Et vous, vous les mangez, les couilles à l'évêque ?

Publié le par Annick Boidron

Derrière ce titre énigmatique se cache une plante toute petite mais au caractère bien trempé : la ficaire ou Ranunculus ficaria qui fleurit dans nos jardins en ce moment.

Les petites feuilles de la ficaire apparaissent au printemps et font un peu penser à du cresson.

Les petites feuilles de la ficaire apparaissent au printemps et font un peu penser à du cresson.

Jusqu'au 19e siècle, couilles à l'évêque était le nom usuel de la ficaire (1, 2). On le trouve notamment, cité par Rabelais, dans une longue énumération de salades (4). Bon, ce n'est sans doute pas très distingué mais c'est plutôt amusant. On l'appelait aussi couilles de prêtres. Dans les deux cas, l'explication est la même : évêques et prêtres ont (théoriquement) peut l'occasion de se servir des dits organes. Voilà pourquoi ils sont tout riquiqui.

Et vous, vous les mangez, les couilles à l'évêque ?

D'une région à l'autre la ficaire, comme toutes les plantes compagnes des hommes, porte bien d'autres noms (1). Parmi ceux-ci on retrouve fréquemment herbe aux hémorroïdes ou herbe aux fics (c'est à dire aux verrues). La ficaire aurait le pouvoir de faire disparaître les unes et les autres. Bien qu'il s'agisse d'un usage traditionnel encore en usage aujourd'hui, et probablement efficace, ces vertus thérapeutiques n'ont jamais été démontrées (à ma connaissance).

Selon la fameuse "théorie des signature", les tubercules ressembleraient soit à des hémorroïdes, soit à des verrues

Selon la fameuse "théorie des signature", les tubercules ressembleraient soit à des hémorroïdes, soit à des verrues

Moi, en tout cas, je n'en mange pas

D'une part parce que ses différents noms évoquent des choses peu appétissantes. Mais surtout parce qu'elle contient une substance rubéfiante et vésicante : la protoanémonine. Ça fait peur, hein ? Bon, ça veut simplement dire que si on frotte des feuilles de ficaire sur sa peau elle va rougir et se couvrir de pustules. Si on en avale, c'est encore plus embêtant : on peut être saisis de nausées, de vomissements, de diarrhées, etc... Il paraît que ce n'est pas mortel, c'est déjà ça.(3) (5)

Cuites ou séchées, à la rigueur

Ces deux traitements rendent la protoanémonine inoffensive. Les tubercules cuites (les "couilles") auraient, à une époque, remplacé les pommes de terre... en cas de disette. J'imagine qu'il fallait en ramasser pas mal pour être rassasié !

Cuite ou séchée, on peut manger la ficaire sans danger. Cela dit, si vous avez envie d'herbes sauvages, je vous conseillerais plutôt l'ail des ours, l'ortie ou l'égopode : savoureuses et sans danger.
Cuite ou séchée, on peut manger la ficaire sans danger. Cela dit, si vous avez envie d'herbes sauvages, je vous conseillerais plutôt l'ail des ours, l'ortie ou l'égopode : savoureuses et sans danger.

Cuite ou séchée, on peut manger la ficaire sans danger. Cela dit, si vous avez envie d'herbes sauvages, je vous conseillerais plutôt l'ail des ours, l'ortie ou l'égopode : savoureuses et sans danger.

Petite, mais vigoureuse

J'avoue que je ne l'aime pas beaucoup. Pourtant, j'essaye. Ses fleurs sont pimpantes et ses feuilles brillent au soleil, mais ça ne suffit pas ! Elle pousse partout et n'importe comment. Et puis, elle s'étend en tapis denses. Non seulement elle produit graines, que les fourmis se chargent de disséminer, mais elle produit aussi des bulbilles à l'aisselle de ses feuilles. Elle est tellement vigoureuse et tenace qu'aux États-Unis, où nos ancêtres l'ont implantée en tant que plante ornementale, elle est considérée comme une plante invasive. (6)

Se débarrasser de la ficaire en l'arrachant est un vrai travail de bénédictin : j'ai abandonné ! (Ici en compagnie de perce-neiges fanés et de géranium macrorrhizum)

Se débarrasser de la ficaire en l'arrachant est un vrai travail de bénédictin : j'ai abandonné ! (Ici en compagnie de perce-neiges fanés et de géranium macrorrhizum)

Heureusement, en juin, c'est fini

Cette adventice est quasi-impossible à éradiquer. Heureusement, il suffit d'attendre un peu et fin mai au plus tard, elle fane et disparaît (ouf !).  Mais elle survit jusqu'à la saison suivante grâce à ses racines tubérisées pleines de réserves. Gare à nous, jardiniers tête-en-l'air : si nous déplaçons la terre dans laquelle elle a poussé, nous risquons bien de retrouver des ficaires un peu partout dans notre jardin l'année suivante.

Allez, bon dimanche. (Oui, il pleut encore, et ça m'énerve)

Sources

(1) Site : L'éveil sauvage, La ficaire, 01. mars 2018. URL : https://www.leveilsauvage.fr/2018/03/01/la-ficaire/ , consultée le 30 mars 2018

(2) Eric Birlouez,  Les salades de l’Histoire, équation nutrition, N°116, janvier 2012. URL : pdf en ligne, consulté le 30 mars 2018

(3) Régis Thomas, David Busti et Margarethe Maillart, La Ficaire, une fausse renoncule, Université de Lyon, département biologie. URL :http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/la-plante-du-mois/la-ficaire-une-fausse-renoncule

(4) François Rabelais,Le Quart livre des histoires de Pantagruel (1552) - Français moderne et moyen français, Les Editions de Londres, 14 mars 2015

(5) Christian COGNEAUX, Les plantes de nos haies champêtres, Écologie, étymologie et usages, Système d'information du développement durable et de l'information, Ministère de la transition écologique et solidaire,  01/01/1998 Pdf  : http://www.side.developpement-durable.gouv.fr/EXPLOITATION/DEFAULT/Infodoc/ged/viewportalpublished.ashx?eid=IFD_FICJOINT_I_IFD_REFDOC_0124044_1

(6) Site : www.zoom-nature.fr, La ficaire, une empoisonneuse outre-Atlantique : de la suspicion aux preuves, URL : https://www.zoom-nature.fr/la-ficaire-une-empoisonneuse-outre-atlantique-de-la-suspicion-aux-preuves/

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

d6v9s3l181 02/12/2019 01:57

Second question: typographically, small-caps are preferred, so it looks like “A.

naniland89 10/04/2018 06:51

j'en suis envahie au jardin c'est vraiment affolant
mais franchement je fais ce que je peux mais sans vraiment de résultat

Annick Boidron 10/04/2018 09:03

J'ai l'impression qu'on ne peut pas faire grand chose. J'ai aussi ce sentiment d'être envahie et je me demande tout de même si elles n'empêchent pas les autres plantes de pousser. Je n'arrive pas à les aimer, ces pauvres ficaires.

catherine 04/04/2018 10:29

ah vous les Belges, vous n'avez pas la langue de bois, LOL!
ici le jardin est envahi par les ficaires mais je laisse tomber, ils disparaissent bien vite, quant à les manger, beurk!!
bonne journée Annick, bises

Michel 03/04/2018 15:57

J'ai beaucoup de couilles d'évêque à la maison, dont une variété de couilles très bronzées assez décoratives car les fleurs jaunes s'harmonisent avec le feuillage d'une couleur brun pourpre foncé.
Mais je préfère de loin les couilles du pape bien plus charnues et plus sucrées !

Michel 04/04/2018 08:50

Les couilles de singe existaient déjà quand j'étais jeune puis étaient rentrées dans un certain oubli avant de refaire surface ! On fait même du péket aromatisé à la couille de singe !

Annick Boidron 03/04/2018 17:17

Et oui, au fait, il parait qu'il existe des variétés décoratives. J'essayerais bien (la version végétale)

Annick Boidron 03/04/2018 17:16

Ben oui, nos ancêtres avaient de l'imagination... un peu toujours le même genre d'imagination comme tu le soulignes. Quand mes enfants étaient petits, ils mangeaient des "couilles de singe" un gros bonbon infâme et collant impossible à manger en entier qui finissait toujours dans un coin et se couvrait de saletés.

Rahir Pascale 02/04/2018 18:44

Tu m'as fait hurler de rire ! Les couilles d’évêque ! Extra-hilarant ! Mais de là à en manger ... non merci !
J'ai encore appris quelque chose grâce à toi !

Annick Boidron 03/04/2018 17:19

Ben regarde, dans un commentaire, Philippe dit qu'il en mange tous les ans sans problème alors pourquoi ne pas goûter ? MAis ce sera pour l'année prochaine puisqu'il dit aussi qu'il faut les manger avant la floraison.

Pascale 02/04/2018 09:04

Quel titre accrocheur! Ça déclenche du clic !! En tout cas merci Annick j.ai encore appris quelque chose.
Joyeuses Pâques, et à bientôt

Annick Boidron 03/04/2018 17:21

J'avoue que c'est un titre racoleur mais j'assume parce que je trouve ça marrant... si pas très raffiné ! Bonne journée à toi, Pascale

Philippe 01/04/2018 22:45

Personnellement, je trouve que c'est une très belle fleur qui a l'avantage de couvrir des espaces dénudés au printemps.
Nous en mangeons chaque année les feuilles dans des salades sauvages, sans aucun inconvénient. Il faut juste ne pas en manger de trop et utiliser les feuilles avant la floraison.

Annick Boidron 03/04/2018 17:21

Merci beaucoup pour l'info. C'est bon ?

annette 01/04/2018 19:40

Bonsoir,
Beaucoup de plaisir à lire ce blog. Je trouve aussi que la ficaire est une véritable peste même si je reconnais que sa floraison jaune est jolie dans certain coin du jardin. De plus sans aucune connaissance il y a plusieurs années je l'aie laissé se développé sans prudence et comme je ne suis pas une adapte du tamisage du compost! donc j'assume. Ce n'est malheureusement pas la seule plante à me jouer des tours!
Petite info à propos du livre "astuces et secrets de jardinier" il y a 2ou3 ans monsieur André Poncin acceptait de faire découvrir son petit paradis si on lui téléphonait pour prendre rdv. J'ai toujours ses coordonnées.
Bonnes fêtes de pâques
Cordialement
Annette

Philippe 03/04/2018 22:41

Il vaut mieux les manger avant la floraison car durant et après la floraison, de la protoénémonine s'accumule dans les feuilles. Cette substance est âcre peut provoquer des irritations gastriques, intestinales et rénales. Par contre,c'est une plante très riche en vitamine C.
Nous en mangeons en salade en tout début du printemps en mélange avec ce que je trouve dans le potager et la prairie : ficaire, mouron blanc, oseille, mâche, laitue, ciboulette, persil,laitue romaine 'Integra red', fleurs de violettes, boutons de pissenlit lactofermentés, jeunes pousses d’égopode, cardamine hirsute, quelques feuilles ciselées de Glechoma hederaceae, des jeunes extémités de gaillet grateron, quelques extrémités de lamier pourpre, etc… suivant disponibilité et humeur.
Le tout avec un vinaigrette réalisée avec un vinaigre maison, huile d’olive, sel, poivre et un œuf cuit dur. C’est amusant à faire et je trouve cela très bon.

Annick Boidron 03/04/2018 17:23

Merci Annette, je vais essayer de le contacter. J'imagine que les demandes sont nombreuses et sans doute un peu lourdes à assumer mais peut-être qu'en se groupant à quelques-uns ce serait possible. Pourrais-tu m'envoyer ses coordonnées par mail ? Une toute bonne journée (puisque Pâques est déjà passé)

Isabelle 01/04/2018 14:37

Je savoure vraiment tes publications, très documentées et très agréables à lire.
Joyeuses Pâques, Annick ! Bisous

Annick Boidron 03/04/2018 17:24

Ah tu savoures... ben chacun ses goûts, hein ! Merci pour ton commentaire Isabelle