Est-ce que j'arrose trop mes tomates ?

Publié le par Annick Boidron

La semaine dernière, j'ai visité un très très beau potager. C'est près de chez moi, chez Ryan, à Mogimont. Regardez comme c'est beau.

Est-ce que j'arrose trop mes tomates ?
Est-ce que j'arrose trop mes tomates ?
Est-ce que j'arrose trop mes tomates ?
Il y a même des artichauts

Il y a même des artichauts

Dans ce potager il y a des serres et, dans ces serres, des tomates. Jusque là, rien de bien extraordinaire. MAIS j'ai appris que Ryan n'arrosait JA-MAIS ses tomates.

Même sous serre où il ne pleut pas ? Oui, même sous serre où il ne pleut pas.

Tomates pas taillées, pas arrosées... mais attachées.

Tomates pas taillées, pas arrosées... mais attachées.

Entre les tomates poussent aussi des melons, des pastèques, des aubergines, des fraisiers, des poivrons : Ryan ne les arrose JA-MAIS !

Est-ce que j'arrose trop mes tomates ?

Ah bon, comment est-ce possible ? Ryan nous a expliqué comment il procède : en automne, quand il enlève ses plants de tomates désormais morts, il sème une céréale à leur place. Puis, au printemps, il couche les céréales et étend une grande bâche en plastique dessus. Les céréales meurent. Ensuite, quand c'est le moment (en mai), il plante ses pieds de tomates qu'il produit lui-même avec ses graines qu'il produit lui-même et il arrose... tous les jours pendant cinq jours. Après : plus rien !

Ryan n'est pas avare d'explications sur sa manière de procéder, et c'est bien intéressant.

Ryan n'est pas avare d'explications sur sa manière de procéder, et c'est bien intéressant.

Bon, vous allez me dire, il y a un français qui fait encore mieux : Pascal Poot près de Montpellier a appris à ses tomates à vivre sans eau cultive des tomates sans les arroser, ce qui semble extraordinaire dans un environnement tout de même beaucoup plus sec qu'en Belgique.

Quoi qu'il en soit, c'est interpellant. La question de l'arrosage des tomates semble tracasser beaucoup de gens (Quelle quantité, à quelle fréquence ?). C'est pourtant une question que je ne me suis jamais beaucoup posée : j'arrosais quand mes tomates prenaient l'air avachi de la tomate qui a soif et, mon dieu, ça "marchait".

L'intérieur de la serre : tout semble bien pousser. Mais est-ce que je n'ai pas trop arrosé ?

L'intérieur de la serre : tout semble bien pousser. Mais est-ce que je n'ai pas trop arrosé ?

Mais tout de même, cet été, croyant bien faire, j'ai peut-être un peu exagéré. C'est qu'il faisait rudement chaud ! Moi, dans ces cas-là, j'aime bien prendre une petite douche rafraîchissante. Mais je ne suis pas une tomate et ce qui me convient ne leur convient pas forcément. Je précise tout de même que je ne les douchais pas : je sais bien, car c'est écrit partout, que le feuillage des plants de tomates ne doit JAMAIS être mouillé. Sinon, c'est mildiou assuré. N'empêche que je me suis ramassé la cladosporiose.

Alors, même si cette année encore je me régale de grosses Véro, de cœurs de bœuf jaunes et de bien d'autres délices  fondants et parfumés, je pense que l'été prochain, je serai beaucoup plus parcimonieuse sur les arrosages et je suivrai l'exemple de Ryan... Sans aller toutefois jusqu'à la bâche en plastique noire. Je tiens à rester fidèle à mes principes : pas de plastique dans mon jardin ! Un bon paillage devrait suffire.

Candy sweet, Grosse Vero, Coeur de boeuf jaune, brin de muguet... malgré des chaleurs élevées dans la serre et la cladosporiose, toutes les tomates sont au rendez-vous en bonne quantité.

Candy sweet, Grosse Vero, Coeur de boeuf jaune, brin de muguet... malgré des chaleurs élevées dans la serre et la cladosporiose, toutes les tomates sont au rendez-vous en bonne quantité.

Toujours au chapitre des arrosages, je voulais aussi partager avec vous deux observations qui me semblent bien intéressantes pour l'avenir (enfin, le mien). La première concerne un plant de Sanka :  une tomate déterminée et précoce que je cultive chaque année dans la serre. Il m'en restait une, je l'ai plantée sans aucune précaution particulière dans la bordure qui entoure le potager, là où autrefois, poussait une haie de buis. Je ne l'ai ni tuteurée ni arrosée. Eh bien malgré qu'il ait dû subir des températures qui ont grillé pas mal de légumes et qu'il n'ait pas reçu la moindre goutte d'eau pendant des mois, ce plant pète de santé et porte de nombreuses belles grosses tomates. C'est une première dans mon jardin belge.

Sans prendre la moindre précaution et sans arroser malgré une très longue période de sécheresse, ce plant traine par terre et est couvert de grosses tomates qui commencent à mûrir.
Sans prendre la moindre précaution et sans arroser malgré une très longue période de sécheresse, ce plant traine par terre et est couvert de grosses tomates qui commencent à mûrir.

Sans prendre la moindre précaution et sans arroser malgré une très longue période de sécheresse, ce plant traine par terre et est couvert de grosses tomates qui commencent à mûrir.

La seconde est une "bouture" que j'avais réalisée avec l'extrémité de la tige cassée d'une tomate orange dans la serre ( Voir : Plant de tomate cassé = plant de tomate foutu ? ). Je l'ai repiquée dans un petit coin sous de petits arbres fruitiers. Celle-ci non plus, je ne l'ai jamais arrosée. Elle est restée bien petite mais elle survit et porte même une petite tomate. Si celle-ci arrive à mûrir, j'en conserverai les graines dans l'espoir qu'elles portent en elles quelques petites marques épigénétiques d'adaptation à la sécheresse.

Ces arbustes fruitiers ne sont jamais arrosés non plus mais le sol est recouvert d'une épaisse couche de matières organique.
Ces arbustes fruitiers ne sont jamais arrosés non plus mais le sol est recouvert d'une épaisse couche de matières organique.

Ces arbustes fruitiers ne sont jamais arrosés non plus mais le sol est recouvert d'une épaisse couche de matières organique.

Voilà encore bien des pistes à explorer pour les années à venir, surtout si les périodes de sécheresse et de fortes chaleurs se répètent régulièrement !  Avant ça, je vous quitte sur une dernière photo du beau potager de Ryan qui vous montre bien sa situation : dans un petit vallon, il profite de la fraîcheur des arbres et débouche sur une zone humide en contrebas.

Les méthodes de culture sont importantes mais la situation du potager l'est tout autant.

Les méthodes de culture sont importantes mais la situation du potager l'est tout autant.

Et vous ?

Avez-vous déjà cultivé des tomates sans arroser du tout ? Ou avez-vous essayé les graines de Pascal Poot ? Quels sont vos résultats ? Je n'arrive pas à trouver des témoignages et pourtant, ça m'intéresserait bien.

Allez, au revoir. La prochaine fois, je vous parle de fleurs. Enfin... ce qu'il en reste.

Publié dans tomates

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

laurence S 06/09/2019 08:23

Bonjour Annick, j'essaye de rattraper mon retard dans les lectures de tes articles.
C'est une belle réflexion l'arrosage des tomates ! On se pose souvent la question, il y a deux ans je suis restée (dans la serre) sans arroser pendant plus de deux mois et j'ai eu plein de tomates, aucune maladie mais je n'avais pas taillé non plus mais c'était devenu une jungle indescriptible ! J'avais planté mes tomates sur une zone que j'avais fait en lasagne. Je pense que cette année a été ma plus belle réussite. L'année passée je n'ai toujours pas taillé mes tomates et l'arrosage s'est fait tous les 2 semaines environ. La maladie s'est déclarée en fin de saison donc de belles récoltes aussi ! Par contre cette année j'ai taillé très tôt mes tomates, j'ai arrosé toutes les semaines et la maladie s'est déclarée dés le printemps ! Je pense quand même que la taille y a fait beaucoup dans la propagation de la maladie. Pour l'arrosage je ne sais pas encore ce que je ferai l'année prochaine mais une chose est certaine faut que je travaille sur la qualité de ma terre qui s'est pas mal appauvrie je pense.

Stéphanie 14/08/2019 16:12

Bonjour Annick, je cultive mes tomates un peu comme Ryan, après le repiquage arrosages (copieux, toujours des feuilles de consoude et/ou ortie dans l'arrosoir), paillage généreux, pas de taille et attachées à la structure, chez moi aussi avec la ficelle bleue. Assez rapidement, il n'est plus possible d'atteindre le pied pour arroser donc elles se débrouillent! Belle journée

Evelyn 14/08/2019 10:08

Coucou Annick, tes tomates "Lucky Tiger" me font de jolis fruits, sucrés et précoces qui plus est ! Merci aussi pour cet article et les expériences partagées très intéressantes. A bientôt et bonne journée !

Virginie 13/08/2019 17:25

Nous, si on a arrosé 3 fois cet été c'est le bout du monde ! on est des adeptes de Pascal Poot... ça fait des années que je récolte mes graines et que je les sème... j'ai obtenu des pieds de tomates productifs, sans maladie et ayant peu de besoin en eau. ;-)

Annick Boidron 13/08/2019 20:21

Super ! merci Virginie pour votre témoignage Du coup, j'ai découvert votre superbe blog et votre magnifique jardin; C'est tout ce que j'aime Je n'y ai jeté qu'un rapide coup d’œil mais j'y retournerai, croyez-le bien !

Pantoufle 13/08/2019 09:55

Ah oui, j'avais déjà lu et vu des histoires de tomates sans eau, et dans le sud ! J'aimerai tenter le coup, mais monsieur n'est pas près à s'y résoudre, et il arrosera quoiqu'il arrive :P Dans la serre (13 pieds, tous de variété différentes, dont 1 spontané), on arrose plutôt en fonction de la tête des tomates, enfin moi, mais monsieur veut toujours plus ! Dehors (8 pieds, encore des différentes, pas toutes identifiées formellement au départ) c'est moins de boulot, puisqu'il pleut. Et pas de mildiou à déclarer pour l'instant, ni d'autres maladies d'ailleurs. L'an passé les tomates de la serre n'avaient pas été taillées et c'était la jungle, cependant le rendement avait été plutôt décevant, donc cette année, aucun gourmand toléré, et on arrête pas de récolter ! Les gourmands sont surveillés quasi-quotidiennement, et ils poussent à une vitesse hallucinante !
Voila pour les tomates ici. Le potager visité fait bien envie, miam les bons artichauts ! :)
Bises Annick et belle semaine !

Annick Boidron 13/08/2019 20:24

J'ai aussi abandonné la non-taille dans la serre mais j'avoue que je me pose des questions depuis que j'ai vu les résultats de Ryan. Enfin, quoi qu'il en soit, l'important, c'est en fin de compte de récolter de bonnes tomates. Si un jour tu passes à Bouillon (quand tu veux etc... comme tu sais), on demandera à Ryan pour aller voir son potager. Franchement, ça vaut la peine. Bonnes constructions et bonne soirée.

mariejoclaude 12/08/2019 21:22

article passionnant , d'année en année je récupère mes graines de tomates , un peu comme Pascal Poot , peut-être qu'elles s'adaptent à mon climat et à ma terre , c'est ce que pense d'ailleurs Pascal Poot , mais ces graines ne donneront pas le même résultat dans une autre région , ou un autre climat , je connais une personne qui a fait l'expérience avec des graines de pascal , et a été déçu !!! pour l'arrosage des tomates j'arrose de moins en moins et les taille le moins possible et les distance de plus en plus elles ont passées de 50cm à 70 cm et l'année prochaine je les planterai à 1 m des unes des autres ,,,,, merci pour ton article ,,, bonne soirée

christine 12/08/2019 20:59

Coucou Annick
Un article très intéressant et surtout très enrichissant sur nos modes de culture
J'ai déjà vu une vidéo qui allait dans ce sens, après en relisant ton article j'ai compris que le propriétaire de ce joli potager avait de beaux arbres tout proche, on sait maintenant que les arbres attirent l'humidité, le fait qu'il y ai une zone humide en contrebas doit sans doute aider pour beaucoup dans la culture desdits légumes, ça reste quand même une très bonne pratique et tu as bien raison de la partager
Je te souhaite une très bonne soirée
des bises

jardin et plantes 12/08/2019 20:49

Le résultat de votre travail est impressionnant ! Très bon rendement en prévision.

Cat 12/08/2019 20:44

Merci beaucoup, j'ai hâte de lire cet article.

Michel 12/08/2019 19:31

Idem, pas un seul arrosage non plus, pas meme a la plantation, ni dans la serre, ni dans le jardin ! Tout se joue durant la mauvaise saison ! Mes plants sont enterres tres profondement

Michel 13/08/2019 09:46

Je m'inspire pas mal des methodes de culture de Didier Helmsteter, mais je tatonne encore un peu, lfin de l'automne , j'apporte de grosses quantites de feuiĺes mortes dans lla serre que je maintiens humide dans et a l'exterieur de la serre pour creer un reseau de mycchorhyses le plus developpe possible., au printemps, quand je plante mes tomates dans la serre, je paille avec les restes de foin humide de l'annee precedente de mon potager. Cette annee, comme cela fait presque 6 semaines que je suis a l etranger, j'ignore totalement, ce que cela a donne, dans la serre et a l'exterieur. Je crains le pire avec la canicule et la secheresse

Annick Boidron 12/08/2019 20:05

Bonjour Michel (Michel "Epimedium" ou un autre Michel ?) peux-tu être plus précis? Que fais-tu pendant la mauvaise saison pour ne pas avoir à arroser en été? Dans quelle région vis-tu ? ce serait intéressant de le savoir. Merci pour ton commentaire.