Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Publié le par Annick Boidron

Connaissez-vous le gingembre mioga ? C'est une plante vivace, rustique et comestible qui nous vient d’Extrême-Orient. Il est encore bien méconnu chez nous et pourtant, au 19e siècle, certains horticulteurs français et belges pensaient que c'était un légume d'avenir (6). Et puis, comme beaucoup d'autres, on l'a oublié. Dommage parce qu'il est très bon, très beau et très facile à cultiver. Je vais vous le présenter et ensuite, je vous raconterai quelques petites légendes à son propos. Je suis sûre que ça vous donnera envie d'en planter dans votre jardin.

Quand il a fallu supprimer la haie de buis autour du potager, je l'ai remplacée par toutes sortes de plantes comestibles. Le gingembre mioga s'y plait particulièrement bien.

Quand il a fallu supprimer la haie de buis autour du potager, je l'ai remplacée par toutes sortes de plantes comestibles. Le gingembre mioga s'y plait particulièrement bien.

C'est un gingembre, mais pas celui qu'on trouve dans les épiceries.  Celui-ci est vivace. Il résiste aux pires hivers. En revanche, ce qu'il n'aime pas, c'est le soleil intense et une terre trop sèche. Celui-ci, par exemple, a bien mauvaise mine : un élagage récent l'a mis en pleine lumière. Je l'ai déterré pour le déplacer.

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Ça me permet de vous montrer comment la plante est "construite" : un rhizome s'allonge horizontalement et donne naissance aux nouvelles feuilles. Celles-ci forment une sorte de tige. Dans de bonnes conditions, la plante s'étend rapidement. Le gros plant qui figure sur la première photo n'a que trois ans (dont un en pot !)

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Le rhizome, comme vous pouvez le voir n'est pas très charnu. Il est comestible mais d'autres parties de la plante sont bien plus intéressantes. C'est surtout la toute jeune inflorescence, en forme de bulbe ou de gros bourgeon, qui est recherchée : elle apparait vers août-septembre au ras du sol. On en aperçoit une à droite sur la photo ci-dessous. Il faut déterrer un peu sa base pour la récolter.

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Et on obtient ceci :

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Ce "bourgeon" est constitué de bractées charnues et des futures fleurs (1).  En cuisine, il est utilisé comme un condiment : coupé en petits morceaux dans une salade ou ajouté au moment de servir dans un plat de poulet ou de porc. Le goût est relevé mais moins piquant que le gingembre "classique". Les Japonais, qui l'apprécient beaucoup, en mettent dans les sushis, les cuisinent en pickles, etc... Je n'ai pas de recette à vous proposer : disons que je l'utilise plus ou moins comme de la ciboulette ou du persil, mais le goût est tout à fait différent.

Sur la photo ci-dessous, chaque petit rond blanc correspond à une fleur en formation.

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Notez qu'on peut aussi faire blanchir les jeunes pousses au printemps mais je n'ai jamais essayé.

Autre curiosité : quand les fleurs apparaissent, l'effet est assez particulier car elles s'épanouissent à la surface du sol. Certains les comparent à des fleurs d'orchidées. Je vous laisse juger.

Le gingembre mioga : il est beau, il est bon et il fait tout oublier.

Selon la plupart des sites qui en parlent, ces fleurs sont stériles. Mais selon d'autres sources, elles forment des fruits et des graines (1). Je n'en ai jamais vu mais je vais ouvrir l’œil !

Fruit du gingembre mioga photo prise par zikt10va
zikt10va [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Cela dit, c'est surtout la variété chinoise à fleurs jaunes qui produit des fruits. La variété japonaise, à fleurs blanches, est stérile (1). J'ai bien peur de posséder la variété japonaise mais croyez bien que je vais me mettre en quête de sa variante chinoise ! (Help !)

Le gingembre mioga est surtout consommé au Japon. En Chine, il est plutôt considéré comme une plante médicinale. Mais vous savez que je n'aime pas trop m'aventurer sur ce terrain. Rassurez-vous cependant, il y a pas mal de petites anecdotes à raconter à son sujet.

Le gingembre mioga fait perdre la mémoire

En tout cas, c'est ce qu'on dit au japon. Selon Tom, une japonaise qui vit aux Etats-Unis et qui tient un blog intéressant (Recipes from Tom), les parents raconteraient ce bobard à leurs enfants pour qu'ils modèrent leur consommation de mioga : celui-ci aurait des propriétés "stimulantes". On les comprend !

A propos de l'effet "perte de mémoire" du mioga, une histoire semble très populaire :

Un certain Cuuda-pantaka (ou  Ksudrapanthaka), disciple de Bouddha avait bien du mal avec le "par-cœur". Il n'arrivait à retenir aucun sutra.  C'est déjà bien embêtant. Mais aussi, et c'est tout de même plus grave, le pauvre ne se souvenait même pas de son nom ! Cette situation ne devait pas être facile à vivre.

Bouddha lui avait donc permis de porter une petite étiquette avec son nom écrit dessus. Ce genre de petite étiquette s'appelle "myoga" au japon. C'était donc une sorte de plaisanterie de la part de Bouddha (mais pas méchante, parce qu'en vrai Bouddha, au lieu de se moquer du pauvre Cuuda-pantaka lui aurait confié un balais en lui demandant de s'en servir tout en récitant "je balaye la poussière, j'enlève la saleté"(5). Je vous laisse méditer là-dessus).

Après la mort de Cuuda-pantaka, dit-on, des gingembres mioga se sont mis à pousser en abondance près de sa tombe.(2)(4).

Cette histoire, accompagné de l'image ci-dessus est répétée maintes et maintes fois sur le net.

Cette histoire, accompagné de l'image ci-dessus est répétée maintes et maintes fois sur le net.

Une autre petite légende à propos des effets supposés du mioga sur la mémoire est bien amusante et fait penser à certains contes occidentaux (2)(4):

Un couple d'aubergistes reçut un jour la visite d'un riche client (très très riche). Il demanda une chambre et soupa à l'hôtel. Les patrons, se croyant malins, mélangèrent du myoga à son repas du soir en se disant que le client oublierait sa fortune à l'auberge en repartant le lendemain matin.

Le myoga eut bien l'effet escompté et le riche client repartit le lendemain matin en oubliant... de payer la note.

Moi j'aime bien ce genre d'histoire.

Cela dit, le mioga est tout à fait respecté, si pas vénéré, au Japon. Plusieurs festivals lui sont même consacrés (4). Son symbole figure dans les armoiries de plusieurs grandes familles. Voici un exemple, à gauche.

Encore une information qui me parait primordiale : si vous êtes possédé par l'esprit d'un renard (on ne sait jamais), il vous suffira de manger un peu de mioga pour vous en débarrasser. C'est tout simple... à condition que ce soit la saison. (4).

Allez, je commence à raconter n'importe quoi, il est temps de se quitter. A bientôt.

(1) RHS, Zingiber mioga and its cultivars, décembre 2014. URL :   https://www.rhs.org.uk/about-the-rhs/publications/the-plant-review/2014-issues/december/zingiber-mioga-and-its-cultivars.pdf

(2)Recipes for Tom (blog), Myoga Japanese ginger buds, 2013-09-02. URL :  http://recipesfortom.blogspot.com/2013/09/myoga-japanese-ginger-buds.html

(3) Mock Joya, Japan And Things Japanese, Routledge; 1 edition (April 29, 2016). Extraits consultables sur Google play .

(4)WASHOKU - Japanese Food Culture and Cuisine (blog), Myoga Japanese Ginger. URL : https://washokufood.blogspot.com/2009/04/myoga-japanese-ginger.html

(5) Sweep and Clean, Fo Guang Shan Musée du Bouddha, Stories of the Buddha. URL : http://www.fgsbmc.org.tw/en/TalesFables.aspx?TFNO=201512003

(6) M. Pailleux. , La Belgique horticole : Annales de botanique et d'horticulture, p.240. URL : https://archive.org/stream/labelgiquehortic33lige/labelgiquehortic33lige_djvu.txt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Perceval 09/10/2019 09:35

Merci pour cette découverte fascinante.
Est-ce persistant ?

Annick Boidron 09/10/2019 10:18

Bonjour Perceval. Non le feuillage n'est pas persistant. Il disparaît en hiver et repoussé au printemps. Bonne journée

Florence 17/09/2019 21:27

Belle plante et histoires très intéressantes. Dommage qu'elle n'aime pas le sec. Bises

Annick Boidron 18/09/2019 08:51

Oui, effectivement, dommage. Surtout cette année. Les petits coins qui rentent frais sont très convoités. Bonne journée Florence.

Tien 16/09/2019 20:02

Bonsoir Annick,

Non je ne connais pas ce gingembre mioga.
J'aimerais bien savoir si la plante de gingembre japonnais mioga se vend en Belgique ?

Merci et bien à vous.

Annick Boidron 18/09/2019 09:01

Bonjour Tien, chez acheté le mien chez Ortie-Culture, à Staves, donc en Belgique. Le premier c'est un ami qui me l'avait donné. Sinon, on en trouve facilement par correspondance, par exemple chez Promesses de fleurs, etc... Bonne journée

Babeth 13/09/2019 21:51

Bonsoir Annick, et voilà ton article va me faire sauter le pas!! ce gingembre est depuis longtemps sur ma liste de futurs achats !!
Et quand je vois comment il pousse chez toi, c' est formidable, ça me fait rêver! Il va falloir que je lui cherche le bon emplacement, avant de l' acheter !!
Merci pour les belles histoires autour de cette plante.
Bonne soirée!

Annick Boidron 18/09/2019 09:02

Bonne soirée à toi aussi Babeth, bonne plantation aussi...

christine 12/09/2019 21:15

Tient c'est intéressant de mettre cette plante originale à l'honneur, après tout c'est toujours sympa de partager de si belles découvertes
Ton jardin recèle de secrets bien gardés attention à ne pas tout dévoiler, ça pourrait donner des idées aux curieux qui viennent te lire ;-)
bises Annick, passe une belle semaine

Annick Boidron 18/09/2019 09:04

Donner des idées aux curieux, je ne demande pas mieux. Mais il y a des même pas curieux qui se contentent de copier bêtement en cachette et ça, je n'aime pas comme tu sais. Bisous et belle fin de semaine à toi aussi. (Dire qu'on est déjà mercredi !).

mariejoclaude 12/09/2019 20:45

gingembre très originale , avec cette belle histoire tu nous donne envie , mais pas de perdre la mémoire , déja avec mon age , j'en perds assez comme ça !
bonne soirée Annick

Annick Boidron 18/09/2019 09:06

Bah, parfois c'est bien de perdre un peu la mémoire... il faudrait juste pouvoir choisir ce qu'on oublie. Allez, bon jardinage et bisous.

Shuki 12/09/2019 18:30

En passant par chez Agnès, je découvre ton blog et ton jardin avec plaisir... Autre découverte, ce gingembre myoga très étonnant. Est-ce agréable à manger ? J'ai bien aimé les petites histoires qui s'y rapportent... Bonne soirée Annick, Shuki

Annick Boidron 12/09/2019 19:59

Bonsoir Shuki et merci pour votre message. Oui, c'est agréable à manger. Je viens d'en mettre sur un magret de canard cuit au four avec du miel, c'était très agréable. Bonne soirée.

Pantoufle 12/09/2019 11:11

C'est original cette floraison au ras du sol ! Il se plait drôlement chez toi, ça donne une très jolie bordure :)
Bon appétit alors, si tu n'oublies pas d'en mettre dans tes plats :P
Bises Annick !

Annick Boidron 12/09/2019 20:00

Non mais c'est Après en avoir mangé qu'on oublie ! ça va, j'en profite tant que c'est de saison. Bisous à toi aussi

Pascale Rahir 12/09/2019 08:26

Ah oui je m'en souviens bien de celle-là. J'adore son feuillage. Magnifique et quelle histoire intéressante autour de cette plante peu commune. Génial

Annick Boidron 12/09/2019 20:01

Et sais-tu qu'il existe des formes panachées ? Bonne soirée Pascale

catherine 12/09/2019 07:44

je ne connaissais pas cette plante étonnante à fleurs condimentaires, et ma culture botanique s'agrandit au fur et à mesure que tu publies tes billets!
bon, un comm pas très intéressant, mais juste pour te souhaiter une excellente journée!
des bises!

Annick Boidron 12/09/2019 20:02

Ah mais j'aime bien tes com, Catherine. a ce propos je t'informe que je me suis inscrite à un cours de céramique... c'est toi qui m'en a donné envie. A bientôt côté Terres. Bisous