Semis d'hiver : les poireaux d'hiver !

Publié le par Annick Boidron

Beaucoup d'entre-nous achètent des poireaux en bottes à repiquer. Pourtant, le semis n'est pas bien compliqué et présente de nombreux avantages, notamment celui de choisir la variété que l'on veut planter.

Je vous propose une méthode de semis à l'intérieur, ultrasimple qui permet d'avoir des petits poireaux bons à repiquer au début de l'été. C'est très classique, n'est-ce pas : je n'ai rien inventé.

Parfois je sème dans un cageot, parfois en terrine, parfois en godets... cela n'a pas grande importance. Cette année-ci, j'ai ressorti un plateau alvéolé :

Plateau en principe "réutilisable". C'est vrai... à condition de faire très attention car ils cassent facilement.

Plateau en principe "réutilisable". C'est vrai... à condition de faire très attention car ils cassent facilement.

Je ne me sers plus beaucoup de ces plateaux. Ils ont leurs avantages mais aussi pas mal d’inconvénients : ils sont relativement fragiles, plient et se cassent quand on les déplace. De plus, les alvéoles étant solidaires (c'est le principe, je sais), c'est ennuyeux si les graines ne germent pas en même temps dans toutes les alvéoles. D'un autre côté, ils sont faciles à remplir de terreau et c'est bien pratique.

Il suffit de verser du terreau sur le plateau et de le répartir. Ça prend dix secondes mais il vaut mieux le faire à l'extérieur !

Il suffit de verser du terreau sur le plateau et de le répartir. Ça prend dix secondes mais il vaut mieux le faire à l'extérieur !

Notez bien que j'ai lu il y a quelques jours sur le blog "A Little bit of Paradise", un article à propos de plateaux alvéolés solides et durables. C'est bon à savoir : je vous mets le lien ci-dessous.

Voilà pour les plateaux. Continuons avec les semis. Toujours pour gagner du temps et avoir de beaux petits poireaux à repiquer en juin-juillet, je les fais germer à l'intérieur.

Avant de semer, j'humidifie bien le terreau avec un petit arrosoir. Le mien est rouge, comme vous savez. Le fait d'humidifier le terreau avant de semer permet de former les trous facilement.

La couleur de l'arrosoir est accessoire (quoi que) mais il est important que celui-ci soit de petite taille : cela permet d'obtenir une pluie fine et douce qui ne dérange pas la terre et de doser le débit. Il existe toutes sortes de moyens pour humidifier le terreau : par trempage, à l'aide d'un vaporisateur. Pour ma part, je trouve qu'un petit arrosoir (rouge) est plus pratique.

Semis d'hiver : les poireaux d'hiver !

Bon, passons aux choses sérieuses. Qu'est-ce que je sème comme poireaux ? Ce sont des poireaux d'hiver : cela veut dire (pour ceux qui l'ignoreraient) qu'on les récolte en ... hiver. Pour cela, il vaut mieux qu'ils soient costauds et qu'ils supportent les températures négatives. Les poireaux appelés "d'été" sont plus facilement abîmés par le gel. (Photo Gerbeaud).

Source de l'image : Gerbeaud, les légumes qui peuvent rester en terre l'hiver.

Source de l'image : Gerbeaud, les légumes qui peuvent rester en terre l'hiver.

La variété, maintenant : ce sont des poireaux Saint Victor. Je vous ai déjà longuement parlé de ces beaux poireaux bleus, qui ont la réputation de mieux résister à la mouche. Ceci a l'air de se vérifier mais il ne faudrait pas vendre la peau de l’ours trop vite.

Voici quelques exemplaires dans le jardin l'été passé :

En hiver, la couleur bleue est beaucoup plus intense

En hiver, la couleur bleue est beaucoup plus intense

On peut trouver des graines facilement, notamment chez Semailles (ici). C'est là que j'ai acheté mon premier sachet mais depuis, je récolte et sème mes propres graines. Récolter les graines de poireaux est un plaisir : il suffit de laisser quelques plants dans le potager. Au printemps, ils se remettent à pousser et émettent une longue tige, très décorative qui fleurit et produit des graines. Comme les poireaux sont fins et prennent très peu de place, leur présence au potager pendant une longue période n'est pas gênante et est largement compensée par la beauté des inflorescences. Sans parler de l'attraction qu'ils exercent sur les insectes et le plaisir de produire ses propres graines.

Inflorescence de Saint Victor : les graines sont en train de se former.

Inflorescence de Saint Victor : les graines sont en train de se former.

Quand les inflorescences sont sèches, les graines se récoltent très facilement. Voici à quoi elles ressemblent :

Semis d'hiver : les poireaux d'hiver !

J'ai mis deux graines par alvéole, chacune dans un petit trou d'un centimètre ou deux. Enfin, j'ai essayé : allez repérer des graines noires dans du terreau noir ! J'ai fait ce que j'ai pu et s'il y a plus d'une graine par trou, ce n'est pas une catastrophe !

Il faut un peu de patience pour faire les petits trous et mettre une graine par trou.

Il faut un peu de patience pour faire les petits trous et mettre une graine par trou.

Ensuite, j'ai recouvert de terreau pour boucher les trous et j'ai légèrement tassé, avec une vieille main.

Ensuite, j'ai recouvert de terreau pour boucher les trous et j'ai légèrement tassé, avec une vieille main.

Et pour finir, encore un petit arrosage en douceur pour que le terreau adhère bien aux graines.

Et pour finir, encore un petit arrosage en douceur pour que le terreau adhère bien aux graines.

Je vais laisser le plateau dans la maison jusqu'à ce que j'obtienne de tout petits poireaux de 5-6 cm environ. Les poireaux, contrairement aux poivrons et aux aubergines, n'ont surtout pas besoin d'être posés sur un radiateur pour germer : la température idéale se situe entre 12 et 16°C... températures que nous sommes loin d'atteindre en cette saison sous nos latitudes (Belgique), même en serre.

Je vous laisse, ce sont les infos à la télé et c'est l'horreur.

Publié dans Semis, Légumes, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
mes petits poireaux StVictor (de chez semailles) poussent bien, déjà 3 cm.. merci pour l'idée, je te donne des nouvelles plus tard!<br /> bon mercredi bises<br /> @catherinecoteterres
Répondre
A
Bonjour, pour ma part je sème mes poireaux dans une jardinière en plastique en marquant les emplacements avec le stylos comme vous sous serre, ils ont tous lever (je ne peux pas m'empecher de les compter :72) et pour les plaques alvéolées je coupe des morceaux avec un cutter, cela en abime quelques un mais j'ai des petites plaques pour les petites productions :aubergine, poivron, piment ou pour les fleurs. Merci pour vos articles toujours intéressants.
Répondre
M
Merci pour cet article. Je viens d'acheter des graines de poireaux saint Victor. Je comptais les semer en godé et votre article me rassure. Continuez à nous informer, c'est tellement intéressant !
Répondre
P
Coucou Annick,<br /> Je vous ai redemandé votre adresse par mail il y a plusieurs jours mais peut-être en avez-vous changé car je n'ai pas eu de réponse. Comment faire ?<br /> C'est pour les graines de physalis Aunt Molly.<br /> Pascale
Répondre
A
Oh lala, je suis vraiment désolée. Je vais chercher votre message et vous répondre tout de suite. C'est trop gentil de votre part<br /> <br /> Annick
A
Bonjour, je vois que nous sommes tous à fond les manettes, prêts à en découdre avec cette nouvelle année auprès de nos jardins. Bon, je n'ai rien à dire sur les poireaux, mais je retiens l'idée, alors je vais parler d'oignon. J'en ai semé, des égyptiens rocambolesques et ils poussent. Je crois que c'est sur le blog d'Annick que j'en ai entendu parler pour la 1ère fois. D'ailleurs, paresseux de nature, je pique pas mal d'idées ici. D'où mes encouragements les plus intéressés pour de nouveaux articles.<br /> Merci encore pour ce partage.
Répondre
A
Ah voilà un autre "paresseux". On va dire que, tant qu'à faire, autant ne pas se fatiguer inutilement, d'autant plus que les poireaux et oignons vivaces sont excellents.
L
Merci Annick pour ces explications. Je fais la plupart de mes semis de légumes, mais je n'ai encore jamais réussi le semis de poireaux, et n'ai pas compris pourquoi. Maintenant je vais suivre vos conseils et acheter des semences St Victor. Bonne soirée.
Répondre
G
Merci pour cet article qui allie savoir-faire et poésie (oui l'arrosoir rouge est un élément essentiel)<br /> Comme dans le monde c'est l'horreur, je suis partie hier avec lunettes rouges, foulard rouge sur mon beau vélo rouge pour une grande balade ...
Répondre
A
Ah Geneviève. Attention au taureau avec tout ce rouge ! C'est le moment de faire des balades, en effet. Quoi de mieux pour se requinquer après l'hiver.
S
Encore merci pour ce superbe article, trés clair ! L'an prochain, je tenterai le St Victor ... Belle journée à tous.
Répondre
A
Oui, Sylvie, je te recommande cette variété chaudement. Je la recommande d'ailleurs à tout le monde au point d'en devenir parfois "embêtante" (Je suis polie !).
C
J’ai semé en plateau alvéolé pour la première fois cette année. Et j’ai beaucoup de mal à doser les arrosages (je n’ai pas le petit arrosoir « rouge »!!)<br /> J’ai l’impression que mon terreau est toujours sec. <br /> L’année dernière j’avais inondé les semis en godets. Difficile de trouver le juste milieu!<br /> Je suppose (je garde espoir) qu’on y arrive après quelques années d’expérience...
Répondre
A
C'est toujours compliqué les arrosages. "Ni trop ni trop peu", lit-on souvent... Oui mais ça veut dire quoi ? Je me base sur l'aspect du terreau : s'il est clair,il est grand temps d'arroser et s'il colle au doigt quand on le touche, c'est qu'on a trop arrosé et qu'il vaut mieux laisser un peu sécher. Mais bon, ça reste encore vague. Et j'ai bien conscience du fait que ma réponse ne vous avance pas du tout, pourtant j'aimerais bien.
A
Merci Annick pour cet article et tes explications toujours très claires. Ici, j'ai abandonné les poireaux. Le filet anti-mineuse fonctionnait pourtant bien mais maintenant les poireaux se font dévorer par dessous. Le jardin est plein de mulots et de campagnols. C'est pourtant tellement bon une soupe de poireaux du jardin!
Répondre
A
Ici, je touche du bois, les mulots et campagnols n'ont pas l'air d'apprécier les poireaux, mais ils ont ratiboisé mes fenouils par la racine l'année passée. Pour la mineuse (touchons encore du bois), je n'ai pas eu le problème cette année avec la mineuse et mes saint Victor alors qu'Alain (mon compagnon) qui fait aussi un potager a eut tous ces poireaux attaqués : il avait acheté des plants à repiquer au marché. Mais nous ne cultivons pas de la même façon du tout : moi je mélange tout et lui cultive en ligne. Il est donc impossible d'en tirer des conclusion, la différence tient peut-être aussi du hasard ou de la chance ! Et je te rejoins complètement sur ce point : c'est excellent les poireaux du jardin... même s'ils sont un peu moins gros que ceux qu'on achète !