Faire ses plants de poivrons avec ou sans matériel : qu'est-ce qui marche ?

Publié le par Annick Boidron

Peut-on obtenir une belle récolte de poivrons sans acheter quoi que ce soit ou bien avons-nous besoin de tout un matériel pour arriver à un bon résultat ? Chacun a son idée sur la question mais rien ne vaut quelques petits tests "maison" pour se faire une opinion.

Pour mener cette modeste expérience, j'ai choisi quatre variétés robustes et productives, qui m'ont donné de bons résultats par le passé, y compris à l'extérieur :

Dans l'ordre : Manganji, Caviar calabrais, Sivrija et "Porto" (sans doute Bishop's crown)Dans l'ordre : Manganji, Caviar calabrais, Sivrija et "Porto" (sans doute Bishop's crown)
Dans l'ordre : Manganji, Caviar calabrais, Sivrija et "Porto" (sans doute Bishop's crown)Dans l'ordre : Manganji, Caviar calabrais, Sivrija et "Porto" (sans doute Bishop's crown)

Dans l'ordre : Manganji, Caviar calabrais, Sivrija et "Porto" (sans doute Bishop's crown)

J'ai semé deux séries de graines : les unes (les poivrons gâtés) ont bénéficié de "tout le confort moderne" : motte de terreau compressé individuelle, mini serre, lumière artificielle, etc. Ceci implique un petit investissement dont je parlerai dans un prochain article. Les autres, élevés à la dure, ont dû se contenter du confort minimum : le radiateur puis la vitre de la cuisine.

L'appui de fenêtre de la cuisine en janvier... et ce n'est qu'un début.

L'appui de fenêtre de la cuisine en janvier... et ce n'est qu'un début.

Alors, "gâtés" ou "à la dure", qui pousse le mieux ?

Petite remarque préalable : ce n'est pas parce qu'un plant se développe plus vite qu'un autre qu'il va être plus vigoureux par la suite. Ni plus productif. Il faut donc attendre pour tirer des conclusions. Mais un petit bilan intermédiaire ne peut pas faire de mal. Je vous propose d'y aller étape par étape.

Autre petite remarque : je suis à Bouillon, en Ardenne, en Belgique. Le ciel est souvent couvert et il peut geler au moins jusqu'au 15 mai.

Le semis

J'ai semé tous les poivrons et piments le 26 janvier... ce sera donc le jour "J".

Semis de poivrons dans une mini-serre
Les gâtés sont dans une mini serre
Semis de poivrons sans mini-serre
Les autres restent sans protection
La germination

Les gâtés : bien au chaud dans leur mini serre sur le radiateur, chacun dans sa petite motte de terreau compressé, les poivrons "gâtés" ont montré les premiers signes de germination dès le 30 janvier (J+4).

Les pas gâtés : Sans mini serre, à cinq graines par godet mais sur le radiateur quand-même, les poivrons élevés à la dure ont pris leur temps : il a fallu attendre jusqu'au 6 février pour voir enfin apparaître un bout de cotylédon (J+12).

Dans la mini serre le 30 janvier
A l'air libre : le 6 février

On peut imaginer que la mini serre limite les variations de température, notamment la nuit quand le chauffage est éteint. Les poivrons germent mieux entre 25 et 30°C. En dessous de 15° : bernique !

Le stade "deux cotylédons"

A ce stade (en fait, dès qu'on aperçoit "du vert"), les plantules doivent absolument être mises à la lumière. Heureusement, elles ont besoin de moins de chaleur : une température de 20°C est suffisante.

Dès le 7 février (J+13), les poivrons gâtés, déjà bien développés, ronronnaient dans leur mini serre sous la lampe CFL. Ils bénéficiaient peut-être aussi de la chaleur imperceptible (et hypothétique) d'un câble "chauffant". Pendant ce temps, les autres devaient se contenter d'un emplacement plutôt frisquet tout contre la fenêtre (minimum 15° la nuit).

Poivrons placés sous une lampe CFL au stade deux cotylédons
Petit poivrons gâtés en plein farnienté
Les poivrons "à la dure" en retard mais bien vigoureux.
Les poivrons "à la dure" en retard.

Ces plants sont à peu près au même stade mais la photo des poivrons "à la dure" (à droite) a été prise le... 17 février (J+23). Ils ont une dizaine de jours de retard sur les autres. Ce n'est pas dramatique.

Le premier repiquage

On recommande, en général, de repiquer les poivrons dès l'apparition des deux première "vraies" feuilles. C'est ce que j'ai fait pour les poivrons "gâtés". Il m'a suffi de déposer chaque motte dans un godet de 9X9 cm (les classiques) et d'ajouter un peu de terreau (et des graviers en surface). J'ai fait ça le 17 février (J+23) pour les poivrons gâtés.

Poivrons "gâtés" nouvellement repiqués
Poivrons "gâtés" nouvellement repiqués

Après ce repiquage et quelques heures de répit à l'ombre, ils sont retournés dans leur petit nid douillet sous la lampe (sans couvercle).

Et c'est là que j'ai cafouillé (mot poli) :

Les pauvres poivrons élevés à dure, qui n'avaient déjà pas la vie facile, ont eu le tort d'arriver à un stade "deux vraies feuilles" pendant une période ensoleillée ... et je les ai négligés.

Poivrons susceptibles d'être repiqués
Le 3 mars, les poivrons élevés à la dure étaient bons à être repiqués.

Finalement, je m'y suis mise, heu... le 13 mars.  Il était temps :

Poivrons "à la dure" à l'étroit dans leur petit pot.
Poivrons "à la dure" à l'étroit dans leur petit pot.
Aujourd'hui 18 mars (J+50)
Comparaison des tailles entre les poivrons gâtés et ceux élevés à la dure

J'ai photographié les deux poivrons les plus avancés de chaque variété. Dans chaque paire, le poivron "gâté" est celui de gauche. De gauche à droite, nous avons : Manganji, Caviar Calabrais, Sivrija et "Porto", alias Bishop's crown (je crois). La différence est flagrante, surtout pour les Manganji et "Porto", aux extrémités. Ces gros gâtés poussent tellement vite que j'ai déjà dû les repiquer dans des pots d'un litre.

Pour les deux autres variétés, la différence de développement est visible mais elle est moins marquée. Ce sont les pots du centre.

Que pouvons-nous conclure de tout cela ?

Pour l'instant, pas grand-chose : les plants élevés sans confort sont certes plus petits et ont la feuille moins brillante que leurs congénères gâtés. Mais il leur reste presque deux mois avant d'être repiqués dehors : ils ont tout le temps de se développer.

Pour que les poivrons reçoivent le plus de lumière possible derrière la fenêtre, j'ai surélevé le deuxième rang avec des blocs de bois (A la dure, mais pas trop !)..

Pour que les poivrons reçoivent le plus de lumière possible derrière la fenêtre, j'ai surélevé le deuxième rang avec des blocs de bois (A la dure, mais pas trop !)..

Cette petite expérience m'aura aussi permis de constater une grande différence dans la vitesse de développement des plants, selon leur variété.  A ne pas oublier pour déterminer les dates de semis l'année prochaine !

Voici une petite photo de famille par ordre de taille (Oui, ça m'a amusée de faire ça !).

Dans l'ordre de gauche à droite : "Porto" alias Bishop's crown, Grand piri-piri (nom inconnu, en réalité), Mangangi, Caviar Calabrais, Sivrija, Oda, Chocolat doux, Petit poivrons ronds pour l'apéro, Alpina, Purple glowing in the dark, petit piri-piri (qui va rester petit).

Dans l'ordre de gauche à droite : "Porto" alias Bishop's crown, Grand piri-piri (nom inconnu, en réalité), Mangangi, Caviar Calabrais, Sivrija, Oda, Chocolat doux, Petit poivrons ronds pour l'apéro, Alpina, Purple glowing in the dark, petit piri-piri (qui va rester petit).

Ouf ! C'est tout ! Si vous saviez le temps que j'ai mis à écrire cet article... J'espère au moins qu'il est clair et compréhensible : ce n'était pas facile. Mais c'est fait et je suis bien contente.

Bonne fin de journée à tous et à la prochaine.

Articles précédents sur le même sujet :

 Le 30 janvier : Trois façons de semer les poivrons (et les aubergines)

Le 7 février : Des nouvelles : les poivrons, piments et aubergines

Le 17 février : Des nouvelles des poivrons, des aubergines et des codonopsis

Le 14 mars : Poivrons et aubergines : éloge de la fidélité...et quelques entorses

Publié dans Semis, Poivrons, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marilyn 07/04/2021 13:31

Les miens ont été semés le 1er mars et ils sont encore bien petits!!! J ai réussi les Mangangi, 1 glow in the dark et des mini piments décoratifs orange que j'appelle Madame (longue histoire). Les cyclanthere et les spilanthes ont été plantés avant hier... je suis très en retard dans mes semis cette année... j'espère que ça n'est pas trop tard!!! Bises

Maia 22/03/2021 10:05

Bonjour,
Merci pour ce bel article. C'est comme toujours très instructif, très agreable à lire et amusant (j'adore la dernière photo).
Mes petits godets doivent se contenter du chauffage au sol plutôt que d'un radiateur. Mais du coup j'imagine que l'amplitude thermique va être moins grande. J'ai hâte de voir ce que ça va donner !
Cordialement

Jean-michel 21/03/2021 11:19

Pour moi c'est la première année que je sème piments et poivrons (entre autres poivron caviar et alpina qui viennent de chez vous). Semis dans une cage à lapin transformée en mini-serre avec câble chauffant et éclairage led ( 3 rampes). très bonne levée mais ensuite il faut vraiment rapprocher le plus possible les plantules de la lumière (pas plus de 10 cm) sinon ils filent. Au stade 2 feuilles repiquage en godets de 7cm et direction bord de fenêtre pour endurcissement. Au bout de 2ou 3 jours je les transfère dans la serre froide sous un petit tunnel recouvert de voile de forçage en 4 épaisseurs en compagnie des semis de tomates. Tout ce beau monde a supporté -2° sans soucis.Il faut juste s'assurer que le tunnel soit bien hermétique pour la nuit

Annick Boidron 21/03/2021 11:26

Hé bien, voilà encore la preuve qu'il n'y a pas qu'une seule façon de faire "qui marche". Chacun trouve ce qui lui convient. Bonne journée.

Rahir Pascale 20/03/2021 21:48

J'adore la photo finale !
Bises et vivement tes conclusions !
Ici tes petits Poivrons caviars se portent très bien.

Annick Boidron 21/03/2021 11:27

A bientôt Pascale. Bises à "mes" petits poivrons caviar(et à toi aussi, bien-sûr)

Arrosoirspivoine 20/03/2021 08:14

Ton article est très clair, comme à chaque fois. Et je me rends compte que j'aurais dû semer mes poivrons plus tôt, je ne m'y suis attaquée que début mars...
Je suis en train de lire un autre de tes articles sur la taille des rosiers (je l'avais loupé) et je vois que j'ai fait beaucoup de boulettes, ce qui expliquerai pourquoi mes rosiers ne fleurissent pas!
Bon weekend, bisous, Véro.

Annick Boidron 21/03/2021 11:31

Merci Véro pour le commentaire. On a tout de même une petite marge de manœuvre pour les semis. Certains les font plus tôt, d'autres plus tard ... chacun a "sa" date idéale. En plus il y a des plants qui poussent plus vite que d'autres. Concernant les rosiers, c'est aussi après le "stage" chez Daniel Schmit que j'ai compris pourquoi mes rosiers non-remontants ne fleurissaient pas !!! Mais il t'aurais dit aussi que "la taille c'est un détail" et que le plus important, c'est de bien les nourrir. C'est un point que je néglige souvent, considérant que les plantes qui poussent chez moi "n'ont qu'à s'adapter". Mais j'ai compris que si je voulais de beaux rosiers opulents, je devais en passer par le stade "nourrissage" ! Bon week-end à toi aussi, enfin, bon dimanche.

Babou 19/03/2021 20:18

Toujours intéressant de vous lire et de vous suivre dans vos expériences. J'attends la suite car j'élève les miens à la dure... et surtout je n'ai pas de chat pour surveiller leur développement !!

Annick Boidron 21/03/2021 11:32

Ah, sans chat, c'est évidemment beaucoup plus difficile ! Bon succès avec vos semis (quand même !)

Chardon 19/03/2021 19:08

Super article, merci d'avoir pris le temps de l'écrire. Et j'ai aussi beaucoup aimé le chat qui se prend pour un semis près du radiateur (c'est donc ainsi qu'on fait pousser les arbres à chat ?) et la photo de famille ;-)

Annick Boidron 21/03/2021 11:33

En fait, le chat râle parce que le radiateur, c'est SA place ! Enfin une de ses places. Mais justement, c'est celle-là qu'il voulait !

CHRISTIAN 19/03/2021 16:27

Comme d'habitude, article très intéressant.
Bravo pour le temps passé a rédiger un pareil article.
Pouvez-vous nous documenter un peu plus sur l'éclairage cfl dont vous faites mention ?
Merci et encore bravo.

Annick Boidron 21/03/2021 11:34

Oui, je fais ça au plus vite. ça vous montrera ce que j'utilise mais dans ce domaine aussi, il y a de multiples possibilités et ce n'est pas facile de choisir. Bonne journée.

Sylviane 19/03/2021 15:03

Très intéressant tout ça... verdict cet été!

christian 21/03/2021 13:08

Merci pour votre réponse.
Personnellement, ces plantes délicates, je les sème en mini-serre chauffée à l'intérieur avec un petit éclairage pour éviter l'étiolement.
Ensuite lors du premier repiquage, les plantules passent dans la serre froide mais j'ai aménagé la tablette de la serre en une deuxième serre dans la serre.
Un voile de forçage plus un plastique à bulles plus un câble chauffant réglé par une minuterie . On fait avec les moyens du bord ...
Bon dimanche.

Annick Boidron 21/03/2021 11:35

Eh oui, on verra... en même temps, il se passer tant de choses que les résultats ne seront pas "scientifiques" mais ça donnera sans doute quelques indications. Bon dimanche.

Licia Schoen 19/03/2021 13:44

L'article est très, très interessant! Merci bien, Madame.
Salutations distinguées venant de la Lombardie (Italie)!
Licia Schoen Segalla

Annick Boidron 21/03/2021 11:36

Ah la douce Lombardie ! Merci d'écrire depuis l'Italie, ça nous fait un peu de soleil.
Bon dimanche