Quand il pleut, il reste la serre

Publié le par Annick Boidron

Quand il pleut, il reste la serre

Les plantes de la serre n'auront jamais été autant chouchoutées que cette année. Est-il besoin d'en expliquer la raison ? Pour ceux et celles qui auraient la chance de vivre dans une région qui échappe au déluge, sachez que depuis des semaines (sans exagération) il pleut quotidiennement. Au jardin, les plantes ne sèchent quasiment jamais et l'humidité est omniprésente. Dans ces conditions, le seul endroit où il est encore possible de jardiner avec un minimum de plaisir, c'est la serre !

Quand il pleut, il reste la serre

Mais même ici, l'humidité se condense sur les vitres où elle reste parfois pendant toute la journée. Pas de signe de maladie pour le moment mais je reste attentive.

En l'absence de soleil, la température est à peine supérieure à celle qui règne à l'extérieur et elle reste insuffisante pour les plantes avides de chaleur comme les aubergines "slim jim" qui grandissent tout doucement et n'ont pas encore commencé à fleurir. Peut-être qu'un petit arrosage au purin de consoude leur fera du bien.

Quand il pleut, il reste la serre

Les autres légumes, par contre, semblent se développer normalement.

Les poivrons "chocolat doux" portent déjà quelques fruits :

Quand il pleut, il reste la serre

Le concombre "gherkin" grandit doucement

Quand il pleut, il reste la serre

Les basilics prospèrent : j'en ai déjà récolté plusieurs fois.

Basilic violet et basilic anisBasilic violet et basilic anis

Basilic violet et basilic anis

Les pieds de tomate, qu'ils soient en pleine terre ou en pots, sont assez vigoureux :

Tomates ditmarsher en pot

Tomates ditmarsher en pot

Quelques fruits commencent à apparaitre : le pied de tomates cerises rouges est prometteur.

Quand il pleut, il reste la serre

Ainsi que "ditmarsher" en pot : c'est la plus précoce

Quand il pleut, il reste la serre

La tomate "sanka", très vigoureuse, présente aussi quelques fruits minuscules

Quand il pleut, il reste la serre

Mais la plus avancée reste la tomate "alien" . A présent, je connais son identité : il s'agit de "dancing with smurfs", une variété bleue mise au point à l'université d'Oregon par Tom Wagner en 2012. Cette tomate un peu spéciale contient des anthocyanes (le pigment qui colore le chou rouge ou la peau des aubergines, par exemple). C'est de celui-ci qu'elle tient sa couleur particulière. Attention ! Ce n'est pas un OGM : elle a été obtenue par croisements. Elle est très belle et très bonne. A savoir : Tom Wagner produit des "tomates libres" (un peu sur le principe des "logiciels libres"), ce qui permet de reproduire et de distribuer autour de soi les graines de cette variété exceptionnelle.

Quand il pleut, il reste la serre

Cette tomate est apparue par hasard dans un semis d'oignons et de poireaux réalisé en février (voir ici). La graine se trouvait sans doute dans le terreau employé : c'est une variété que je cultive depuis plusieurs années. Elle est très nettement en avance sur un autre plant de la même variété semé le 16 mars et dont les premiers fruits commencent seulement à se former.

Quand il pleut, il reste la serre

Suite à cette expérience fortuite, je pense que l'année prochaine, je sèmerai quelques graines de tomate dès février afin d'obtenir des pieds mieux développés à planter en mai.

Je voulais encore parler d'une plante étrange qui pousse dans la serre depuis trois ans et dont je n'arrive pas à trouver l'identité. Ce sera pour demain.

Publié dans Serre, Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ivette Bauthière 26/06/2016 21:25

J'avais pas compris que c'était ton blog...Super intéressant,pas étonnée!

Sylviane 22/06/2016 08:24

Bonjour Annick,
J'ai moi aussi deux plans de Dancing with smurf, tant mieux si les tomates sont bonnes, j'ai acheté les graines parce que le nom me faisait rire!!! Ils poussent doucement... comme tout le reste.
Pensez-vous qu'une pulvérisation de bouillie bordelaise en prévention soit nécessaire? Ce déluge permanent rend la serre très humide en effet et je crains que le mildiou se développe dès que la température montera (demain)...? Merci d'avance pour votre réponse.

Annick Boidron 22/06/2016 15:00

Bonjour Sylviane. J'essaye de ne pas devoir traiter en aérant la serre le plus possible quand il ne fait pas trop froid. Il y a trois ans, le mois de juillet a été froid et pluvieux : en rentrant de vacances j'ai trouvé mes tomates qui commençaient à souffrir du mildiou (la serre était restée fermée toute une semaine). j'ai coupé toutes les parties atteintes et j'ai pulvérisé un mélange eau-bicarbonate de soude et savon noir (Fred l'apiculteur explique ici comment faire : https://www.youtube.com/watch?v=r2uaf8K9t00). Bien sûr, j'ai recommencé à aérer régulièrement la serre. Je n'ai plus eu de problème par la suite mais je ne sais pas ce qui a été efficace : couper les parties atteintes, pulvériser, ou l’aération. Ou alors, un peu des trois. Depuis je n'ai plus eu de problème mais j'avoue que je me pose les même questions que vous. Si je remarque le moindre début de maladie, je traiterai avec le mélange ci-dessus car j'essaye d'éviter la bouillie bordelaise qui, parait il, aurait des effets nocifs sur la faune du sol. Et pour dancing with smurfs, je confirme : elles sont très bonnes. En plus c'est un sujet de conversation pour les apéritifs de l'été. Bonne journée à vous