Journal du 11 septembre : multiplication du géranium rozanne.

Publié le par Annick Boidron

J'aime beaucoup ce géranium hyperconnu et facile : il a (en principe) l'art de se faufiler entre les plantes et de faire apparaître ses jolies fleurs mauves ici-et-là, de plus en plus loin de sa souche. Comme ça :

Voilà Rozanne comme je l'aime : ses jolies fleurs bleues se mélangent ici avec des phlox, des sédums, des lavandes...

Voilà Rozanne comme je l'aime : ses jolies fleurs bleues se mélangent ici avec des phlox, des sédums, des lavandes...

Mais parmi les quelques Rozannes du jardin, il y en a un qui a eu un comportement inhabituel. C'est le plus ancien du jardin et je crois bien qu'après quelques années il révèle sa vraie nature : au lieu de se faufiler discrètement, il s'est mis à former une grosse touffe puis s'est effondré sur toutes ses voisines. Comme ça : 

Plaff !

Plaff !

Bien-sûr, dès ce moment, j'aurais dû le recouper tout court. Mais voilà, vu dans l'autre sens, il avait encore beau genre à une période où la canicule faisait sécher un grand nombre de fleurs sur pieds... j'ai fait preuve d'un laxisme coupable.

Journal du 11 septembre : multiplication du géranium rozanne.

Tout ça pour vous dire que, finalement, il y a deux semaines, j'ai décidé de le couper. Il était temps !  Ah ! Si j'avais fait ça plus tôt ! mais bon, ça ne sert à rien de regretter le passé.

C'est incroable la vitesse à laquelle les géraniums vivaces repoussent après une taille jusqu'au sol.

C'est incroable la vitesse à laquelle les géraniums vivaces repoussent après une taille jusqu'au sol.

Cela dit, je ne peux pas le laisser là : il me referait sans doute le même coup que l'année passée. Je me suis donc employée à le déterrer pour le déplacer. Je l'ai bien arrosé pendant plusieurs jours auparavant : il n'a toujours pas "vraiment" plu par ici et la terre est horriblement sèche. Mais voilà, la saison avance, il fait froid la nuit, et il ne reste plus beaucoup de temps aux plantes déplacées pour s'installer avant les premières gelées.

La touffe de rozanne déterrée.

La touffe de rozanne déterrée.

Ouf ! C'est une grosse touffe ! Il va falloir faire un gros trou pour la repiquer. J'ai vite abandonné l'idée de la déplacer telle qu'elle et j'ai décidé de la diviser.  J'avais lu il y a peu un article du "jardin des vignes" qui explique très bien, images à l'appui, comment diviser le géranium Rozanne.

Mais catastrophe : les racines du mien sont si tordues et enchevêtrées qui j'ai vite compris que je n'arriverais jamais à les séparer. Voilà le résultat de mes (peu) patients efforts.

Journal du 11 septembre : multiplication du géranium rozanne.

Dans ce meli-melo, il y avait tout de même quelques fragments ressemblant à ce que la Dame du "jardin des vignes" a obtenu :

Petit plant un peu raccourci avant d'être mis en pot.Petit plant un peu raccourci avant d'être mis en pot.

Petit plant un peu raccourci avant d'être mis en pot.

Mais j'ai fait beaucoup de casse et certaines pousses n'étaient plus attachées qu'à un tout petit bout de racine.. Plutôt que de les jeter, j'ai tout de même tenté de les mettre en pots. Le seul risque, c'est qu'ils ne reprennent pas.

Ces petits morceaux m'ont fait penser à des boutures d'heuchères : j'ai décidé de tenter le coup et de les repiquer.Ces petits morceaux m'ont fait penser à des boutures d'heuchères : j'ai décidé de tenter le coup et de les repiquer.

Ces petits morceaux m'ont fait penser à des boutures d'heuchères : j'ai décidé de tenter le coup et de les repiquer.

Et tant que j'étais dans les essais téméraires, j'ai même tenté la bouture de tige, coupée juste à la base.

Là, j'avoue qu'il faut avoir la foi pour croire que ça va marcher. Mais qui sait.Là, j'avoue qu'il faut avoir la foi pour croire que ça va marcher. Mais qui sait.

Là, j'avoue qu'il faut avoir la foi pour croire que ça va marcher. Mais qui sait.

Toujours est-il que je me retrouve maintenant avec un plateau de boutures/jeunes plants de Rozanne qui ont plus ou moins de chances de survivre.

Journal du 11 septembre : multiplication du géranium rozanne.

Et vous savez quoi ? Ce n'est pas tout. Comme il restait encore une poignée de "petits bouts" comportant au moins un œil et un morceau de racine, je les ai mis en pleine terre dans un coin qui venait de se libérer le long du potager.

Pourquoi mettre les "petits bouts" au compost quand on peut tenter de les sauver ?
Pourquoi mettre les "petits bouts" au compost quand on peut tenter de les sauver ?

Pourquoi mettre les "petits bouts" au compost quand on peut tenter de les sauver ?

Voilà à quoi je m'amuse ! Je sais que les chances de réussites sont faibles car il est dit et répété sur le net que la multiplication de Rozanne est difficile. Mais on dit tant des choses...

Toujours est-il que je me retrouve maintenant avant un trou et rien autour dans mon talus, qu'il va falloir occuper. Mais ça, c'est gai aussi !

Mais qu'est-ce que je vais planter là ?

Mais qu'est-ce que je vais planter là ?

Je pense à d'autres rudbeckias et quelques asters ericoïdes. A propos de rudbeckias, celui que vous voyez sur la photo a un an et est issu d'un semis maison. Ils s'adaptent bien mieux quand ils sont installés tout petits, je trouve.

Ça y est, j'arrête d'écrire. Cette après-midi, c'est repiquages au potager. A bientôt.

Publié dans Fleurs, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Annick,
Je suis occupée à refaire un parterre et suis à la recherche d'une bouture de géranium Rozanne.
En avez-vous à donner, svp.
Merci.
Bien à vous.
Marianne
Répondre
A
Bonjour Marianne, je suis désolée mais j'ai déjà repiqué ou donné tous ceux que j'avais faits l'année passée. Heureusement, c'est une plante que l'on trouve facilement. Bonne journée... même s'il pleut.
D
Chere Annick,
Tout dabord un grand bravo. C'est avec admiration que jai visité, virtuellement, votre jardin. Il est, en ce qui concerne, l'exemple même du jardin de notre enfance, fait de coins et de recoins tous aussi merveilleux et surprenants les uns que les autres.
Pour la petite haie de buis à remplacer, une idée: de petits ifs ou des loniceras mais vous avez certainement une solution...sera-t-il possible de venir visiter votre jardin en 2021 avec, évidemment, les "gestes-barrière "?
Merci pour votre réponse et encore bravo pour tout ce que vous faites.
Dominique
Répondre
A
Oups ! Je viens seulement de voir voter commentaire, Dominique. Vous pouvez venir visiter mon jardin quand vous voulez (envoyez-moi juste un mail avant).
M
J'adore le géranium Rozanne qui fleuri de juin à octobre.
Répondre
V
Sympa, ce petit géranium. Et il a beau être "hyperconnu", et bien moi, je ne connaissais pas ;-)
Et les rudbeckias, j'essaie pour la première fois sur le balcon cet automne. A voir donc si elles vont bien s'y plaire

Amicalement
Valérie
Répondre
N
Vos articles sont tellement agréables à lire que je finis par m'intéresser à des sujets qui ne m'attiraient pas du avant. Merci
Répondre
A
Chouette ! C'est un beau compliment, ça ! Merci Nanimo et bonne semaine.
C
C'est très intéressant, je vais tenter cela dès demain. J'ai qq trous à combler et j'aime beaucoup les géraniums. J'ai des rozannes et des Patricias et des Blue Sunrize. Je suppose que c'est pareil pour eux ?
Pourquoi ces petits graviers sur la terre de vos pots ? Et qu'en faites-vous quand vous repiqez les plants ?
Répondre
C
Merci Annick, bon dimanche
A
Et je vois qu'il y a une suite à votre question, donc je continue : quand je repique les plants, je laisse les graviers qui se mélangent à la terre.
A
Bonjour Cassiope. Je ne suis pas une spécialiste mais pour les Patricia, oui, je pense que c'est pareil. Blue sunrize, je ne connais pas. Les petits graviers me permettent de garder un peu plus d'humidité dans le pot tout en gardant le collet au sec et aussi de maintenir la terre pour les arrosages. Je vous assure que ça fait une différence. Cela dit, on peut aussi utiliser la perlite, la lave concassée, etc... dans le même but. mais je trouve ces petits graviers plus pratiques car plus lourds et, ce qui n'est pas à négliger : ils coûtent deux fois rien. J'en achète par sacs de 25 kg chez Hubo.
R
Jolies boutures. Merci aussi pour le lien. J'ai déjà multiplié quelques fois les Rozannes et franchement du moment que tu prends un bon morceau avec la racine ça fonctionne très bien (quoi qu'en disent certains pépiniéristes). Pas mal de géraniums sont à tailler à raz du sol et en 15 jours tout a repoussé. En tout cas tu auras pleins de Rozanne à partager ! Bises
Répondre
A
Ah voilà une confirmation! Je m'en doutais un peu mais bon, c'est vrai u'on lit partout qu'ils sont difficiles à multiplier, alors... cela dit, je ne voudrais pas vendre la peau de l'ours, etc... Bises, Pascale.
C
je viens de retrouver dans mes notes de jardinage ce billet du 14 sept 2011 du jardin des grandes vignes, c'est incroyable???? et sur le billet, je vois que j'avais déjà commenté (eh oui la Catherine avec le bateau, c'est moi LOL) je me souvenais que j'avais noté cette division, sans jamais l'avoir pratiquée..les grands esprits se rencontrent????
Répondre
A
Bonjour Catherine, j'ai trouvé les commentaires avec le bateau !! Diu coup, je les ai tous lus car ils sont intéressants. C'est vrai que c'est très tentant de multiplier ces géraniums "extraordinaires" qui, en plus, en tout cas chez moi, ne font pas de graines.
F
Bonjour Annick je suis ravie de votre article. Il m'est arrivé la même chose avec un géranium Rozanne cette année. Moi non plus je n'ai pas joué du sécateur et je le trouve très moche. Je pense que je vais faire comme vous. Habitant le Sud de la France j'ai encore le temps que les plantes repiquées reprennent avant l'arrivée de l'hiver. Merci beaucoup pour vos articles pratiques. J'ai été un peu déçue que la rubrique visite du jardin est été interrompue mais votre rubrique jardin au fil des jours est très agréable. Fabienne
Répondre
A
Bonjour Fabienne, pour le moment, suite à la sécheresse, le jardin n'est vraiment pas beau et je m'interroge pour savoir s'il faut tout changer ou attendre encore un peu pour voir si ces sécheresses et températures élevées tout à fait inhabituels se répètent les prochaines années. ça ne donne vraiment pas envie des faire des articles "visite du jardin" mais promis, si les choses s'améliorent, je reprendrai cela où j'en étais restée ! Merci beaucoup pour votre commentaire et bonne semaine.
C
cette année, un des Rozanne du jardin a fait des marcottes (je suppose) ou des semis naturels (je suppose un peu moins) à environ 50 cm du pied mère, je les ai sevrés et planté ailleurs et ils ont tous les deux bien repris, et sont beaux comme un pied acheté en jardinerie????, mais j'avoue que c'est la 1ère année que je vois ça, depuis 10 ans que j'en ai..
je tenterais bien ton expérience, mais mes pieds se comportent encore très bien, et poussent parfaitement, sans tomber. Je note..
bon après midi Annick, bises
Répondre
A
(re), intéressant, ça les Rozannes qui se marcottent (ou se sèment?), les miens n'ont jamais fait ça ! Mais je pourrais peut-être faire un essai en enterrant quelques tiges (il me reste de rozannes ailleurs dans le jardin).