Mes plans pour récolter plus de courgettes en occupant moins de place

Publié le par Annick Boidron

J'adore les courgettes, il m'en faut beaucoup ! Mais voilà, un plant de courgettes, c'est gros, ça prend beaucoup de place... et je n'ai qu'un petit potager. Alors, j'ai mis au point un plan d'action pour produire le plus de courgettes possible, en occupant le moins d'espace possible... enfin, essayer !

Blanche de Virginie : la meilleure des courgettes, selon moi.

Blanche de Virginie : la meilleure des courgettes, selon moi.

Bon, il n'est pas pas dit que ça va marcher :  l'avenir nous le dira. En attendant, je vous montre ce que j'ai fait.

La meilleure exposition

Vous le savez, dans mon potager, j'exploite les trois dimensions :  de nombreuses plantes poussent sur des rames en hauteur. En plein été, le sol est souvent ombragé. C'est un peu embêtant pour les légumes qui aiment le soleil, mais avec un peu d'ingéniosité, il y a moyen d'en sortir.

Ici, au Sud Est, en périphérie du potager, les courgettes recevront assez de soleil.

Ici, au Sud Est, en périphérie du potager, les courgettes recevront assez de soleil.

A deux, c'est mieux

Les courgettes portent des fleurs mâles et des fleurs femelles. Elles sont donc capables de se féconder elles-mêmes. Mais la production est meilleure quand la fécondation se fait entre deux plants différents. Voilà pourquoi j'ai déjà préparé deux trous côte à côte.

Ces trous sont espacés d'un petit mètre. L'espace tout autour sera occupé par de la tétragone cornue : une association qui"va bien".

Ces trous sont espacés d'un petit mètre. L'espace tout autour sera occupé par de la tétragone cornue : une association qui"va bien".

Mais pourquoi déjà faire des trous maintenant ? Les courgettes ça se plante en mai ! C'est juste, mais ça n'empêche pas de se préparer.

Un mini-compost dans le potager

Autrefois, quand mes tas de compost étaient situés dans une zone suffisamment éclairée, j'y plantais toujours quelques cucurbitacées, dont des courgettes. C'étaient mes plus beaux plants. J'en parle ici dans un article de 2016 :

Mais mes tas de compost ont déménagé et ne reçoivent plus assez de lumière pour y faire pousser des courgettes. Je dois donc me contenter du potager. Bien sûr, c'est ce que j'ai fait l'année passée, on peut toujours enrichir le trou de plantation avec du compost ou du fumier. Mais, fainéante comme je suis, j'ai pensé qu'il y avait sans doute moyen de sauter une étape : je vais remplir les trous directement avec mes déchets de cuisine. Tous les trognons de choux et autres épluchures dont les chèvres et les poules ne veulent pas iront directement dans les trous des courgettes (ça tombe bien, c'est plus près).

Quand on a des poules, il reste peu de déchets de cuisine.

Quand on a des poules, il reste peu de déchets de cuisine.

Tuteurer les courgettes ? Pourquoi pas ?

Même lorsqu'elles sont qualifiées de "buissonnantes", compactes" ou "non-coureuses", la plupart des variétés de courgettes forment une tige qui s'allonge au cours de l'été. C'est aussi le cas de la blanche de Virginie. Comme sa saison de production est très longue, cette tige peut atteindre plus d'un mètre de long. Ça m'embête mais que faire ?

Bien compacts en début de saison, les plants de courgette finissent pas s'allonger et à ramper sur le sol, ce qui peut prendre beaucoup de place.

Bien compacts en début de saison, les plants de courgette finissent pas s'allonger et à ramper sur le sol, ce qui peut prendre beaucoup de place.

Et puis je suis tombée sur cette vidéo (en anglais, sorry) :

Voilà sans doute la solution ! L'astuce consiste à attacher la tige sur un support vertical au fur-et-à-mesure de sa croissance. Ici, on parle bien de courgettes non-grimpantes.

En prévision, j'ai déjà planté deux tuteurs. Mais maintenant, en regardant la photo, je me rends compte qu'ils sont bien trop gringalets : je vais les remplacer par des poteaux plus coastauds et, sans doute, les relier pour former une sorte d'échelle. Enfin, je vous les montre quand même, ne riez pas !

A refaire....

A refaire....

Je ne me tracasse pas trop : même si les résultats ne sont pas à la mesure de mes attentes, les plants de courgettes sont des braves. Mais j'aime bien essayer de nouvelles techniques (comme vous savez). Et puis, je ne doute pas qu'Alain en plantera de façon bien traditionnelle dans son potager... au cas où.

La suite de l'histoire et les premiers résultats sont par-ici :

Publié dans Potager, technique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Bonjour Annick et merci encore une fois pour cette super idée.Sur les balcons et les terrasses, il n'y a en général pas beaucoup de place et j'ai toujours hésité à planter des courgettes. En pot, j'ai fait de bonnes expériences avec la culture "en lasagne" ce qui ressemble beaucoup à ta méthode des "épluchures". Ce n'est pas de la fainéantise, c'est de l'efficacité ;-)
Amicalement
Valérie
Répondre
C
Bonne idée ces trous pour compost, j'ai bien envie d'essayer aussi.
Répondre
B
Astucieux !!!
J'avais justement envisagé de planter les potirons sur le tas de compost parce que ces coureuses prennent beauuuuuucoup trop de place dans mon petit potager. Les concombres aussi escaladent, chaque année, un morceau de treillis que je tends entre deux ou trois piquets. Quand on a un "studio", il faut optimiser l'espace !!!!
Répondre
P
Très intéressant, je vais essayer de faire pareil car j'ai un petit potager, merci !
Répondre
A
Merci pour l'idée du tuteur, je vais tenter ! C'est vrai qu'une courgette même non coureuse prend beaucoup de place. En plus si les fruits sont en hauteur, il y a moins de risques de les voir se faire déchiqueter par les limaces. Bonne journée, Véro
Répondre
R
Bonne idée. Perso je l'ai tentée (en désespoir de cause) avec des potimarrons. Je m'étais trompée (encore) et je l'avais planté dans un coin exigu. Je l'ai donc cultivé en hauteur et sur tuteur. Une très belle récolte finalement. Depuis les courges grimpent sur la barrière chaque année. Si ça marche avec les potirons pourquoi pas les courgettes. Bises
Répondre
C
Tout ça m'intéresse beaucoup - moi aussi je consomme une grande quantité de courgettes et même si cette année je vais faire un trait sur le potager en attendant que les rats taupiers aillent voir ailleurs, je vais quand même cultiver des courgettes. Pour les tuteurs, j'utilise les métalliques en spirale pour les tomates et ce sont ceux qui résistent le mieux au vent. Je me demande s'ils conviendraient pour les courgettes. Un peu fins, oui, mais ils ne bronchent pas même avec de grosses récoltes de grosses tomates. Je vais tenter le coup !
Répondre
A
Bonjour, oui, c'est bien 10x10x10 cm (environ)... et ouvert sur le dessus, bien-sûr. Chez moi, ça a fonctionné "les années à campagnols" et je vous assure qu'il y en avait beaucoup ! Pour le moment, ils sont toujours là mais en petit nombre... jusqu'à la prochaine invasion. Je n'ai rien fait pour les éradiquer à part en piéger quelques-uns mais je n'aime pas ça, d'autant plus que les pièges ne font pas la différence entre une taupe et un rat taupier, qui empruntent souvent les mêmes galeries.Je pense aussi que le chat du voisin fait sa part de travail et nous avons beaucoup de rapaces.
Pour en revenir aux paniers en grillages, je les mets dans le sol en même temps que les courgettes : ça protège le pied mais peut-être que les campagnols grignotent l'une ou l'autre racine secondaire. En tout cas, je n'ai jamais rien remarqué.
Bonne chance avec les vôtres...
J
Bonjour,

La taille du "panier" c'est bien 10x10x10 ou il y a une erreur de frappe ? Et si c'est bien le cas, est-ce qu'il y a eu présence de rats taupiers autour de la culture ?

Il y a 2 ans, sur les 5 pieds de courgettes plantés, à la mi juillet, je n'en avais plus un seul. L'an dernier, j'en ai planté 3 dans des cages en grillage à poule de maille de 13 et de 40cm de diamètre sur 40cm de profondeur. Les pieds ont passé la saison avec des rats taupiers dans le jardin. J'ai fait pareil avec une dizaine de pieds de potimarron/butternut et quelques pieds d'artichauts. Et même pour mes pieds de chicorée pain de sucre, mais dans des cages plus petites (15cm de diamètre sur 30 de profondeur). J'en ai encore au jardin en ce moment.
Dans mon terrain sableux et léger, ce n'est pas trop de travail de poser ces cages. Je craignais plus pour les retirer, mais ça va aussi (la terre passe à travers les mailles). Par contre, c'est sûr que ça remue pas mal le sol et en terrain lourd et argileux, ce ne doit pas être aussi simple...

Cette année, ils ont surtout fait des dégâts sur carottes et poireaux (ils mangent le blanc et nous laisse les verts et la récolte est très facile). Là je ne vois guère d'autre solution mécanique que d'enterrer un grillage autour de la parcelle cultivée. C'est se qui se pratique maintenant en Limousin autour des vergers de production. Je ne sais pas si je vais franchir le pas : c'est du boulot et ça coûte cher.

A suivre, Jean-Marie.
C
Je vais effectivement utiliser des paniers protège-racines pour les légumes que je ne veux vraiment pas abandonner, mais pour les carottes, panais etc. ce ne sera pas possible. J'en cultiverai peut-être une petite quantité dans des lessiveuses en zinc. Entre les rats taupiers et le liseron, qui adorent tous deux mon sol non travaillé, j'avoue que je baisse un peu les bras. Quelqu'un pourrait-il travailler sur une modification génétique du liseron pour qu'il attire mais empoisonne les rats taupiers, ou une modification génétique des rats taupiers pour qu'ils dévorent uniquement les racines de liseron? L'appel est lancé! Et au fait, comment vous êtes-vous débarrassée des vôtres ?
A
Christine, pour les rats taupiers, tu peux fabriquer des petits paniers en fil "de poule" pas besoin qu'ils soient bien grands 10x10x10 suffisent. J'ai fait ça quand j'avais beaucoup de rats taupiers dans le jardin et qu'ils me mangeaient tout. Ce qui va bien aussi, ce sont les paniers qu'on utilise pour les bulbes. J'ai des tuteurs en métal comme toi, c'est une bonne idée, j'essayerais bien mais je vais devoir les enterrer très fort car j'ai une terre assez légère qui ne "coince" pas les tuteurs.
S
Coucou Annick, ayant eu de bien maigres résultats l'année dernière au potager, j'ai décidé de planter cette année mes courgettes sur un tas de compost que je ne peux pas réutiliser car ce sont mes déchets de mauvaises herbes avec graines.. c'est un essai.. on verra bien ce que cela donne. Ca ne pourra pas être pire ;-) et j'ai également commencé à mettre mes déchets de cuisine au fur et à mesure directement dans le potager. L'année dernière, j'avais fait cela dans un petit carré sur lequel j'avais planté quelques tomates et pommes de terre et là, la récolte a été plutôt bonne :-)
Je vais essayé aussi de tuteurer un plant de courgette blanche SI mon semis fonctionne et SI les baveux ne s'en mêlent pas ! Bref, une affaire à suivre :-)
Bon après-midi
Répondre
A
Bonjour Sophie, c'est vrai que l'année passée, avec la sécheresse, ce n'était pas évident pour les courgettes. Sur le compost, ça devrait aller mieux. En tout cas, c'est ce que je te souhaite. Pas toujours facile, le potager ... mais si gratifiant !