La vie sexuelle compliquée des Cucurbita pepo

Publié le par Annick Boidron

Il y a peu, mon beau-frère (Salut Michel) m'a demandé comment il devait faire pour récolter les graines d'une courgette reçue d'un ami. J'ai eu du mal à lui répondre, il faudra que je me renseigne à ce sujet. Mais je lui ai dit de faire attention, car les courgettes s'hybrident facilement.

Sa réponse était logique : "Ce n'est pas grave : il ne cultive qu'une seule sorte de courgette"

Le malheureux ! Ce qu'il ne sait pas, c'est que les courgettes s'hybrident aussi avec des non-courgettes. La preuve : Je vous présente une "patigette". C'est le rejeton d'un patidou (courge sweet dumpling) et d'une courgette blanche de Virginie. Il est né chez moi*.

A gauche, le papa courgette. A droite, la maman patidoux. En dessous : leur progéniture.A gauche, le papa courgette. A droite, la maman patidoux. En dessous : leur progéniture.
A gauche, le papa courgette. A droite, la maman patidoux. En dessous : leur progéniture.

A gauche, le papa courgette. A droite, la maman patidoux. En dessous : leur progéniture.

Comment ça se fait ?

C'est facile à comprendre : courgette et patidou (courge sweet dumpling) font partie de la même espèce : Curcurbita pepo. Et comme chacun sait, ce qui définit une espèce, c'est justement le fait que ses individus peuvent se reproduire entre eux... même s'ils sont très différents physiquement.

Les courges "Lady Godiva" à graines nues, les courgettes, les patidoux et les pâtissons sont tous des Cucurbita pepo et peuvent s'hybrider entre eux.Les courges "Lady Godiva" à graines nues, les courgettes, les patidoux et les pâtissons sont tous des Cucurbita pepo et peuvent s'hybrider entre eux.
Les courges "Lady Godiva" à graines nues, les courgettes, les patidoux et les pâtissons sont tous des Cucurbita pepo et peuvent s'hybrider entre eux.Les courges "Lady Godiva" à graines nues, les courgettes, les patidoux et les pâtissons sont tous des Cucurbita pepo et peuvent s'hybrider entre eux.

Les courges "Lady Godiva" à graines nues, les courgettes, les patidoux et les pâtissons sont tous des Cucurbita pepo et peuvent s'hybrider entre eux.

Un résultat (quasi) imprévisible

Quand ils sont issus d'un croisement entre deux variétés différentes, les descendants présentent des caractères des deux parents ... de façon relativement imprévisible. D'un pied à l'autre, on observe des différences en fonction de la combinaison des gènes (ok, j'arrête là).

Deux fruits de deux plants différents mais dont les graines proviennent de la même maman patidou.

Deux fruits de deux plants différents mais dont les graines proviennent de la même maman patidou.

Bien sûr, l'hybridation ne se manifeste pas seulement dans les fruits : par exemple, dans mon jardin, les "patigettes" ont le côté coureur de leur mère patidou et les très grandes feuilles de leur père courgette. Ce qui donne un résultat assez impressionnant ! Heureusement qu'un peu de bazar et d'exubérance ne me dérangent pas dans mon potager.

Ce sont souvent les caractères "sauvages" qui se manifestent dans la première génération d'hybrides.

Ce sont souvent les caractères "sauvages" qui se manifestent dans la première génération d'hybrides.

Des fleurs mâles et des fleurs femelles

Le fait d'appartenir à la même espèce, n'explique pas à lui seul les hybridations très fréquentes des Cucurbita pepo. Après tout, les haricots appartiennent tous à la même espèce mais les hybrides spontanés sont plutôt rares. Ici aussi, l'explication est simple : chez les haricots (les pois, les tomates, etc.) les fleurs sont à la fois mâles et femelles et se fécondent elles-mêmes.

Chez les Cucurbita pepo, il y a des fleurs mâles et des fleurs femelles. Les bourdons, en allant chercher du nectar dans le fond d'une fleur mâle se couvrent de grains de pollens qu'ils iront déposer un peu plus tard sur le pistil d'une fleur femelle de la même plante ou... d'une autre. Et s'il s'agit d'une autre Cucurbita pepo : paf ! il peut y avoir hybridation.

Les fleurs mâles, à gauche, sont portées par un long pédoncule alors qu'on peut déjà reconnaître un fruit miniature à la base de la fleur femelle (fleur de courgette et fleur de patidou non-éclose).Les fleurs mâles, à gauche, sont portées par un long pédoncule alors qu'on peut déjà reconnaître un fruit miniature à la base de la fleur femelle (fleur de courgette et fleur de patidou non-éclose).Les fleurs mâles, à gauche, sont portées par un long pédoncule alors qu'on peut déjà reconnaître un fruit miniature à la base de la fleur femelle (fleur de courgette et fleur de patidou non-éclose).

Les fleurs mâles, à gauche, sont portées par un long pédoncule alors qu'on peut déjà reconnaître un fruit miniature à la base de la fleur femelle (fleur de courgette et fleur de patidou non-éclose).

Toutes les cucurbitacées ne sont pas des Cucurbita pepo

Loin de là : il en existe une multitude d'espèces. Celles qui leur ressemblent le plus, sont aussi les plus courantes au jardin : les Cucurbita maxima. En gros : les potirons et les potimarrons. Bonne nouvelle : ceux-ci ne s'hybrident pas avec les Cucurbita pepo.

Potirons et potimarrons sont des Cucurbita maxima : ils peuvent s'hybrider entre eux mais pas avec les Cucurbita pepo.Potirons et potimarrons sont des Cucurbita maxima : ils peuvent s'hybrider entre eux mais pas avec les Cucurbita pepo.

Potirons et potimarrons sont des Cucurbita maxima : ils peuvent s'hybrider entre eux mais pas avec les Cucurbita pepo.

A noter que les courges musquées (Cucurbita moschata) et les calebasses sont des espèces qui ressemblent un peu aux Curcubita pepo et maxima mais ne s'hybrident pas avec elles.

Eviter les hybridations ou pas ?

Si, comme mon beau-frère, on souhaite reproduire une variété de Cucurbita donnée, il faut éviter les hybridations. C'est là que ça se complique mais il y a des solutions :

  • Ne cultiver qu'une seule variété de chaque espèce. Par exemple, si on cultive des courgettes blanches de Virginie, comme moi, il ne faut pas cultiver d'autres variétés de courgettes, ni de pâtissons ou ni de patidoux, ni de courges spaghettis, qui sont tous des Cucurbita pepo, en même temps ... ou alors à plusieurs centaines de mètres de distance les uns des autres !

En cas de doute, l'espèce n'étant pas toujours indiquée sur les sachets de graines, il y a un moyen tout simple qui permet de distinguer une Cucurbita pepo (courgette, etc.) d'une Cucurbita maxima (potiron, etc.) :

curcurbita pepo (à gauche) : la queue du fruit est dure et anguleuse. Cucurbita maxima (à droite) la queue du fruit est ronde et deviendra liégeuse à maturité.curcurbita pepo (à gauche) : la queue du fruit est dure et anguleuse. Cucurbita maxima (à droite) la queue du fruit est ronde et deviendra liégeuse à maturité.

curcurbita pepo (à gauche) : la queue du fruit est dure et anguleuse. Cucurbita maxima (à droite) la queue du fruit est ronde et deviendra liégeuse à maturité.

  • Il existe une technique qui consiste à fermer la fleur femelle sur le point de s'épanouir afin d'empêcher les insectes d'y accéder puis à procéder à la pollinisation manuelle. Ce serait un peu long à raconter ici : ce sera pour un prochain article.

Mais on peut aussi laisser faire la nature et semer des graines hybrides. C'est assez amusant et le résultat n'est pas forcément mauvais ! En tout cas, les petites "patigettes" hybrides qui poussent chez moi sont aussi bonnes que des courgettes tout en ayant une chair plus ferme. Ce sont aussi des plants très productifs.

Une belle chair bien ferme, même sur les fruits mûrs

Une belle chair bien ferme, même sur les fruits mûrs

Une recette en passant ?

Ces (nombreuses) "patigettes", sont excellentes quand elles sont cueillies toutes jeunes comme des courgettes. Mais j'en ai oublié quelques-unes sur leurs plants et elles sont devenues très grosses. Pour ne pas les jeter, je les ai cuites au four. Le résultat est très bon. Ce n'est pas une recette révolutionnaire mais enfin, voilà comment j'ai fait :

Comme la chair est bien épaisse, c'est facile d'y former des petites boules, que j'ai simplement posées sur une plaque à pâtisserie. Je les ai mélangées avec de l'huile, de l'ail, de l'origan, du paprika et du curcuma.

Ensuite, je les ai passées au four à 200° pendant une vingtaine de minutes.

Avec les fonds, cuits en même temps dans le four, j'ai fait un gratin.

Vite fait, et bien bon !Vite fait, et bien bon !
Vite fait, et bien bon !

Vite fait, et bien bon !

*Aurais-je créé une nouvelle variété de courge ?

Au vu de toutes ces qualités, je serais bien tentée de récolter les graines de ces "patigettes" pour en avoir encore l'année prochaine. Mais ce serait parfaitement inutile : les plants de la seconde génération seront, selon toute vraisemblance, différents de leurs parents et même, de leurs grands-parents. Mais bon, juste pour le fun, j'essayerais bien.

Et pourquoi les fleurs ne fructifient pas ?

Je n'ai pas TOUTES les réponses à cette question, juste quelques pistes et suggestions. Mais je crois que cet article est déjà un peu long alors, je vais garder cette question pour le suivant... le plus vite possible, promis, Catherine !

 

Publié dans Légumes, Potager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mariejoclaude 06/08/2017 22:14

Ah Annick c'est un cesse-tête avec ces cucurbitacées à savoir qu'elles sont infidèles , ne dit-on pas des courgettes " coureuses " c'est la seules famille ou je ne m'embète pas à récuperer les graines voyez , la vidéo de mon article sur le sujet :
http://mariejoclaude.over-blog.com/
2016/08/aide-a-le-pollenisation-des-curcubitacees.h
bonne soirée

Annick Boidron 07/08/2017 09:05

Oui, MArie-Jo, merci pour ce rappel. Je connaissais ton article, je l'ai même commenté. Je voulais savoir ; est-ce ça marche ? Depuis, j'ai revu ce conseil de féconder "à la main" en début de saison mais je me demande si c'est suffisant car d'autres facteurs interviennent aussi et notamment la température. Merci pour ce commentaire et bonne journée à toi.

Agnès-Esprit Laïta 06/08/2017 15:23

Merci pour ces explications. J'ai récupéré des graines l'hiver dernier sur une Butternut. Malheureusement les plants issus de ces graines n'ont pas donné de Butternut mais une grosse courge verte! J'espère qu'elle sera bonne quand même. Mais l'an prochain , j'achèterai mes graines car j'aurais préféré avoir des butternut.

Annick Boidron 07/08/2017 09:08

Oui, je pense qu'en première génération, quelles que soient les variétés croisées, on obtient souvent "une grosse courge". ça peut être amusant mais c'est vrai qu'il vaut mieux acheter ses graines ou, si on aime vraiment se compliquer la vie, pratiquer la fécondation manuelle.

catherine 06/08/2017 13:58

merci de tes explications, bien didactique!!
et voilà pourquoi j'achète mes graines bio de courges tous les ans, chez un marchand renommé (Kokopelli, Magellan, Biaugerme ou la ferme de St Marthe!)
une année j'avais eu des légumes bizaroïdes, alors depuis je fais gaffe, car je sème de nombreuses variétés, pepo et maxima!
j'ai aussi un livre très instructif de chez Terre vivante, "mes courges, melons, pâtissons, très intéressant (acheté après mes déboires il y a 3 ans!)
bon dimanche Annick, bises

Annick Boidron 07/08/2017 09:23

J'aime bien les légumes bizaroïdes, moi ! mais c'est vrai que quand on achète une variété donnée et qu'on obtient autre chose, c'est râlant. ça arrive même dans des paquets achetés dans le commerce ! Je sais bien que la plupart des gens rachètent des graines, c'est ce que j'ai fais aussi cette année pour les courgettes blanches de Virginie et les pâtissons. Mais une petite expérience est tout de même bien amusante ! A bientôt.