Trois jours dans les 7 vallées Ternoise, jour 3 : la pépinière Antoine Breuvart

Publié le par Annick Boidron

Trois jours, ça passe si vite ! Surtout quand ces journées sont bien remplies et riches en découvertes. Le 25 juillet, c'était "vadrouilles en pépinières" dans les 7 Vallées Ternoise : plusieurs pépinières de la région ouvraient leurs portes.

Nous avons préféré profiter à fond de deux d'entre-elles plutôt que de courir à toute vitesse pour les visiter toutes. La première est celle d'Antoine Breuvart : je recommande !

Premier constat, à postériori : nous n'avons pas assez profité du jardin !  Je vous montre tout de même les deux (!) photos que j'ai prises :

Cette arche m'a séduite : elle est toute fine mais remplit bien son rôle. Je trouverai bien quelqu'un pour m'en fabriquer une du même genre.

Cette arche m'a séduite : elle est toute fine mais remplit bien son rôle. Je trouverai bien quelqu'un pour m'en fabriquer une du même genre.

Et puis ce bel Eryngium : on ne voit que lui.

Et puis ce bel Eryngium : on ne voit que lui.

Voilà, c'est tout... pour le jardin. Mais la pépinière, quel trésor ! Avouez que c'est le genre d'endroit qui attire le jardinier comme un aimant :

Trois jours dans les 7 vallées Ternoise, jour 3 :  la pépinière Antoine Breuvart
Trois jours dans les 7 vallées Ternoise, jour 3 :  la pépinière Antoine Breuvart

Ça fait envie, hein ? Et rien que des plantes en pleine forme ! On voit qu'elles sont chouchoutées.

Ce n'est pas tout : ce que vous voyez ci-dessus, c'est la partie "soleil". Mais il y a aussi un hangar de perdition dans le fond : il est consacré aux plantes d'ombre ou de mi-ombre.

Trois jours dans les 7 vallées Ternoise, jour 3 :  la pépinière Antoine Breuvart

Vous voyez cette plante au feuillage clair à l'avant-plan ? Il y en avait un peu partout dans le hangar. Elle m'a séduite dès le premier regard. Mais c'est un bégonia et, dans ma tête, les bégonias ça gèle : il faut les rentrer en hiver et c'est ennuyeux. Mais je me suis dit que j'allais tout de même poser la question à Antoine Breuvart. C'est le maître des lieux, il est très disponible, très accueillant et pas avare d'explications. Et là, surprise ! j'ai appris qu'il s'agissait d'un bégonia rustique : je ne savais même pas que ça existait !

Il en avait trois variétés différentes, j'ai décidé d'essayer les trois !

 

Photo prise dans le jardin après notre retour

Photo prise dans le jardin après notre retour

Il s’agit de l'espèce Begonia grandis de la sous-espèce Evansiana. L'un a des fleurs blanches, il a donc été nommé "alba" : ce n'est pas très créatif mais au moins, c'est facile à retenir. Les deux autres n'ont pas de nom de variété mais l'un des deux, le plus beau selon moi, celui qui a des feuilles très claires, est apparu spontanément dans la pépinière d'Antoine Breuvart !

Regardez comme il est beau :

J'adore ces taches rouges à chaque embranchement.
J'adore ces taches rouges à chaque embranchement.

J'adore ces taches rouges à chaque embranchement.

Je lui ai cherché une bonne place : je crois qu'il se plaira bien ici, au Nord du mur de la serre.

C'est un endroit à l'ombre la plupart du temps, mais il reçoit tout de même un peu de soleil en début et en fin de journée.

C'est un endroit à l'ombre la plupart du temps, mais il reçoit tout de même un peu de soleil en début et en fin de journée.

Encore une autre belle petite trouvaille : Saxifraga aureopunctata nana. Comme son nom l'indique, c'est une variété toute petite et fine. Les taches dorées sur le feuillage font l'effet de minuscules taches de soleil, même quand il fait tout gris.

N'est-il pas mignon ?

N'est-il pas mignon ?

Cette pépinière est très chouette et c'était vraiment intéressant de pouvoir s'entretenir avec le pépiniériste. Si vous passez par là, n'hésitez pas à vous y arrêter. Le respect et la passion des plantes est perceptible dans les moindres détails. Vous rencontrerez peut-être la belle grive pas farouche du tout qui se charge de manger les limaces.

L'après-midi, nous sommes allés chez Hennebelle dont j'ai déjà pu souvent apprécier le stand d'arbres rares à la Feuillerie de Celles. La pépinière se trouve dans le très beau village fleuri de Boubers sur Canche. Je vous raconterai ça demain (ou après-demain). Ce sera le dernier épisode de ce mini-voyage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rahir Pascale 27/07/2021 18:06

Encore un lieu de perdition de plus ! Une très belle trouvaille. Je sais que Marie-Noelle a un Bégonia bien rustique (Alba) elle pourra t'en dire plus. Mais celui au feuillage clair est juste sublime.