Quand les quatre moineaux se la jouent "Pascal Poot"

Publié le par Annick Boidron

J'imagine que vous le connaissez : c'est le gars dont les tomates apprennent à résister à la sécheresse et au mildiou (entre autres). Comment ? Sa pédagogie tomatière est toute simple : soit tu apprends, soit tu crèves.

Ce type tout maigre avec un chapeau, aurait découvert empiriquement un truc que les "plus grands" (1) chercheurs n'auraient même pas soupçonné . Des reportages lui ont été consacrés, que ce soit sur ARTE(2) ou dans Paris-Match(3). C'est classe ! Mais peut-on vraiment "apprendre" des choses à un plant de tomates et est-il possible que les graines de Pascal Poot aient un petit "quelque chose" de plus qui justifie leur achat ?

La folle histoire des plantes. Bd sur une tomate qui parle
Tomate en train d'apprendre à résister à la sécheresse. Cette tomate existe ! Cliquez sur l'image pour découvrir ses aventures.

Mais soyons sérieux, j'aimerais bien comprendre de quoi il retourne. Alors, j'ai fait deux choses : j'ai lu tout ce que je pouvais trouver sur la question (ou presque !). Et j'ai joué à l'apprenti-Pascal-Poot : j'ai laissé deux pieds de tomate se débrouiller tous seuls dans mon jardin l'été dernier... en me disant qu'ils allaient crever. Mais non.

Un plant de Sanka sans tuteur, sans arrosage, sans rien

Sanka est une tomate précoce, à port déterminé. Elle s'arrête de pousser dès qu'elle a atteint une certaine taille, ce qui est bien pratique. Je la connais : je sais que c'est une brave. Au printemps 2019, comme il me restait un plant, je l'ai installé en bordure du potager.

Ce pied de Sanka est légèrement ombragé par les autres légumes.

Ce pied de Sanka est légèrement ombragé par les autres légumes.

Au début, je l'ai un tout petit peu tuteurée, mais elle a son petit caractère et a préféré ramper sur le sol. Je l'ai laissée faire : ça lui a plu... tant que le temps est resté sec.

Oh la belle production... et vous n'en voyez qu'une partie !

Oh la belle production... et vous n'en voyez qu'une partie !

Mais en fin de saison, alors que je m'apprêtais à faire la récolte du siécle (j'avais déjà préparé ma balance) , voilà ce que j'ai ramassé :

Une longue période de sécheresse suivie de pluies abondantes à l'automne et voilà mes Sanka toutes pourries ! Hé oui, nous ne sommes pas dans l'Hérault.

Une longue période de sécheresse suivie de pluies abondantes à l'automne et voilà mes Sanka toutes pourries ! Hé oui, nous ne sommes pas dans l'Hérault.

Peut-être, malgré tout, Sanka a-t-elle "appris" à résister à la sécheresse PUIS aux pluies d'automne (on peut rêver). J'ai récolté des graines et je viens de les semer. On dirait une tomate normale. A cet âge-là, elles se ressemblent toutes.

Quand les quatre moineaux se la jouent "Pascal Poot"

La petite "brin de muguet" qui n'est pas morte de soif

Ce n'est pas tout. J'ai aussi soumis à des conditions de vie à peine soutenables, un autre pied de tomates. Cette fois, un brin de muguet. Elle a poussé en plein cagnard, orientation Sud.  Je ne l'ai pas arrosée une seule fois et je vous assure qu'il a fait bien sec, cet été. Malgré sa silhouette chétive et son air souffreteux, elle a tout de même réussi à produire deux petites tomates mûres (et une autre qui est restée toute verte).

Si celle-ci n'a pas appris à résister à la sécheresse, c'est qu'elle est vraiment biesse !

On voit qu'elle a soif, mais elle a tout de même survécu, la vaillante ! (Dans la serre, les plants de "brin de muguet" mesurent plus de 2m de haut !)
On voit qu'elle a soif, mais elle a tout de même survécu, la vaillante ! (Dans la serre, les plants de "brin de muguet" mesurent plus de 2m de haut !)

On voit qu'elle a soif, mais elle a tout de même survécu, la vaillante ! (Dans la serre, les plants de "brin de muguet" mesurent plus de 2m de haut !)

J'ai récolté des graines et je vais les semer (oui, j'avoue, j'avais oublié, heureusement que j'ai décidé d'enfin terminer cet article).

Quelles surprises ces petites graines me réservent-elles ?

Quelles surprises ces petites graines me réservent-elles ?

Reste plus qu'à attendre. En fait, je ne sais pas trop ce que j'attends. Si, cet été encore, le temps est très sec et que mes tomates issues de graines "Pascal Pootées" se montrent particulièrement adaptées, je pourrai sans doute en déduire qu'elles ont "appris" à résister. S'il fait humide, ben... on verra. On ne peut pas dire grand-chose sur base de deux plants de tomate.

L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit (Aristote)

Pour la suite de l'article, on va parier que Pascal Poot est sincère et qu'il ne raconte pas de carabistouilles pour se faire mousser. Ce n'est pas une certitude : je me méfie toujours des jardiniers qui disent obtenir des résultats extraordinaires et organisent des stages à 200€ le week-end. Mais enfin, on va dire que... Dans ce cas, il y a forcément une explication à ce qu'il observe, c'est-à-dire ceci :

  • La première année, quand il a installé ses plants dans son terrain aride où il ne pleut pas (ou très peu), il a obtenu des tomates toutes petites et chétives, en petite quantité.
  • Il a récolté les graines de ces tomates et les a semées l'année suivante. Il a déjà obtenu des plants plus productifs et résistants à la sécheresse.
  • Et l'année suivante, la récolte a encore été meilleure.

 

Hypothèse 1 : la sélection

Pascal Poot aurait sélectionné les pieds les plus résistants à ses conditions de culture particulières.

Explication :

  • Imaginons une population de tomates qui doivent tout à coup survivre avec très peu d'eau. La plupart vont mourir plus ou moins rapidement mais parmi elles, il s'en trouve peut-être quelques-unes qui vont mieux tenir le coup : ce sont celles qui possèdent dans leurs gènes une petite différence qui leur permet de résister à la sécheresse jusqu'à produire des graines. 
  • Imaginons que Pascal Poot récolte ces graines et qu'il les sème
  • Si les conditions ne changent pas, la proportion de plantes résistantes à la sécheresse sera plus grande dans cette nouvelle population que dans la génération précédente.

La plupart de nos légumes actuels ont été sélectionnés de cette façon... à partir de millions de plant cultivés pendant des centaines d'années dans des millions de champs (4). S'il était possible de sélectionner ainsi des plantes hyper-intéressantes en quelques générations sur un ou deux hectares de culture, sans rien faire de particulier, il me semble que ça se saurait. Mais enfin, pourquoi pas ?

Hypothèse N°2 (plus subtile) : l'épigénétique

Certains gènes sont activés ou bloqués en fonction des besoins de la plante, ces modifications dites "épigénétiques" se transmettent à la descendance.

Voilà le principe : comme chacun sait, le patrimoine génétique des êtres vivants (nous et les tomates) comporte des milliers de gènes dont beaucoup sont... inutilisés. Il peut y avoir à cela différentes raisons. Je vais prendre un exemple (inventé) au hasard : imaginons un plant de tomates qui a toute l'eau qu'il lui faut sous la main. Soit parce qu'il pleut, soit parce que son jardinier l'arrose. Toute son énergie peut alors être consacrée à des choses plus utiles qu'à mettre en place des stratagèmes économiseurs d'eau.  Les gènes qui contrôlent ces  mécanismes énergivores et inutiles sont alors "bloqués".

Mais si la plante vient à manquer d'eau, le blocage cesse : les gènes en question redeviennent fonctionnels.

Voilà, c'est ça l’épigénétique : les gènes ne sont pas modifiés, ils sont seulement activés ou bloqués en fonction des circonstances.

Le plant de tomates n'a rien appris, il a seulement mis en route des savoir-faire qu'il possédait déjà dans ses gènes mais dont il n'avait pas besoin jusque-là.

Ce n'est pas fini ! Rappelez-vous des paroles de Pascal Poot :

Les plantes, elles apprennent à résister aux maladies, aux excès d'eau et à la sécheresse. Tout ce qu'elles apprennent, elles le transmettent à leurs descendants, 'est à dire aux semences !

Pascal Poot France 3 Languedoc Roussillon 26 Juillet

Vous imaginez la maman tomate en train d'expliquer à ses petites semences comment faire pousser ses racines profondément pour trouver de l'eau ? Ridicule, n'est-ce pas ? Pourtant on sait que, chez les plantes en tout cas, les blocages et déblocages épigénétiques acquis par une génération peuvent se transmettre à la génération suivante... via les graines.

Il est donc possible que les plants tomates qui ont dû vivre avec peu d'eau produisent des graines portant, sur leurs gènes, des marques épigénétiques d'activation ou de blocage adaptées à ces conditions.

En conséquence, il est aussi possible que les plants de tomates qui en sont issus soient déjà "prêts" à vivre en milieu aride. Mais ça reste une hypothèse...

Et comme vous avez bien tout lu, vous avez compris que ces marquages étaient réversibles. Donc si les fameuses graines se trouvent soudain dans d'autres conditions que celles de chez Pascal Poot, elles vont s'empresser de bloquer les gènes dont elles n'ont plus besoin.et d'en activer d'autres.

Bon, l'épigénétique et sa transmission à la génération suivante via les graines, ainsi que la réversibilité des blocages, c'est du sûr et certain, démontré sci-en-ti-fi-que-ment comme on dit dans les pubs. Comment ça marche exactement dans le détail ? C'est  loin d'être complètement élucidé.(5,6)

Dans le cas des tomates, en particulier, bien des choses restent floues mais les recherches à leur sujet vont bon train. C'est que le marché de la tomate représente un paquet de fric.

Hypothèse 3 : les mycorhizes

Au fil des années, des interactions se seraient créées entre les plantes et les microorganismes présents dans le sol, permettant une meilleure résistance à la sécheresse (7).

On peut aussi imaginer que ce ne soient pas les tomates qui aient changé mais les qualités du sol dans lequel elles poussent. C'est une hypothèse avancée par Jérémie Zerbib (8). Pour sa thèse de doctorat en physiologie, il a semé dans le "potager en Santé" de Pascal Poot, des semences issues des cultures de celui-ci en même temps que des graines du commerce. Il a comparé leur résistance à la sécheresse, leur rendement et la qualité des tomates récoltées. Voici les résultats :

Nos résultats ne montrent aucune différence, en conditions de stress hydrique au champ, entre des variétés cultivées régulièrement sur ce site et des variétés commerciales. Alors, on peut se demander si d’autres facteurs liés au site d’exploitation, tels que les microorganismes interagissant avec les racines de la plante pourraient être à l’origine de la tolérance accrue au stress hydrique.

Relations trophiques entre la plante cultivée et les champignons mycorhiziens à arbuscules. Importance des champignons mycorhiziens à arbuscules sur la production végétale (en termes de quantité et qualité) par Jérémie Zerbib

Je précise que c'est la seule étude scientifique portant sur les tomates de Pascal Poot que j'aie trouvé !  Bizarrement, on n'en parle nulle part !

Du coup, on peut creuser l'idée et avancer d'autres hypothèses allant dans le même sens. Voici, pour ceux qui sont encore là, quelques idées :

  • A force de recouvrir son sol de matières organiques, Pascal Poot a amélioré les qualités de son sol : celui-ci retient une plus grande quantité d'eau.
  • Les tomates, poussant dans un sol plus riche et vivant, ont plus d'énergie (de réserves) , ce qui leur permet résister plus longtemps à des périodes de sécheresse.
  • Comme le sol est de meilleure qualité, les microorganismes, vers de terre et champignons divers s'y développent sans doute mieux qu'avant l'arrivée de Pascal Poot et on sait combien c'est important (7).
  • Au cours des années, Pascal Poot a probablement (peut-être même sans s'en rendre compte), adapté sa manière de cultiver. Par exemple, dans l'une de ses vidéos, il explique qu'il coupe les racines d'une haie de cyprès pour éviter la concurrence.
  • Etc... si vous avez des idées, allez-y !

Conclusion frustrante

Vous allez me dire qu'après avoir lu tout ça, on n'en sait pas plus. C'est vrai. Et ces différentes hypothèses ne s'excluent pas les unes les autres. Mais, quand on ne sait pas, on ne sait pas... et on n'invente pas ! Je vous livre l'état de mes réflexions et je suis loin d'avoir une opinion définitive sur la question.

Et vous ?

 

Sources et documents

Des articles et vidéos plus ou moins sérieux consacrés à Pascal Poot

(1). FR33M4N R0CKW00D, Des tomates qui poussent sans eau ni pesticides ! PASCAL POOT nous prouve qu’on peut éduquer les plantes avec un peu de savoir-faire et de patience, Lumière de Gïa, juillet 2015. (Lire)

(2). Arte Journal ,Pascal Poot 1 juin 2015.(Regarder sur Youtube)

(3). Caroline Fontaine, Agriculture alternative : des tomates sans arrosage et sans pesticides Paris Match | Publié le 28/04/2019.  (Lire)

Le potager de vie : site internet de vente en ligne de Pascal et Rachel Poot où l'on peut trouver de nombreuses vidéos ... et acheter des graines et des stages .(Visiter)

J’arrête là :  il suffit de faire une recherche "Pascal Poot" pour trouver des dizaines de résultats. C'est une star !

Une vidéo pédagogique sur la sélection des plantes par l'Homme

(4). TS_Bilan_Chapitre2: La plante domestiquée, SVT4 you. (Visionner sur youtube)

Un article et une vidéo l'épigénétique. Un peu pointus sur mais en français !

(5). Epigénétique, Un génome, plein de possibilité ! Dossier réalisé en collaboration avec Déborah Bourc'his, unité Inserm 934/CNRS UMR 3215/Université Pierre et Marie Curie, Institut Curie, Paris (lire)

(6). QU'EST-CE QUE L'ÉPIGÉNÉTIQUE ? Conférence de Nathalie Dostatni lors de la Nuit des Sciences et des Lettres (juin 2016). Nathalie Dostatni est chef de l’équipe Plasticité épigénétique et polarité de l'embryon à l'Institut Curie et professeure à l’UPMC. (Visionner sur Youtube).

Une vidéo qui explique ce que sont les mycorhizes et leur rôle dans le sol

(7). Les mycorhizes, Sciences terre et vie,  15 avr. 2019. (visionner sur Youtube)

Le résumé en ligne de la thèse de doctorat de Jérémie Zerbib

(8).  Jérémie Zerbib, Relations trophiques entre la plante cultivée et les champignons mycorhiziens à arbuscules. Importance des champignons mycorhiziens à arbuscules sur la production végétale (en termes de quantité et qualité), 2018. (Lire).

Publié dans tomates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pascaline 22/07/2020 09:23

Coucou si je vous montre mes plans de tomates avec des graines de chez poot vous allez bien rire !!! Ils font 4 cm de haut et ne grandissent pas ; semés en mars on est fin juillet, debut juin j'ai abdiqué et malgre leur 3cm de haut je les ai mis en pleine terre. J'ai aussi des courgettes de chez poot : un peu plus développé mais toujours aucune courgette en vue juste des fleurs mâles. J'ai du coup ete acheté des plans bios dans une jardinerie qui me donne de belles tomates....

Cris 26/05/2020 21:30

il n'arrose pas, mais la nature s'en charge ... il subit tous les ans ce qu'on appelle les épisodes méditerranéens... et quand il pleut dans sa région , il pleut ... Perso, je pense qu'il a fait un coup de génie bien juteux... Qui ne rêve pas d'utiliser le moins d'eau possible dans son jardin ? Je lui avait acheté des semences d'aubergines blanches et elles n'ont jamais levé ... avec mes propres semences d'autres variétés, aucun problème !!!!

charlotte 25/03/2020 22:15

merci "d'intellectualiser" un peu nos chères cultures! on travaille souvent à l'instinct dans ce domaine, et grâce à vous ce soir j'aurais l'impression de me coucher moins bête !!
Je connaissais les résultats de Pascal Poot,, j'avais trouvé ça génial et ma réflexion s'était tout bêtement arrêtée là… j'apprécie de pousser la reflexion un peu plus loin ! Cordialement

Pantoufle 25/03/2020 09:43

Voila une expérience longue, mais dont j'ai hâte de suivre l'évolution, et je suis ravie que tu es plus de courage que moi pour la faire ;) Mais ça pourrait bien donner des idées à certain-es si les résultats sont concluants. Ce que je te souhaite ! Bah oui, quand même, tout cet investissement de temps et de réflexion, je te souhaite que ça paye !
Bons semis alors Annick, ici les poivrons, aubergines, melons, cyclanthères et patissons sont semés, mais pas encore les tomates, ça va venir.
Bises et bon confinement au jardin !

Annick Boidron 29/03/2020 14:53

Bah, ce n'est pas vraiment une expérience, plutôt une réflexion. je t'ai répondu pour les gillénias. Bisous

Naniland89 25/03/2020 02:37

j'aime te lire et ce monsieur est très intéressant
bonne journée au jardin

catherine 23/03/2020 22:21

je connaissais pascal Poot après certains reportages, et j'aurais bien tenté de faire comme lui, mais impossible de vouloir faire souffrir un plant de tomate. Je pense également que les tomates sont adaptées à un terrain, ici, je sème chaque année les mêmes variétés dont je sais qu'elles donneront de belles tomates (issues de mes tomates d'années en années). Parfois j'en rajoute une nouvelle, comme Ditmascher ou Brin de muguet venant de chez toi (au fait, Brin de muguet donne de belles et bonnes petites tomates rondes et est prolifique, j'en ai ressemé)
je en suis pas sûre qu'on puisse améliorer des tomates en une ou deux générations, mais le sol adapté est certainement en cause chez Poot.
bonne soirée et à bientôt Annick! bises du soir
PS êtes vous confinés comme en France?

Annick Boidron 24/03/2020 11:33

D'accord pour brin de muguet (je croyais que c'était toi qui m'en avais envoyé !), très très prolifique avec des arrosages et dans la serre. On est confinés mais nous pouvons sortir faire du sport près de chez nous (à condition de respecter les distances, etc...). Je fais des courses pour ma fille qui est infirmière et qui est, elle, assignée à résidence. Sauf pour aller travailler. Et les déplacements inutiles sont interdits (et contrôlés...). Bisous et courage en attendant la fin de cette épidémie de m....

mariejoclaude 23/03/2020 11:09

je me suis intéressé à Pascal Poot et ses tomates , en fait il reproduit ce que faisait nos anciens en sélectionnant les variétés de légumes qui s’acclimatait à chaque terroir et région ,,, ses graines sont intéressantes , mais que dans sa région et avec le même sol ,,, je pratique moi-même cette méthode en récupérant mes propres graines ,, je le fais aussi pour ma trentaine de variétés de tomates que je cultives , elles s'adaptent à mon climat et a mon sol , mais ne conviendra , peut-être pas à une autre région ,,,c'est pour çà que je recommande à chaque jardinier de récupérer ses propres graines en sélectionnant toujours les meilleurs fruits !!!!! passes une bonne semaine !!!

Annick Boidron 24/03/2020 11:28

Bonjour, moi, ce qui m'intéresse surtout, c'est de comprendre de quelle façon (par quels mécanismes", les plantes s'adaptent à un terroir donné (à supposer qu'elles s'adaptent). C'est plus qu'une simple sélection et certains vont jusqu'à parler de l'effet de l'environnement qui modifierait les gènes (soit l'hérédité des caractères acquis). C'est complexe et c'est un sujet qui alimente beaucoup de controverses et je trouve ça passionnant. Bisous.

L 23/03/2020 02:20

Oui, mais si c'est l'amélioration du sol, ça n'apparaîtrait pas d'un semis sur l'autre.

Dommage qu'il n'ait pas procédé lui-même à des expériences, comme planter ses graines sur un autre sol, mais dans des conditions de sécheresse.

Que se passe-t-il au fait si ces tomates adaptées à la sécheresse se retrouvent une année avec trop de pluies?

A-t-il penser à "fixer" la variété?

mariejoclaude 29/03/2020 14:45

entièrement d'accort avec toi , je pense que comme l'homme la flore s'adapte a son environnement et l'héredité en fait partie ;;;;

Annick Boidron 24/03/2020 11:38

Ce serait intéressant, en effet, de procéder à l'expérience dont vous parlez; C'est même étonnant que ça n'ai jamais été fait.
Pour "fixer" cette adaptation à la sécheresse, il faudrait savoir à quoi elle est dûe (sélection, épigénétique, modification du sol, ou autre). On ne peut fixer une variété que lorsque le caractère recherché est "inscrit" dans l'ADN. Bonne journée

Pascale Rahir 22/03/2020 21:11

Intéressant tout ça. Mais je pense que si on avait les graines de Pascal chez nous, nous n'aurions pas le même résultat. J'ai remarqué que certaines variétés se plaisent mieux (dans mon sol et avec mes oublis d'arrosages) que d'autres. Alors je ne garde que celles là et tant pis pour les chichiteuses. Il faut pour moi que les tomates aient du gout et une bonne production. Et note tiens que la "Loron" ou cornue des andes est chez moi l'une des plus prolifiques et je remarque peu de changement (en plus ou en moins). Je pense vraiment que récolter et ressemer chaque années ses propres graines c'est la meilleur manière de cultiver les tomates qui nous "ressemblent" càd qui se plaisent dans notre sol, sous notre climat et sous notre main jardinière. Et c'est d'ailleurs pareil pour toute les plantes.
Bises

Annick Boidron 24/03/2020 11:26

Bonjour Pascale, je suis bien d'accord avec toi. Ce qui m'impressionne le plus, c'est la "vedettisation" de quelques personnes comme ce pascal Poot, au demeurant bien sympathique. Bises et à bientôt (après...)

Elise 22/03/2020 21:09

Coucou !

Mon voisin m'avait parlé de ce monsieur, lui ayant commandé des graines. Je n'ai plus pensé à me renseigner, mais grâce à toi j'en sais plus, merci. :-)
Bons semis et prends soin de toi autant que de ton jardin !
Elise

Annick Boidron 24/03/2020 11:24

Bonjour Elise,

Overblog fait vraiment n'importe quoi ! Tous les abonnés n'ont pas reçu la newsletter et les commentaires sont publiés en de multiples exemplaires ! Je serais curieuse de connaître les résultats de ton voisin. Bisous et courage pour le confinement.