ces grands soiffards de concombres et cornichons. Mais aussi les poivrons et les aubergines.

Les piri-piri et le poivron oda sont parmi les plus jolis.
Les piri-piri et le poivron oda sont parmi les plus jolis.

Les piri-piri et le poivron oda sont parmi les plus jolis.

Attacher, discipliner

A propos de concombres, une de mes petites tâches quotidiennes consiste à freiner leurs ardeurs. C'est inimaginable la vitesse à laquelle ils se développent. J'attache certaines tiges et je coupe celles qui exagèrent. Si je ne fais pas ça tous les jours, elles s'enroulent autour des autres plantes et il y a du dégât quand je veux les enlever.

Le concombre kiwano pousse avec un bel enthousiasme mais n'a pas l'air de vouloir fleurir. Il faut bien l'élaguer de temps en temps sinon il occuperait toute la serre à lui tout seul. J'espère qu'il mettra autant de bonne volonté à produire des fruits qu'à pousser.

Le concombre kiwano pousse avec un bel enthousiasme mais n'a pas l'air de vouloir fleurir. Il faut bien l'élaguer de temps en temps sinon il occuperait toute la serre à lui tout seul. J'espère qu'il mettra autant de bonne volonté à produire des fruits qu'à pousser.

Concombre "tanja" (très productif). Merci Florence pour les graines de ces deux nouelles variétés

Concombre "tanja" (très productif). Merci Florence pour les graines de ces deux nouelles variétés

Les concombres tanja et Market more sont plus faciles à canaliser que le kiwano : j'enroule la tige principale sur une ficelle verticale (même principe que pour les tomates) puis j'attache les tiges secondaires sur la première... avec des bouts de ficelles.

J'utilise beaucoup la "ficelle" en jardinage. J'en ai toujours plusieurs sortes à portée de main.J'utilise beaucoup la "ficelle" en jardinage. J'en ai toujours plusieurs sortes à portée de main.

J'utilise beaucoup la "ficelle" en jardinage. J'en ai toujours plusieurs sortes à portée de main.

Toujours au rayon "plantes grimpantes TRES vigoureuses", mon plant de margose est en pleine forme. J'ai raté sa culture l'année passée mais j'ai été beaucoup plus attentive cette fois-ci. Elle est couverte de petites fleurs femelles qui donnent déjà une idée de ce que seront les fruits.

Journal du 26 juillet : dans la serre

D'autres plantes se plaisent bien en serre : je vous les montre sans trop de commentaires

Cresson de Para (spilanthes) et ficoïde glaciale couvrent le sol, avec quelques pieds de basilic et des tagètesCresson de Para (spilanthes) et ficoïde glaciale couvrent le sol, avec quelques pieds de basilic et des tagètes

Cresson de Para (spilanthes) et ficoïde glaciale couvrent le sol, avec quelques pieds de basilic et des tagètes

Sur les étagères, il ne reste plus grand-chose à part une bulbine et des boutures d'aloe vera ainsi qu'un plant de lippia dulcis. Si ces plantes vous intriguent, dites-le-moi.Sur les étagères, il ne reste plus grand-chose à part une bulbine et des boutures d'aloe vera ainsi qu'un plant de lippia dulcis. Si ces plantes vous intriguent, dites-le-moi.

Sur les étagères, il ne reste plus grand-chose à part une bulbine et des boutures d'aloe vera ainsi qu'un plant de lippia dulcis. Si ces plantes vous intriguent, dites-le-moi.

Maintenant, moins idyllique, je vais vous montrer aussi ce qui ne va pas ! Vous allez peut-être pouvoir m'aider de vos lumières.

Les feuilles qui "crollent"

Sur un plant de "cornue andine", les feuilles du sommet "crollent". Ça n'empêche pas le plant de pousser ni de fleurir et de fructifier mais il me semble tout de même que sa croissance est ralentie. Un autre plant de la même variété, à un mètre de là, est indemne.

Pour les lecteurs qui ne comprennent pas le Belge, je précise que le verbe "croller" signifie à peu près la même chose que "friser".

Pour les lecteurs qui ne comprennent pas le Belge, je précise que le verbe "croller" signifie à peu près la même chose que "friser".

Les aubergines

Je n'en récolte jamais des kilos mais j'avais trouvé une variété assez fiable : green apple. Mais mes aubergines vont mal : on dirait qu'elles ont toujours soif ! Je les arrose... ça va mieux. Mais le lendemain : même scénario. L'un des trois plants a même séché sur place et j'ai dû l'arracher.

Journal du 26 juillet : dans la serre

Je soupçonne des mulots d'avoir installé leur domicile dans la serre. Cet hiver, j'ai retrouvé par mal d'"entrepôts" dans lesquels ils avaient stocké toutes sortes de graines et de fruits secs. J'imagine que, selon l'endroit où passent les galeries, mes plants sont plus ou moins affectés. Ce n'est pas encore trop dramatique.

Mulot dans le potager des quatre moineaux.

Parfois un mulot élit domicile dans le potager. J'en ai déjà parlé. Vous pouvez cliquer sur la photo de gauche pour accéder à l'article en question.

Les mulots sont mignons mais très sans-gêne.

Jardiner pour le plaisir

Bien-sûr, j'adore consommer les légumes que nous produisons et il est bien rare que j'en achète. Mais je ne veux pas non plus devenir esclave de mon jardin, ne plus faire que ça et y détruire la vie pour obtenir des récoltes pharamineuses. Comparer mes récoltes sur les réseaux sociaux ne m'intéresse pas. Je passe peut-être dix minutes par jour à réaliser ces petits travaux dans la serre et beaucoup plus à regarder vivre et pousser mon jardin. Si tout n'est pas parfait, tant pis ! C'est un luxe, j'en suis bien consciente, et j'en profite !

Mon prochain article sera consacré à la méthode "Rahir"winkcheeky appliquée à mon talus plein Sud... qui n'est pas encore comme je voudrais ! Bon dimanche et à bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véronique 19/09/2020 12:19

Bonjour Annick,
Je viens de découvrir votre blog et je suis émerveillée. Enfin des explications à la fois pratiques et "scientifiques" (si, si, j'insiste : car des explications comme on n'en trouve nulle part ailleurs, même sur les sites dits spécialisés). J'étais démoralisée et n'osais plus entrer dans ma serre à tomates : mes plants m'ont fait la fâcheuse surprise de ne pratiquement pas porter de fruits alors qu'ils se sont développés comme des arbres ! Encore pire que l'année passée ! Mais maintenant, grâce à vous, je comprends beaucoup mieux. Je passerais des heures à vous lire, en regrettant de vivre si loin de Bouillon : j'habite Chaudfontaine. J'aimerais tant pouvoir profiter de votre grainothèque. Je ne peux pour l'instant que m'abonner à votre site, mais encore deux ans avant la pension et j'aurai tout le loisir de m'adonner au jardinage ! Bravo pour votre jardin merveilleux et un tout grand merci !

Pantoufle 29/07/2020 13:00

Malheureusement pas de solutions à te donner pour les tomates qui frisent ni pour les aubergines, pas ce soucis ici. En revanche, je n'ai pas réussi le semi de tes aubergines 'Green apple' donc le problème est peut être lié à cette variété en particulier ?
Je suis d'autant plus intriguée par ta méthode "Rahir" que l'intéressée n'a pas l'air de savoir de quoi il s'agit non plus :P hihi J'attends donc avec grande curiosité !
Des bisous Annick, et profite bien de ton jardin :)

Rahir Pascale 28/07/2020 08:18

Moi aussi je laisse parfois un peu faire la nature. Et tant pis si la prodution n'y est pas toujours. C'est la vie. Tu m'intrigues : La méthode "Rahir" ? Ha ha ha !
En tout cas ta collection de légumes est fascinante. J'ai encore beaucoup de progrès à faire de ce coté là. Mais j'ai un bon prof. Bises

Valérie 27/07/2020 18:05

Très sympa, ta serre ! Elle me rappelle un peu la jungle sur mon balcon-jardin ;-) Et puis j'aime beaucoup ta philosophie : laisser faire la nature au maximum, ne pas en faire trop. Arpès tout , le jardinage n'est pas une discipline olympique...

Amicalement
Valérie

Dominique 27/07/2020 13:53

Annick ,je t'admire de faire tout cela !!
Bonne journée

christine 27/07/2020 09:51

Ici il y a beaucoup de vent et les flavinoides qui composent les tomates sont volatiles d'où le rougissement difficile, la difficulté c'est de compter les jours ou il n'y a pas de vent, ils se font rares
pour les mulots nous avons trouvé une solution plutôt efficace, les fusées, ça fonctionne du tonnerre, on cherche à savoir où vont les galeries et une fois que l'on a déterminé dans quel sens elles vont on mets une fusée et on bouche le tout, là où l'année passée ils faisaient des ravages, cette année nous n'en avons plus que très occasionnellement
Je te conseille le blanc de meudon, ça s'utilise comme un emplâtre à appliquer au pinceau sur les parois de ta serre, ça fait de l'ombre sans empêcher la lumière de rentrer et je te garantis que c'est encore le mieux pour parer aux "coups de soleil", par contre ça n’atténue pas vraiment la chaleur tu t'en doutes, le soleil reste ce qu'il est, un astre chaud
Belle semaine dans ta serre, ton article était intéressant

Nanimo 27/07/2020 07:02

Adorable ce mulot.
Vivant en appartement, je cultive en pot des tomates red robin (port déterminé). Je les aime beaucoup. J'ai donc hâte de tester les sanka et salad vert-lime !

catherine 26/07/2020 18:49

pour te feuilles enroulées, crollées? je ne sais pas quelle est la maladie, peut être un manque d'eau? sous toute réserve..ici aussi les tomates ont du mal à rougir, heureusement j'en ai une grande quantité et surtout énormes pour certaines, mais vertes, quelques unes rougissent????
comme toi, je en veux pas être l'esclave du potage r(et du jardin en général), avec l'âge, je deviens plus paresseuse, plus fatiguée..et avec la sécheresse, j'ai l'impression de toujours arroser (pour les tomates, ici c'est 10 litres par semaine, en 2 fois, dans les serres, où le mildiou fait une apparition????
le poivron, ce n'est pas plutôt oca? tu as mis un d..pas grave, c'est juste pour te montrer que je te lis en long et en large, car j'en apprends toujours chez toi..????
bonne fin de soirée Annick, bises du soir

catherine 27/07/2020 16:15

donc ce ne sont pas des graines de poivrons Oca, mais Oda que tu m'as envoyées? j'ai bien trouvé sur goog... les Oda mais pas les Oca, tu pourrais STP me préciser? merci! et bon après midi

Annick Boidron 26/07/2020 19:29

Je te remercie pour ton attention Catherine et aussi pour tes commentaires toujours intéressants. En l’occurrence c'est bien le poivron "oda" mais je viens de me relire et c'est fou le nombre de fautes que je laisse alors que je fais si attention et que je relis plusieurs fois chaque article. Bonne soirée à toi aussi

Sylviane 26/07/2020 15:47

Magnifique ! Merci Annick