J'ai semé mes cucurbitacées

Publié le par Annick Boidron

Les cucurbitacées, faut-il le rappeler, sont toutes ces plantes de la famille du concombre qui regroupe les courgettes, les potirons et autres courges, ainsi que des originales comme la margose et la cyclanthère. Fin avril, chez nous, c'est le bon moment pour les semer : on obtient ainsi de beaux petits plants prêts à être repiqués dans la serre ou dans le jardin d'ici un mois environ.

Les cucurbitacées sont souvent des lianes qui s'accrochent à leur support par des vrilles. Il y a des toutefois des exceptions telles que les courgettes. Ici : un jiaogulan ou plante d'immortalité, une cucurbitacée vivace.

Les cucurbitacées sont souvent des lianes qui s'accrochent à leur support par des vrilles. Il y a des toutefois des exceptions telles que les courgettes. Ici : un jiaogulan ou plante d'immortalité, une cucurbitacée vivace.

Les plantes de cette famille sont, en général, très productives. Revers de la médaille, elles sont souvent encombrantes et occupent beaucoup de terrain. Mais le choix est si vaste et les variétés parfois si séduisantes que, dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, j'ai toujours du mal à me limiter.

Il y a tout de même 13 variétés différentes !

Il y a tout de même 13 variétés différentes !

Je sème toutes mes cucurbitacées de la même façon, à une petite différence près : je rentre les espèces les plus exigeantes en chaleur dans la maison. Les autres germeront dans la serre.

Les cyclanthères sont des plantes tropicales : il vaut mieux les semer au chaud et les repiquer dehors quand les gelées ne sont plus à craindre..

Les cyclanthères sont des plantes tropicales : il vaut mieux les semer au chaud et les repiquer dehors quand les gelées ne sont plus à craindre..

Voici la liste de mes semis :

Dans la serre (non chauffée)

  • Cucurbita pepo : courge spaghetti, courge lady Godiva, courgette blanche de Virginie, pâtisson vert pâle de Bening.
  • Cucurbita maxima : potimarron vert Kabosha, potimarron Red Kuri, buttercup Burgess
  • Cucumis sativus : concombre Market more et cornichon russe "Zasolochny"

A l'intérieur (20°)

  • Cucumis melo : melon d'hiver Vert Olive
  • Citrullus lanatus : pastèque Lune Etoile
  • Cyclanthera pedata : cyclanthère
  • Momordica charantia : margose

Je les ai classées par espèces : ça fait savant mais c'est aussi bien utile lorsqu'on récolte ses propres graines. En effet, les cucurbitacées d'une même espèce s'hybrident très facilement entre elles. Quand on sème leurs graines, on obtient souvent des choses peu intéressantes. Cependant, les espèces différentes sont incapables de se féconder les unes-les-autres et les variétés restent "pures" pour autant qu'on n'en cultive qu'une seule de chaque espèce. Je pourrai donc, sans problème, récolter des graines de melon et de pastèque, dont je cultive une seule variété et qui appartiennent à des espèces différentes. En revanche les courges spaghettis sont susceptibles de s'hybrider avec les courgettes ou les pâtissons : il vaut mieux acheter de nouvelles graines chaque année.

Les semis de cucurbitacées sont faciles à réussir SI on ne les noie pas ! Je l'ai appris à mes dépends. Ce n'est pourtant pas sorcier d'éviter ces déboires, il suffit d'arroser une première fois à fond et de laisser les pots s'égoutter. Ensuite, on n'arrose plus jusqu'à la germination (en ensuite, on continue à faire attention).

En déposant les pots (percés, bien-sûr) dans un cageot, sans plastique ni rien au fond, on permet à l'eau excédentaire de s'évacuer et de ne pas stagner.

En déposant les pots (percés, bien-sûr) dans un cageot, sans plastique ni rien au fond, on permet à l'eau excédentaire de s'évacuer et de ne pas stagner.

L'excès d'eau fait tout simplement pourrir les graines. Une autre petite astuce pour éviter ce problème consiste à placer les graines verticalement : l'eau s'écoule de part et d'autre et ne stagne pas dessus.

Je mets deux ou trois graines par godets, bien verticales et la pointe vers le bas. Elles sont recouvertes d'environ 1cm de terreau.

Je mets deux ou trois graines par godets, bien verticales et la pointe vers le bas. Elles sont recouvertes d'environ 1cm de terreau.

Et pour terminer : une petite couche de graviers.

Et pour terminer : une petite couche de graviers.

Je ne vais pas vous détailler toutes les variétés choisies, mais en voici tout de même quelques-unes :

Lady Godiva : la courge aux graines nues. C'est elle qui produit les fameuses "graines de courge" que l'on grignote à l'apéritif.

Lady Godiva : la courge aux graines nues. C'est elle qui produit les fameuses "graines de courge" que l'on grignote à l'apéritif.

Comme je suis la seule de la famille qui apprécie la margose, ou concombre amer. J'en plante un seul pied pour ma consommation personnelle ! J'ai remarqué que les graines scarifiées germaient mieux. Celles-ci sont TRES scarifiées puisque j'ai carrément enlevé une partie de l'enveloppe de la graine.

le traitement peut sembler brutal, mais ça marche.

le traitement peut sembler brutal, mais ça marche.

Marilyn, qu'elle en soit remerciée, m'a envoyé des graines d'une variété de cornichon Russe. Vous pouvez vérifier sur la photo, qu'il est VRAIMENT Russe :

Quelqu'un peut-il traduire ce qui est écrit sur le sachet ?

Quelqu'un peut-il traduire ce qui est écrit sur le sachet ?

Marilyn m'a informée que le nom de ce cornichon était "zasolochny"... mais qu'elle ne savait pas ce que ça voulait dire ! Grâce à Google traduction, j'ai la réponse : cela veut dire "salé". Ah ! ah !  Est-ce que ce "salé" ne ferait pas référence à la saumure ? et qui dit saumure, dit lactofermentation. Avec un peu de chance, c'est avec ces cornichons qu'on prépare les fameux malossols aigres-doux russes. J'en ai déjà préparé, mais avec des cornichons "verts de Paris", ça fait tout de suite moins authentique.

Je n'aime pas les petits cornichons au vinaigre, mais j'adore les gros lactofermentés un peu aigres-doux. Oui, c'est ça : comme dans les hamburgers !

Je n'aime pas les petits cornichons au vinaigre, mais j'adore les gros lactofermentés un peu aigres-doux. Oui, c'est ça : comme dans les hamburgers !

Photo d'un pastèque Lune Etoile sur le site de Semailles
Photo : Semailles

Et pour terminer, une touche de poésie. Regardez cette pastèque : elle s'appelle Lune Étoile. C'est la première fois que sème des pastèques, je ne suis pas trop fan... mais celle-ci fait rêver, non ?

Photo : Semailles où il est possible de se procurer des graines de cette variété (ici)

Je vous quitte en vous promettant, pour bientôt un article sur le potager et son évolution... qui n'est pas terrible ! A bientôt.

Publié dans Semis, technique, Légumes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Voici la traduction : cornichons pour saler dans un tonneau

Recette traduite du russe par ma belle-fille Irina originaire de Kiev Ukraine.

1kg de cornichons, les laver.
Marinade.
- Faire bouillir 1l d'eau, 2 c à s de sel, 1c a s de sucre.
- Casser en morceaux
aneth sec fleurs 500g
raifort 1 morceau coupé + feuilles
5 à 10 feuilles de cassis (c'est le + de son papa)
- Ajouter
10 gousses d'ail
5h feuilles de laurier
poivre noir 15 grains
-Placer à la cave ou au frigo.

Au bout de trois jours, on peut goûter.
Plus on attend, plus les cornichons sont salés.

Bonne dégustation !
Répondre
A
Super ! Voici une recette précieuse, que je ne manquerai pas d'essayer, ça me parle bien avec le raifort, l'aneth et les feuilles de cassis. remerciez bien vote belle fille de ma part.
C
Merci pour cet article, j'ai encore appris plein de choses, notamment cette histoire d'hybridation. Ici j'ai semé un potiron "bleu de Hongrie" : il n'avait pas fini de déployer ses cotylédons qu'il sortait déjà du pot avec ses racines, je crois qu'il va vraiment être énorme, je n'en planterai qu'un seul dans mon petit jardin ! (peut-être que je pourrai en faire un carrosse ?)
Répondre
A
Je connais ce potiron, il est magnifique ! Bon succès (et bon appétit). Je veux bien un tuto pour transformer les potirons en carrosse !
N
Merci pour ces conseils, je viens justement de rater mes semis de cucurbitacées, je tenterai de limiter l'arrosage la prochaine fois !
Répondre
A
Eh oui ! C'est aussi en ratant me semis de cucurbitacées que je me suis rendu compte que je les arrosais trop ! Bon week-end Nanimo.
C
Bonjour,
Je suis abonné au blog depuis très peu de temps et enchanté de le suivre et d'y participer.
J'ai repiqué cette semaine mes premieres courges Zucchini Romaneco, mes concombres libanais et mes courges musquéés que ma voisine de 97 ans m'a donné.
Les semis ont très bien fonctionné et les tiges sont montés très rapidement et cela a eté un peu la course pour les repiquer car elles ont montés très vite.
Chez moi ma SdB fait office de serre, top mais ou mes poivrons ont mis un peu plus de temps a germer et sortir car je n'avais pas la température idéal de minimum 24° !
Ma question, je pourrais mélanger dans mon potager assez petit tous mes cucurbitacées de différentes variétés ???
Bon dimanche à vous et ravi d'être tombé par hasard sur votre blog, bravo à vous !
Répondre
A
Bonjour Cédric, quelle chance de pouvoir déjà repiquer des courges à l'extérieur ! Ici, trois degrés ce matin et, presque tous les jours, des gelées blanches ! Pour répondre à votre question : vous pouvez mélanger vos cucurbitacées sans problème, tant que vous ne récoltez pas les graines. Si vous récoltez les graines, il faudra tenir compte des hydridations possibles. Les courges que vous citez : Zucchini Romanesco (cucurbita pepo), les Concombres (Cucumis sativus) et les courges musquées (Cucurbita moschata) appartiennent à des espèces différentes. Si vous ne cultivez que ces trois-là, vous pourrez récolter les graines et les ressemer : vous obtiendrez la même variété. Mais si vous cultivez en même temps des pâtissons ou des courgettes, la probabilité est grande qu'ils s'hybrident entre eux et que les graines récoltées sur l'un d'enter eux donnent un résultat aléatoire... qui peut être intéressant ou non. (Cela vaut aussi, si un voisin proche cultive ces espèces ou si les graines semées au départ sont déjà le résultat d'hybridations). Bon dimanche à vous aussi et merci pour votre commentaire.
R
Lady Godiva a déjà levé dans la serre chez moi aussi. Et je suis sous le charme de ta pastèque clair de lune j'espère que tu auras plein de bon fruits à déguster, j'adore. Merci pour tous les trucs et astuces. J'en ai encore appris des choses aujourd'hui. Bises
Répondre
A
Bisous Pascale, longue vie à Lady Godiva...
M
Coucou Annick, j'ai des amis russes et je leur demanderai à l'occasion de me traduire la pochette de graines!!!
Merci pour tes informations concernant le semis de courgette je crois que j'ai vraiment trop arrosé et je ne vois rien sortir
Bises
Répondre
A
Merci Marilyn, et encore une fois merci pour les graines. J'ai mal orthographié ton prénom dans l'article et je m'en excuse... je corrige ça tout de suite. Bisous.
P
Bonjour Annick,
C'est amusant, j'allais vous proposer des graines de Lune et Etoiles que j'avais oubliée parmi les petites nouvelles. Elle est superbe !
Dans mon LImousin, elles viennent bien et j'en suis friande mais la saison est courte. Ce qui est drôle, c'est que je ne réussis pas les melons (pas plus que les choux), allez comprendre !
Belle journée à vous.
Répondre
A
Bonjour Pascale, j'ai bien reçu votre mail, je vous réponds le plus vite possible. Les melons sont difficiles à réussir dans les régions frisquettes et les seuls que j'aie déjà réussis n'avaient pas de goût. Mais comme j'ai des voisins qui arrivent à en produire d'excellents (j'ai goûté !), je m'obstine un peu.Bonne journée.